Actualités :: Situation nationale : "Blaise est l’antithèse du Sankarisme"

L’interview de Soumane Touré qu’on ne présente plus, parue
dans "Le Pays" du lundi 21 juin, est en passe de susciter un
débat. Ci-après la réaction de El Hadj Mamadou Kabré, qui se
présente comme un sankariste parmi les vrais sankaristes.

"Monsieur le directeur de Publication,

C’est avec intérêt que la une de votre journal du lundi 21 juin
2004 a retenu notre attention en tant que sankariste, quand
nous lisions ceci en page 4 : "En réalité, il n’y a qu’un seul
sankariste au Burkina, c’est Blaise Compaoré." (affirmation de
Soumane Touré, NDLR)

L’interview présente un intérêt avec des points qui sont justes
comme la réfutation de l’affirmation de Monseigneur Jean-Marie
Untaani Compaoré qui ignore tout du syllogisme. Il y a aussi
que la multiplicité des candidatures de l’opposition vraie n’est
pas en soit une faiblesse, mais une vitalité pour ne pas dire une
virilité, que ceux du CDP n’ont pas. Là-bas aussi il y a des
"ulcérés" qui attendent leur heure pour casser la baraque.
Donc, l’interview n’aurait pas été éclectique si Monsieur
Soumane Touré n’avait pas affirmé sans cligner les yeux que
"Blaise est le seul sankariste au Burkina", et il se trompe
lourdement en poursuivant : "Lui seul a fait confiance à Thomas
Sankara au point de prendre le pouvoir et de le lui confier".

I - Contre-analyse

D’abord, c’est de la falsification de l’histoire et une insulte faite à
notre peuple en voulant ainsi magnifier Monsieur Blaise
Compaoré. En effet, le 4 août 1983 n’est pas semblable au 4
juillet 1994 au Rwanda où Paul Kagamé laissera le pouvoir au
Pasteur Bizimungu ou comme en Guinée Bissau avec
Assoumane Mané ou au Ghana avec Joan Boakye.
Il est bon de savoir que le Sergent chef IB qui a soulevé la
soldatesque le 24/12/99 en République de Côte d’Ivoire n’était
qu’un pion au profit d’une classe politique dont la tête de pont
était le Général Robert Guéï, les vrais bénéficiaires attendant
leur heure.

Pour le cas du 4 août 1983, Soumane Touré fraude avec
l’histoire, car il sait que l’avènement de la révolution a bénéficié
de l’appui des civils du PAI-LIPAD où lui-même était membre
influent ainsi que du soutien de l’ULC et celui du peuple tout
entier.

Ensuite que le CNEC de Pô a eu comme commandant Thomas
Sankara avant Blaise Compaoré, qui doit d’ailleurs son poste au
lobbying de Sankara, nommé comme Secrétaire à l’Information.
Soumane Touré oublie également à volonté que le 4 août 1983
n’est intervenu qu’à la suite du putsch interne du 17 mai 1983 où
le Capitaine Thomas Sankara a été arrêté. Autrement dit, le RPC
et les Régiments du Nord, acquis au Colonel Yorian Gabriel
Somé auraient pris le pouvoir le 5 août 1983 comme cela avait
été programmé par Yorian Gabriel Somé.

Malgré cet argumentaire, qui n’est que partiel, du reste l’histoire
a des témoins, et que les uns et les autres veuillent bien nous
dire ce qu’ils en savent, Jean Baptiste OUEDRAOGO a promis
ses mémoires et on attend d’autres acteurs, analysons le
boniment de Monsieur Touré du point de vue de la morale.

II - Pourquoi au moment de retirer ce qui a été confié, Blaise
Comparé doit-il laisser tuer son gardien ?

Celui qui a gardé le pouvoir quatre (4) ans, et qui était ami,
n’a-t-il pas droit aux obsèques nationales avant inhumation ?

Surtout de la part du plus sankariste et le seul, le vrai ? Quel est
le fils légitime qui ne fait pas les funérailles de son père ?
Pour avoir assuré "la régence" donc au profit de Monsieur
Blaise Compaoré, pourquoi le payer en monnaie de singe, et
pourquoi tant de mensonges, de salissures, d’oppobe sur la
mémoire de quelqu’un dont on se réclame ?
A l’évidence, Monsieur Blaise Compaoré est l’antithèse du
sankarisme ; il est loin d’être sankariste à plus forte raison d’être
le seul sankariste.

Enfin, même si Monsieur Soumane Touré veut manger, qu’il
pense à demain, lui qui a la mémoire courte. Il a affirmé que
pour l’affaire des conjurés de juin 1984 il s’était opposé à
Thomas Sankara qui voulait la peine capitale. Démenti fait par le
PAI qui, preuves à l’appui a dit que Soumane Touré n’a jamais
été ni membre du CNR, ni à cette réunion, à laquelle Thomas
Sankara a été d’ailleurs absent.
Soumane Touré affirmait aussi à Bobo que "Blaise Compaoré a
tué ; que maintenant il ne tue plus et c’est pourquoi il le
soutenait à travers l’ARDC". Quelles sont les personnes qu’il a
donc tuées ? Nous voudrions le savoir plus.

Et puis, qu’on se le tienne pour dit : si on peut démissionner
d’un parti et prétendre être le N°1 du même parti grâce au
soutien du pouvoir de Blaise Compaoré, on ne peut que tenir tel
langage et dire, toute honte bue, que Blaise Compaoré est
sankariste. Ce complexe d’oedipe des moeurs politiques n’est
pas encore agréé par la psychanalyse. Peut-être faut-il réveillé
Freud ?

Monsieur Soumane Touré, de grâce, les caudataires ont
toujours été les précurseurs des fins lugubres des régimes. Et
si c’est pour tromper le peuple, sachez que vous vous trompez
vous-même, car les bourreaux de Thomas Sankara seront
éternellement hantés par les fantômes des innombrables
martyrs."

El Hadj Mamadou KABRE

Coupures récurrentes d’internet au Burkina : AfricTivistes
Lutte contre le terrorisme : Un doctorant de la Carter (...)
Burkina Faso : Inata ou de la nécessité d’une révolte (...)
Burkina Faso : La mémoire courte de l’incompétence qui (...)
Tribune : Depuis quand des Noirs ont gagné une guerre (...)
Lutte contre le terrorisme : « Je m’accuse, je suis (...)
Présence de la Chine populaire en Afrique : Menace ou (...)
Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la (...)
Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une (...)
Burkina Faso : Face à la guerre, le tout régalien de (...)
Editions 2016 et 2018 du SIAO : Lettre ouverte relative (...)
Opinion : Regagner la confiance des adolescents en (...)
Le ministre et l’évêque : La chose publique et la chose de (...)
Burkina/ culture : Un exemple de résilience artistique (...)
Lutte contre le terrorisme à l’Est du Burkina : Nous (...)
Atelier sur la « Sauvegarde des archives audiovisuelles (...)
Sabotage des travaux routiers par les terroristes : (...)
Les territoires français d’Outre-mer, grands oubliés du (...)
Occupation illégale des espaces verts à Ouagadougou : (...)
Refus d’enregistrer le procès Sankara : On a raté le (...)
Tribune de Me Arnaud Ouédraogo : Un autre Burkina Faso (...)

Pages : 0 | ... | 147 | 168 | 189 | 210 | 231 | 252 | 273 | 294 | 315 | ... | 5166



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés