Actualités :: Décès de la députée Claudine Ouédraogo : L’Assemblée nationale rend hommage à « (...)

Décédée le 1er mars 2021, la députée Claudine Ouédraogo a reçu, le mardi 2 mars 2021, les hommages de l’Assemblée nationale. C’était en présence des représentants des partis politiques, des parents, amis et connaissances de la défunte.

La cérémonie a été marquée par les discours d’adieu des différents groupes parlementaires, suivis de recueillement sur le cercueil de la défunte. Dans son mot d’hommage à la députée Claudine Ouédraogo, le président du groupe parlementaire MPP (Mouvement du peuple pour le progrès), Alexandre Tapsoba, a présenté la défunte comme « une vraie battante qui savait mobiliser les femmes non seulement pour le combat politique, mais aussi pour les actions de développement dans le Ganzourgou. Claudine était convaincue que seule la lutte politique libère. Audacieuse et intrépide dans ses prises de décisions, elle savait aussi concilier les positions pour sauvegarder l’intérêt général ».

Moment de recueillement devant la dépouille mortelle

« Celle que nous pleurons ce jour est née le 3 octobre 1971 à Zorgho. Elle est mère de deux enfants et a cumulé au moins trente ans de vie de militante. Au-delà des larmes qui dégoulinent de nos yeux et de notre être, nous savons qu’en tant que croyante, elle repose désormais en paix dans le monde de l’éternité », a poursuivi Alexandre Tapsoba.

Cortège en direction du village natal de Claudine Ouédraogo

Suppléante d’Eric Bougouma dans la province du Ganzourgou, Claudine Ouédraogo avait vu son mandat validé le 22 janvier dernier, en remplacement de M. Bougouma nommé ministre. Elle était la première femme élue députée de sa province.

Attachée d’administration universitaire de profession, Claudine Ouédraogo a longuement servi la nation dans le monde de l’éducation. Elle a occupé de nombreuses fonctions : présidente sous-régionale des mères éducatrices, conseillère au Conseil économique et social représentant les parents d’élèves, membre de plusieurs réseaux de protection des enfants et point focal de lutte contre les mutilations génitales féminines.

La défunte députée a été inhumée dans son Ganzourgou natal, ce mardi 2 mars 2021 au cimetière catholique.

Dofinitta Augustin Khan
Lefaso.net

Gouvernance démocratique : Clarifier le statut de la (...)
Situation nationale : "Ainsi donc, sans pudeur, se sont (...)
Simon Compaoré : "A moins d’être apatride, on ne peut (...)
Promotion de la femme : Le département dresse son (...)
Halidou Ouédraogo : "La vraie question devrait être (...)
Burkina-Ghana : La voie ferrée Ouaga-Kumassi à (...)
Meeting del’opposition :la quête de l’alternance en (...)
Meeting de l’opposition vraie : "La Constitution n’est (...)
L’opposition burkinabè et la présidentielle de 2005 : Où (...)
Meeting de l’opposition : La "compaorose" vilipendée
Présidentielle 2005 : L’opposition donne un spectacle (...)
Discours politique au Burkina : Les bons pas du (...)
Assemblée nationale : "Le Burkina peut tirer profit de (...)
Le Burkina Faso s’affirme plus que jamais comme la (...)
"Coups d’Etat et démocratie" : Regards croisés sur un (...)
Révision du code électoral : le CDP rejette les critiques (...)
Option de rupture de l’OBU : une décantation salutaire (...)
Politique nationale : Vous avez dit "Compaorose" (...)
Partis d’opposition : Les soucis de Hermann Yaméogo
L’OBU face à la presse : "Ce n’est pas le pouvoir qui est (...)
Gestion du domaine foncier national : "L’administration (...)

Pages : 0 | ... | 11277 | 11298 | 11319 | 11340 | 11361 | 11382 | 11403 | 11424 | 11445 | ... | 11781

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés