Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a rien de plus beau qu’une clef, tant qu’on nе sаit раs се qu’еllе οuvrе.» Maurice Maeterlinck

Pèlerinage diocésain de Bobo-Dioulasso à Dingasso : Les fidèles catholiques ont prié pour la paix et l’unité nationale

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 27 janvier 2020 à 22h20min
Pèlerinage diocésain de Bobo-Dioulasso à Dingasso : Les fidèles catholiques ont prié pour la paix et l’unité nationale

« Avec Marie, notre dame de Dingasso, à la lumière de la parole de Dieu, construisons la paix ». C’est sous ce thème que les fidèles catholiques de la ville de Bobo-Dioulasso ont effectué, ce dimanche 26 janvier 2020, la 32e édition du pèlerinage diocésain à Dingasso. Ce rendez-vous annuel a été pour eux, une occasion de réaffirmer leur foi en Dieu. Aussi, ils ont prié pour la paix, la sécurité et la cohésion sociale au Burkina Faso.

Le pèlerinage à Dingasso est, selon les fidèles catholiques, une démarche de foi et leur permet de se rapprocher davantage de Dieu. C’est ainsi que, comme chaque année, ils étaient nombreux à rallier le site de Dingasso à une quinzaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, pour ce rendez-vous annuel.

Entre louange et adoration, ces pèlerins ont une fois de plus réaffirmé leur foi en Dieu pour toutes les grâces reçues dans leur vie. Aussi, ils ont prié pour la paix, la sécurité et la cohésion sociale au Burkina Faso. Cette célébration eucharistique a été présidée par monseigneur Paul Ouédraogo, archevêque de Bobo-Dioulasso, qui a également invité ses fidèles à prier pour que la réhabilitation de la cathédrale notre Dame de Lourdes soit une réalité. Il demande encore aux fidèles, de « laisser parler leur cœur ».

Monseigneur Paul Ouédraogo, archeveque de Bobo-Dioulasso

Cette 32e édition du pèlerinage était placée sous le signe de la parole de Dieu. « Le pape François a demandé à toutes les églises de faire de ce dimanche, qui est le troisième dimanche du temps ordinaire, le dimanche de la parole de Dieu. Donc d’insister de façon particulière sur la parole de Dieu que les chrétiens doivent accueillir afin qu’elle les éclaire et surtout qu’elle transforme leur cœur et surtout leur vie », a expliqué monseigneur Paul Ouédraogo.

Par ailleurs, il a ajouté que : « Nous sommes venus au pied de Marie qui, pour nous, est le model parfait de l’accueil de la parole de Dieu et de la disponibilité à cette parole. Parce que Jésus-Christ est la parole de Dieu faite homme ; et c’est elle qui l’a accueilli en son sein, qui nous l’a donné en le mettant au monde à Bethleem et qui l’a accompagné jusqu’à Golgotha où il est mort pour nous. Et même après sa résurrection, Marie a continué d’accompagner tous les apôtres que Jésus avait rassemblés autour de lui, pour qu’ils continuent sa mission, donc à proclamer la parole de Dieu ».

C’est pourquoi il estime que si le chrétien accueille la parole de Dieu, celle-ci peut lui donner une lumière nouvelle. « Nous venons ici à Dingasso avec une requête très forte, la paix. La paix pour nos familles, pour nos communautés, la paix pour notre pays et les pays voisins, la paix pour le Sahel. Nous nous sommes dit que c’est en accueillant la parole de Dieu que les chrétiens peuvent devenir véritablement des artisans de paix. Parce que c’est la parole de Dieu qui nous éclaire et qui nous dit ce à quoi le cœur humain est très habitué », a souligné l’archevêque.

Pour lui, le désir de vengeance n’arrête pas la violence. Elle ne fait que l’aggraver. « La parole de Dieu nous dit qu’on vainc la méchanceté par le pardon et l’amour. C’est l’amour qui converti le méchant. Ce n’est pas en étant méchant envers lui qu’on peut changer son cœur.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 janvier à 15:21, par Nabiiga En réponse à : Pèlerinage diocésain de Bobo-Dioulasso à Dingasso : Les fidèles catholiques ont prié pour la paix et l’unité nationale

    La source de notre sous développment se trouve dans notre foi. Les réligions nous étouffent, nous tuent et ont fait de nous l’homme le plus méprisé au monde. La réligion, oui. Alors que les autres sont en train de chercher la vie outre notre planète, nous c’est la vièrge ceci et cela que nous fêtons. Pourquoi ne pas fêter nos succès scientifiques. Tous les problèmes de notre continent découle de notre envie insatiable de vivre notre ciel sur terre. Le ciel c’est ici, l’enfer c’est encore ici, sur terre. D’ailleurs l’Afrique vit son enfer

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Promotion de la culture biologique : Le PASAAO forme 31 animateurs endogènes
Dori : Le président du Faso inaugure la gare routière et le CHR rénové
Insécurité : « Plus que jamais, les femmes et les enfants sont encore plus vulnérables », s’apitoie la présidente d’African Women Leaders, Marie Hermann Coulibaly
Imposition de la cendre au début du Carême : Un appel à la conversion et à la pénitence
Fronde sociale : Les magistrats burkinabè annoncent les couleurs
Burkina : Le président du Faso rassure les déplacés internes dans le Sahel
Santé sexuelle et reproductive : 60 « billis » prêts à sensibiliser leurs pairs
Sahel : Les populations locales partagent leurs expériences sur la résilience
Tourisme : Des supports pour promouvoir les sites et la diffusion du potentiel touristique
Santé au Burkina : Les partenaires au développement échangent sur le financement du plan stratégique 2020-2024 de l’Institut national de santé publique
Commune de Boromo : Le sous-projet PAPF/Boromo officiellement lancé
Fonds vert pour le climat : Des acteurs burkinabè appelés à une synergie d’actions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés