Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le génie est fait de un pour cent d’inspiration et de quatrе-vingt-dix-nеuf рοur сеnt dе trаnsрirаtiοn.» Thomas Alva Edison

Présence militaire étrangère au Burkina : Le MBDHP/Séno se pose des questions

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 15 décembre 2019 à 09h00min
Présence militaire étrangère au Burkina : Le MBDHP/Séno se pose des questions

La section provinciale du Séno du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) a organisé, ce 13 décembre 2019 à Dori, un piquet de grève pour réclamer justice pour Norbert Zongo et ses compagnons, 21 ans après leur mort. Ce fut aussi l’occasion de dénoncer la présence militaire étrangère dans la sous-région et en particulier au Burkina Faso.

La région du Sahel étant sous le coup de l’Etat d’urgence, les membres du MBDHP ne pouvaient pas sillonner les rues de la ville de Dori pour dénoncer l’impunité dans l’affaire Norbert Zongo. Ainsi, c’est le siège du MBDHP/Séno qui a servi de cadre au piquet de grève de 8h à 16h. L’ODJ et plusieurs autres organisations de la société civile, ainsi que les étudiants de la région du Sahel, étaient présents.

Après la lecture du message national, les questions ont tourné autour l’extradition de François Compaoré. A l’issue des éléments de réponses apportés par Hoeffi Dicko, président du MBDHP/Séno, une communication sur la présence militaire étrangère dans la sous-région et au Burkina a été servie aux participants. « Pourquoi ces militaires sont-ils en Afrique ? Pourquoi Barkhane n’arrive pas à vaincre le terrorisme ? Sont-ils là pour protéger les Africains ? » Ce sont autant de questions que les participants ont adressées au communicateur Arnaud Nanéma.

De l’avis de ce dernier, la présence militaire étrangère est une stratégie de reconquête de l’Afrique qui ne dit pas son nom. A l’en croire, ces militaires sont là pour les intérêts de leurs pays, car l’Afrique est un immense réservoir de matières premières, et ce sont ces matières premières que ces Occidentaux convoitent.

Arnaud Nanéma note qu’en plus de la France, toutes les grandes puissances ont une représentation militaire en Afrique (Côte d’Ivoire, Mali, Gabon, Burkina, Niger, Tchad, Centrafrique...). « Pour une Afrique libérée, il ne faudra pas que la lutte soit isolée ; la jeunesse africaine doit s’unir et lutter pour une Afrique indépendante », a lancé le communicateur.

Après trois heures d’échanges, les participants ont souhaité que l’extradition de François Compaoré soit faite dans les plus brefs délais. A l’endroit du gouvernement, ils ont aussi souhaité que la présence militaire étrangère au Burkina Faso soit clarifiée à la population.

Daoula Bagnon
Correspondant Dori

Vos commentaires

  • Le 16 décembre 2019 à 19:42, par Cicéron En réponse à : Présence militaire étrangère au Burkina : Le MBDHP/Séno se pose des questions

    Le Mbdhp fait-il de la défense des droits de l’homme son "credo" ou a-t-il changé de vocation pour servir la désinformation à des fins politiques et affaiblir de l’intérieur notre pays en lutte contre le terrorisme ? Cette question mérite d’être posée. Il faut rappeler ainsi que cette organisation, qui en son temps a mené le bon combat des droits de l’homme, s’est laissée aller jusqu’à dénoncer l"assassinat ciblé d’un responsable de la communication des Traders alors que l’intéressé avait perdu la vie en tentant de porter secours à l’agent d’un point de vente d’Orange money victime d’un braquage... A cette allure cette organisation se transforme objectivement à vue d’œil, consciemment ou non en septième colonne du terrorisme qui est entrain de fracturer notre pays. Elle devrait se recadrer dans sa mission en regardant la situation nationale avec plus de lucidité et d’empathie pour les centaines de milliers de déplacés internes qui ont tout perdu pour se mettre à l’abris des exactions des groupes terroristes. Cicéron

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : Près de 40% des infirmiers exercent illégalement dans la région du Centre
Restriction de circulation de grosses cylindrées au Centre-nord : A Kaya, la gendarmerie traque les contrevenants
Conférence épiscopale Burkina-Niger : Les évêques notent une « situation sécuritaire préoccupante et inquiétante »
Journée mondiale des toilettes : Redoubler d’efforts pour améliorer le taux d’assainissement
Lutte contre l’extrémisme violent : Les ministres en charge de la Culture de l’espace G5 Sahel adoptent la Déclaration de Ouagadougou
Modernisation du système d’état civil : 60 acteurs outillés
Présidentielle de 2020 : L’Ambassade du Burkina Faso en Côte d’Ivoire dément les propos du président du CDP, Eddie Komboïgo
Humanitaire : Les syndicats du ministère de l’Economie et des finances solidaires des déplacés internes
Grand banditisme à Ouaga : A 16 ans, il tue pour voler un ordinateur
Rentrée fiscale 2020 : La Direction générale des impôts fait le bilan de ses activités de 2019 à Bobo-Dioulasso
Foncier au Burkina : Les vérités du ministre de l’Urbanisme, Maurice Dieudonné Bonanet
Municipalités du Burkina La contribution des élus locaux au retour de la paix au cœur de l’assemblée générale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés