Actualités :: Conjoncture nationale : Dénoncer, condamner, réclamer sans omettre

Frédéric Ayéréoué Assomption, citoyen de son état porte ici un regard sur certains draps sales de la République.

Le sage nous prévient : "Quand la mémoire va chercher du bois mort, elle rapporte le fagot qui lui plaît". Prévenu par le sage, nous voulons oser faire de la polémique à propos de la conjoncture nationale marquée du signe de l’anniversaire de deuils, de violences en politique : 9 décembre 1991-13 décembre 1998 notamment.

L’articulation des discours, des propos, des écrits prononcés, parus à propos, inspirent plus d’une question, dont entre autres celle-ci :
hors l’hypothèse de vouloir régler ses comptes avec Blaise Compaoré,
hormis les déficients mentaux, qui n’a-t-il dette permanente car non écrite à l’endroit du président du "Front populaire"...?

Le bilan des quatre années de révolution "les actes" de la transition vers l’Etat de droit, actes venus donner couleur. Vernis au fait "démocratique" de la coordination du "Front populaire"... ne sont-ils circonstances absolutoires à l’endroit du président Blaise Compaoré, quand le 15 Octobre 1987, il épousa in"croncreto" les mots de Rodrigue" : "Je dois tout à mon père avant qu’à ma maîtresse".

Traduisons : je dois à mon Peuple avant qu’à l’amitié.
La banalisation de la vie de l’autre, le discours à convaincre de cela, n’est-il né sous le visa du"Conseil national de la révolution ?".
Qui furent idéologues dudit Conseil national de la révolution ?

N’est-ce pas que X... auteur (s) de l’assassinat de coupable (s) des meurtres de ... Sont de cette unité "d’élite" travaillée pour ? à assassiner la République depuis le meurtre du capitaine de Gendarmerie Ademdipê ?
Les Peuples des trois Voltas, ne seraient-ils à chanter gaiement notre "Fière Volta" de paix, de concorde, car "Unité-Travail-Justice ?

Hélas, des individus, plutôt des gourous pleinement gavé (es) de vodka, constipés par abus de tomates farcies, sont allé (es) sortir les capitaines Sankara et Compaoré de leur caserne de Pô.

Dénoncer, Condamner, Réclamer sans omettre serait gage d’une saine critique des crimes de sang impunis depuis le meurtre du colonel Nézien.

Fréderic Ayéréoué Assomption

Le Mouvement M30 Naaba Wobgo à l’Union européenne : « (...)
Mobilisation et contribution citoyennes : Faisons (...)
Sauvegarde et restauration du territoire burkinabè : (...)
Propos du Premier ministre sur l’insuffisance de (...)
Rencontre du président de la transition avec la classe (...)
Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : En toute conscience
Burkina : Pour « un peuple de convaincus et non un (...)
Tribune : Face à l’insécurité alimentaire mondiale, la (...)
Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un (...)
La CCP/BF au capitaine Ibrahim Traoré : « Pour éteindre (...)
Burkina : La place de la réconciliation nationale et de (...)
Burkina Faso : « Une justice à deux putschs deux mesures (...)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré invité à s’attaquer (...)
Ressources naturelles en Afrique : Essayons d’être (...)
Burkina : Appel à l’unité
Capitaine Ibrahim Traoré, président du Faso : Et si la (...)
Fermeture de la mine de zinc de Perkoa : Leçons d’un (...)
Appel à l’autodétermination des jeunes burkinabè patriotes (...)
Récurrence des coups d’Etat militaires au Burkina : Une (...)
Ibrahima Traoré s’adresse à Ibrahim Traoré : « Monsieur le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5166



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés