Actualités :: Présidentielle 2005 : "Les sankaristes déclarés ne passeront pas le premier (...)

Dans la déclaration dont teneur suit, la Convergence de l’espoir apprécie les candidatures sankaristes déjà annoncées pour la présidentielle 2005. Analysant la situation, elle conclut qu’aucun de ces partis sankaristes ne passera le cap du premier tour.

Elle invite par ailleurs ses militants à se mobiliser pour que triomphe le vrai sankarisme.

Peuple du Burkina,

Camarades militantes et militants de l’Espoir,

Enfin, les termes des consultations électorales à venir se précisent : Ia présidentielle est fixée au 13 novembre 2005 et les municipales au 12 février 2006. La fièvre avait déjà gagné, depuis longtemps, certains états-majors politiques, la surenchère aussi. Des rêveurs ont osé affirmer sans sourciller qu’avec quelques centaines de millions, ils sont sûrs de balayer l’actuel occupant de la présidence. On en sourirait si ce n’était pas notre destin commun qui était en jeu. Cependant, ce qui préoccupe notre parti, la Convergence de l’espoir, c’est le fait que tous ceux qui se sont déjà invités à ce débat sous la bannière du "Sankarisme" l’ont fait en ordre dispersé.

Il y a à peine un an, deux partis, qui se réclament du sankarisme, connaissaient une scission. Certains de leurs députés ont rejoint d’autres cieux politiques. Il y en a même qui ont atterri dans le camp présidentiel. Les composantes humaines et géopolitiques de ces partis se sont désintégrées et il serait illusoire de leur reconnaître aujourd’hui la même audience et les acquis issus des efforts unitaires des législatives de mai 2002.

Du côté d’Alternance 2005, où certains sont allés se ranger, plus d’un prétendant a déjà remis en cause la gestion des critères de sélection auparavant admis et nous ne serions pas surpris si, dans les jours à venir, d’autres candidats en faisaient de même. Ce que nous constatons, c’est que des gens qui estiment qu’ils sont à même de diriger ce pays ne sont même pas capables de rassembler dans leur propre maison.

La Convergence de l’espoir pense qu’il est dans un camp qui représente une force réelle et dominante dans ce pays. Ce camp, c’est celui du Sankarisme. Il est vrai qu’au nom de la liberté, chacun peut afficher une appartenance. Mais le Sankarisme ne saurait se résumer à une simple déclinaison d’un nom en "isme". C’est pourquoi notre parti estime nécessaire de réagir face à l’échec programmé par l’incohérence de certains comportements, qui renvoient à des réalités subjectives, trahissant la faiblesse des hommes incapables de dépassement, et révèlent la force des ambitions personnelles aveugles.

Camarades,

Si nous devons nous en tenir à la situation du moment, que constatons-nous ? Si les choses restent en l’état, deux individus, qui se déclarent "sankaristes", originaires de la même province, se retrouveront dos à dos dans une bataille exclusive. Quels seront leurs arguments ? Qu’en penseront les électeurs ? Grande et certaine sera la confusion.

Si nous devons formuler des hypothèses, la plus vraisemblable est qu’aucun d’eux ne passera le cap du premier tour, parce que leur positionnement divise l’électorat commun, brouille la perception même du mouvement, garantit son effritement et, en ultime ressort, assure objectivement sa perte. Si nous ne faisons rien, c’est l’idée même du Sankarisme qui pourrait être mis en lambeaux dans l’esprit du peuple, pendant que des protagonistes inconscients s’en iraient chacun de son côté, après la bataille fratricide, des morceaux de voix en main et des blessures indélébiles d’amour-propre dans l’esprit.

Camarades,

Il n’est pas encore tard pour bien faire, il n’est jamais trop tard pour mieux faire. C’est pourquoi notre parti, convaincu qu’il faut travailler à assurer des lendemains meilleurs à notre peuple, attaché à se battre pour faire du sankarisme une réalité forte et un réel espoir, invite :
tous ceux qui ne se sentent pas concernés par la démarche d’Alternance 2005 ;
ceux qui rejettent l’approche individualiste et désinvolte de certains leaders ;
tous ceux qui condamnent les reniements des directions opportunistes de certaines organisations qui, après s’être nourries du Sankarisme, lui jettent la pierre, à se convaincre qu’il nous faut prendre nous-mêmes en main notre mouvement : • en le débarrassant des aventuriers ; • en définissant des paramètres clairs d’adhésion afin d’éviter au sankarisme cette image d’auberge espagnole où n’importe qui vient, bêtisier au dos, revendiquer un bonnet de roi ; • en dénonçant les délinquants de tout acabit qui veulent faire de notre maison commune, un lieu de pratiques innommables.

Pour ce faire, nos critères de sélection seront conformes à l’esprit et à la lettre de la Révolution d’août. Nous recommanderons notamment :
Que le programme du candidat soit conforme à notre idéal ;
qu’il montre de la clairvoyance et de la clarté dans sa démarche politique ;
que son intégrité et sa probité ne fassent l’objet d’aucun doute ;
que sa candidature soit entérinée par une consultation de la base sankariste au niveau national, afin de lui assurer le soutien populaire ;
que si le candidat n’est pas d’un parti qui se réclame de notre mouvement, une alliance puisse être nouée avec lui. Cette alliance ne se ferait qu’après notre engagement groupé dans la consultation en cause. Dans ce cas, il promettra, devant les représentants des partis sankaristes souscrivant à la démarche, de prendre en compte les préoccupations essentielles de l’idéal sankariste.

Peuple du Burkina, Camarades,

Le président Thomas Sankara, qui s’est attaché durant son fulgurant passage au pouvoir à se battre pour le bonheur de son peuple et pour les autres peuples, n’a laissé à ceux qui se réclament de lui que son idéal à pérenniser et les acquis de la RDP à défendre. La tâche est immense dans un pays où les citoyens, pauvres pour la plupart, ont été conditionnés à considérer tout parti comme une caisse de sécurité sociale et le candidat à un poste électif, comme un entrepreneur devant assurer seul le développement.

Il est aisé de comprendre donc que le combat auquel t’invite la Convergence de l’espoir est un combat de longue haleine, qui impose clairvoyance, patience et courage. Ce combat, nous l’avons engagé. Armés de l’idéal, nous nous battrons jusqu’à la victoire, nous attachant à mériter des amitiés que Thomas Sankara a su se faire de par le monde et qui sont pour nous, aujourd’hui, une source de soutien moral et d’encouragement.

Si le sankarisme est, en plus d’un style et d’une qualité de gouvernement, une somme de valeurs (probité, courage, intégrité, sens élevé de la justice et de la charité), la Convergence de l’espoir s’attellera à les cultiver et s’attachera à les incarner à travers ses militants et sympathisants, en évitant les chemins d’apparence faciles, qui conduisent à des impasses, et en refusant les fuites en avant périlleux. Si ceux qui se réclament de notre combat visaient, en cette période délicate de notre histoire, un homme ou une femme capable de porter haut notre flambeau, nous lui apporterions notre confiance et notre soutien actif. Mais si ce n’était pas le cas, nous engagerions la réflexion avec lucidité et courage, pour distinguer parmi ceux qui prétendent briguer la magistrature suprême de notre pays, le candidat qui mériterait notre appui.

En aucun cas, la Convergence de l’espoir n’accordera sa confiance à un individu sans dignité et sans honneur. Elle ne s’achète pas parce qu’elle n’est tout simplement pas à vendre. Et nous ne l’accorderons jamais à quelqu’un dont le compte bancaire serait nourri de la sueur et des larmes de notre peuple.

Camarades,

Nous vous promettons de revenir sur les choix futurs, parce que nous avons le sentiment d’un devoir à accomplir, pour que vive le Sankarisme. En aucun cas et à aucun moment, nous ne serons l’otage de personne.

Victoire au peuple !

Ouagadougou, le 16 mars 2005

Pour le secrétaire exécutif de la Convergence de l’espoir

Le Président

Jean Hubert Bazié

Burkina Faso : « Il n’y aura pas d’élections tant que le (...)
Gestion du fret : Le CBC reçoit les orientations du Chef (...)
Burkina : Quand les pouvoirs peinent à assurer la (...)
Burkina : Colonel Boukaré Zoungrana désormais ambassadeur (...)
Burkina Faso/MPSR2 : L’échéance de la Transition nécessite (...)
Burkina : 500 millions fcfa pour "une communication de (...)
Burkina : Le Parti Panafricain pour le Salut exhorte (...)
Investiture du Président Bassirou Faye : Voici les (...)
Investiture de Bassirou Diomaye Faye : Le Capitaine (...)
Sénégal : Le CDP félicite le nouveau Président Bassirou (...)
Mobilisation générale et de la mise en garde : Le (...)
Santé : Le conseil des ministres dissout la centrale (...)
Acquisition d’armements : Autorisation d’octroi d’une (...)
Journées nationales d’engagement politique : « Si vous (...)
Burkina/Missions d’audits : La primature met fin aux (...)
Centre pénitentiaire agricole de Baporo : Accroître les (...)
Situation sécuritaire : Le Haut-commissariat des Nations (...)
Burkina Faso : Le gouvernement fait le point de ses (...)
Burkina : Le conseil des ministres adopte un (...)
Evaluation des performances des départements ministériels en
Approvisionnement en intrants agricoles : Le (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12495



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés