Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens bien élevés contredisent les autres. Les sаgеs sе сοntrеdisеnt еux-mêmеs.» Oscar Wilde

Musique religieuse : La Sœur Nicole Kaboré, dédicace « Dieu Puissant », son sixième album

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • lundi 17 février 2020 à 00h30min
Musique religieuse : La Sœur Nicole Kaboré, dédicace « Dieu Puissant », son sixième album

La sœur religieuse Nicole Kaboré a dédicacé, le dimanche 16 février 2020 au collège de la Salle de Ouagadougou, son sixième album intitulé « Dieu Puissant ». C’est un opus de huit titres, chantés principalement en français et en mooré, dans divers rythmes.

Après « Dieu Fidèle », sorti en mai 2011, « Dieu d’amour » en 2015 à Yaoundé, « Dieu vivant » en 2017, « perpétuel secours » en 2018 et « Dieu des merveilles » en 2019, la sœur Nicole Kaboré revient en 2020 avec un sixième album intitulé « Dieu Puissant ». La sortie officielle de l’opus a eu lieu le dimanche 16 février 2020 au collège de la Salle de Ouagadougou. C’était au cours d’une conférence de presse organisée à cet effet.

Dans cet album, la religieuse musicienne exprime son attachement sans faille à Dieu dans le premier titre de l’album « Dieu tu es mon Dieu », où elle proclame qu’une vie sans Dieu est plus amère que la mort. Entre autres titres, la religieuse chante les vertus de Marie Poussepin, fondatrice de la famille religieuse dont elle est membre, et dont les vingt-cinq ans de béatitude sont célébrés cette année. Dans ce titre « Zunoogsoab la yâmba » qui signifie « Bienheureuse es-tu » en français, l’artiste chante en mooré, en français, en espagnol, en anglais, en sarah (une langue tchadienne), en sénoufo, en lingala, etc.

Dans le titre « Beem ka yôodo » la religieuse montre qu’il ne sert à rien d’être foncièrement méchant, parce que la méchanceté détruit son auteur avant les autres. Avec « Tu es digne de louange », l’artiste invite à cesser les apologies.

« Nous parlons souvent et facilement de ce que le diable a fait et nous évoquons rarement les bienfaits de Dieu qui du reste sont innombrables » dit-elle en appelant à parler plus de Dieu qui s’en orgueillit et se laisse toucher. Dans le troisième titre de l’album qui est « Jésus m’a guéri », l’artiste évoque les nombreuses fois où la main de Dieu a sauvé sa vie.

« Pour la énième fois, il est passé dans ma vie et il m’a guéri » confie-t-elle, avant d’avouer qu’elle a entonné ce chant lors d’une guérison reçue récemment. Ce titre a un parallèle avec « Jésus la rawa » qui signifie « Jésus est homme » en français. Dans le titre « Gloria », la Sœur Nicole, communie avec la louange des Anges, qui ont entonné pour la première fois ce chant, à la naissance du Christ. Enfin « la victoire de l’agneau » encense le sacrifice de l’agneau véritable, Jésus pour ôter définitivement les péchés. « Désormais, le sang des taureaux et des boucs va aux idoles et détruit l’homme » affirme-t-elle.

Elle est membre de la congrégation des sœurs de charité dominicaine de la présentation de la Sainte Vierge, fondée en 1696 par la bienheureuse Marie Poussepin. Cette congrégation était là, en nombre important, pour la soutenir. C’était la première fois, que la religieuse artiste des sœurs dominicaines, était face à la presse, pour présenter son album. Pourquoi tout ce temps avant de présenter officiellement son album ? Parce qu’elle est la première religieuse à embrasser une carrière musicale moderne et professionnelle au Burkina.

Sœur Nicole concilie vie religieuse, enseignement et musique. La musique, elle la tient de sa mère, qui encadre des chorales religieuses. Selon elle, toutes les occasions sont bonnes pour être chantées et renforcer sa relation avec Dieu, qui ne choisit pas d’heure pour inspirer. Ce qui signifie qu’elle a toujours chanté, aussi bien en classe qu’en préparant ses cours, en prière ou dans le silence des heures sacrées.

La Sœur Nicole Kaboré est aussi auteur de deux singles. Un maxi à la maison des rédemptoristes de Saint Gérard et un single à la Radio Maria à l’occasion des 25 ans de la Radio. Elle a été sacrée Kundé de la meilleure musique religieuse en 2019 et a à son actif 15 clips. A l’homme le présent, à Dieu l’avenir et la Sœur Nicole, se soumet à la direction de sa girouette.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Covid-19 : la culture touchée, mais pas coulée
Lutte contre le covid-19 au Burkina : L’artiste Don Sharp de Batoro participe au combat
Religion : « La musique est un moyen d’évangélisation », dixit l’abbé Lucien Wanré
Christiane Zoungrana : « Le tissage, c’est une histoire d’amour »
Poème : « Magnificat » de Marie Mechtilde Guirma
Bobo-Dioulasso : Ous Hebié dédicace son troisième album « Yahigô »
Musique : Bil Aka Kora marque son retour sur scène avec « fulu », son sixième album
Mode : « Face », une émission pour briser les préjugés sur le mannequinat
Burkina Faso : Report de la Semaine nationale de la culture
Vernissage : ‘’ écrits sous moustiquaire’’, une exposition de Marie-Clotilde Bastide
Semaine nationale de la culture 2020 : Des innovations majeures pour cette 20è édition
2e édition du grand prix de poésie Thomas Sankara : La cérémonie officielle de la remise des prix aura lieu le 21 mars 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés