Actualités :: Sauvegarde et restauration du territoire burkinabè : Mohamed Sawadogo invite (...)

Dans cette tribune, Mohamed Sawadogo, professeur d’école et président de l’association "Ouahigouya jeunesse forte" suggère aux salariés de l’administration publique de consentir à céder une partie de leurs salaires pour participer à l’effort de guerre.

L’insécurité qui sévit dans la mère patrie depuis des années continue de faire son bonhomme de chemin. FDS, VDP, civils en paient le prix. La gravité de la situation exige que nous nous mettions unissions nos forces. Il faut consentir d’énormes sacrifices. Récemment, nous avons tous appris à travers les médias, le sacrifice consentit par le président du Faso à conserver son salaire de capitaine.

A la suite du président, les ministres, eux à leur tour annoncent la rétrocession de la moitié de leurs salaires du mois de novembre pour l’effort de guerre. Un esprit de solidarité qu’il faut saluer, mais je dirai que « c’est bien, mais c’est arrivé ». Ils peuvent encore mieux faire. En attendant que nos responsables des départements ministériels nous convainquent davantage en faisant preuve d’exemplarité et de sobriété dans la gestion des affaires publiques, il reste à souhaiter que l’annonce du gouvernement inspire l’ensemble des couches sociales du pays des hommes intègres.

L’administration publique burkinabé compte des milliers de salariés et si chacun acceptait consentir un peu de sa paye, l’on récoltera une manne financière consistante à reverser dans l’effort de guerre. Pourquoi ne pas lancer le débat au niveau des structures syndicales et des autres partenaires de l’Etat pour s’accorder sur le mode opératoire ? Nous devons nous convaincre que si nous continuons de percevoir nos salaires, c’est parce que le pays est toujours débout.

Si, nous ne nous serons pas les coudes pour booter les fauteurs de trouble hors de notre territoire, nous courons tous à notre perte. Que l’on se comprenne bien, je ne suis ni partisan du MPSR, ni militant d’un quelconque parti politique, je donne juste une contribution citoyenne, convaincu que nous devons sonner une mobilisation à tous les niveaux pour que notre cher Faso redevienne un havre de paix.

Sawadogo Mohamed
Professeur d’école
Président de l’association Ouahigouya jeunesse forte

Journée internationale de l’hygiène menstruelle : Combien (...)
Burkina Faso : De la nécessité de rétablir la catégorie (...)
Burkina : Les assises nationales, c’est comme la mort ou (...)
Burkina : Des citoyens suggèrent un nouveau mode de (...)
Burkina : Contribution sur l’état de la nation
Fermeture du bureau de vote de Bobo-Dioulasso pour les (...)
15 mai 2024 / Journée des traditions : Dire que cette (...)
Burkina : L’ancien Premier ministre Albert Ouédraogo (...)
Tribune : « Notre quête de souveraineté et de développement
Journée des coutumes et des Traditions chaque15 mai : « (...)
Tribune : « La culture porte les espoirs d’une Afrique de (...)
Burkina : L’arabe, langue oubliée de la réforme (...)
Burkina Faso : Justice militaire et droits de (...)
Photos des responsables d’institutions sur les cartes de (...)
Burkina/Lutte contre le terrorisme : L’analyste (...)
Lettre ouverte au ministre de l’Énergie, des Mines et de (...)
Sénégal : Le président Bassirou Diomaye Faye quittera-t-il (...)
Cuba : L’Association des anciens étudiants du Burkina (...)
Sahel : "La présence américaine dans la région joue un (...)
Burkina/Transport : La SOTRACO a besoin de recentrer (...)
Burkina Faso : La politique sans les mots de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5418



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés