Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Où serait le mérite, si les héros n’avaient jаmаis реur ?» Alphonse Daudet

Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • jeudi 5 décembre 2019 à 20h30min
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population

Les habitants de la commune de Niankorodougou, dans la province de la Léraba, région des Cascades, ont bénéficié d’une Adduction d’eau potable simplifiée (AEPS), ce mercredi 4 novembre 2019. Réalisée à plus de 18 millions de F CFA, elle est l’œuvre de la société minière Wahgnion Gold Operation (WGO).

Cet ouvrage, qui était tant attendu par la population, contribuera sans doute à améliorer l’accès à l’eau potable dans cette commune. Il permettra également de soulager les femmes des corvées d’eau, en réduisant les distances à parcourir pour avoir accès à l’eau. Ainsi, à travers ce geste, WGO a une fois de plus démontré son engagement à accompagner ses communautés hôtes.

Le chateau d’eau

En effet, Wahgnion Gold Operation SA est une société de droit burkinabè, filiale de la multinationale Teranga Gold Corporation (TGC) basée au Canada.

Officiellement lancés en juillet 2018 par les premières autorités du Burkina Faso, les travaux de construction de la mine sont terminés, et la production a débuté depuis septembre 2019. Pendant sa phase de construction, la mine a employé plus de 1 100 jeunes burkinabè. En plus des emplois directs dont 833 nationaux, plusieurs autres emplois indirects sont à prendre en compte. WGO va apporter également des ressources fiscales et des ressources d’exportation au Burkina Faso.

Visite du chateau d’eau

Selon ses premiers responsables, la mine attend une production moyenne de 114Koz (3,5 tonnes) d’or par an sur treize ans. Les dernières études montrent que la mine pourrait être exploitée pendant plus de treize ans parce que les estimations préliminaires montrent qu’il existe encore du potentiel non-estimé.

Partout où elle opère, elle s’efforce de concilier son activité avec le développement des communautés hôtes. Les secteurs d’intervention au profit de ces communautés sont prioritairement l’éducation, l’accès aux soins de santé adéquats, l’accès à l’eau potable, le soutien à la production agro-sylvo-pastorale et le renforcement des capacités dans les secteurs d’activités.

Abou Ouattara, maire de la commune de Niankorodougou

En tant que citoyen corporatif, WGO déploie ainsi des efforts non-négligeables pour apporter son soutien à l’effort de développement des communautés de sa zone d’implantation, afin de garder une bonne collaboration avec elles. Pour répondre à un devoir de responsabilité sociétale d’entreprise, WGO travaille à développer un partenariat dynamique et gagnant-gagnant avec les populations locales, afin d’améliorer leurs conditions de vie.

C’est ainsi que cette société a entrepris plusieurs réalisations au profit des populations de la commune de Niankorodougou, notamment le don de tables-bancs aux écoles de la commune et de la province, l’appui institutionnel aux services techniques déconcentrés, le don d’ambulances et de matériel médico-technique, l’actualisation du Plan communal de développement et la construction en cours du bâtiment APFR.

Paul Day, directeur général des opérations de WGO

Selon le directeur général, Paul Day, le montant total de la contribution de sa société en investissements communautaires entre janvier et octobre 2019, s’élève déjà à un peu plus de 73 millions de F CFA. La réhabilitation de l’AEPS pour un montant total de plus de 18 millions de F CFA s’inscrit également dans cette même dynamique. Pour Abou Ouattara, maire de la commune de Niankorodougou, « la réalisation de cet ouvrage est une épine de moins au pied de la population car cela faisait plus de six ans que l’AEPS de Niankorodougou ne fonctionnait pas ».

C’est pourquoi, il a salué « ce geste noble » des donateurs qui, selon lui, est le fruit d’une bonne collaboration entre WGO et la commune rurale de Niankorodougou. Cependant, il invite sa population à un bon entretien de l’ouvrage. « C’est une infrastructure communautaire et la population se doit de l’utiliser bien pour que le service de l’eau soit pérenne », a-t-il laissé entendre.

Djénèba Kara

Pour les premiers bénéficiaires qui sont notamment les femmes, c’est avec joie et satisfaction qu’elles ont accueilli l’infrastructure. A en croire Djénèba Kara, l’accès à l’eau potable est une préoccupation dans la commune de Niankorodougou. Selon elle, les quelques points d’eau dans cette localité n’arrivaient plus à desservir l’ensemble des populations.

En cause, la vétusté des équipements et des installations qui font qu’une grande partie de la population n’avait plus facilement accès à l’eau courante. Des centaines de familles sont obligées de passer toute la journée devant les pompes pour avoir l’eau. D’autres parcourent des kilomètres avec des charrettes à la recherche de l’eau potable devenue une denrée rare. Ce geste de la société minière Whagnion Gold Operation vient ainsi soulager ces femmes de leurs calvaires.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 5 décembre 2019 à 23:13, par Karissa En réponse à : Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population

    C’est du foutage de gueule c’est dons bidons. Avec ce que vous gagne en exploitant notre sous-sol c’est des camion de forage qu’il aurait fallu donner. Ce qui va s’effondrer dans quelque mois comme on le voit partout dans nos campagnes.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2019 à 13:41, par Megd’ En réponse à : Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population

    Vraiment, je ne comprends pas nos dirigeants. Est-ce parce qu’ils reçoivent des royalties de la part de ces compagnies ?

    Comment peut-on laisser nous exploiter dans ce 21è siècle ?

    On laisse les européens nous piller et après on nous traite de pays très pauvres, de pays du tiers monde, de pays sous dévéloppés, etc...

    Et pourtant, ce sont nos propres ressources qui nous reviennent sous forme de dons ou de prêts.

    Que nous rapporte l’exploitation de l’or ? Et pourtant, le pays connait un boom minier. Pourquoi les zones exploitées sont laissées à elles-mêmes ?

    Tu es riche, mais on fait tout pour te dire que tu es pauvre.

    On crée dans ton mental que c’est grâce à l’autre que tu vies.

    Et dans le mental de l’autre, on crée la suffisance en lui disant qu’il est non seulement supérieur à l’autre, mais c’est surtout un fainéant.

    Il faut changer nos manuels scolaires car la survie de l’africain dependra de la nouvelle génération qui comprendra qu’elle n’est pas pauvre et supprimera ce complexe d’infériorité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Ouagadougou : La Police écourte le plan de Kiemtoré Lassina, auteur d’un détournement d’une escorte de fonds
Burkina : Le ministère du commerce met en garde contre les pratiques de prix illicites sur le gaz butane
« Il est dommage que souvent, l’agent de développement et le politicien n’aient pas le même langage sur le terrain », constate Ousséni Nyantudré, président de l’IDEBAK
Education en situation d’urgence : Le ministère de l’Education nationale tient un Conseil de cabinet extraordinaire
Entrepreneuriat féminin : 15 apprenantes du Centre Sainte Perpétue prêtes pour l’auto-emploi
Agriculture : Les exploitations familiales (EF) pour une sécurité alimentaire durable au Burkina Faso
Burkina : Les astuces des femmes pour se faire belles
Droits humains : Un forum national pour réfléchir sur la protection des acteurs dans un contexte d’insécurité
Gestion des réfugiés au Burkina Faso : Les acteurs se concertent en vue de l’élaboration d’une meilleure stratégie
Détournement d’une escorte de fonds de la SGBF : L’argent retrouvé dans le véhicule au quartier Larlé
Burkina Faso : L’IDEBAK, une véritable actrice de développement à la base dans le Koulpélogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés