Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tu ne changeras jamais ta vie sans changer quelque chose quotidiennement ; Le secret du succès se trouve dans la routine de chaque jour» John C. Maxwell

Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • lundi 22 février 2021 à 23h20min
Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

Le ministre d’État, ministre auprès du président du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a reçu ce lundi 22 février 2021 à Ouagadougou, une délégation des Émirs du Sahel autour du sujet de la réconciliation nationale.

Selon M. Diabré, iI s’est agi pour lui d’entendre ces personnes-ressources sur des questions spécifiques à la région du Sahel.

Pour la circonstance, le ministre est revenu sur la démarche préalable qu’il a entreprise de rencontrer les couches spécifiques et qui va être suivie de rencontres aux niveaux provincial, régional.

De l’avis de Zéphirin Diabré, le Burkina n’a pas un problème de réconciliation, il en a plusieurs ; allant des préoccupations communautaires à celles politiques en passant par la chefferie coutumière.

Parlant de schéma du processus, il a affirmé que l’impunité ne sera pas acceptée, car elle ouvrirait la voie à d’autres fronts. Justice, mais sans humiliation, précise-t-il.

La délégation des Émirs, qui a déclaré que la situation au sahel reste toujours préoccupante (récente attaque à Markoye), a appelé l’État à œuvrer davantage à assurer la sécurité des populations.

Elle a également indiqué que l’éducation et l’emploi constituent les principales préoccupations dans cette partie du pays.

Tout en épousant le schéma décrit par le ministre (vérité, justice, réconciliation nationale), les Émirs du sahel ont insisté sur la nécessité de travailler à éviter la "justice des vainqueurs". Ils ont aussi plaidé pour un retour de tous les exilés.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 février à 14:29, par VICTOR En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    qu’entendez vous par sans humiliation ? Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré ont été jugés et condamnés, quelle humiliation ont ils subie ?
    Vérité et Justice point barre.

    Répondre à ce message

    • Le 25 février à 06:01, par Mems En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

      C’est juste ! Et nous pensons à ces enfants "dits de Sankara " qui n’ont commis de crime que pour avoir été les meilleurs éleves de leurs promotions,. selectionnés pour etre formés à cuba pour être des élites de demain. Aujourdhui sans formatin terminée et sans emplois frustrés dans leur propre pays sans une oreille pour les entendre. Que justice soit rendue pour ceux qui sont encore vivants et pour les enfants des défunts.

      Répondre à ce message

  • Le 22 février à 14:53, par Manuel En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Bonjour
    Merci VICTOR, que signifie" sans humiliation" ?
    Zeph a beaucoup de chance d’échouer car il ne mesure pas le grave danger qui guette le pays.
    Il faut arrêter de vouloir faire la morale aux burkinabè honnêtes qui n’ont volé personne, qui n’ont tué personne !
    C’est un deal sur le dos des familles meurtries depuis des années.
    Il faut travailler et arrêter de parler chaque jour pour raconter des histoires !
    Qui est exilé ? À qui on interdit de rentrer ?
    Vous voulez encore faire de ce pays un pays d’impunité ? Bon courage, mais vous nous trouverez sur votre route !
    Honte aux apatrides !

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 03:59, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

      LE PHARISIEN ET LE PUBLICAIN

      Deux hommes sont allés au temple pour prier.

      L’un était un Pharisien, c’est-à-dire un homme qui faisait de son mieux pour mettre en pratique la Loi, mais qui en était très fier et n’oubliait pas de faire savoir autour de lui combien il était pieux et généreux. A vrai dire l’opinion des hommes lui importait beaucoup plus que l’opinion de Dieu. Il priait ainsi
      "O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain. Je jeûne deux fois la semaine, et je donne la dîme de tous mes revenus".

      La dîme, c’est le 10% de ce qu’il gagnait. Autrement dit sur 100 francs qu’il gagnait, il en donnait 10 pour Dieu. C’est très bien et chacun devrait en faire autant, mais… ce n’est pas une raison pour être orgueilleux ! Après tout, c’est Dieu qui permet qu’on gagne de l’argent et l’on garde encore 90 francs pour soi-même.

      L’autre homme était un Publicain, un homme qui récoltait les impôts pour les occupants Romains. Ils étaient détestés, d’abord parce qu’ils travaillaient pour les occupants, ensuite parce qu’ils prenaient des impôts, et surtout parce qu’il leur arrivait souvent de tricher, de prendre plus d’impôts qu’ils n’en avaient le droit et de garder le surplus pour eux.

      Répondre à ce message

  • Le 22 février à 14:58, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    La justice est faite pour tout le monde sans exception : La démocratie et l’état de droit vont de pair. Donc l’impunité et la démocratie sont incompatibles. Tout ce que vous pouviez dire monsieur Z. Diabré, c’est que tôt ou tard, ceux qui se sont livrés à des exactions ou à des mises en coupe réglée de leurs pays et pensent s’en tirer à bon compte (par exemple par l’exil doré ou pas) finiront par être rattrapés et payer pour leurs méfaits.

    Je vous dis ici de ne pas confondre le Burkina que vous voulez et le Burkina que les Burkinabé veulent. Une personne a défiguré le pays, il l’a lourdement endetté, et il a fait la promotion de la bande familiale en tuant qui il veut, là ou il veut sans humiliation, alors il n’aura le tapis rouge en retour pour ses actes.

    S’il veut veut rentrer dans son pays, personne ne l’empêche, simplement il doit passer par la justice de son pays. Sans parti pris, sachiez que vouloir tout faire conduit inexorablement à la dérive morale. D’autres, comme celui que vous ne voulez pas humilié, ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut en ayant des poursuites judiciaires derrière ses fesses : Si on le donnait ce privilège, il fallait le faire avec tous les Burkinabé qui violent les lois, ou tuent qui ils veulent, là où ils veulent. "La réconciliation et le rassemblement, oui" mais pas à n’importe quel prix. L’impunité n’est pas acceptable.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 15:29, par Mkouka En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    "Justice mais sans humiliation ". Qu’on arrete de jouer inutilement avec ce mot humiliation. S’il faut avant tout passer par la case justice, et il le faut, alors on juge selon les regles de l’art comme ca deja ete le cas des Bassole, Diendere, etc. Que peut on faire d’autre pour quelqu’un qui se sent humilier parce qu’il doit rendre compte publiquement devant un tribunal ? Rien. Il aurait du ne pas oeuvrer a se retrouver dans cette situation. Mais, il lui appartient plutot de se faire respecter dans ses propos et eviter ainsi des questions qu’il pourrait juger humiliantes. Surement que ni le tribunal, ni l’auditoir ou le peuple ne saurait encaisser des reponses arrogantes, insolantes, bidons ou insultantes a son intelligence. En somme cette fausse question humiliation que Zeph nous pose ici est a gerer par l’accuse lui/elle-meme.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 15:41, par Lom-Lom En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    C’est un discours comme celui-là qui risque de tout compromettre : "Justice mais sans humiliation", "justice des vainqueurs" et patati et patata ! Dites-nous si en 1991, le pouvoir de Blaise Compaoré n’a pas humilié le peuple quand le forum de la Réconciliation Nationale a été fermée de manière unilatérale par lui juste après son ouverture ? Dites-nous si après la fameuse journée du Pardon dix ans après en mars 2001, le pouvoir de Blaise Compaoré n’a pas continuer d’humilier des Burkinabè ? Non, les Burkinabè sont un peuple mûr par la souffrance et personne ne cherche à humilier l’autre. Cependant, on posant certains actes dans un passé récent, des Burkinabè savaient bien qu’ils humiliaient des familles entières (exemple du certificat de décès de Thomas SANKARA où il est écrit noir sur blanc qu’il est mort de mort naturelle !) et parce qu’on conséquent, c’est l’Histoire (leur propre histoire personnelle qui pourrait les humilier aujourd’hui en les confondant devant le peuple des cœurs meurtris). Si il y a justice des vainqueurs, c’est la justice du peuple vainqueur et pas plus ! Nous demandons aux responsables notamment aux coutumiers et religieux de faire attention aux mots car ils sont le dernier rempart pour bien de citoyens dans ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 15:47, par Zibare_Korneil En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Ces Emirs sont tous de faux types. Chez chacun d’eux il y a au moins deux Emirs, qui est vrai ou qui est faux ? Dans une région normale il y a un seul Emirs mais pas des Emirs ! qui s’incline devant qui ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 16:25, par koh En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    quel sens on donne au mot humiliation ?
    si nous prenons l’exemple de Blaise Compaoré qui doit être juger. Faut t’il l’accueillir avec un tapi rouge et tous les honneurs digne d’un ancien président ? alors qu’il doit répondre devant la justice ? dans ce cas quel leçon donner aux éventuel candidats qui veulent faire comme lui ?
    IL DOIT SUBIR LA RIGUEUR DE LA LOI POUR DECOURAGER CEUX REVE FAIRE COMME LUI.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 16:28, par A qui la faute ? En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Entre copains et collègues c’est sûr que vous n’allez pas vous humilier. C’est juste pour que le peuple mouton se calme. C’est pour la justice on n’a pas besoin de faire le tour du monde avant. Mais comment faire passer la pilule aux moutons ? Il faut gagner du temps et... y en a qui vont mourir tout seul par le poids de l’âge, d’autres plus jeunes vont s’exiler, et les autres restants, avec le temps et une route par ci une école par là vont finir par laisser tomber. C’est tout. Vous n’allez pas scier la branche de l’impunité et de la corruption sur laquelle vous êtes tous assis depuis 3 décennies

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 16:28, par @@gog En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Il est temps de passer aux jugements .Nous avons assez de vos promenades, de vos louvoiements ou tervisations. Nous sommes matures. "Justice mais sans humiliations" , est-ce une condition fixée par un présumé auteur pour répondre à la barre ?Depuis que le Burkina existe tous les auteurs ont répondu sans conditions devant la justice .Exemples:les Djéndiéré,les Djibril, etc.Pourquoi nous parle-t-on incessamment de justice sans humiliations .Lui il est qui pour exiger cela ?Que le ministre de la réconciliation ne tombe pas dans le piège tendu par des criminels.Le fait même de tenir le procès est une humiliation.Que les intéressés répondent seulement,la honte partira après.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 16:30, par @@gog En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Il est temps de passer aux jugements .Nous avons assez de vos promenades, de vos louvoiements ou tervisations. Nous sommes matures. "Justice mais sans humiliations" , est-ce une condition fixée par un présumé auteur pour répondre à la barre ?Depuis que le Burkina existe tous les auteurs ont répondu sans conditions devant la justice .Exemples:les Djéndiéré,les Djibril, etc.Pourquoi nous parle-t-on incessamment de justice sans humiliations .Lui il est qui pour exiger cela ?Que le ministre de la réconciliation ne tombe pas dans le piège tendu par des criminels.Le fait même de tenir le procès est une humiliation.Que les intéressés répondent seulement,la honte partira après.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 17:31, par Nabayouga" En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    "Justice sans humiliation ", je suis abasourdis par de tels propos du ministre d’Etat. La justice n’a jamais été l’humiliation, en revanche elle est la mise a nu des crimes commis et des sanctions qui vont avec. Si kouassi blaise compaoré est jugé coupable de crimes, ce qui est une évidence, alors il doit payer le prix fort. Ce ne sera pas de l’humiliation mais le juste prix. Etant sorti de lui-même de l’humanité à travers ses crimes nombreux et crapuleux, alors sa condamnation sera une manière de le réintégrer dans cette même humanité.
    Ce ne sera pas de l’humiliation, mais simplement de la justice. Si kouassi Blaise compaoré ne se soumet pas à la justice des hommes, il se soumettra à la justice de l’histoire et de Dieu . D’ailleurs cette justice de l’histoire n’a t elle pas commencé son oeuvre ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 17:50, par sai En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Zéphirin doit nous expliquer si la justice se faisait avec humiliation.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 18:16, par Nabayouga" En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    "Il faut a éviter la justice des vainqueurs " Quel slogan ! A t on déjà vu la justice des vaincus ? Arretons d’utiliser des termes pompeux et insensés. Aussi loin qu’on remonte dans l’histoire, lesvaincus ont toujours été jugés et condamnés. Et le proces de Nuremberg contre les nazis est un modèle de justice des vainqueurs. Si kouassi blaise compaoré avait triomphé, il aurait fait juger ceux qui ont voulu le chasser. L’expression "justice des vainqueurs " est une manière de vouloir échapper à la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 18:20, par burkinameilleur En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    voilà le MOT sui ne passera pas dans ce processus : "HUMILIATION"

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 18:59, par ARMAND En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Ce ministre d’État nous parle de quoi et qu’est ce qu’il veut au juste ? Où était-il quand on a tué NORBERT ZONGO et brûlé du vivant de sa mère ? Sait-il que des que des Burkinabés ont exécuté des gens après les avoir fait creuser leur tombe. En vérité on veut savoir quelles sont les personnes qui ont animé cette cruauté

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 19:40, par citoyen Lambda En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Certains internautes l’avaient déjà dit . Visiblement ,le Ministre d’Etat ZEPH semble avoir mal engagé sa mission et risque de ne pas réussir convenablement son travail . En effet ,avec cette bourde encore ,en fait une vraie maladresse ,ZEPH risque d’échouer totalement dans sa mission . Ensuite une fois encore quand un problème n’existe pas il faut éviter de le créer sous prétexte de réconciliation .
    Enfin ,on ne peut pas dire, que la Réconciliation Nationale doit passer par la case justice ,vérité d’abord avant réconciliation et en même temps clamer que c’est humilier ceux qui doivent passer devant la justice pour répondre de leurs actes criminels ou de tout autre nature .
    Franchement cette sortie de ZEPH n’a pas été bien inspirée .

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 11:23, par gomera En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

      Citoyen Lamda
      Vous vous en prenez à Zeph inutilement !!!
      Lui ne fait que appliquer ce que Roch a dit.
      A Ziniaré Roch a bien dit ceci : On n’humiliera personne dans le processus justice, vérité et réconciliation.
      A ce moment personne n’a pas parlé. Mieux les burkinabè l"’ont élu massivement. Voilà que son Ministre d’Etat vient dire la même chose et vous tomber à bras raccourcis sur lui !!!
      Vous êtes trop fort quoi !!!!
      Même si vous n’aimez pas Diabré, arrêtez de le vilipender et de rester dans des propos divinatoires du genre "Il commence mal, il va échouer etc...." Personne n’a intérêt a à ce qu’il échoue. S’il échoue à qui la faute ?

      Répondre à ce message

  • Le 22 février à 19:52, par paul En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Vérité, justice, réconciliation... Enfin, les 3 mots sont prononcés ! Mais, il en manque un : le pardon et, c’est ce dernier, au final qui compte à condition de passer par les autres cases. Pour un tel ministre d’état, osez parler de justice sans humiliation, est reconnaitre ou anticiper que nos juridictions vont faillir. C’est pour le moins malheureux de sa part. Il vient d’être nommé comme ministre d’état, et, il va se mettre à dos le ministre de la justice et toutes les personnes qui travaillent dans la justice voire d’autres ministères... C’est d’une maladresse invraisemblable et presqu’une faute impardonnable ! A croire que le Monsieur Réconciliation veut se comporter comme un Dieu au dessus de la justice des Hommes !

    Répondre à ce message

  • Le 22 février à 20:09, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Hum... N’en voulez pas à Zéphirin Diabré.

    C’est Roch Kaboré lui-même, en campagne électorale (à Ziniaré si je ne me trompe) qui a dit que Blaise Compaoré devait rentrer "sans être humilié". Donc Monsieur le ministre d’état ne fait que suivre sa lettre de mission.

    La question qui doit être posée aux deux, c’est ce que recouvre exactement ce terme ?
    Car comme l’a dit déjà quelqu’un, il peut estimer humiliant de simplement ne plus être président, ou de répondre devant un juge ? Leur affaire de réconciliation là, vraiment...

    Concernant l’affirmation de ne pas chercher l’impunité, on a le droit d’avoir des doutes. Quand en 2015 le CNT a voulu toiletter la constitution avant les élections, des gens à l’époque déjà avaient introduit un article donnant l’amnistie pour tous les faits commis depuis 1960. Qui ?

    Ce n’est pas passé à l’époque mais on a compris que c’était (et ça reste) un objectif pour des gens. En tout cas, comme le dit l’autre, ils nous trouverons sur leur chemin...

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 02:00, par M.S. En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Hum ! Allons doucement quand on est pressé. J’ai déjà dit dans un post précédent qu’il faut que nous 0reniins notre mal en patience, le temps d’avoir la lisibilité sur la feuille de route de M. Diabré suite à ses consultations/concertations/audiences. Les choses se precisent-elles ? Il y a un carrefour, un croisement où on va tous se croiser : face à face. C’est inévitable. "Justice, mais sans humiliation !" Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Comment met-on cela en oeuvre ? Il semble que les maisons d’arrêt et de correction au BF sont surpeuplées. Les personnes qui y sont, qui y purgent une peine après une décision de justice sont-elles humiliés ? Les personnes qui avaient fui le pays, qui sont revenues d’elles mêmes, qui ont été jugées, ont fait un passage d’arrêt et de correction, qui y sont toujours ou qui ont bénéficié d’une liberté provisoire/conditionnelle, ont-elles été humiliées ? Et que dire des personnes qui y sont aujourd’hui pour des affaires diverses : Sankara, Norbert Zongo, coup d’état, vols, meurtres, abus de confiance, escroquerie ... Si nous sommes pleins d’orgueil au point de considérer comme humiliation l’application des règles que nous avons établies et fait appliquerr aux autres, il y a des prémisses d’un sérieux problème ; et il y a risque qu’il y ait un sérieux problème, véritablement. Dans beaucoup de nos cultures, la personne qui ne veut pas faire face à ce qu’elle considère comme, affront, déshonneur, humiliation (Maloya en diuoula - yandé en moore, ... en foulfoulde, .... en ...), sait quoi faire, surtout à certains niveau de responsabilité et de statut social. Il n’y a pas certains burkinabè à qui la loi doit s’appliquer et à d’autres non.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:17, par caca En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Le nouveau arrivant dans le pouvoir post-insurrection dont il l’un des gourous principal me fait beaucoup rire. L’impunité ne sera pas acceptée dans le processus de réconciliation. Du gros français dans la bouche d’un pharisien et étant donné que lui-même à donner un exemple d’impunité en retirant sa plainte contre Mr Simon Compaoré. Justice avec humiliation est plutôt la règle au Burkina sauf que dans le cas présent les frères Compaoré ont montré qu’ils ont toujours la capacité à résister cette justice à double tranchante contre leur dignité. La justice voulue au Burkina à l’heure a un objectif et un but précis : mettre les deux frères Compaoré en prison pour l’éternité. Ils ont déjà manipulé la justice institutionnelle pendant 6 ans et ça n’a pas marché. Pour l’instant, Mr François Compaoré échappe bien à cette justice tranchante et son frère aussi. L’idée de réconciliation nationale comme politique du dernier mandat a aussi pour ambition en faisant sa propre justice au nom d’une réconciliation hypocrite d’inculper et incarcérer les patrons de la démocratie moderne du Faso. J’ai vraiment honte de ce pays.

    Répondre à ce message

    • Le 23 février à 12:37, par Amadoum En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

      Mr caca alias yako ...je suis tres heureux pour ton grand retour.J ose esperer que tu es enfin remis de tes emotions apres les elections.C est deja ça.Que Dieu sauvent tes dieux qui se cherchent malgre toutes tes incantations.J oubliais tu avais predit que Roch ne sera pas reelu.Mr caca le chantre de la reconciliation a pas forcé est de nouveau dans sa logique a lui.

      Répondre à ce message

      • Le 23 février à 18:32, par caca En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

        Amadoum
        Ne confondons pas Caca et Yako, Nous sommes l’un différent de l’autre. Mais parfois, nous partageons les mêmes points de vue contre le vieux Ka.
        Je suis pris par le travail avec la situation sanitaire et je réagi selon les sujets. Avant la réconciliation était un sujet passionnât quand c’était les opposants qui argumentaient et que le pouvoir du premier mandat ripostait. Aujourd’hui, le sujet a pris un intérêt de politique nationale dont de l’aberration. Je constate que la réconciliation dans la bouche des vieux Ka consiste à jeter les deux frères Compaoré en prison. Ils ont échoués sur le plan judiciaire après 6 ans de poursuite. Zeph est venu à la soupe cette fois parce que sa carrière politique est en dangers à cause de ses tunnels. Ministre de la réconciliation était son dernier rempart pour exister. Il le fait tellement bien que la royauté des chefs traditionnels sont déja réconcilié.

        Répondre à ce message

  • Le 23 février à 09:55, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Sidpawalemde Sebgo : Tu dis, c’est Roch Kaboré lui-même, en campagne électorale (à Ziniaré si je ne me trompe) qui a dit que Blaise Compaoré devait rentrer "sans être humilié". Donc Monsieur le ministre d’état ne fait que suivre sa lettre de mission. La question qui doit être posée aux deux, c’est ce que recouvre exactement ce terme ?

    Oui il l’a dit : Mais c’est la justice de faire son travail. Roch Kaboré n’est pas un juge, Il est simplement le premier serviteur du peuple Burkinabé, lui il le dit, mais la justice est là pour décider. Maurice Yaméogo n’est pas rentrer d’Abidjan les menottes en main, et il a été jugé. Lamizana, S, Zerbo sur ordre du ministre de la justice du CNR qui était Blaise Compaoré, ont été jugé dignement par le TPR a la maison du peuple par un juge nommé Komi Sambo Antoine assisté par Achille Tapsoba et autres, commenté par des journalistes a ne citer que le feu Inoussa S. écouté par le monde entier. Aujourd’hui c’est le même ministre de la justice du CNR avec des poursuites judiciaires de crime derrières les fesses qui ne veut pas être humilié ! Quel monde ?

    Blaise Compaoré n’a rien sous le pantalon. S’il était courageux, il n’avait pas besoin de Roch Kaboré ou de Zépherin Diabré pour se faire pardonner par le peuple. Car, il sait parfaitement que la présomption d’innocence doit prévaloir avant que l’enquête en cours ne soit achevée. La présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes : il s’agit tout d’abord d’un principe qui vient limiter la liberté d’expression, et qui autorise toute personne non encore condamnée mais supposé coupable à obtenir une rectification. Surtout, la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de sa culpabilité, le doute devra nécessairement lui profiter.

    Blaise Compaoré, ministre de justice du CNR, qui a fait fusillé à la sauvette beaucoup de ses frères d’armes pour des motifs d’atteinte à la sureté d’Etat croit que le Burkina qui enracine l’alternance politique dans la démocratie est le même Burkina du sien qui était un Burkina de la barbarie. Peut-être que Blaise Compaoré soupçonne que le respect de la présomption d’innocence connaît néanmoins certaines exceptions, qui concernent la caractérisation de quelques rares infractions. (Par exemple, l’individu qui ne peut justifier de ressources correspondant à son train de vie, ou dans le cadre d’une affaire de terrorisme ou d’atteinte à la sureté de l’Etat aussi, la présomption d’innocence est limité. En effet, les poursuites judiciaires le concernant rentrent dans le cadre de recel de cadavre, atteinte de la sureté nationale. Dont, lui il a utilisé pour fusillé les anciens officiers du CSP, ou Henri Zongo et J.B Lingani qui s’appelle la peine capitale, ou la peine de mort, le mot exact. Sans rancune mon ami internaute Sidpawalemde Sebgo.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:15, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Un pays dirigé par des morts peut-il avancer ? Que les nécrophages de bord se calment pour apaiser les cœurs afin que le pays aille de l’avant. Ressasser continuellement le passé ne rend service à personne car si on cherche bien dans le passé de tout un chacun, il y aurai matière à épiloguer.
    Que les insurrescrocs en faso dan fani laisse pour eux afin que le pays aille de l’avant.
    A bas tous les insurgés escrocs en faso dan fani pour que vive un BF de paix et de concorde !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 10:38, par Sayouba TRAORE En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Monsieur le Ministre ! Avant toute chose, vous devez être humain. #Rendez #nous #les #corps de nos parents zigouillés à la sauvette et enterrés dans des fosses communes ! On n’en veut à personne. On ne vous demande pas d’humilier quelqu’un. Ce n’est pas une préoccupation à notre niveau. Permettez nous d’honorer nos morts ! Personnellement, j’attends depuis le mois de juin 1984. Je vous laisse faire le décompte des années d’attente.

    Répondre à ce message

    • Le 24 février à 03:38, par yelmingaan blaan saa hien En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

      47 Jésus, voyant venir à lui Nathanaël, dit de lui : Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n’y a point de fraude.
      eh oui,contrepied parfait pour les internautes iniques qui occultent a dessein les multiples assassinats sous la révolution et sous Sankara et qui affublent les seuls criminels sous Blaise de tous les péchés d Israël:internaute KA ,toi qui semble être la bibliothèque politique du pays dis nous comment se sont passés les assassinats de 1984 sous sankara,comment Sankara lui même les a commentés en ironisant, a la presse et pourquoi ce n est que les cas Thomas et Norbert Zongo qu il importe a tes yeux de juger avant la réconciliation !qu ils nous soit permit de paraphraser ce verset de l évangile:voici vraiment un internaute SAYOUBA TRAORE dans lequel il n y a point de fraude

      Répondre à ce message

    • Le 24 février à 12:12, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

      Mon jeune frère Sayouba Traorè, je compati avec ta douleur comme nous autres après la révolution, des proches sont tués et bruler par plaisir des criminels en puissance. Aucune mort n’est acceptable encore moins belle, surtout d’un être très cher, fusse-t-elle brutale ou attendue lors d’une maladie. On est totalement perdu et vidé. On en veut à tout.

      Du CSP au CNR nous avons vu tous nos gradés de l’armée tués pour le pouvoir, et à la fin il ne reste qu’un qui pouvait dire qui a tué qui, mais qui refuse d’assumer ses actes. Et j’en suis sûr s’il n’avait pas le 15 Octobre 1987 zigouillé celui qui est sorti les mains en l’air et dire c’est moi qu’ils veulent, cette personne nommé Thomas Sankara, s’il était vivant il prendrait ses responsabilités comme le brave Gilbert Diendéré et nous éclaircir qui était a l’origine des morts du CSP et du CNR.

      Les deux grands officiers de l’époque du CSP, liquidés, Thomas Sankara et ses compagnons liquidés, Les éléments du camp de Koudougou liquidés, Clément Oumarou Ouédraogo liquidé, Watamou Lamien Henri Zongo, J.B Lingani, Norbert Zongo, Nebié, m’en vouloir pour une réalité vue par tout le peuple Burkinabé durant du CSP au CNR, est d’être malhonnête. Une seule personne nommé le capitaine introverti peut demander pardon au peuple Burkinabé et nous réconcilié en assumant ses crimes.

      A cause d’un introverti fouteur de merde qui a lourdement divisé le pays avec ses crimes, on ne peut pas accuser tous les membres du CSP, du CNR, Du pouvoir du CDP et remplir des prisons avec des innocents. Qu’il revienne avouer ses crimes, et se faire pardonner par le peuple point barre.

      Répondre à ce message

      • Le 25 février à 04:06, par Sayouba Traoré En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

        Mon cher grand frère KA. Moi, j’ai dépassé tout ça. Ce que nous voulons, c’est qu’on nous rende les corps. Nous voulons tout simplement pouvoir honorer nos morts. Le reste, c’est du cirque politique qu’on nous a déjà servi mille fois Si des Burkinabè n’ont pas encore compris la manoeuvre, tant pis pour eux. On ne demande rien d’autre ! Qu’on nous rende les corps et qu’on cesse de nous pre,ndre pour des gamins.. Est-ce que c’est compliqué ?

        Répondre à ce message

      • Le 25 février à 04:08, par Sayouba Traoré En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

        Mon cher grand frère KA. Moi, j’ai dépassé tout ça. Ce que nous voulons, c’est qu’on nous rende les corps. Nous voulons tout simplement pouvoir honorer nos morts. Le reste, c’est du cirque politique qu’n nous a déjà servi mille fois Si des Burkinabè n’ont pas encore compris la manoeuvre, tant pis pour eux. On ne demande rien d’autre ! Qu’on nous rende les corps et qu’on cesse de nous pre,ndre pour des gamins.. Est-ce que c’est compliqué ?

        Répondre à ce message

        • Le 25 février à 12:39, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

          Mon petit frère Sayouba : Je connais ton combat intellectuel afin que la justice soit faite pour les crimes du CSP au CNR saupoudré par le CDP. Les corps enterrés à la sauvette que ça soit les fusillés de Gam…., ou comme vouloir bruler et sans laisser des traces les victimes de la route de Sapouy en 1998, en voyant les acteurs de la réconciliation commettre l’irréparable, je suis certain qu’un matin le peuple Burkinabé les dira que ce qui ne se fait pas au Burkina, ça ne se fait pas.

          Déjà aller berner les chefs coutumiers et autres sans aller directement voir les familles des victimes, nous montre déjà que l’ombre et la mort des âmes tués gratuitement pour le pouvoir hantent les criminels et ceux qui essayent de les sauver : Surtout voir ces pigeons voyageurs qui ne savent plus que faire pour convaincre le peuple afin d’accueillir un criminel en puissance sur un tapis rouge en dit beaucoup.

          Mon camarade et petit frère Sayouba Traorè, entre toi et moi, nous savons que même ceux qui sont en première année de droit savent ce que fait notre ministre de réconciliation, qui s’appelle parallélisme des formes. Ce que tous les acteurs de la réconciliation et ceux qui les téléguident n’ignorent certainement pas. Mais dans l’exercice quotidien du pouvoir d’Etat, fouler au pied ces principes n’a pas autre nom. Cela s’appelle l’injustice et dictature. Effectivement les dictateurs pensent toujours qu’ils sont les seuls à détenir la vérité, donc seuls à comprendre quelles sont les priorités réelles du peuple, plus que le peuple lui-même d’ailleurs. Pour cela, naturellement, pour eux, les autres ne sont jamais suffisamment représentatifs que des moutons a sacrifié. Et ce qui ne regarde que moi, personne ne dit que c’est une invention de Roch Kaboré, mais on voudrait seulement qu’il ne fasse pas comme l’autre tristement célèbre et fui un midi avant le repas.

          Mon petit frère Sayouba Traoré, comme on dit, la fin d’une histoire vaut mieux que son commencement : Celui qui tremble comme une feuille aux bords de la Lagune Ebrié finira par être rattraper de ses méfaits, c’est là qu’il trouvera le bon chemin pour dire la vérité, toute la vérité, et pourquoi pas quelle est la vraie tombe de Thomas Sankara pour que ses enfants puissent se recueillir, ainsi que celui de Rabo, et les autres victimes du CSP et du CNR. Car ils étaient nombreux au départ, mais aujourd’hui il n’en reste qu’un qui a su éliminé les autres. Bien a toi la bas, camarade.

          Répondre à ce message

  • Le 23 février à 11:44, par HORUDIAOM En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Jusque là, je me demandais qu’elle était réellement le travail de Zéphyrin Diabré ? A mon avis, le ministère de la réconciliation devrait intervenir après le jugement de tous les dossiers pendants, et après que le président du Faso ait accordé des grâces présidentielles ou pas. C’est en ce moment que Zeph peut faire ses consultations pour organiser une réconciliation, et après la demande de pardon des bourreaux aux victimes. Interviendrait la journée nationale du pardon. J’ai l’impression qu’on s’achemine vers la comédie organisée par Blaise Compaoré en Mars 2001 où l’on a intimé l’ordre aux familles des victimes d’accepter le pardon et une compensation financière. Tout scénario de réconciliation qui ne tient pas compte de la justice qu’elle soit une justice humiliante et que sais- je encore, ne passera pas. On reviendra toujours à la case départ. Il faut que les dignitaires de l’ancien régime acceptent de faire face à la justice et la justice doit faire son travail convenablement sans attendre des agendas politiques. Quelqu’un mettait des ministres à genou au conseil des ministres parce qu’il a abattu Sankara, qu’il vienne expliquer maintenant ce qui s’est passé le 15/10/1987. Comment un militaire peut fuir la justice ? Comment un officier des forces armées Burkinabè et président pendant 27ans peut trouver la justice de son pays humiliante ? Il faut qu’on soit sérieux à la fin. J’ai l’impression que Zéphiryn Diabré est entrain de blaguer avec cette question. Qu’il rencontre les familles des victimes, il changera d’avis.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 12:13, par Pascal O En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Merci, il ne faut surtout pas oublier le dossier de l’insurrection. Qu’est-ce que la constitution dit par rapport à l’insurrection ? Personne ne sera épargnée dans cette affaire. C’est une bonne chose

    Répondre à ce message

  • Le 23 février à 15:16, par Sidpawetta En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Zeph tu as participé au gouvernement de Blaise à un moment donné de l’histoire. Zeph tu es un des responsables de l’insurrection ou des gens sont morts, des biens privés pillés ou brûlés. ZEPH il faut que tu saches que tu es aussi cuit que les autres. Il n’y aura pas de justice de vainqueurs. Même le râteau n’échappera pas à la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 03:07, par Justice véritable En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Tous amnésiques. La justice Burkinabè est un règlement de compte entre des individus qui ont des parcelles de pouvoir. Justice sans humiliation veut dire simplement que la prison n’est pas le début de la procédure comme c’est le cas pour la plupart des cas : la prison est à la fin de la procédure en cas de condamnation. Au Burkina on humilie les accusés en les emprisonnant systématiquement avant d’intruire et juger, c’est ce abus que qui est dénoncé dans l’expression « justice sans humiliation »

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 13:49, par toroso En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Décidément,
    ZEPH restera l’homme des grosses gaffes langagier et plus même. Pourquoi vous pensez que rendre justice est une humiliation. Justement, c’est le manque d’humilité des Blaise et autres Faux prophètes qui nous a conduit où on est. Ne faites pas comme votre Cousin Alain Yoda et sa journée nationale du Pardon. on a demandé au Burkinabé de pardonner des choses dont ils n’ont même pas connaissance. tout simplement par ce que ceux qui devaient dire ces choses publiquement étaient ’’trop grands’ trop au dessus du ’peuple’ trop grand pour la justice, Bref trop humiliables. c’est horrible si c’est ZEPH lui même qui parle comme cela. Triste - il se ferra définitivement entérré ! j’entend politiquement

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 13:54, par lewang En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Si le régime ne fait pas attention avec cette réconciliation qui apparemment est un deal politique là, le risque de mal terminer est très grand. Attention président Rock !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février à 22:20, par jeunedame seret En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Justice sans humiliation..! Belle littérature d’un ministre qui change d’opinion même au sommeil ! Comprenez ZEPH ; il est dans l’impasse. Donc sans autonomie. Vraiment à voir un ministre flotter et hésiter, avec un coeur qui balance, on peut deviner que tout lui tourne à perte. Âme affaiblie = action paralysée !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février à 08:41, par Passakziri En réponse à : Réconciliation nationale : L’impunité ne sera pas acceptée, rassure Zéphirin Diabré

    Vous voyez ça ?
    s il y a un peuple qui est tolérant c est bien le peuple burkinabé. L humiliation n a jamais été l objectif de ce peuple. Je ne parle pas des dérapages Koglweogo qui passent leur temps à torturer les petits voleurs tout en évitant les terroristes. Je ne parle pas des serviteurs de l état qui humilient quotidiennement les usagers dans nos écoles, nos hôpitaux, nos commissariats et nos routes. Eux ils savent humilier, sinon nous autres on ne cherche jamais à humilier quelqu’un. Si c était le cas, ceux qui ont quitter librement le pays que ce soit à midi ou à minuit n auraient pas eu l occasion de le faire, certains qui sont en France pour des soins n y seraient pas . Mais si on pense que rendre justice est l humiliation, mieux vaudrait alors supprimer les juridictions tout simplement.

    Passakziri

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Santé : Les députés autorisent le financement du projet de construction d’un centre de radiothérapie à Bobo-Dioulasso
Commune de Banh (région du Nord) : Le maire Ousmane Ouermi face à ses administrés pour dresser un bilan de sa gestion
Décès du président Déby : Roch Kaboré salue « la mémoire d’un grand panafricaniste »
Burkina Faso : Le Haut Conseil du dialogue social et le Haut Conseil pour la réconciliation et l’unité nationale remettent leurs rapports au président du Faso
Assemblée nationale : Les députés adoptent le programme Wuri pour la mise en œuvre d’identifiant unique électronique de la personne au Burkina
Journée nationale du paysan 2021 : 400 participants attendus au lieu de 1500
Dialogue social : Le Haut conseil remet son rapport d’activités au président du Faso
Affaire Thomas Sankara : La France "a tenu parole", en déclassifiant les documents couverts par le secret national
Dossier Thomas Sankara : 34 ans après, enfin le procès ?
Politique : Jérôme Bougouma et 92 autres militants quittent le CDP
Burkina Faso : Cap sur l’autonomie énergétique à l’horizon 2025
Dossier Thomas Sankara : Une dizaine de personnes dont Blaise Compaoré poursuivies en jugement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés