Actualités :: Burkina : Pour « un peuple de convaincus et non un peuple de vaincus ! »

Pour Omar Sylla, la décision de recruter 50 000 volontaires pour la défense de la patrie est un défi ambitieux à la mesure de l’urgence.

Alors que les Volontaires pour la Patrie (VDP) et les forces de sécurité et de défense burkinabè continuent de faire face aux terroristes, le Président Ibrahim Traoré a fait de la lutte contre l’insécurité son principal objectif. L’annonce phare depuis le début de son investiture est le recrutement de 50 000 VDP. Un défi ambitieux à la mesure de l’urgence.

L’enrôlement de 50 000 VDP : premier acte d’une nouvelle stratégie de reconquête du territoire national

"Les terroristes ? "Je les appelle des petits bandits qui viennent vous emmerder. (...) Préparez-vous au combat." C’est en ces termes qu’Ibrahim Traoré s’est adressé aux troupes du 14e RIA de Djibo. Le terrorisme est un fléau vecteur d’une multitude de problèmes au Burkina Faso : économique, sanitaire, agricole, sociétaux, éducatif. Il est impossible de réformer et de développer le pays sans prendre à bras le corps la question sécuritaire.

C’est dans ce contexte que le Président Ibrahim Traoré a lancé une vaste opération de recrutement de 50 000 Volontaires pour la Patrie (VDP). Des miliciens comparables aux Comités de Défense de la Révolution (CDR) : ils incarnent le trait d’union entre le peuple et l’armée. Leur mobilisation vise à appuyer les forces de sécurité et de défense burkinabè.

Le mot d’ordre, relayé par le premier Ministre Apollinaire Kyelem est sans appel : « Vous avez des bras valides pour casser, des jambes valides pour marcher alors engagez-vous pour défendre votre patrie. »
La jeunesse davantage portée par les Vuvuzelas que par l’appel au front ?
Loin de la ferveur massive attendue, 25 000 personnes se seraient engagées à l’heure actuelle selon les chiffres annoncés lors du conseil des Ministres du mercredi 9 novembre.

La date limite de candidature a été prolongée, les procédures administratives allégées, mais à ce jour l’appel au front ne semble pas avoir totalement conquis la jeunesse.
Pourtant, comme l’a souligné le Premier Ministre : la seule marche qui compte, contrairement aux innombrables manifestations, c’est celle contre le terrorisme. Le sens du devoir et l’exemplarité sont essentiels à l’heure où le territoire national est gangréné par le terrorisme.

Certaines s’engagent comme Simone Guibré, 42 ans, enrôlée comme supplétive civile de l’armée.
Certains s’engagent comme Alouna Traoré, seul survivant du coup d’Etat du 15 octobre 1987 qui a coûté la vie à Thomas Sankara. Il s’est enrôlé comme VDP au nom de « l’amour de la patrie ».

Sa déclaration est claire : « La patrie est en danger et l’appel de tous ses fils doit contribuer à l’effort de défense populaire. Le Burkina Faso nous a fait et nous devons le faire. Le Burkina Faso est en danger, ses fils doivent le défendre. »
Plus d’un an après le drame d’Inata, le peuple burkinabè doit plus que jamais se montrer uni et mobilisé dans la lutte contre le terrorisme.

Les mots de Thomas Sankara résonnent encore, aujourd’hui plus que jamais : « Nous avons besoin d’un peuple de convaincu et non d’un peuple de vaincu », un peuple convaincu qu’il peut éradiquer le terrorisme de tout le territoire national.

Omar Sylla
TW : @le_ndar_ndar

Détails importants sur la prochaine visite de Déby à Paris
Relais-Cité de Saponé : Les attributaires des parcelles (…)
La coopération industrielle entre le Tchad et le Niger (…)
Un bail de cinq ans pour Ibrahim Traoré : Voici venue (…)
Journée internationale de l’hygiène menstruelle : (…)
Burkina Faso : De la nécessité de rétablir la catégorie (…)
Burkina : Les assises nationales, c’est comme la mort ou (…)
Burkina : Des citoyens suggèrent un nouveau mode de (…)
Burkina : Contribution sur l’état de la nation
Fermeture du bureau de vote de Bobo-Dioulasso pour les (…)
15 mai 2024 / Journée des traditions : Dire que cette (…)
Burkina : L’ancien Premier ministre Albert Ouédraogo (…)
Tribune : « Notre quête de souveraineté et de (…)
Journée des coutumes et des Traditions chaque15 mai : « (…)
Tribune : « La culture porte les espoirs d’une Afrique (…)
Burkina : L’arabe, langue oubliée de la réforme (…)
Burkina Faso : Justice militaire et droits de l’homme
Photos des responsables d’institutions sur les cartes de (…)
Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (…)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (…)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés