Actualités :: Renaissance africaine : L’écrivain Hassane Baadhio rend hommage à Nioussérê (...)

L’égyptologue Nioussérê Kalala Omotundé est décédé, lundi 14 novembre 2022. Cet intellectuel guadeloupéen chercheur en histoire, spécialiste des sciences et mathématiques africaines et des humanités classiques africaines était connu pour sa forte contribution à la renaissance africaine. A travers les lignes ci-dessous, l’écrivain Hassane Baadhio lui rend hommage et demande qu’un prix annuel qui portera le nom « Prix Omotundé » lui soit dédié. Il sollicite aussi que des universités d’Afrique noire et des Caribes portent son nom.

J’ai appris, avec beaucoup de tristesse la disparition de mon confrère es qualité Ecrivain Niousséré Kalala Omotundé. Je n’ai pu réagir plus tôt pour des raisons de santé. Je ne voudrais rester plus longtemps pour rendre un hommage, si pas méritoire, à tout le moins très hautement mérité à ce grand patriote de la race noire et panafricaniste convaincu.

J’ai beaucoup admiré qu’il ne se soit jamais réclamé patriote ni panafricaniste en le criant à tout va. Et pourtant, parmi tant d’autres, il incarnait à 100% ces deux (2) mots. C’est justement cela, positivement parlant, la dimension d’Homme du Savoir et des savoirs. Savoir et Lumière allant de pair ici. Les savoirs qu’Omotundé nous lègue sont un puits plein de lingots d’or à la place des gouttes d’eau. Ils jailliront positivement sur le peuple noir. Eternellement. Chacun de ses mots est une goutte d’eau qui vaut le prix d’un lingot d’or. Voici la marque des grands hommes.

Notamment pour ce qui le concerne, celle d’un géant, visionnaire et ambitieux-au sens premier -pour sa race. Un intellectuel d’une dimension inégalable. Omotundé appartient à la race à part entière et très rare des guerriers de la Dignité de la Race noire. Un seigneur de lumière pour notre race.

Je recevais souvent ses vidéos grâce à un ami. Le 11 novembre 2022, il m’envoyait une vidéo de cet érudit du Peuple noir. Je lui répondis que j’aimais chaque fois recevoir des vidéos d’Omotundé. En cela, toutes mes connaissances qui m’ont envoyé des vidéos de Kalala ont reçu un commentaire positif que je faisais sur lui et ses travaux. Hélas, le 11, il nous quittait.

Je ne recevrais donc plus de vidéos de cet intellectuel plein et entier. Un digne fils de la race noire. À ranger aux côtés de Cheick Anta Diop et Joseph Ki-Zerbo.
Un génie qui a tant apporté à l’éveil des consciences. Plus encore, à l’émancipation du peuple noir. Et surtout à la démystification du Noir. Notamment avec ce breuvage qu’on nous a sciemment inoculé et inculqué, pour nous faire croire, à jamais, que la race noire est une race inférieure.

Concernant Omotundé, je parlais de génie parce que l’œuvre d’Omotundé est aussi précieuse que mille (1000) encyclopédies réunies.

Omotundé aura été un grand artiste de la décolonisation de nos mentalités. Vraiment, très rarement, nous avons vu pour des personnes de sa génération, un Noir, s’investir corps et âme dans un immense combat pour rétablir la Vérité historique sur la race noire. Omotundé avait des qualités fondamentales qui manquent beaucoup aux noirs. Ce sont l’Elévation d’esprit. Et la Maturité d’esprit. C’est bien parce que nous n’avons pas ses qualités, et surtout, refusons de les chercher que nous sombrons depuis des temps immémoriaux. En vérité, nous connaissons notre Mal mais refusons absolument de le soigner. J’aime à dire qu’on ne guérit pas du Mal par des maux. Hélas, cette poudrière, nous la trainons avec nous voici des siècles immuables.

J’ai surtout écrit ce témoignage et cet hommage afin de demander qu’un prix à l’échelle de la race noire porte son nom. Je lance un vibrant et solennel appel à toutes et tous les historiens noirs d’étudier la faisabilité d’un prix annuel qui portera le nom Prix Omontundé. Le prix sera décerné chaque année à cinq (5) lauréats répartis sur les (5) continents. Une bourse d’études sera attribuée à chaque lauréat. Aussi, voudrais-je solliciter que des universités d’Afrique noire et des Caribes porte son nom. Sans oublier les DOM-TOM.

Nioussérê Kalala Omotundé

Ce grand savant noir a immensément donné à la race noire

Nous avons l’éternel péché de ne jamais valoriser nos grands intellectuels. Et penseurs. J’ai personnellement abordé cette thématique en appelant, à travers des pétitions, demandant qu’on valorise mieux nos génies scientifiques. Vous pourrez lire en cliquant sur le lien de www.géolletreriewordpress.com mes pétitions. Ainsi que tous mes articles portant sur la valorisation de la race noire. Vous pouvez, si vous désirez recevoir mes publications, dès que parution, vous abonner à mon blog en cliquant sur le lien ci-dessus.

Le Mal, ici, est très profond. Et j’en ai déjà parlé. Tout d’abord, sachez que depuis des millénaires, les Noirs ne se sont jamais reconnu dans une et une seule découverte et invention d’un Noir. Pourtant, là encore, depuis des siècles, ce sont les Noirs qui sont à la pointe des découvertes et inventions à l’échelle planétaire. Ensuite, depuis des siècles, les savants noirs n’ont jamais obtenu la vraie valeur qu’ils méritent.

Leurs découvertes et inventions sont reléguées au second rang ou passées sous silence. Enfin, nos grands et immenses savants, sont totalement méconnus de nous Noirs. Pourtant, sans le génie scientifique de la race noire l’humanité ne serait pas là où nous en sommes. Pendant longtemps, on trop joué sur la condition d’infériorité du Noir et surtout, sans le dire ouvertement sur la faiblesse mentale du Noir pour nous dévaloriser et dégrader à souhait. C’est en cela que le grand Omontundé est un digne et noble fils de la race noire.

Les noirs doivent impérativement crever, et cela, définitivement, l’abcès de cette tare et plaie que nous portons en nous de ne pas vouloir valoriser.

Une preuve palpable. À part, le prix Mo Ibrahim, combien avons-nous de prix prestigieux crées par de Noirs ? Je lance un défi en demandant de faire le compte. Et, vous verrez que tous les prix que nous avons, de cette dimension, ne remplissent pas une feuille A4.C’est honteux, indigne, révoltant pour une population de plus d’un milliard d’habitants.

La grandeur, je dirais l’immense grandeur de la race noire doit impérativement passer par notre remise en cause. Et, au surplus, notre mea-culpa. Nous passons tout notre temps à accuser les autres alors que les Noirs ont tout pour ne pas mendier. Rien ne nous manque. C’est hélas notre manque de valorisation et notre esprit de facilité qui nous plombent dans le chaos depuis des siècles.

Le grand Aimé Césaire disait que les Noirs ne savaient pas poser les vraies questions pour avoir de vraies solutions .Et donc résoudre les vrais problèmes. Le Grand Ki-Zerbo fustigeait le mimétisme du Noir .Quant au grand Cheick Anta Diop, il parlait consciemment du manque de confiance du Noir.

J’ai cité ces trois (3) grands de la race noire parce que vous retrouvez dans les travaux d’Omotundé tous ces aspects.

Pour une fois, j’en appelle les dignes filles et fils de la race noire, partout où, elles et ils se trouvent à grandir éternellement un Noir qui s’sets donné corps et âme pour que brille à jamais sa race.

C’était mon cri de cœur et mon hommage à mon confrère Ecrivain.

Cher Omotundé, puisse la Lumière de l’Eternité briller pour toujours sur toi. Tu as apporté une magnifique lumière à ta race : la glorieuse race noire.

Dans la dynamique du Combat que nous menons pour notre race, je tenais à te rendre hommage.
Repose en paix.

Hassane BAADHIO
Ecrivain

Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina (...)
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, (...)
Politique : La pensée unique est-elle une solution de (...)
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en (...)
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac (...)
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le (...)
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est (...)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup (...)
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens (...)
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens (...)
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez (...)
Burkina : IB, religion et ethnie
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les (...)
Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso (...)
Education nationale : Un citoyen interpelle le (...)
Propos Moussa Kouanda à l’AG des arabophones : ”Un poison (...)
La vie, ce n’est pas du jeu
Burkina : Pour une meilleure année 2023 en trois (...)
Lutte contre le terrorisme au Burkina : « Il faut (...)
Massacre de 28 peuls à Nouna : « De la gestion d’une (...)
Burkina : Le moment churchillien du Peuple burkindi

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5208



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés