Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Processus de Rabat : Le Plan d’action de Marrakech 2018-2020 lancé à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • mercredi 13 février 2019 à 23h27min
Processus de Rabat : Le Plan d’action de Marrakech 2018-2020 lancé à Ouagadougou

Entamés le 12 février 2019, les travaux de la réunion des fonctionnaires de haut niveau du dialogue euro-africain sur la migration et le développement, qui regroupe les pays situés le long de la route migratoire entre l’Afrique centrale, l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe, ont pris fin ce mercredi, à Ouagadougou.

Cette importante rencontre, qui s’est tenue sous l’égide du Burkina Faso, pays assurant la présidence du dialogue, a été l’occasion de lancer la mise en œuvre du Plan d’action de Marrakech pour la période 2018-2020, qui s’aligne sur les cinq domaines prioritaires du Plan d’action conjoint de La Valette (les avantages de la migration pour le développement et lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées, etc.).

Egalement, les participants ont échangé sur les conclusions de la réunion des fonctionnaires de haut niveau qui a eu lieu, dans le cadre de la Valette, les 14 et 15 novembre 2018 à Addis Abeba. Ladite réunion s’est aussi penchée sur l’évolution du Processus de Rabat en lien avec le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, adopté le 10 décembre 2018 à Marrakech, au Maroc.
Vingt-cinq pays africains (dont deux pays observateurs, la Lybie et l’Algérie), quatorze pays européens et des organisations régionales partenaires du dialogue (CEDEAO, Union européenne) ont pris part à l’évènement. Deux organisations internationales (le HCR et l’OIM) ont aussi répondu à l’invitation en tant qu’observateurs.

A l’issue des deux jours de discussions, les partenaires au dialogue ont identifié des actions pertinentes à mettre en œuvre dans le cadre du Plan d’action de Marrakech pour la période 2018-2020 ; parmi lesquels la formation de la « composante police et la composante frontière ». Des activités sont également prévues au niveau de la diaspora.

« Nous allons essayer de rassembler la diaspora afin de voir qu’est-ce qu’ils peuvent apporter comme activités de développement dans leurs pays d’origine, parce qu’il ne s’agit pas pour nous de laisser les gens aller travailler et rester sans avoir une ristourne pour leur pays d’origine », a déclaré Jacqueline Zaba, ambassadeur du Burkina Faso auprès du Royaume de Belgique, du Benelux et de l’Union européenne.
« Le fil moteur de ces activités, surtout pour ce qui concerne la diaspora, a été confié au Burkina Faso. Nous allons encore continuer le dialogue au niveau du Bruxelles pour formaliser tout au cours de l’année 2019 », poursuit-elle.

Les activités seront financées par le Fonds fiduciaire et bien d’autres fonds au niveau bilatéral. En rappel, depuis 2015, suite au Sommet de La Valette sur les migrations, le Processus de Rabat et le Processus de Khartoum sont les deux dialogues régionaux qui forment le cadre de La Valette. Ils sont chargés de suivre et de rendre compte de la mise en œuvre du Plan d’action conjoint de La Valette (PACV) pour permettre aux pays partenaires de dresser le bilan des progrès réalisés.

Le Secrétariat du Processus de Rabat est financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le Centre international pour le développement des politiques migratoires dans le cadre du projet « Soutien au dialogue Afrique-UE sur la migration et la mobilité ».

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Intégration des peuples : Le ministre Paul Robert Tiendrébéogo rencontre les communautés vivant à Koudougou
Xu Fei, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine : « Notre objectif n’est pas de rester en Afrique comme la France ou les anciens colonisateurs »
Réglementation pharmaceutique dans l’espace UEMOA : Les ministres de la Santé dans une dynamique d’harmonisation du secteur
Coopération Burkina Faso-UNICEF : 90% de taux de réalisation en matière de communication
65e anniversaire de la révolution algérienne : « Le peuple algérien va s’inscrire dans l’histoire », foi de l’ambassadeur Mohamed Ainseur
Forum international francophone de l’évaluation : Quatre jours de partage de bonnes pratiques pour le rayonnement de l’évaluation
L’ambassade de France au Burkina n’a pas suspendu la délivrance des visas (Communiqué)
Intégration régionale : L’expression culturelle comme moyen d’action
Bio-sûreté : Des équipes du G5 Sahel et de la Tunisie s’exercent au diagnostic mobile des menaces
G5 Sahel : « L’heure n’est pas à la diversion, mais à l’union sacrée », déclare Maman Sambo Sidiko (Secrétaire permanent)
Intégration régionale : « Notre objectif, c’est qu’un jour, il n’y ait plus de Burkinabè, de Maliens, d’Ivoiriens…, mais simplement des Africains », prône le ministre Paul Robert Tiendrébéogo
Course-cycliste féminine de l’intégration : Les communautés vivant au Burkina pédalent en chœur à Tenkodogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés