Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «D’abord se prouver à soi-même qu’on est bien, aller au bout de ses forces, mais sans les dilapider ; ne jamais rêver.» Andrée Maillet

Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 16 juin 2019 à 22h30min
Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés, le MBDHP-Seno et la coordination des OSC du Sahel ont tenu une conférence de presse ce vendredi 14 juin 2019 à Dori. Cette rencontre avec les hommes de médias avait pour objectif d’exprimer leur impatience quant lenteurs observées dans les suites judiciaires du drame de Yirgou.

Aux premières heures de 2019, le Burkina Faso a enregistré un évènement douloureux, fragilisant le vivre ensemble. Ce fut le massacre de la communauté peule de Yirgou dans la commune de Barsalgho, région du Centre-Nord. Ce drame a fait plus de 210 morts et des milliers de déplacés internes. Le gouvernement avait annoncé 49 morts comme bilan de ce massacre. Au 6e mois de cette tragédie, les familles éplorées attendent toujours que justice soit faite.

La conférence de presse organisée par le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation, le MBDHP-Seno et la coordination des OSC du Sahel veut dénoncer la lenteur de la justice dans ce dossier. En effet, selon les conférenciers, les Koglweogo, sous prétexte du suspicion de complicité des Peuls avec l’attaque terroriste qui a tué le chef du village de Yirgou ainsi que des membres de sa famille (assassinat que la coordination condamne), avaient lancé un mot d’ordre d’extermination de la communauté peule de Yirgou et des villages environnants.

Au lendemain de cette hécatombe, des actions, de protestations et de dénonciations eurent lieu dans plusieurs villes du Burkina. Des manifestations ont surtout été menées dans l’objectif de réclamer vérité et justice pour les nombreuses familles victimes du massacre. Six mois après les faits, les conférenciers dénoncent une mauvaise volonté de la part du gouvernement. Selon eux, jusque-là, la vérité n’a toujours pas éclaté malgré plusieurs interpellations.

Pour Dr Daouda Diallo, secrétaire général et porte-parole du CISC, sa structure a mené une enquête sur ce drame de Yirgou. L’enquête a révélé que ce sont 210 personnes qui ont été tuées au lieu de 49 comme annoncé par l’Etat. Il souligne que le gouvernement est attendu pour la mise à jour de ces données et également le traitement judiciaire diligent. Selon lui, il y a peu d’avancée connue du dossier. Il ajoute que l’enquête sur l’assassinat du chef du village de Yirgou est bouclée et le dossier transféré au tribunal militaire qui en aurait compétence.

Une avancée que les conférenciers louent. Pour ce qui concerne le massacre de Yirgou, à en croire Dr Boureima Barry, chargé de l’humanitaire et de la santé du CISC, près de 200 personnes ont été auditionnées, toutes des victimes et témoins, et environs 180 personnes suspectes identifiées et répertoriées par villages et jusque-là sans interpellation.

Le CISC s’indigne parce que selon lui, les Kolgweogo de Yirgou qui avaient perpétré les massacres continuent de faire comme un ratissage des survivants et témoins associés aux opérations militaires de sécurisation du territoire et de lutte contre le terrorisme dans la zone de Yirgou.

De l’avis de Hoeffi Abdoulaye Dicko, président du MBDHP-Seno et par ailleurs coordonnateur des OSC du Sahel pour la marche de Yirgou, c’est parce que le drame de Yirgou est resté impuni que le Burkina a connu celui de Arbinda dans la province du Soum. Il ajoute que Arbinda est la résultante de la mauvaise gestion de Yirgou.

De ce fait, il note que les autorités judiciaires et gouvernementales doivent prendre le problème avec tout le sérieux qui sied. La coordination rassure quant à sa mobilisation jusqu’à ce que justice soit rendue aux victimes de cette tuerie. Et en fonction de l’évolution de la situation, elle envisagera les actions futures à mener.

Daoula Bagnon
correspondant à Dori

Vos commentaires

  • Le 16 juin à 19:28, par vous ne trompez plus personne En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Abdoulaye Dicko merci de nous repeter ce que nous connaissons deja. Aribinda est en effet la resultante de ce qui s’est passé à Yirgou. Les politiciens ont tout de go travesti les faits en prenant la communauté peulh comme victime, ils ont du meme coup legimé ce que vous faites actuellema à aribinda, silmadji, sirgagui et j’en passe. Pendant que tes freres massacrent les mossiet les fulsé, tes frères ne sont aucunema inquietés. Mais vous saurez bientôt que le feu qui couve dans une bouge de vache est pire que le magma d’un volcan. Aucune communauté n’a le monopole de la violence. Soyez patient et continuez d’attiser le feu.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 20:09, par Lejuste En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Pendant que les terroristes continuent de tuer sans sanctions les vrais fils et filles du pays, vous continuez a vouloir defendre leur complice.

    Ca c’est ajouter de l’insulte a l’injure ; taisez-vous !

    Répondre à ce message

    • Le 17 juin à 09:13, par TENGA En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

      Bonjour chers conférenciers, vous savez, autant que nous sommes, nous ne détestons pas les peuls ; donc arrêtez de jeter l’huile sur le feu. Est-ce la première confrontation communautaire au Burkina où des gens sont morts ? c’est vrai, cela ne doit pas rester impuni, mais à vouloir chaque fois dire que c’est parce que ce sont des peuls que l’Etat ne fait rien renforce le terrorisme, la division, les clivages ethniques et cela ne vous arrange même pas !
      En disant que ce qui se passe à Arbinda est la résultante de la mauvaise gestion du drame Yirgou conforte la thèse de ceux qui pensent que peuls =terroristes ! Cela veut dire que ce sont les peuls qui sont responsables des violences à Arbinda, et ce avec des armes de guerre ! où ont-ils obtenus cela ? c’est connu de tous que les koglwéogos n’ont pas de kalachikov, sinon les terroristes allaient avoir chaud ! donc en suivant votre raisonnement, les responsables des massacres de Arbinda et environs, qui cibles les mossis et foulsés sont perpetrés par des peuls avec des kalchikovs, roquettes ! je suis obligés de dire que sont des terroristes ! c’est ça la vérité !
      Vous savez, c’est vous même qui accentuez l’amalgame ; vous auriez mieux contribuez à résoudre le problème que vous auriez demandé à tout peul, où qu’il se trouve, et cela publiquement de ne pas intégrer les groupes terroristes ! C’est vrai, il n’ya pas que les peuls parmi les terroristes mais c’est eux qui sont les plus nombreux ! Ayez le courage de reconnaitre cela publiquement et de les inviter à en sortir et au aux autres de ne pas y entrer ! C’est là que tout le monde va vous applaudir et vous soutenir. Si vous continuez à vous victimiser alors même que la plupart des bourreaux terroristes sont des peul(c.f liste des présumés terroristes du service de renseignement publiée) vous mêmes vous vous mettez en danger à quelque part ! FAITES ATTENTION ! Pourquoi c’est les peuls qu’on tue au Mali, au Niger, au Cameroun avec BOKO Haram, en Centrafrique ? posez-vous la question ! même en Guinée où les peuls sont nombreux, les autres ethnies se sont coalisés pour voter Alpho CONDE au lieu de Celou Dallein DIALLO ! Pensez-vous que c’est Dieu qui vous a maudit ? Assurément NON ! le problème réside en vous-meme ! Et c’est seuls vous qui pouvez le résoudre.
      Moi, j’ai de grands amis peuls, qui sont très exemplaires. je n’ai aucune haine contre eux. y en a même des parents qui sont mariés à des peuls. Donc il n’y a pas de problèmes entre peuls et autres ethnies au Burkina ; de grâce, n’en créez pas ! ne vous mettez pas de côté ! je vous aime !

      Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 08:27, par SID PAWALEMDE En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Abdoulaye Dicko, donc Arbinda est une résultante de Yirgou, alors savamment préparé par vous. Par contre, les rescapés de Djika, Arbinda, Sirgadji et autres pensent et disent que s’il y’avait eu 2 ou 3 Yirgou, le Djihadisme allait finir dans le sahel. Maintenant qu’est-ce que vous voulez qu’on pense de vous ? Vous arrêter tous et vous livrer aux charognards pour incitation à la revanche œil pour œil, dent pour dent ? Au lieu de tenir cette conférence comme pour dire à vos parents que comme Yirgou n’est pas élucider ils n’ont qu’à perpétrer d’avantage des attaques, il faut sillonner les villages du Sahel pour dire à vos frères de ne plus perpétrer des attaques et même s’ils le font, de ne plus égorger, ni décapiter la tête et la poser sur la poitrine de la victime car ce n’est pas dans la culture des fulsé, des mossi, sinon ça vas irriter d’avantage ces communautés. Conseillez-les ainsi. Moi c’est ma compréhension. Je vous rappelle que c’est la première fois que vous regrettiez la mort du chef de Yirgou. Le Maire de Dori aurait dû refuser la tenue de cette conférence et le MBDHP doit se démarquer de ce groupe d’individus.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 09:13, par kdo En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Je suis extremement triste de ces fameux OSC qui n ont rien a faire. Vous nous pomper l air. S il y avait rien cest que rien s est passe. Il faut que le President mette de l ordre dans ce desordre.
    Ou etiez vous avant le drame. Nimporte quoi.
    Webmaster, laisser passer pour que certains sachent qu on est fatigue de les ecouter.
    Merde

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 09:49, par KABORE En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    J’adore les peulhs et toutes les autres ethnies du Burkina car la diversité enrichit. Les tueries de Yirgou m’ont profondément attristé et j’en ai encore sur le cœur qu’a ce jour personne n’est arrêtée. Mais le CISC doit jouer balle à terre et arrêter de vouloir victimiser les peulhs. S’il est vrai que des dizaines de peulhs voire des centaines ont été injustement tués dans le contexte du terrorisme, il est aussi établi que la très grande majorité des djihadistes qui endeuillent le centre du Mali et le nord du Burkina sont des peulhs. Et le dire n’est nullement stigmatiser quelqu’un. Les hors-la-loi, kogleweogo ont endeuillé des dizaines de familles peulhs mais des peulhs aussi, sous le couvert du terrorisme en ont fait autant sinon plus au niveau des Mossis et des foulses. Allons à l’apaisement. Le CISC, à mon sens, se comporte comme l’avocat d’une ethnie et comme tout le monde le sait, l’avocat est partial. Je commence même à douter de certains de ses chiffres. Oui à une justice pour Yirgou mais aussi a une justice pour toutes les autres victimes au Sahel. Jouons balle a terre et arrêtons de vouloir victimiser une ethnie alors que tout le monde sait que le terrorisme en cours présentement au Burkina concerne le Sahel et non par exemple Leo, Gaoua, Bobo ou encore Koupela.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 11:07, par Reflechissons En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Les terroristes ont un ail politique. ils se deguisent en OSC. Il y a ceux que l’on ne connait pas et ceux qui sont visibles, font de la probagande, ont acces au media.
    Reflechissons un peu, on connait les freres et complices des terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 11:20, par Bigbalè En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Chercheurs de tous bords, éclairez-nous !! S’agit-il comme l’affirment certains milieux, d’une guerre de libération engagée par certains groupes politico-religieux pour la reconstitution du Grand Empire du Macina ? Est-ce qu’il est vrai que l’objectif est d’arriver à une balkanisation des Etats du Mali, u Burkina, du Niger et autres pour constituer ce nouvel Etat ? Est-ce que des gens rêvent d’un nouvel Etat esclavagiste où les familles dites nobles vivront tranquillement du travail des esclaves issus de basses castes ? Si effectivement, il s’agit donc d’une guerre de libération, il est préférable que l’on ne fasse pas des amalgames avec la religion sinon, ce nouvel Empire du Macina est déjà mort-né !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 12:05, par yssif En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Ce Daouda Diallo n’est pas serieux. A la limite il est malhonnête. Je me souviens encore qu’évoquant le premier drame d’Arbinda il insinuait qu’une communauté s’attaquait à la fois aux Peuls et aux Fulsés qui sont confondus aux premiers parce qu’ayant le même faciès. Quelles balivernes !! Qui connait les Fulsés sait qu’ils sont physiquement plus assimilables aux ethnies du Sud que celles sahéliennes. Mais on devine aisément pourquoi cette affirmation grotesque pour ceux qui sont sur le terrain ou y ont des parents. L’idée c’était de dire que Arbinda c’était le remake de Yirgou par la même communauté, c’est-à-dire les Mossis. Entre nous cela est-il sérieux ? Mes frères du Sahel veulent ils que face à l’évidence nous continuons de faire semblant. Personne ne dit que les peuls sont des terroristes. Mais c’est visible comme un nez sur un visage que la majorité sont du Sahel et le Sahel est majoritairement peul sans oublier que généralement ces gens là communiquent par le dialecte foulaphone. Tant que nous allons continuer de refuser cette constante afin de lui adresser la thérapie appropriée le pire est encore devant nous. Aujourd’hui toute l’aire autour d’Arbinda est vide de Mossis et de Fulsés et est, au contraire, confortablement occupée par les peuls. Comment les intellectuels qui peuplent le CISC expliquent-ils cela ? Quelles actions entreprennent ils pour raisonner ceux de nos frères sahéliens qui, depuis toujours, ont choisi d’aller à contre courant des règles du vivre ensemble ? Rappelons nous que les coupeurs de route étaient aussi majoritairement des peuls et que les conflits éleveurs-agriculteurs (c_à-d peuls-mossi, peuls-bissa, peuls-dagari, peuls-lobis, peuls-bwaba, peuls-etc.) suivaient toujours le même schéma : agression à la machette du cultivateur dont le champ est empiété par le berger, réaction inappropriée et inacceptable contre tous les peuls des environs par les membres de la communauté de l’infortuné agriculteur. Tout ceci devraient susciter des réflexions plus approfondies et prospectives par vous. Au lieu de cela vous adopter une démarche qui considère que les autres communautés, parce que moins excitées, sont peuplées d’ignares.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 13:38, par Moktar En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel d\xe9noncent des lenteurs judiciaires

    Les gens clairvoyants savent que Arbinda est la résultante de Yirgou. Pourquoi voulez vous qu’on se taise. On va demander l’application des lois de ce pays autant que nous pouvons. Il ne sert à rien de vouloir intimider les gens. On ne demande que justice. Au début de cette histoire, nos dirigeants ont manqué d’intelligence. L’absence de justice entraîne le désordre. Pauvre pays de merde.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 14:42, par garkou En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Moi je souhaite plutôt que les OSC du Sahel fassent une caravane dans les communes du Sahel parler aux peulhs et mossis entrainés dans cette histoire par Amadou Koufa et autres que le Burkina Faso est un pays de paix, ne veut pas cette guerre des Arabes riches qui ont à manger. Restons derriere nos animaux et champs occupons nous bien d’eux comme avant et on vivra bien. Etant la dedans, ta mort c’est une question de jour, à quoi sert cette vie.
    En conclusion au lieu de conference de presse sur les lenteurs, allons conseiller ceux qui ne sont pas dedans et la paix viendra au Burkina. La justice fait ce qu’elle peut. Le procès des attentats de 2015 en France aura lieu en 2020 pour ceux qui suivent France 24. La justice doit prendre son temps sinon !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin à 15:17, par gohoga En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Si demander la justice pour les victimes d’une barbarie jamais perpétré au BURKINA constitué une aberration, ce pays est tout simplement perdu. On peut pas faire la paix sans la justice. Alors que des ONG dénoncent des exécutions extrajudiciaire sans présomption d’innocence d’autres populations, il y a d’autres qui ont le droit de tuer sans êtres inquiété. Le pire est qu’il y a des internats qui sont allergiques des qu’on Demande la justice pour les victimes de la plus grande massacre de l’histoire de notre pays. Ce dommage pour notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 15:56, par Tienoufou En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Armons les koglweogo de kalachs pour qu’ils se défendent non pas contre une ethnie mais contre les terroristes de tous bords

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 10:02, par la vérité En réponse à : Drame de Yirgou : Des OSC du Sahel dénoncent des lenteurs judiciaires

    Je comprends la réaction des uns et des autres mais je pense qu’il faut qu’on joue tous balle à terre. J’ai noté cette fois-ci que cette OSC réclame aussi justice pour le Chef de Yirgou et ceux qui ont été tués par les terroristes. Cela veut dire qu’il y a tout de même un changement d’approche. En effet, au début leur revendication ne concernait que les peulhs, or la justice n’est pas réservée à une communauté ni à une ethnie. Il faut la justice pour tout le monde sans exception. Cher membre de cette OSC, la justice est réputée être lente. Il nous faut néanmoins rester vigilant pour avoir la justice pour toutes les communautés qui ont eu des proches décédés dans les drames de Yirgou et Arbinda.
    Je pense aussi que vous ferez oeuvre utile en menant des campagnes de sensibilisation auprès des populations sur le terrorisme, le vivre ensemble et la sécurité. la grande majorité de nos populations sont analphabètes et de telles actions de sensibilisations pourraient aider au vivre ensemble et à la paix.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Authentification des diplômes au Burkina : Les présidents d’institutions et les ministres invités à se soumettre à l’exercice
Statue de Thomas Sankara : « On veut quelque chose de parfait », déclare John Jerry Rawlings
Moustiques génétiquement modifiés : « Ceux qui en font un débat, c’est juste pour des intérêts égoïstes », selon Gustave Somé, coordinateur de mouvements et associations
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT fête ses dix ans
Chaînes de valeur maïs et niébé : 10, 725 milliards FCFA de recettes réalisées d’ici 2022 au Burkina
La Poste Burkina Faso : 35 nouveaux agents pour relever les défis
Développement des collectivités territoriales : Le FPDCT échange avec les maires
Education : Le Réseau Education de qualité par le bi-plurilinguisme fait son bilan après un an d’existence
Accidents de la circulation à Ouagadougou : 80 décès en 2018
Décès de 11 gardés à vue : "Ce sont des choses inacceptables qui ne peuvent pas rester dans l’impunité", déclare le président du Faso
Pr Domba Jean-Marc Palm, président du Haut Conseil du Dialogue social : « Même au niveau du gouvernement, les gens n’ont pas une bonne compréhension de la trêve sociale, ni du dialogue social »
Association La Graine : Odile Diabré au chevet des déplacés et des sinistrés du Kourwéogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés