Actualités :: Burkina : « Aucune force ne nous arrêtera », lance le Premier ministre (…)

A l’issue du lancement de la campagne de recrutement de la 81e promotion des Appelés volontaires du Service National pour le Développement (SND), ce vendredi 21 juin 2024, à Bobo-Dioulasso, le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla, s’est prononcé sur l’actualité nationale, notamment l’incident de tir à proximité de la RTB/Télévision et son traitement par les médias occidentaux, relayé malheureusement par certains de nos compatriotes.

"Tout est parti de l’avant-dernier Conseil des ministres qui s’est tenu le 13 juin dernier. Ce jour, un des agents chargés de monter la garde a fait une mauvaise manipulation de son arme et un coup est parti. C’est après que nous avons appris, à travers certains médias étrangers et les réseaux sociaux, que le Président aurait fui, que le Premier ministre aurait disparu, que le ministre d’État Bassolma Bazié aurait tenté de fuir, alors qu’il n’était pas à ce Conseil des ministres, car il était en mission à Genève en Suisse", telle est la genèse de cette actualité, selon le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla, avant de rassurer l’opinion nationale qu’aucune autorité de la Transition n’a modifié son agenda et que "l’Etat a continué à fonctionner normalement".

Il a justifié cette position par certaines activités qu’il a présidées les jours qui s’en ont suivi, à savoir la cérémonie de lancement des travaux d’élargissement de la Route Nationale N°2 (RN2), le 15 juin dernier, et la cérémonie de certification de l’Agence des Travaux d’Infrastructures du Burkina (AGETIB), le 18 juin 2024.
" Nous avons continué nos activités comme d’habitude. Je peux vous dire que ni le Président du Faso, ni le Premier ministre, ni les membres du Gouvernement n’ont modifié leur emploi du temps", a-t-il affirmé.

Selon lui, à partir de cet incident, les Burkinabè savent désormais les machinations qui se trament.

"Les médias impérialistes comme France 24, RFI et TV5 Monde, Jeune Afrique se sont emparés de ce sujet pour essayer de semer la confusion, de créer le trouble. Ce qui pourrait être favorable à l’intervention de leurs maîtres pour mettre fin à ce régime. Ceux qui sont âgés savent qu’avant l’assassinat du Président Thomas Sankara, c’est ainsi qu’on a procédé. La presse française a procédé à la diabolisation du Président Thomas Sankara, ensuite en finançant la production de tracts au Burkina Faso contre lui, pour préparer l’opinion à ce qu’on se débarrasse de lui. Ces médias ne sont pas fiables. C’est la raison pour laquelle nous les avons interdits dans notre pays. Bien avant, nous avons perçu leur félonie, d’où l’interdiction d’émettre de France 24, de TV5 Monde, RFI et de Jeune Afrique, car nous ne voulons pas que ces médias inoculent leur venin dans notre population.", a soutenu le Chef du Gouvernement.

C’est pourquoi, il a invité les journalistes Burkinabè à ne pas être au service des médias impérialistes.

"Ce n’est pas tout ce que ces médias diffusent qui est vrai. Vous avez eu l’occasion de voir comment RFI est manipulée et manipulable, comment France 24 est manipulée et manipulable, comment TV5 Monde est manipulée et manipulable, comment Jeune Afrique est manipulé et manipulable. C’est à vous de vous faire une raison" leur a-t-il prodigué, comme conseil.

A l’entendre, cet incident est révélateur, parce qu’il montre l’acharnement que certaines personnes ont contre la Transition.

A l’écouter, cela n’est pas étonnant, dans la mesure où les réformes entreprises ne sont pas du goût de tout le monde.

"Ce que nous faisons actuellement ne plaît pas à beaucoup de personnes.

Nous avons entamé la politique de souveraineté, la refondation de notre pays, et la redistribution des richesses, car il n’y a pas de raison qu’une minorité soit à l’aise et que la majorité soit dans le besoin", a-t-il souligné.

Et le Premier ministre d’ajouter : "Cette politique porte atteinte aux intérêts de ceux qui étaient là, qui sont les valets locaux de l’impérialisme, qui sont appuyés par des puissances étrangères, comme la France, les États-Unis d’Amérique qui commercent avec eux. Cela ne leur plaît pas. Donc leur intérêt est que cette expérience prenne fin. Les impérialistes n’agissent pas directement car cela sera flagrant, alors ils s’appuient sur certains Burkinabè pour semer le trouble nécessaire. Ces Burkinabè sont au Burkina Faso, et à l’étranger comme en Côte d’Ivoire, en France ou aux États-Unis d’Amérique, prêts à servir leurs maîtres pour les prébendes qu’ils touchent".

Néanmoins, il a déploré le fait que certains Burkinabè se réjouissent de cette situation.

"La plupart d’entre eux se réjouissent quand les terroristes font des victimes parmi la population burkinabè, et quand notre armée tue les terroristes, ils ne sont pas contents. Ils vont jusqu’à dire qu’on massacre la population civile. Vous voyez, certains de l’extérieur, inonde la presse de fausses informations contre leur propre pays. C’est parce qu’ils ne considèrent pas le Burkina Faso comme leur patrie. Leur patrie c’est là où sont leurs intérêts. Leur patrie est liée au capitalisme international. Ils travaillent pour le capitalisme et l’impérialisme français. Ils sont payés par eux et nous avons les preuves. Comment peut-on, pour des intérêts particuliers, vendre son pays à l’étranger, alors que tes ancêtres reposent dans ce pays ?. Leur crédibilité est entâchée", a-t-il indiqué.

D’ailleurs, le Premier ministre est plus que jamais déterminé à conduire cette transition à bon port.

"Soyez sûrs d’une chose, ce que nous avons entrepris, nous allons le terminer. Ce que nous avons commencé, nous allons le terminer. Aucune force ne nous arrêtera, d’autant plus que nous avons le soutien du peuple, le vrai peuple et non de ceux qui sont de connivence avec les puissances étrangères pour leurs propres intérêts. Nous parlons du petit peuple composé des paysans, des artisans, des éleveurs, des commerçants, etc. C’est pour eux que nous travaillons et non pour ceux qui ont profité du pays avant, de connivence avec les puissances étrangères. Nous voulons travailler pour notre petit peuple, d’où les différentes réformes que nous opérons, dans le sens de la transformation de nos produits locaux, avec le lancement d’usines de transformation de nos produits dans certaines localités de notre pays. C’est la même chose pour ce qui concerne l’or. Notre or sortait n’importe comment. Certains pays vendent de l’or qui vient du Burkina, alors qu’ils ne produisent pas de l’or. Nous sommes en train de mettre des structures en place pour récupérer et capter cet or, afin de raffiner sur place et que ça serve à la nation burkinabè. Certains pays ont des permis d’exploitation miniers et nous sommes en train de transformer toutes ces mines en instrument national pour la production nationale. Toute cette politique ne plaît pas à beaucoup de gens parce qu’ils voient leurs intérêts s’échapper", a mentionné Dr Kyélèm de Tambèla.

Il a aussi révélé que ces officines sont aux abois, car elles étaient convaincu que
la Transition allait prendre fin en juillet prochain.

"Comme la Transition a été prolongée de cinq (05) ans, elles sont aux abois et elles se disent que cinq (05) ans est trop pour nous.

Pour elles, il faut que le régime parte avant ces cinq (05) années. C’est ce qui explique leur haine et leur animosité actuelles contre le régime", a-t-il exprimé.

Il a invité les Burkinabè à comprendre les enjeux actuels.

"Il faut que vous compreniez la lutte que nous menons. Que chacun choisisse son camp. Si vous choisissez le camp de votre pays, vous devez savoir comment vous comportez. Si vous choisissez aussi le camp des ennemis de votre pays, c’est votre problème. Quand la lutte va s’enclencher, nous saurons distinguer nos amis de nos ennemis", a-t-il martelé.

DCRP/Primature

Burkina/Assemblée Législative de Transition : Les 12 (…)
Burkina/Administration publique : « Pendant longtemps, (…)
Burkina/Libération de Me Guy Hervé Kam : Le SOCL apporte (…)
Burkina : Le Mouvement pour la Démocratie en Afrique (…)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré dénonce "un centre (…)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré annonce pour (…)
Burkina : « On va diminuer le personnel dans les (…)
Rencontre Chef de l’État/Forces-vives : Douze (…)
Burkina : Le Président du Faso à l’écoute des Forces (…)
Président de la transition à président du Faso : « Cette (…)
Conduite de la Transition : les Burkinabè du Niger (…)
Lettre ouverte au Premier ministre : Des citoyens (…)
Burkina : Vers une reconfiguration de l’Assemblée (…)
Burkina : « Nous ne sommes pas héritiers de n’importe (…)
Burkina : « L’équipe au pouvoir, pour rien au monde, (…)
Burkina : « N’ayez pas peur ! », exhorte le Premier (…)
Burkina : Le ministre de l’Administration territoriale (…)
Diaspora : Un mouvement patriotique organise en Italie (…)
Burkina : « Aucune force ne nous arrêtera », lance le (…)
Burkina : Gérard Kango Ouédraogo, le baobab de la politique
Education et formation : Une Initiative présidentielle (…)

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés