Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce sont nos choix qui montrent qui nous sommes, bien plus que nos capacités.» Joanne K.Rowling

Musique : L’artiste H. Passoul présente « Merveilles de Dieu », son premier album

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • jeudi 7 janvier 2021 à 11h30min
Musique : L’artiste H. Passoul présente « Merveilles de Dieu », son premier album

La dédicace de l’album « Merveilles de Dieu » de l’artiste H. Passoul (Hippolyte Passoulé à l’état civil) a eu lieu le 30 octobre 2020 au CENASA, à Ouagadougou. Composé de huit titres chantés en mooré, français, anglais et latin, l’album magnifie Dieu et met à nu les pratiques inhumaines de l’Homme vis-à-vis de son semblable. Invité à Lefaso.net, le lundi 28 décembre 2020, H. Passoul nous a parlé de son album et de ses projets. Vidéo et interview.

Lefaso.net : Qui est H. Passoul ?

H. Passoul : H. Passoul, à l’état civil c’est Passoulé Wendwaoga Hippolyte. Je suis natif de Niességa dans le Zondoma, dans la région du Nord, et je suis membre d’une chorale paroissiale depuis plus de sept ans.

Pourquoi vous avez choisi de faire la musique ?

J’ai choisi de faire la musique parce que la musique c’est ma passion, c’est ma vie. Comme je l’ai dit tantôt, je suis choriste et depuis le bas-âge, je m’y intéressais déjà. Aussi, je voudrais par la musique inviter l’Homme à un changement de comportement, c’est-à-dire à plus de positivité et à être reconnaissant envers Dieu pour ses multiples bienfaits.

Vous êtes néophyte dans le monde musical ; comptez-vous y faire carrière ?

Oui, je compte faire carrière dans la musique car je l’ai dans mon sang et je ne saurais vivre sans la musique.

Combien d’albums avez-vous produits ? De quoi parle l’album « Merveilles de Dieu » ?

C’est le tout premier album. Il compte huit titres et il aborde les questions du mauvais comportement de l’Homme tels les conflits entre les membres d’une même famille, le terrorisme, l’immolation d’humains pour la richesse, l’abandon des bébés, etc. Il est aussi question de la prière, de la louange, de la reconnaissance envers Dieu pour ses bienfaits.

Pourquoi le titre « Merveilles de Dieu » ?

« Merveilles de Dieu » parce que Dieu a fait des merveilles pour l’Homme. De toutes les créatures de Dieu, c’est l’Homme qui est le plus merveilleux car Il l’a créé à son image, Il lui a confié le monde avec tout ce qu’il contient. Aussi, l’Homme est la seule créature douée de parole, d’esprit, d’âme.

Vous chantez en mooré, français, anglais et latin ; pourquoi ce mélange ?

Je suis Burkinabè, ma langue maternelle c’est le mooré. Mon pays a pour langue officielle le français. J’apprends l’anglais pour les affaires et je suis choriste dans une paroisse ; ce qui explique ce polyglottisme. Cette variété de rythmes s’explique par le fait que je suis un choriste puisqu’à la chorale, on exécute des chants de rythmes différents. Cela montre aussi la polyvalence et le haut niveau de l’artiste à exécuter n’importe quel chant dans un rythme de son choix.

Quels sont vos projets musicaux ?

Il y a d’abord la promotion de l’album. Pour cela, je compte organiser des concerts ici à Ouaga et dans les provinces. C’est dépensant mais je n’ai pas le choix. Ensuite, je compte clipper les sept autres sons puisqu’il n’y a qu’un seul clip pour le moment, avant de parler d’un deuxième album dont les mélodies sont déjà disponibles. Enfin, je compte former un chœur qui sera indépendant de mes activités musicales et cela dans le but de développer mon talent avec les autres.

Pour ce qui est de la collaboration avec d’autres artistes, je dirai que c’est possible. En musique, on n’a pas forcément les mêmes objectifs mais il y a des artistes qui ont à peu près les mêmes buts que moi, d’où la possibilité de collaborer avec n’importe quel artiste pourvu que nous partagions la même philosophie.

Enseignement et musique, comment arrivez-vous à concilier ces deux métiers ?

Je m’étais engagé dans des activités ecclésiales quand j’étais élève ; j’étais choriste quand j’étais étudiant. Par conséquent, musique et enseignement convergent s’il y a la détermination et une sérieuse organisation.

Vous êtes à vos débuts. Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées au cours de la réalisation de votre tout premier album ?

Parlant de problèmes, ça ne manque pas puisque j’ai supporté les dépenses tout seul ; donc ce n’est pas aisé. Il va falloir que je fasse encore de petites économies pour accroître la visibilité de l’album. A part cela, aucun souci car il y a eu une bonne collaboration avec les arrangeurs et tous ceux qui ont contribué à la réussite de la dédicace. Je ne regrette rien du tout.

Des conseils pour ceux qui veulent emboîter vos pas ?

A tous ceux qui veulent faire la musique, visez l’atteinte de vos objectifs avant tout. Si vous n’avez pas de soutien, soyez prêts financièrement, moralement et surtout ayez une certaine connaissance en musique pour que le début de votre carrière et sa fin ne soient pas simultanés. Touchez les aînés pour des conseils et implorez la puissance divine car on ne peut pas faire grand-chose sur terre sans son assistance.

Un message à l’endroit de vos fans ?

A tous mes fans, H. Passoul vous aime. Demeurez fermes dans votre combativité et dans votre foi. Je promets de vous surprendre positivement.
Je voudrais remercier le fondateur de Lefaso.net ainsi que son équipe pour le travail qu’ils abattent afin qu’on ait des informations fluides et crédibles. Merci aussi pour le soutien infaillible qu’ils apportent aux artistes burkinabè. Que Dieu bénisse leurs efforts !

Le numéro du manager : 72 77 13 28
Le numéro de H. Passoul : 75 42 96 29
Facebook : H. Passoul officiel
YouTube : H. Passoul

Entretien réalisé par Dofinitta Augustin Khan
Montage vidéo : Jacques Sawadogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Métiers des artisans : L’École Olilor internationale professionnalise les acteurs de cinq pays à Ouagadougou
Condition féminine des artistes : Des danseuses et comédiennes parlent des blocages qu’elles vivent
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés