Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Violences armées au Burkina : Le CICR alerte sur des risques sanitaires « graves »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo • samedi 7 septembre 2019 à 23h25min
Violences armées au Burkina : Le CICR alerte sur des risques sanitaires « graves »

En visite au Burkina Faso, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a animé une conférence de presse le 6 septembre 2019 à Ouagadougou. Il a été question pour Peter Maurer d’appeler à la mobilisation de toutes les parties face aux « graves risques sanitaires en cours dans le pays », suite à la fermeture ou au ralentissement du fonctionnement de nombreux centres de santé.

Cette première visite au Burkina du président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se justifie par la situation humanitaire actuelle du pays. Selon Peter Maurer, ce qui se passe au Burkina peut être qualifié de « l’un des conflits les plus graves en Afrique ». Et le constat sur le terrain est préoccupant.

En fin août 2019, 60 centres de santé étaient fermés et une soixantaine d’autres fonctionnaient au ralenti. Aussi, entre mai 2018 et juillet 2019, le CICR a répertorié 26 incidents violents, dont plus de la moitié dans la région du Sahel, touchant les personnels de santé, leurs biens ou leur matériel de travail. Cette situation non-reluisante mérite l’attention de la communauté internationale, se convainc Peter Maurer. Dans la région de l’Est également, 20% des centres de santé fonctionnent à minima. Et « nous sommes préoccupés pour les centaines de milliers de personnes dont l’accès aux soins de santé devient chaque jour plus difficile, du fait de ces violences », a déclaré le président du CICR.

Peter Maurer lance donc un appel à la mobilisation de la communauté internationale. Pour sa part, le CICR, en collaboration avec la Croix-Rouge burkinabè, est engagé à soutenir le Burkina dans ses efforts pour répondre conséquemment aux problèmes humanitaires.

Depuis le début de la flambée des violences, 270 000 personnes se sont déplacées à l’intérieur du Burkina. Et la contribution des organismes d’aide humanitaire reste insuffisante face à un besoin qui va croissant. La situation nécessite la mobilisation de toutes les parties, fait constater Peter Maurer.

Des risques d’épidémies ?

Les déplacements de populations et la fermeture des centres de santé peuvent avoir d’énormes conséquences sanitaires. « C’est sur une longue durée que les maladies qu’on croyait disparues vont réapparaître, si la situation perdure », alerte le CICR. Par exemple, dans certains pays, les épidémies de poliomyélite ont refait surface suite aux longs conflits armés qui ont considérablement réduit l’accès des populations aux soins de santé.

Sur la base du Droit international humanitaire, le CICR compte renforcer la sensibilisation auprès des groupes armés afin que ceux-ci épargnent les centres de santé lors de leurs offensives, tout cela dans l’objectif de permettre aux populations de toujours bénéficier de soins médicaux.
Pour l’instant, le CICR a permis de prendre en charge 21 000 personnes grâce à des appuis en kits médicaux aux districts sanitaires de Djibo, Barsalogho et à trois autres centres médicaux.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Marches-meetings et grève générale à partir du 7 mars 2020 contre l’Impôt unique sur les traitements et salaires, IUTS
Bobo-Dioulasso : La Sitarail offre à des étudiants, des codes d’accès à la « plus grande bibliothèque francophone »
Mercredi des cendres : A la chapelle du Scolasticat, on a porté le Burkina dans les prières
Crise dans la gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : « Celui qui pense que ses droits ont été violés, qu’il saisisse la justice », lance le maire
Accidents de la route et enfants de moins de 15 ans : Une nécessaire éducation des enfants ou une prise de conscience des parents ?
IUTS sur les indemnités : Les syndicats des forces de sécurité intérieure réclament son « annulation pure et simple »
Santé sexuelle et reproductive : Le consortium « SOS Jeunesse et défis » forme des organisations de jeunesse
Lean Six-sigma : Une formation pour renforcer les capacités des chefs de projet en management opérationnel
Epidémie de poliomyélite au Burkina : Un plan de riposte pour interrompre la transmission du virus
Cadre sectoriel de dialogue Education et formation : Des taux de réalisation en hausse
Violences sexuelles : Le Burkina se dote d’un nouveau projet pour le respect des droits des adolescents
Affaire de recrutement frauduleux à la CNSS : Le procès reporté au 7 avril 2020
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés