Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Festival Dédougou chez nous : La cohésion sociale et le vivre ensemble pacifique célébrés

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • dimanche 27 décembre 2020 à 11h00min
Festival Dédougou chez nous : La cohésion sociale et le vivre ensemble pacifique célébrés

La cité de Bankuy a vibré durant trois jours, du 17 au 20 décembre 2020, au rythme des sonorités du balafon, du lounga, des tambours et du djembé. L’une des dernières nées des festivals de la ville de Dédougou a mobilisé de nombreux Mouhounois résidents dans la cité et ceux de la diaspora.

Le chef lieu de la région de la Boucle du Mouhoun plus connu sous l’appellation de grenier du Burkina Faso a accueilli de nombreux festivaliers du 17 au 20 décembre 2020. La deuxième édition de ce rendez-vous des fils et filles de la région s’est déroulée sur la place du Festima, le festival des arts et des masques de Dédougou. Cette rencontre culturelle est dénommée ‘’Festival Dédougou chez nous ‘’ car elle est une pure création de jeunes promoteurs culturels de Dédougou qui veulent faire connaitre aux yeux du monde le patrimoine socioculturel de leur terroir, la Boucle du Mouhoun.

Une vue des autorités présentes à l’ouverture du festival Dédougou chez nous

« Le festival Dédougou chez nous est parti d’un projet de rassemblement de jeunes de Dédougou. Nous avons vu que culturellement la ville avait besoin de quelque chose de nouveau. Nous avons discuté et nous sommes passés à l’action, raison pour laquelle nous nous faisons appeler, une jeunesse de propositions et d’action. », a ainsi relaté Souleymane Zeba, président du comité d’organisation, l’histoire du festival.

Souleymane Zeba, président du comité d’organisation du festival Dédougou chez nous 2020

Pour les organisateurs de ce festival, au delà du volet culturel, Dédougou chez nous se veut être un cadre de retrouvailles des fils et filles d’une même région avec un accent mis sur la promotion des activités socio-économiques. L’objectif visé par ce festival selon le leader des promoteurs, Casimir Yé, est de mettre Dédougou sur les orbites comme étant une ville hospitalière, une ville cosmopolite. Pour ces initiateurs du festival, tous les résidents de la ville de Dédougou sans distinction ethnique et religieuse doivent cohabiter dans une parfaite harmonie. M. Zeba a alors témoigné : « Je suis « étranger », je ne suis pas natif de Dédougou, mais je suis venu, on m’a très bien accueilli, on m’a donné une place, je me sens chez moi. »

Casimir Yé, promoteur du festival Dédougou chez nous

La particularité de l’édition de 2020 était de valoriser la culture de toutes les grandes communautés résidentes à Dédougou. A cet effet, les communautés peule, mossi, bissa étaient les invitées d’honneur. A ce festival, les artistes locaux ont été valorisés et les plus émergents ont eu un temps pour s’exprimer sur scène afin de mieux se faire connaitre.

Oumar Konaté, parrain de la 2e édition du festival Dédougou chez nous.

Renforcer la cohésion sociale

Le parrain de cette deuxième édition est Oumar Konaté, un ressortissant de la région, qui a cru au projet porté par les jeunes pour renforcer la cohésion sociale. Il s’est adressé aux festivaliers : « Nous sommes des ressortissants de Dédougou. C’est notre devoir de soutenir les manifestations socioculturelles, comme les différents festivals que vous voyez, cela participe à rendre la vie plus agréable par rapport aux différentes difficultés que les uns et les autres rencontrent. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

DEMBELE LAWALI
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
Dans les griffes d’un vrai malade : Une nouvelle de Daniel GUIRE et SANON Anselme
Musique : L’artiste Amidos le mannequin dédicace son nouveau clip « Waguess Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés