Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ose traverser les grands fleuves ne craint pas les petites rivières.» Proverbe Chinois

Ouagadougou : Les commerçants du marché de Dassasgho exigent la réouverture

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 28 avril 2020 à 22h55min
Ouagadougou : Les commerçants du marché de Dassasgho exigent la réouverture

Après les marchés Naabi-Yaar et Sankar-Yaar, c’est au tour du marché de Dassagho de rentrer dans la danse. En effet, ce mardi, 28 avril 2020, les commerçants de ce marché de Ouagadougou ont barricadé la Route nationale numéro 4 (RN4) pour exiger la réouverture de leur lieu de service.

C’est un nouvel épisode pour ce mardi, 28 avril 2020. Des commerçants du marché de Dassasgho ont barricadé la Route nationale numéro 4 (RN4) pour exiger la réouverture de leur marché.

Ils se disent fatiguer de ces décisions « deux poids deux mesures ». De leurs avis, il n’y a pas de raison que Rood-Woko, le grand marché de Ouagadougou qui peut accueillir plus de 1000 personnes soit rouvert et que leur petit marché puisse toujours être fermé.

Lire aussi : Mesures contre le COVID-19 : Des commerçants de Nabi-yaar barrent l’avenue Babanguida pour exiger la réouverture du marché

Amado Kafando

Amado Kafando, un commerçant du marché de Dassasgho nous explique ‘’le bien-fondé’’ de leur acte. « C’est triste ! Ils ont fermé le marché et nous ont promis la réouverture pour le 20 avril 2020. Nous avons respecté cela. Le 20 avril, nous sommes venus et ils nous ont dit de nettoyer le marché pour que lendemain, la réouverture soit faite. Nous avons fait cela. A notre grande surprise le lendemain, on nous dit qu’on ne peut rouvrir le marché jusqu’à nouvel ordre », a-t-il détaillé. Pour lui, ça fait huit jours que le grand marché Rood-Woko est rouvert. « On a fermé la route afin qu’ils viennent rouvrir notre marché. Même s’ils vont mettre des barrières ou donner des consignes, on va suivre cela », a-t-il soutenu.

Et Adama Sawadogo, un autre commerçant d’ajouter que « ça fait une semaine qu’ils nous ont promis la réouverture du marché. Il y a des gens qui, s’ils ne sortent pas, ils n’auront pas de quoi à manger ».

Josephine Ouédraogo

Quant à la commerçante Joséphine Ouédraogo, elle indique que les commerçants sont dos au mur. « Chez nous, ça ne va pas ; on souffre beaucoup. On a dit qu’on a fait don de vivres aux commerçants mais on a rien vu ici », a-t-elle souligné.

Informée de la situation, la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) est venue remettre les choses dans ordre. La voie a été libérée et les responsables du marché sont obligés d’aller négocier avec les autorités compétentes.

La voie dégagée après l’intervention de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS)

En rappel, le 26 mars 2020, les autorités ont décidé de fermer les marchés de la région du Centre dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. En attendant la réouverture du marché de Dassosgho, ces commerçants promettent de ne pas baisser la garde. D’ailleurs, ils annoncent de pareilles situations pour les autres petits marchés dans les jours à venir. A qui le prochain tour ? Affaire à suivre.

Cryspin Masneang Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 avril à 12:08, par Balbi En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent la voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    Bonjour !

    Ce n’est pas intelligent de réagir de la sorte. Contacter le maire et exprimez votre mécontentement. Bloquer une route nationale de surcroît avec un échangeur c’est pas sérieux. comment voulez-vous que quelqu’un fasse marche-arrière sur échangeur ?

    Je pense que la police doit durcir prochainement le muscle plus que ça pour apprendre aux gens comment se comporter. Pourquoi bloquer cette voie qui mène même au plus grand hôpital de la capitale du pays ?
    Dommage !!

    Répondre à ce message

    • Le 29 avril à 08:16, par A qui la faute ? En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent la voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

      Mais à chaque occasion le gouvernement prend des décisions complétement incompréhensible et le dialogue ne donne jamais aucun résultat. Ce qui pousse les gens à manifester et comme par magie après chaque désordre l’état concède par peur.
      - Tous les marchés sont fermés le même jour. Après vous ouvrez le plus grands marché sachant que le système de marché est un circuit (le commerçant des yaars se fournit au grand marché). On manifeste à Nabi Yaar et vous ouvrez, le message envoyé à tout le monde c’est "tant vous ne manifestez pas, on n’ouvre pas"
      - Pleins de milliards sont déjà mobilisés mais ces familles n’ont rien vu passé.
      Ne pensez pas que ces manifestants sont des anarchistes. Ils ont vu prendre le pouvoir dans la rue. Ils ont vu comment certains corps de fonctionnaires se sont fait arrosés de millions en manifestant. Ils ont vu comment leurs collègues commerçant ont manifesté et ont eu gain de cause.
      - Dans un pays la population finit par exceller dans ce qui paye. Au Brésil les jeunes excellent dans le foot, aux USA les jeunes excellent dans les nouvelles technologies, en Europe les noms de rue sont donnés à des inventeurs et des artistes, et au Burkina c’est la manifestation qui paye. Certains ont lancé leurs carrières grâce à la manifestation. Vous allez voir que le marché va ouvrir, et ces mêmes commerçants vont donner la leçon à leurs enfants

      Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 12:23, par Indjaba En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    Les écrits de Mr L. Bama N. Toure et A. RACHOW negativant tout des gouvernants et appelant constamment à la revolte et à la deficience du regime MPP ONT porté leurs fruits. devant cette deficience, je propose au gouvernement de :
    1)lever toutes les Mesures contraignantes et supprimer le comité de lutte contre le covid(corus) ;
    2)Considerer le covid19 comme toute autre maladie infectieuse au meme titre que le palu, la typhoide, l’amibiase etc
    3)Creer un programme vertical comme le programme palu, tuberculose etc
    4)Continuer la sensibilisation sur Comment eviter le covid 19 et comment se soigner quand on est malade ( exactement comme on le fait pour le palu)
    5)Former le personnel de santé sur la prise en charge du covid 19 à tous leS niveaux du systeme de santé
    6)Disponibiliser leS intrants de prise en charge (azithromycine, chloroquine etc) à tous lEs niveaux du systeme
    7)Pour les Burkinabè, Rendre leS intrants payant comme on le fait pour les médicaments de palu. Rendre ces produits gratuits pour les femmes enceinte et les enfants/mineurs (0-18ans)
    8) Laisser chacun etre responsable comme on l’a fait pour le palu.
    Ceux qui prendront des precautions seront moins malades et vont moins mourrir et ceux qui seront au hasard seront plus malades et donc mourront plus de ce mal. Aussi chacun en fonction de ses moyens se feront se faire soigner au privé ou au public . Mais Au moins on ne dira plus que c’est une maladie politique et fabriquée.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 12:35, par koungna En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    La suite logique des choses. Voici ce que le copier-coller peut nous emmener. La faim ou le virus, à nous de choisir si on nous planque des politiques tordues

    Répondre à ce message

    • Le 28 avril à 17:25, par citoyen LAMBDA En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

      Chapeau bas INDJABA pour tes judicieuses et pertinentes propositions . C’est effectivement la seule manière de responsabiliser chaque Burkinabè face à cette pandémie . En fait ,on s’est rapidement laissé entrainé par les blancs qui pour le moindre décès dû à un nouveau virus qu’il ne maitrise pas ont embarqué le monde entier dans cette affaire .
      Que l’on responsabilise chacun et chacune . L’essentiel est que le gouvernement se concentre sur la bonne information et la sensibilisation du peuple pour éviter la maladie et que les médicaments pour se soigner soient disponibles dans les pharmacies en cas de survenue de la maladie malgré tout .. Maintenant celui qui ne veut pas suivre les conseils des mesures barrières pour lui et sa famille ,qu’il en assume les conséquences . Le gouvernement se complique la vie dans cette affaire alors qu’il y a des INDJABA pour lui trouver les bonnes solutions .
      On ne va quand même arrêter de vivre à cause de COVID-19,sinon autant dire que c’est la fin du monde .

      Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 12:45, par DF En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent la voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    Tous les marchés ont été fermés à la même date. On pourrai comprendre qu’on ouvre Roodwooko avant mais une semaine après la mairie devrait déjà savoir si il faut fermer encore ce dernier mais si elle estime que tout va bien la bas, elle décide de l’ouverture des autres marchés. La Mairie Centrale a manqué de communiqué avec les commerçants. Elle devait prévoir qu’après une semaine, les autres marchés allaient manifester si les commerçants ne voyaient rien présager à l’horizon pour eux. On a pas besoin d’être politiciens pour prévoir cela. On attend que les choses s’empirent avant de sortir communiquer.
    De plus, avec l’élément de BF1 qui vient confirmer les dires de Ladji Bama, moi même je commence à douter de ces chiffres du COVID 19 au Burkina. Certes, il y a le COVID 19 mais la situation a été exagéré. Que le gouvernement sache que cela va encore renforcer la confiance de ceux qui n’ont jamais cru qu’il y a cette maladie. De grâce, ouvrez tous les marchés, arrêtez la quarantaine, ouvrez toutes les écoles, mosquées, églises, paroisses, LAISSEZ JUSTE LA VIE CONTINUEZ AU BURKINA.
    En passant, et nos experts chinois ? Il parait qu’ils sont partis. Ils étaient la pour deux semaines et au finish, ils font moins deux semaines. Quelle est la vrai raison de leur visite au Burkina et de leur départ précipité ? Est-ce parce qu’ils ont remarqué que leur appui n’était plus nécéssaire ? Est-ce qu’ils sont venus expressément pour emporter quelque chose ? Voir chercher à comprendre pourquoi les Africains résistent mieux au COVID 19, questions de mener à finaliser leurs recherches ? Au commissariat de Tampy, tout finit par se savoir. La VERITE triomphe toujours.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 13:01, par TIENFO En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    Suite à l’ouverture de Nabi Yaar, j’avais prévu ces genres d’actions en cascades à travers le pays dans les jours à venir et j’ai été censuré. Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 13:04, par saywe En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    j’encourage le gouvernement dans son action concernant la mesure sur le covid. nous devons savoir que nous ne sommes pas maitre de nous même et qu’il y’a des lois dans ce pays .si les autres pays faisaient cela ils en seront a des milliers de mort. C’est grâce au confinement que les morts se comptent si non… chez nous ,nous avons adoucit la situation en mettant la quarantaine en application. Malgré cela des individus réfracta-politico-affamé se permettent de faire l’ignoble.de toute façon la maladie ne te choisis pas , c’est toi par tes actions qui te fait contaminer.
    dieu veille sur mon Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 13:27, par ouedraogo1979@ gmail.com En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent la voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    Tous ce qui se passent actuellement dans notre pays achèvent de me convaincre que le président RMCK dort plus qu’il ne travail. Sinon, comment comprendre le mauvais travail fait par ses ministres et que le président RMCK ne leur demande pas de tirer les conséquences. Dans tous les domaines de notre pays rien ne vas. D’abord sur le plan politique.Du mauvais casting dans la constitution des différents gouvernements. Majoritairement des femmes et des hommes du privé qui devraient faire preuve de rigueur dans la gestion axé sur le résultat de leur ministère. Mais hélas les ministères sont gérés en mettant les fonctionnaires expérimentés de côté. Le résultat est sans appel : le désastre. Sur le plan éthique:Des ministres se sont mal comportés sans que le président ne bronze. BOUDA et sa villas ; Bagoro et sa protocole ; IDANI et son charbon fin ; LOUGUE née SORGHO et sa COVID-19 ;BOUGOUMA et ses routes etc.. etc. Sur le plan social:La gestion est plus que catastrophique : Le monde éducatif avec les multiples grèves entrainant des programmes inachevés et une baisse certaine du niveau de nos apprenants. Le secteur des finances avec le fonds commun qui a fait perdre à l’Etat plus de 550 milliards selon le MINEFID lui même. j’imagine que ces fonds perdus pouvaient nous être d’une grande aide dans le contexte de coronavirus. Des milliards perdus à cause des reformes hasardeuses et mal menés par une ministre en soif de publicité. Le secteur de la santé avec plusieurs morts par manque de soins parce que le gouvernement refuse de mettre en œuvre la Fonction publique hospitalière pourtant figurant dans le programme présidentiel de RMCK. La police qui a mainte fois boycotté leur sortie jetant la population dans la gueule du loup. Sur le plan économique, les hommes et femmes d’affaires ne peuvent plus se déplacer comme ils veulent sur toute l’étendue du territoire nationale, insécurité oblige ; des investisseurs ont fuient le pays. Sur le plan sécuritaire, des centaines de soldats tués, des centaines de civils massacrés , des milliers de déplacés internes , des millions de scolaires sans classes, des centaines de CSPS fermés, des portions du territoire sous contrôle des terroristes( cinq régions sous contrôle djihadistes).Pourtant RMCK avait juré de défendre l’intégrité et l’intégralité du territoire. Les solutions qu’on apporte pour ce pays sont des solutions copiées à ailleurs au détriment d’une réflexion qui tiennent compte de nos réalités. La gestion du COVID et son corollaire de mesures d’accompagnement en témoignent. Au regard de tout ça, RMCK a l’audace d’être candidat à sa propre succession pour 2020.IL ne voit pas que les gens ont assez souffert comme ça. Si cette situation que nous vivons devrait se poursuivre jusqu’en 2025 ? Merde alors.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 14:23, par sidpayele En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    hummmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm BURKINA dès. je passais

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 14:28, par @@gog En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    L’analphabétisme et l’obscurantisme sont des maux qui vont nous empêcher de lutter efficacement contre le COVID 19.Si Pour leur bien le gouvernement doit être défié de la sorte , c’est triste.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 14:56, par TOI AUSSI En réponse à : Ouagadougou : Des commerçants barricadent une voie pour exiger la réouverture du marché de Dassasgho

    Ouédraogo 1979 à ce que je saches tu seras libre de voter qui tu veux en 2020, réciproquement tu doit accepter que celui qui veux ce présente comme candidat se présente ou bien tu représente tout les électeurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 08:05, par sidpayele En réponse à : Ouagadougou : Les commerçants du marché de Dassasgho exigent la réouverture

    Ouédraogo 1979 ,hahahahahahahahahah penses tu que parmi ces politiciens tout tentance confondus qui pourra nous sortir de cette lugubre umbrigrio que tu dépeints notre pays je dit bien que tu depeints. car un autre peintre n’aura pas la meme lecture. kato kato kato kato kato kato .c’est normal de toujours voir le 226 en noir. Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril à 09:36, par arsène bamogo En réponse à : Ouagadougou : Les commerçants du marché de Dassasgho exigent la réouverture

    Toujours des problèmes de communication avec des sons divergents du jour au lendemain. Celui qui connaît Dassasgho, son marché n’avait pas en fait été fermé, mais plutôt délocalisé, surtout pour certains (es) commerçants (es). Mais comme disait quelqu’un, ce régime-là vraiment....Quant aux mécontents, ils se font plus d’ennemis que d’amis en barrant les voies car ce ne sont pas aux usagers qu’ils ont affaire, mais aux autorités communales avec lesquelles ils doivent discuter...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Du Burkina Faso et des Burkinabè : Nous sommes burkinaBÈ, pas burkinaBÉ ni burkinais, ni burkinabaises, ni burkina-fassiens
Burkina Faso : Quand le Burkinabè semble regretter le Voltaïque !
Protection sociale : Les acteurs s’accordent sur l’alignement au registre social des interventions en soutien aux populations vulnérables
Réhabilitation de la cathédrale de Bobo-Dioulasso : La quête se poursuit pour l’exécution des travaux
Protection de l’enfant dans les conflits armés : Le CIMDIH forme des membres de la société civile à Bobo-Dioulasso
Kantchari (Est) : Un policier municipal assassiné à son domicile
Pari mutuel urbain du Burkina : Un parieur novice de Koudougou dans le cercle des multimillionnaires
Examens nationaux : La fondation Barka offre des masques faciaux à 2000 candidats de la région de l’Est
Baccalauréat 2020 : Le ministre de l’Enseignement supérieur donne le top de départ à Banfora
Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire
SUNU Assurances : Le programme " Kiff Tes Vacances avec SUNU Assurances Vie Burkina Faso" lancé
Baccalauréat session 2020 : 3 726 candidats en lice dans la région du Sud-Ouest
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés