Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans l’amour des hommes pour les bêtes tout l’amour des hommes pour lеur sеmblаblеs. Lеs bêtеs lе рrеssеntеnt, lеs hοmmеs lе рlus sοuvеnt l’ignοrent. » Fernando Barral

Organisation ouest-africaine de la santé : Vers la mise en place d’un observatoire régional sur la résistance antimicrobienne

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET | Par Justine Bonkoungou • jeudi 16 mai 2019 à 22h41min
Organisation ouest-africaine de la santé : Vers la mise en place d’un observatoire régional sur la résistance antimicrobienne

Ce jeudi 16 mai 2019 s’est ouverte à Ouagadougou la première réunion du groupe technique de travail sur la résistance antimicrobienne en Afrique de l’Ouest. Un atelier initié par l’Organisation ouest-africaine de la santé OOAS.

La résistance antimicrobienne est la capacité des bactéries, des champignons, des virus et des parasites à devenir résistants aux antimicrobiens. Elle touche aussi bien les humains, les animaux, les aliments que l’environnement. « Le monde en général a appris que les infections sont traitées avec les antibiotiques. Ils sont efficaces. Mais dans ce monde d’équilibre, quelquefois les changements que nous apportons peuvent faire en sorte que les microbes soient résistants aux antimicrobiens que nous avons, de façon à ce que ces médicaments ne soient plus efficaces. », explique Dr Carlos Pedro Faria de Brito, représentant le directeur général de l’Organisation ouest- africaine de la santé (OOAS).

Dr Carlos Pedro Faria de Brito, représentant le directeur général de l’OOAS

La résistance antimicrobienne (RAM) cause ainsi la mort de plus de 700 000 personnes dans le monde. Et si rien n’est fait, à l’horizon 2050, ce sont 10 millions de vies qui pourraient être menacées par la résistance antimicrobienne. L’augmentation de la RAM est donc une menace pour la santé, car elle réduit l’efficacité du traitement antimicrobien, entrainant de ce fait une augmentation de la morbidité et de la mortalité ainsi que les dépenses de soins de santé élevées.

En effet, la résistance antimicrobienne a des répercussions sur l’économie en raison des pertes économiques liées à la baisse de productivité causée par la maladie et à l’augmentation du coût du traitement. Selon une étude de la Banque mondiale publiée en 2016, la RAM pourrait entrainer une chute de plus de 5% du PIB dans les pays à faible revenu d’ici à 2050, entrainer la pauvreté chez 28 millions de personnes et augmenter les dépenses de santé de l’ordre de 300 milliards de dollars à 1000 milliards de dollars.

Au regard de la situation, il s’avère donc nécessaire que des actions communes soient menées par les pays pour réduire l’émergence et la propagation de la résistance antimicrobienne. C’est ainsi que l’Organisation mondiale de la santé a lancé en 2015 le système mondial de surveillance de la résistance antimicrobienne dénommé GLASS. Mais en Afrique de l’Ouest, la faible capacité des laboratoires, l’inadéquation des infrastructures et la mauvaise gestion des données entravent l’efficacité de la surveillance de la RAM.

C’est pour y remédier donc, que l’Organisation ouest- africaine de la santé (OOAS) souhaite mettre en place un observatoire régional sur la surveillance de la résistance antimicrobienne en appuyant les pays membres de la CEDEAO dans l’harmonisation des méthodes de collecte, d’analyse et de transmission de données validées, comparables et normalisées sur la RAM pouvant orienter le processus de prise de décisions, les actions locales, nationales et régionales et permettre de mettre en place la base de données sur laquelle bâtir les actions de sensibilisation et les interventions.

Dr Dabiré Dembélé Estelle, représentant la ministre de la santé

Et c’est ce à quoi répond cette réunion de Ouagadougou qui s’étalera sur trois jours. Elle permettra d’élaborer la feuille de route pour la mise en place d’un observatoire régional fonctionnel sur la résistance antimicrobienne au sein du réseau des laboratoires régionaux des Etats membres de la CEDEAO. Elle fait suite à l’atelier tenu en décembre 2018 et qui avait permis de faire l’état des lieux de la surveillance de la RAM en Afrique de l’Ouest et préparer une feuille de route pour harmoniser la lutte contre la résistance antimicrobienne.

La représentante de la ministre de la Santé, Dr Dabiré/ Dembélé Estelle, a salué la tenue de cette réunion, car dit-elle, « La résistance aux médicaments antimicrobiens est devenu une vraie préoccupation pour les pays en matière de soins. Les médicaments qui étaient efficaces ne donnent plus de bons résultats parce que nous ne les utilisons pas de manière convenable et c’est de la responsabilité des praticiens de pouvoir revoir les comportements pour freiner ce fléau de la résistance aux antibiotiques. »

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
France : Le permis de conduire du Burkina Faso ne sera plus valable à partir de septembre prochain
Union parlementaire africaine : Les grandes conclusions de la 74ème session à Bangui
Lutte contre le terrorisme : Vers le renforcement de la coopération entre le Burkina Faso et la Tunisie
Coopération : Suédois et Danois ont célébré leur constitution
Justice burkinabè : Cinq ans de cheminement avec l’Union européenne
Soutien au G5 Sahel : La conférence de l’OCI a pris des engagements
Fora régionaux femmes, paix et sécurité en Afrique : Des pistes de solutions dégagées à l’issue de la première réunion
Célébration conjointe UA-CEDEAO : Des soirées culturelles pour magnifier les communautés vivant au Burkina
Union africaine : Des forums pour renforcer le leadership des femmes et leur participation aux processus de paix
44e anniversaire de la CEDEAO : La libre circulation des personnes et des biens au cœur d’un panel
Chine - Burkina : Tchin Tchin pour des noces de coton
44ème anniversaire de la CEDEAO : Le message du ministre de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés