Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

ONEA : les clients se cherchent !

Accueil > Actualités > Société • Quand il faut veiller devant un robinet muet pour attendre l’eau (Ph. d’illustration) • mercredi 1er juillet 2020 à 19h30min
ONEA : les clients se cherchent !

12 585 votants. 26% de « oui », donc satisfaits, contre l’effroyable taux de 74% de « non », les insatisfaits. Ce sont les chiffres accouchés par une enquête de satisfaction sur la qualité des services de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), réalisée par nos confrères de Radio Omega. L’opportunité a été alors saisie par des consommateurs très amers, pour raconter, par des commentaires et anecdotes souvent virulents, mais toujours émouvants, leurs calvaires, aussi différents qu’inimaginables, en matière d’accès à l’eau potable. Les résultats parlent d’eux-mêmes et interpellent plus que jamais la nationale de l’eau sur sa mission et surtout son devoir de fournir des services au prorata des immenses attentes de populations pour qui avoir de l’eau, en quantité et en qualité, relève toujours du parcours de combattant.

Et le Zéro corvée d’eau ?

Pour de nombreux Burkinabè, qu’ils résident en ville ou survivent en zone rurale, l’espoir d’avoir de l’eau, ne serait-ce que pour étancher sa soif, a fini par fondre comme un comprimé effervescent dans un verre…d’eau. Et cette pénibilité dramatique, car « l’eau c’est la vie », dit-on, se vit en plein 21è siècle et dans un Burkina dont le premier magistrat, avait pourtant promis, « Zéro corvée d’eau » ! La désillusion, si elle n’est pas totale, n’en n’est pas moins douloureuse. Et en réponse aux efforts certainement déployés par l’ONEA pour être à la hauteur, les clients semblent bien répondre clairement par la formule locale « c’est bon mais c’est pas arrivé ».

En tout cas, Geraldo Nakoulma et Wendabo Narcisse Kaboré attendent toujours d’avoir l’eau à portée de robinet. Le premier, depuis décembre n’est « pas satisfait jusqu’à présent pour (…) manque de matériel » et le deuxième lui a « déposé » sa demande depuis 2018 et « jusqu’à présent pas de nouvelle ». Ils seront probablement moins réceptifs aux récurrentes promesses d’améliorations imminentes formulées par l’ONEA ou aux déclarations mielleuses de campagne électorale des élections présidentielle et législatives couplées de novembre 2020 en ce qui concerne le volet de l’eau. Pour Ynoufou Gnebga, en ce qui concerne l’ONEA Bobo Secteurs 24 et 25, la sentence est sans appel : « service déficient depuis toujours ».

Malgré deux châteaux d’eau à côté

Et si Deme Souleymane, depuis Bindougousso, au secteur 14 de Bobo-Dioulasso est, lui, « satisfait » de l’ONEA, ce n’est visiblement pas le cas, pour Romain Tago qui subit la « coupure tous les jours » à Belle ville » malgré « deux châteaux à côté ». Une vraie torture d’avoir un château d’eau à ses pieds mais pas une goutte au robinet ! Sami Momo essaie, lui, de résumer la plupart des griefs des consommateurs déçus : « Trop de coupures d’eau. Plus de 3 mois pour un nouveau branchement ! Mauvais accueils dans certains guichets ». Un commentaire qui confirme les récriminations de Béli Paulin Batiana dont le constat est tout autant triste : « Au secteur 25 de Bobo-Dioulasso, ce n’est pas la peine. Souffrance sur souffrance ».

Même son de cloche chez Angelo Aïda Kaboré qui soutient qu’au secteur 24, à Bobo Dioulasso, il n’y a « jamais d’eau dans la journée ». Et c’est sans surprise que tombe le couperet de Ouédraogo Windyam : « Les prestations de l’ONEA sont médiocres. Sincèrement je ne vois pas l’utilité de cette société budgétivore qui offre ce qui ne répond pas aux besoins des populations ». De plus, le système de facturation, sans doute peu ou prou compris par les consommateurs est vigoureusement pris à partie par eux, chacun ayant vécu son cauchemar avec le papier rectangulaire portant dans son coin supérieur gauche, la goutte d’eau bleue, signe distinctif de l’ONEA.

L’ONEA peut et doit mieux faire !

Toutefois, le tableau n’est pas totalement noir et comporte des éclaircies. Tout en usant de nuance en mettant le doigt sur les « coupures trop fréquentes à Ouagadougou », Mohamed Barro, bien qu’insatisfait des services de l’ONEA, reconnaît qu’« il y a quand même des efforts en terme de débit ». Il donne même à l’ONEA, « un bonus (positif) par rapport au délai de paiement qui est plus long que celui accordé par la SONABEL (Société nationale burkinabè de l’électricité, NDLR), et sans pénalités ».

Et c’est la preuve que l’Office national de l’eau et de l’assainissement, peut, et doit mieux faire ! A la seule condition de faire couler dans ses tuyaux et robinets, et ce de façon continue, l’eau qui donne la vie. L’ONEA s’imposera alors comme une entreprise, la meilleure en termes de prestation de service vital pour les populations.

Les résultats du sondage et les commentaires des clients peuvent être consultés ici.

Correspondance particulière

Vos commentaires

  • Le 2 juillet à 00:24, par Yadega En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    26% satisfait waaa ! J’ai envie de vomir. Venez voir ce qui se passe à Ouahigouya. L’ONEA est le service le plus inorganisé et désordonné de tous les services d’état. Hier j’ai reçu une facture de plus de 100000F pour ma consommation d’un mois. 100% d’insatisfaction ici. Les agents sont arrogants, le service nul, le centre d’appel inexistant, coupure d’eau pendant des jours voire des semaines, absence de factures chez beaucoup d’abonnés, des querelles avec les clients à longueur de journée, des surfacturations, beaucoup d’air dans les canalisations, lenteurs au niveau des branchements, ......
    26% mon œil weh !!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 02:11, par vraie En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    A gaoua c’est encore pire avec des coupures de plus de 48h. C’est l’émergence de la paresse et devant c’est maïs. Ainsi va le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 10:37, par ZAB En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    ONEA hummmm ! Je suis à taabtenga, une zone attribuée aux déplacés du projet Ziga1 depuis 2006, mais curieusement sans eau, pire les bornes sont à une distance de 1 km et l’eau n’est accessible que la nuit à partir de 2 heures. On nous a baladés de service en service. De promesses en promesses on a des tranchés depuis juin 2019, source d’insécurité (accident). On attend, on attend car déguerpis pour installer des châteaux puis vous même vous n’avez pas l’eau, quel paradoxe ?
    Zéro corvée d’eau, calvaire oui !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 10:47, par Ads En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    Le travail que vous venez de faire est très pertinent en terme d’état des lieux pour permettre de prendre des mesures en interne dans le sens d’améliorer cette situation. Toutefois, chacun se doit de répondre à la question suivante pour mieux apprécier cette situation : l’ONEA distribue-t-il gratuitement l’eau ou vend-il cette eau ?
    Ma réponse à moi est sans équivoque : l’ONEA nous vend l’eau que nous consommons.
    Pourquoi l’ONEA refuserait-il de mettre à la disposition des acheteurs cette eau qu’il leur vend ? Ce sont les recettes de cette vente qui lui permettent de payer les travailleurs, de rembourser ses emprunts, de réaliser de nouveaux investissements, de contribuer à la création de la richesse dans le pays à travers les contrats de prestations et de fournitures qu’il entretient avec ses fournisseurs.
    Toutes ces énumérations pour dire que dans un monde où tout est normal, un vendeur de fruits ne refuserait pas de vendre ses fruits à des clients, dans la mesure où sa survie dépend de cette vente.
    En plus de la situation géographique et géologique de notre pays et les conséquences en terme de ressources hydriques, l’ONEA fait face à la défaillance de certains prestataires nationaux et internationaux du fait de la dépendance de notre pays vis à vis de l’extérieur pour ce qui est de la fabrication de tous les matériels et produits utilisés dans le traitement de l’eau et les raccordements aux réseaux d’eau. A cela il faut ajouter les lourdeurs administratives dans le processus de passation des marchés.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 13:03, par aboubakr En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    Mon Cher ADS avec tout le respect que je vous dois, vous même si je ne m’abuse devriez être un agent de l’ONEA, vous savez bien que vous ne faites pas de pertes puisque vous vendez de l’air à la place de l’eau. Si vous voulez me contester, demandez à l’ONEA de nous faire sortir les chiffres sur les quantités d’eau réellement pompées et celles réellement vendues. Vous verrez que l’ONEA fait d’énormes bénéfices, voilà pourquoi ils n’ont aucun égard à l’endroit du consommateur.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 14:05, par PIONG YANG En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    ONEA = médiocrité, affairisme, népotisme, incompétence. La nulle des sociétés d’État. Et il y’a rien. C’est ça le Burkina d’aujourd’hui. Mai....le dernier mot revient au peuple. Silencieux, mais pas idiot.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 14:41, par A KASMA En réponse à : ONEA : les clients se cherchent !

    Pour moi, tout peut se justifier. Ressourches ,relief, constructions anarchiques et autres. Mais, pour le cas des prestataires deffaillants, c’est pas la peine. Revoyer un peu si vous n’étes prêts, prenez votre temps, les clients vous comprendrons.
    creuser , et placer les tuyaux puis faire des années là c’est pas pardonnable.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Prise en compte de l’animisme dans l’ONAFAR : L’association pour la tolérance religieuse salue le geste
Dori : L’UFC mobilise les FDS et la population civile pour le curage des caniveaux
Stage militaire des énarques : 45 jours en « terrain inconnu » pour 850 élèves
Fada N’Gourma : Un éclatement de pneu sème la panique
Solidarité nationale : Le cabinet INDABA International vole au secours des personnes déplacées de l’arrondissement 11
Sortie de promotion : Treize filles en fin de séjour au centre MIA ALMA de l’orphelinat AMPO
Commission épiscopale justice et paix du Burkina : 71 personnes accusées de sorcellerie ont rejoint leurs communautés
Cybercriminalité : Une nouvelle brigade pour traquer les cyber-arnaqueurs
Redevabilité sociale et veille citoyenne : 20 communes du Burkina Faso passent à la loupe
Prix Nobel alternatif 2018 : Le gouvernement burkinabè octroie un passeport diplomatique à Yacouba Sawadogo
Réconciliation nationale : Le HCRUN consulte l’Unité d’action syndicale
Adoption du statut-cadre de la Police nationale : Des policiers expriment leur reconnaissance au Médiateur du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés