Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Élections 2020 • LEFASO.NET • vendredi 18 décembre 2020 à 23h47min
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

Après le double scrutin présidentiel et législatif du 22 novembre 2020, les résultats provisoires du 26 novembre ont donné vainqueur à l’issue du premier tour de la présidentielle, le président sortant Roch Kaboré. Le Conseil constitutionnel a confirmé sa victoire ce vendredi 18 décembre, avec 57,74% des voix.

Selon le président du Conseil constitutionnel, Kassoum Kambou, l’élection présidentielle du 22 novembre 2020 est « régulière, transparente et sincère ». Son institution n’a pas enregistré de recours relatif à la régularité des opérations électorales émanant des candidats. Le candidat Roch Kaboré comptabilise 1 645 229 des voix, soit 57,74%. Il est déclaré élu président du Faso.

Plusieurs responsables d’institutions ont pris part à l’audience de la proclamation des résultats définitifs

Le Conseil constitutionnel a procédé au recensement général par analyse des votes, le contrôle des documents électoraux et l’examen des rapports de mission de ses délégués dans les bureaux de vote. Cette mission a permis de déceler plusieurs insuffisances. Il s’agit entre autres de l’emplacement inapproprié par endroit de certains bureaux de vote, la formation insuffisante de certains membres de bureaux de vote, le faible éclairage dans certains bureaux de vote, l’arrivée tardive des matériels dans certains bureaux de vote, et l’absence des noms de certains électeurs possédants leurs cartes d’électeurs sur des listes électorales. « Les insuffisances et les erreurs matérielles constatées n’entachent pas la régularité, la transparence et la sincérité du scrutin », a déclaré le Conseil constitutionnel.

Une vue des candidats et représentants des candidats à l’audience

Ainsi, des recommandations ont été formulées à l’endroit du gouvernement. Il s’agit de procéder à l’affichage des listes électorales, procéder à la relecture du code électoral sur le délai de transmission des enveloppes destinées au Conseil constitutionnel et procéder à la délivrance des cartes d’identité nationale à un coût abordable tout au long de l’année.

A l’endroit de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Conseil constitutionnel l’invite, entre autres, à améliorer la formation des membres des bureaux de vote et éviter d’installer des bureaux de vote dans des endroits ne garantissant pas la sérénité des élections.

Clément Sawadogo, porte-parole du candidat Roch Kaboré

« Je ne vais pas être dans l’opposition de déstabilisation »

Au cours de l’audience de la proclamation des résultats définitifs, plusieurs candidats et représentants des candidats étaient présents. Clément Sawadogo, porte-parole du candidat Roch Kaboré, n’a pas caché sa satisfaction suite à ces résultats. « C’est le peuple burkinabè dans son ensemble qui est dans la joie puisque ces élections se sont déroulées dans la sérénité, la tranquillité et même dans la sécurité », a-t-il indiqué.

Pour Yéli Monique Kam, la seule femme candidate à la présidentielle, cette proclamation vient de confirmer les résultats provisoires de la CENI. « Je suis satisfaite ! C’est le choix du peuple et nous respectons cela. En tant que citoyenne burkinabè, nous nous joignons à lui pour travailler à la construction de notre pays », a-t-elle signifié.

Quant au candidat Gilbert Noël Ouédraogo, c’est « le peuple qui a tranché ». Il a félicité le vainqueur de cette présidentielle, les forces de sécurité qui ont veillé à la bonne conduite du scrutin, les citoyens qui ont pris part à cette élection et les douze autres candidats « qui n’ont pas démérité ».

Le candidat Gilbert Noël Ouédraogo

Du côté du candidat du parti Vision Burkina, Do Pascal Sessouma, c’est le moment de tirer les leçons de cette présidentielle, car « the game is over ». « Je suis dans la posture d’un opposant constructif, je ne vais pas être dans l’opposition de déstabilisation », a-t-il martelé. A la question de savoir s’il est prêt à travailler avec le président Roch Kaboré, le candidat a tenu à clarifier les choses. « Je ne suis pas demandeur de poste ministériel. Par contre, s’il y a une mission spécifique qui m’est confiée, je peux regarder. Entre un poste et une mission, il y a une différence », a-t-il précisé.

A ce jour, la dernière étape reste l’investiture du président Roch Kaboré pour son second mandat. Aucune date officielle n’est annoncée pour le moment, même si certaines indiscrétions disent que ce sera le lundi 28 décembre 2020.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net


Les résultats du Conseil constitutionnel

• Nombre d’électeurs inscrits : 5 918 844
• Nombre d’électeurs votants : 2 972 590
• Taux de participation : 50,22%
• Bulletins nuls : 123 055
• Suffrages exprimés : 2 849 535
• Majorité absolue : 1 424 769

Candidats et nombre de voix obtenues

• Sessouma Do Pascal : 20 068 (0,70%)
• Komboïgo Eddie : 442 693 (15,54%)
• Farama Ambroise : 25 916 (0,91%)
• Ouédraogo Ablassé : 51 461 (1,81%)
• Ouédraogo Kadré Désiré : 95 661 (3,36%)
• Zida Yacouba Isaac : 43 537 (1,53%)
• Diabré Zéphirin : 354 988 (12,46%)
• Ouédraogo Gilbert Noël : 45 263 (1,59%)
• Kaboré Roch : 1 645 229 (57,74%)
• Soma Abdoulaye : 40 724 (1,43)
• Kam Yéli Monique : 15 322 (0,54%)
• Barry Tahirou : 62 231 (2,18%)
• Tassembé Claude Aimé : 6 442 (0,23%)

Vos commentaires

  • Le 18 décembre 2020 à 12:04, par kroubata bouda En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% (Conseil constitutionnel)

    Allons président ! Le troisième mandat est bien possible. Vous avez vraiment changé le pays. On ne peut pas compter sur les derniers de classe qui ne sont même pas capables d’avoir 1% à une élection.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2020 à 12:39, par Peut être moi un jour En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% (Conseil constitutionnel)

    Certains ont vilipendé l’institut de sondage Apidon, et voilà, les résultats sont là. Les faits sont têtus comme disait le président Rwandais.
    La politique, en Afrique, il ne faut pas compter sur les intentions de vote de vote dans les réseaux sociaux. Ces gars sur facebook 24h/24 ne votent pas, mais il peuvent pousser les jeunes à sortir faire la casse. Par contre ceux qui votent sont les agriculteurs, les commerçants et autres débrouillard fonctionnaires. Eux, ils n’ont pas intérêt que le pays s’arrête un jour pour fait de grèves ou marches.
    Un président sortant qui remporte dans presque toutes les grandes villes démontrent à souhait qu’il n’a pas eu besoin de tricher dans les villages !
    Il aurait été en ballotage au moins dans la capitale, on aurait penser qu’il y’a un début de réveil, un besoin de changement. Mais non, le score de 57,74% est là pour rappeler que certains qui criaient bcp non pas assez de poids avec leur 1 à 12%. C’est pitoyable ! Sous d’autres cieux, ces personnes tireront toutes les conséquences de cet échec cuisant. Mais hélas, ce sont les mêmes tars reprochés aux dirigeants qui sont développées chez les opposants. A qui faire confiance ?
    Certains diront que l’argent à manquer par là et a coulé à flot par ici.
    Certes, on pourrait accuser le manque d’argent. Mais faut-il vraiment chercher à devenir président si on a pas fini de résoudre ses propres problèmes de galère ? La machine électoral d’un président est lourde partout. Même si le candidat n’en dispose pas les moyens, il devra avoir des soutiens assez lourds pour lui assurer les moyens de sa politique. Demander à Obama comment il as bataillé dur pour récolter les fonds pour sa campagne. Demander à Marcon comment il a récolté les fonds pour son mouvement En Marche. C’est ainsi que l’on peut devenir président en partant de zéro. Les idées seules ne suffissent pas. Elles peuvent même devenir insultantes si l’on est pas capable de démontrer qu’on peut se battre pour avoir les moyens pour sa propre campagne ; comment fera-ton pour trouver les ressources pour son pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2020 à 12:42, par Substance Grise En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% (Conseil constitutionnel)

    Félicitations
    On attend maintenant le changement de mentalité qu’il demmande aux Burkinabè
    Mais ç’est à lui d’imprimer le rhytme et qu’il sache qu’etre un militant MPP ne signfie pas qu’on a une mentalité saine
    Ayez le courrage de netoyer autour de vous et tout le reste suivra

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2020 à 13:57, par Armand En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% (Conseil constitutionnel)

    Moi je suis perdu. Finalement aucun candidat n’a fait un recours. Ouagadougou est vraiment la capitale du cinema. Je comprends pourquoi après la lecture du scenario Tahirou Barry Zephirin et autres Ablassé se sont precipités chez ROCK pour le féliciter. Un scenario sans preuves pour les acteurs du cinema. La vie qui est là il faut voir la politique louper d’apres les Ivoiriens.

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2020 à 14:29, par Teeltaaba En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% (Conseil constitutionnel)

    Le Faso.net devrait maintenant changer les résultats sur sa page

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2020 à 15:00, par caca En réponse à : Présidentielle du 22 novembre 2020 : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% (Conseil constitutionnel)

    Ho Dieu ! Après correction de la cour constitutionnelle, mon candidat passe de 15,46% à 15,54% et le candidat MPP élu de 57,87% descend à 57,74%. Mon Dieu, si le conseil constitutionnel avait le courage de reprendre les comptages !
    Mes félicitations au président Rock pour sa réélection !

    Répondre à ce message

  • Le 18 décembre 2020 à 19:13, par pig En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    Et pourtant il y a bel et bien eu fraude . .(1 645 229 /5 918 844) * 100 = 28% ( et non 57,74)
    En verite, Le President Rock a ete elu avec seulement 28% (et non 57,74) des voix.
    Il y a fraud quelque part .Mais comme on ne peut pas le demontrer ,on se voit obliger d’accepter ces resultats. Ok .attendons le macon au pied du mur .

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2020 à 04:53, par OGy En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    Pour le prochain mandat,il faut confier le ministère du budget aux syndicats pou qu ils satisfassent a volonté leurs plateformes revendicattives après on verra ce qu on peut faire pr le reste. Ensuite, vu la candidature de Y I Zida soutenu par son ministre de la fonction publique, il est nécessaire de mener une enquête. Y a t il eu ruse en accordant des avantages démesurés pou un pays en crise à certaines catégories de la société pr s’attirer une certaine sympathie pr mieux préparer leur prochain retour en politique ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2020 à 06:49, par HUG En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    Tout le monde est rassemble et ceux qui ne sont pas au rassemblement courent pour allez au rassemblement d. isait. Norbert Zongo. le temps est le meilleure juge de l histoire

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2020 à 11:38, par Adakalan En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    Ce qui reste ,c’est le développement du pays. Fin du cinéma. Le maitre mot , c’est la bonne gouvernance a tous les niveaux de l’administration. L’argent du peuple doit aller aller dans les projets de développement et structurant et non enrichir des individus.
    Je me demande bien quelle est la mission des mairies vis a vis du développement.
    Ouaga ça semble bouger timidement mais bobo ....
    Ne gouvernez plus par les mots mais par les actes.
    Discours on a trop entendu ça.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2020 à 16:25, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    C’est rassurant de voir que le système fonctionne : Les suffrages de 200 bureaux de vote annulés malgré qu’aucun candidat n’ait déposé de recours, cela signifie bien que les dysfonctionnements observés ont été pris en compte.

    Cependant, deux choses bizarres sont à observer dans cette proclamation du conseil constitutionnel :

    1°) Quand on annule des bureaux de vote, les pourcentages peuvent augmenter ou diminuer mais tous les candidats voient leur nombre de voix diminuer ou rester pareil.
    Or, on constate que malgré ces annulations, quatre (4) candidats voient leur nombre de voix AUGMENTER au contraire. Ce sont Farama Prosper, Gilbert Noël Ouédraogo, Soma Abdoulaye et Kam Yéli Monique.
    Seule explication possible, il y avait des erreurs de décompte au niveau de la CENI. Vu le nombre de personnes impliqués et les moyens dont ils disposent c’est un peu étonnant et décevant.

    2°) Malgré l’annulation de 200 bureaux de vote, la différence au niveau des suffrages exprimés est de 10.249 et celle au niveau des bulletins nuls de 10.444 soit un total de 20.690. En d’autres termes, dans ces 200 bureaux de vote annulés, il y a eu en moyenne 103 votants (un bureau peut avoir jusqu’à 500 électeurs), et PLUS DE LA MOITIE DES BULLETINS (50,48%) ÉTAIENT NULS ! Bizarre, bizarre...

    P.S. : Non, il n’y aura pas de 3ième mandat de Roch Kaboré. Ce sont les mêmes griots pseudo-activistes, conspirateurs "mange-milles" (et pas mange-mil) qui ont poussé Blaise Compaoré dans le trou qui recommencent leurs "ballons d’essais" sur les réseaux sociaux. Ils savent pourquoi ils préfèrent l’anonymat du forum et n’osent pas se montrer au grand jour...

    Répondre à ce message

    • Le 20 décembre 2020 à 15:55, par Leburkinabè En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

      Cher frère Sidpawalemde Sebgo j’ai tenté de comprendre votre questionnement 1°) mais en partant d’un raisonnement mathématique ces augmentations de pourcentages sont possibles pour Farama Prosper, Gilbert Noël Ouédraogo, Soma Abdoulaye et Kam Yéli Monique sans erreurs de calcul de la par de la CENI. Le pourcentage se calculant sur la base N/D . N étant le nombre de voix obtenus par le candidat donné et D le nombre de voix total de votants. Avec l’annulation des bureaux de vote par le conseil constitutionnel, le nombre D total des votants à diminué. Si pour les candidats cités, l’annulation des bureaux de vote n’a eu aucun effet sur les nombres des votants ( le nombre des voix que ces candidats ont obtenues n’a pas changé) des candidats cités, il va s’en dire que les pourcentages augmentent car le D a diminué et le N est resté contant. N constant et comme on a divisé ce nombre par un D plus petit on obtient comme résultat un nombre plus grand. L’augmentation des pourcentages des candidats cités POURRAIT s’expliquer par cette situation sans que la CENI n’ai commis d’erreur de décompte.

      Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2020 à 17:35, par Maria de Ziniaré En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    Le plus assidu des obligés de Blaise COMPAORE, RMCK doit montrer au cour de son deuxième mandat qu’il est bien le produit Politique de son Mentor qui l’a fabriqué et façonné pendant les 27 ans d’apprentissage et le produit biologique de feu Charle Bila KABORE un fonctionnaire Voltaïque et Burkinabè qui a incarné tout au long de sa carrière nationale au ministère des finances et internationale à la BCEAO, les valeurs d’humilité de travail bien accompli, de courtoisie et respect social et de dévouement à la cause de la patrie. RMCK comme un élève du temple de shaoling devra tenter de faire mieux que ses 2 maîtres ce qui lui met la barre très haut parce la notoriété de Charles Bila KABORE était une fierté dans l’UMOA pour les Burkinabè et le PF BC a n’en déplaise à ses détracteurs, été l’artisant de la construction du Burkina moderne démocratique et rayonnant au plan diplomatique avec des capitaines d’industrie qui s’imposent à l’international. Pour le défi, RMCK devra s’entourer d’un gouvernement de combat et de restoration de l’autorité de l’état afin de s’attaquer au plan national à l’anarchie et la défiance des lois et des règlements de notre pays par les citoyens en insurrection permanente

    Les chantiers urgents qui l’attendent sont :
    - la poursuite de la reconstruction et la modernisation de l’armée et du système de renseignement Burkinabè ( détruit par la Gouvernance de KAFANDO et son acolyte ZIDA), afin de terminer le job contre les terroristes qui est à notre portée
    - l’affirmation de l’autorité de l’état face aux hors la loi qui considèrent le Burkina comme un farwest ou c’est le rapport de force qui fait la loi. Notamment passer à la phase de répression pour les brûleurs de feux rouge, les véhicules et 2 roues qui circulent sans feue la nuit, mettre fin à l’occupation anarchique des trottoirs dans les villes.
    - la relecture de la loi foncière afin que le Burkina rural ne soit plus la propriété de chefs traditionnels qui le découpent et le vendent par hectare à des spéculateurs zélés. La terre rurale doit être la propriété de l’état avec un permi d’exploiter à durée indéterminée pour les paysans qui la cultivent effectivement.
    - la modernisation accélérée par le biais de la digitalisation des services de l’état afin de réduire l’effectif pléthorique ( hors corps enseignant et médical ) des fonctionnaires oisifs dans les bureaux qui touchent des salaires par mois sans travail véritable. Remplacer l’ancien paradigme de l’enseignement supérieur ( enseignement présentiel ) par l’enseignement à distance. et arrêter de construire des cités universitaires qui sont des infrastructures obsolètes inutiles et onéreuses
    Commencer à digitaliser le contenu de l’enseignement du primaire et supprimerle diplôme du CEP.
    - faire la promotion des paiement électroniques au niveau des transactions financières et dissuader par des timbres onéreux le paiement en espèce.
    - digitaliser et moderniser le cadastre pour améliorer la collecte de l’impôts foncier
    - doter l’état en locaux par le biais du PPP et arrêter les locations avec des particuliers qui s’enrichissent sans que le local revienne à l’état
    - finaliser au niveau du transport la route Ouahigouya Tougan pour avoir une dorsale nord (Ouahigouya Bobo) opérationnelle et réhabiliter le tronçon koupela-frontière du Niger qui n’est plus praticable. Metttre à profit le 2ème mandat de Akuffo Addo au Ghana pour accélérer la réalisation du chemin de fer Ouaga- Accra qui est stratégiquement plus important que l’autoroute Ouaga-Bobo. Prioriser le désenclavement aérien du Burkina avec le développement de Air Burkina. Et au plan des Tics réaliser le raccordement du pays aux câbles sous-marins de fibre optique par chacun des 4 pays voisins côtiers afin d’améliorer et baisser le coût de notre bande passante préalable à une économie numérique compétitive : Hadja SANOU me semble être la bonne personne à son poste et je souhaité vivement sa reconduction.
    - travailler au niveau industriel à la transformation local de nos produits miniers, agricole pour une meilleure à valeur ajoutée et promouvoir l’industrie pharmaceutique nationale.
    - accélérer au plan énergétique la construction des centrales solaires en PPP : le jeune Bachir est un bon cheval pour la course mais il devra aller voir comment l’ Égypte iarrive à avoir des prix au kWh plus compétitif que les notres avec les producteurs indépendants de centrale solaire.
    - doter au plan sous régional chaque Burkinabè de la Carte d’identité Biométrique CDEAO comme le Sénégal conformément à nos obligations internationales.
    Si l’enfant Mouta Mouta de Tuiré arrive à réaliser ces chantiers il aura mérité d’être le fils des ces 2 pères et posé sa pierre de brique dans la construction d’un Burkina en compétition avec les autres nations du monde

    _

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2020 à 13:17, par Ka En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    ’’’’’A’’’’’ Maria de Ziniaré : Je suis de ton avis pour les chantiers urgents qui attendent le président Roch Kaboré : Mais tu es à côté de la plaque quand tu prétends que Roch Kaboré a été fait par Blaise Compaoré. Non ! Au commencement c’est Juliette Bonkoungou qui a commencé à faire Blaise Compaoré, et le commis Platon de cette dernière directrice de cabinet de la présidence, qui était Salif Diallo un diviseur né, a pris la relève pour faire Blaise Compaoré Blaise Compaoré un politicien.

    En association avec deux révolutionnaires sous-marins qui sont Simon Compaoré le CDR, Roch Kaboré banquier de la révolution inachevée, le trio en complicité avec un enseignant directeur de cabinet, ont fait Blaise Compaoré, jusqu’à un mauvais conseiller qui était son petit frère est rentré dans la danse, et a congédier la bonne équipe qui était le trio, et on connait la suite.

    Quant au défi qui attend Roch Kaboré pour les cinq ans à venir tu as raison de proposer quelques chantiers. Mais tout d’abords il faut qu’il choisisse une gouvernance intelligente, transparente, honnête, inclusive, démocratique, respectueuse de l’environnement et de la population primaire qui l’ont choisi dans les urnes, surtout que les membres de son gouvernement considère tout un chacun comme égal de l’autre.

    Le président mouta mouta comme tu le dis, a un caractère d’un véritable homme d’état, on l’a vu durant les cinq dernières années sa vision à long terme de la justice, car tout ce qui empoisonne la réconciliation dans notre pays c’est la justice : Car, la première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa JUSTICE ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa JUSTICE, et Roch Kaboré en arrivant au pouvoir a compris qu’il faut régler ce problème de justice, surtout des dossiers des crimes impunis pour explorer d’autres voies profitables aux citoyens et non aux politiques enfermés dans leur égoïsme.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2020 à 16:26, par Maria de Ziniaré En réponse à : Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)

    Mon frère KA, merci de me lire et d’échanger sur mes opinions. Je constate que sur les chantiers du devenir du Burkina vous faites preuve d’une objectivité raisonnable, preuve que sur l’essentiel concernant l’avenir du Burkina la vision peut être la même et mutualisée parce que nous n’avons qu’une seule patrie et la règle du jeux international est la competition pour ne pas être les derniers de la classe. S’agissant de la lecture des hommes politiques je note que vous êtes dans les petits détails qui ne vous permettent pas d’avoir assez de verticalité pour apprécier macroscopiquement à l’échelle de la vie de la nation. Quand je parle d’homme politique je ne m’intéresse pas aux militant de groupuscules de gauches, apprenant selon l’école de Marx, Lénine, Mao ou ou Enver Hodja mais à l’acteur politique avec son le leadership travaillant à transformer son pays. Je comprend votre souci de détail événementiel mais nos curseur ne sont pas au même niveau.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Elections couplées de novembre 2020 : Le PNUD et le NDI capitalisent l’accompagnement apporté aux candidates
Elections municipales de 2021 : Le parti HAWRE recommande des concertations inclusives pour éviter les crises
Législatives du 22 novembre 2020 : Le Conseil constitutionnel valide le scrutin
Processus électoral au Burkina : Une enquête révèle la place prédominante de l’argent pendant la campagne
Burkina : Roch Kaboré élu président du Faso avec 57,74% des voix (Conseil constitutionnel)
Scrutin du 22 novembre 2020 : Le Président chinois félicite Roch Kaboré pour sa réélection
Élections couplées 2020 au Burkina : Les désagréments « n’ont pas été faits à dessein », notent deux OSC
Elections couplées 2020 au Burkina : Le CISAG appelle à une réforme urgente de la CENI
Législatives de novembre 2020 : En dépit du score réalisé, le Mouvement « SENS » place sa confiance aux « graines semées »
Elections 2020 au Burkina : L’Organisation FASO NEEMA salue la maturité démocratique des acteurs
Elections législatives du 22 novembre 2020 : Liste provisoire des élu(e)s
Réélection de Roch Kaboré : La lutte contre la corruption aura-t-elle une oreille attentive ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés