Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et c’est parfois dans un regard, dans un sourire Que sont cachés les mots qu’on n’a jamais su dire» Yves Duteil

Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • lundi 17 décembre 2018 à 00h47min
Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte

Après une première réunion tenue en juillet dernier, la deuxième session de la Plateforme multisectorielle pour la prévention et le mariage d’enfants au Burkina Faso a eu lieu ce vendredi 14 décembre 2018. L’adoption du nouveau Plan d’action opérationnel (PAO) 2019-2021 de la stratégie nationale de prévention et d’élimination du mariage d’enfants, le bilan du PAO 2016-2021 sont entre autres les questions qui étaient au cœur des échanges.

En fin décembre, le premier Plan d’action opérationnel (2016-2018) de la Stratégie nationale de prévention et d’élimination du mariage d’enfants au Burkina Faso prendra fin. Et selon la secrétaire d’Etat chargé des affaires sociales du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Yvette Dembélé, représentant la ministre Hélène Ilboudo/Marchall, ledit plan a engrangé des acquis.

A son actif, la sensibilisation de 395 171 personnes à la problématique du mariage d’enfants, la prise en charge de 5 830 filles et de 192 garçons victimes de mariages d’enfants, la mise en place de cellules de veille dans 740 villages ayant déclaré l’abandon de l’excision et du mariage d’enfants. On note aussi le maintien de 7 190 filles victimes ou à risque de mariage d’enfants dans le système scolaire et l’abandon du code pénal révisé qui prévoit des sanctions contre toute forme de mariage de mineurs au Burkina Faso.

« Il faut aller beaucoup plus loin »

« Les acquis sont là, mais il faut aller beaucoup plus loin. Il faut accélérer les interventions pour aller plus vite », estime Dr Anne Vincent, représentante de l’UNICEF, par ailleurs chef des partenaires techniques et financiers pour la protection de l’enfance. Dans les pays en développement, dit-elle, une femme sur trois âgée de 20 à 24 ans a été mariée de force alors qu’elle n’était qu’une enfant.

Aussi, le Burkina Faso, avec une fécondité des adolescents évaluée à 23,8% au niveau national (29,2% en milieu rural, 12,6% en milieu urbain) n’est pas un cas isolé. Cette fécondité, selon Anne Vincent, varie significativement selon le niveau d’instruction et serait cinq fois plus élevée chez les filles non-instruites (32,9%) que celles qui ont au moins le niveau d’éducation scolaire (6,1%), selon l’EDS 2010. Et si le taux de mariage d’enfants et passé de 53% en 2010 à 44% en 2018, la représentante de l’UNICEF, pour sa part, fonde son espoir sur l’adoption du nouveau code des personnes et de la famille.

« Le Code des personnes et de la famille, qui sera adopté, statue qu’il ne doit plus y avoir de mariage avant l’âge de 18 ans. Nous aurons un cadre légal qui nous soutiendra également dans notre action », a-t-elle noté. Puis de poursuivre : « C’est une question de droit et une question de donner la possibilité aux enfants, particulièrement aux filles, de continuer leur scolarité, de devenir des femmes qui participent au développement de l’économie de leur pays ».

A l’en croire, la pratique du mariage d’enfants est l’un des principaux contributeurs à la problématique de la démographie dans le monde, particulièrement de la démographie de l’Afrique subsaharienne. « Si une jeune femme se marie à 18 ans et qu’elle a son premier enfant à 19 ans, au lieu de 12, 13 ou 15 ans, elle fera moins d’enfants dans sa vie et elle contribuera davantage à stabiliser la croissance démographique qui est très encore très élevée (3,1) ».

En outre, Anne Vincent souligne qu’il est très important d’appréhender cette question dans un contexte économique globale. « Si les filles ne sont pas mariées trop tôt, elles vont continuer à aller à l’école et pourront contribuer à l’économie du pays », a-t-elle renchéri.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 décembre 2018 à 09:34, par senadja En réponse à : Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte

    cette stratégie mérite une étude approfondie car dans les zones rurales, la question du mariage précoce semble être une alternative a la débauche actuelle de nos filles. tu les mets a l’école, et au moment ou tu crois qu’elle a pris conscience du bien fondé de l’éducation , elle te revient avec une grossesse dont le père n’est souvent qu’un camarde de classe qui ne peut même pas s’acheter une miche de pain ou son enseignant qui est déjà marié. alors que faire ? il faut alors éviter de prendre tout ce qui est dépassé et démoder en occident comme valeur et civilisation chez nous. l’Afrique a ses valeurs que nous devons faire évoluer sans vouloir faire du copier coller.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2018 à 10:20, par SAAFI En réponse à : Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte

    Rien que du gaspillage d’argent. Utiliser cet argent pour lutter contre la pauvreté et vous alliez voir que les choses vont beaucoup s’améliorer. Si vous vouliez le montant par ans que vous utiliser pour vous promener de pays en pays rien que pour des discours et du bavardage inutile.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2018 à 10:53, par DIANDA ABDOUL GOUDOUS En réponse à : Mariage d’enfants au Burkina : Il faut intensifier la lutte

    LA PREMIERE CAUSE DE CETTE PRATIQUE EST L’IGNORANCE.C’EST NE PAS AFFAIRE D’INTENSIFIER LES LUTTES,LA SOLUTION EST SIMPLE : ENRAYER L’IGNORANCE ET VOUS VERREZ QUE CES PRATIQUES VONT DISPARAÎTRE.VOUS BANALISER L’EDUCATION ET PUIS VOUS VOULEZ METTRE TERME À CES ACTIONS.ON REMARQUE QUE CE FLEAU EST FREQUENT DES LES VILLAGES OÙ IL Y’A PAS ÉCOLE.EN PLUS NOS CADRES SONT DES PAREUSSEUX,IL FAUT INTENSIFIER LES CAMPAGNES DE SENSIBILISATION SUR LES MÉFAITS DES MARIAGES PRECOCES AINSI QUE INFLIGER DES VIOLENTES SANCTIONS SUR CES ACTEURS.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Société civile burkinabè : L’Initiative souveraineté, dignité et paix est née
Célébration de l’indépendance à Tenkodogo : Des personnalités témoignent et font le bilan
Groupe technique consultatif pour la vaccination (GTCV) : Une requête sur un éventuel changement du schéma d’administration du vaccin PCV13 contre les maladies pulmonaires en examen
Journées d’innovations du ProCIV : Un cadre de vulgarisation des meilleures techniques de production et de transformation du riz au Burkina Faso
RECITAG 2019 : Resserrer les liens pour améliorer la cohésion sociale
Fête de l’indépendance au Nord : Une célébration sur fond de psychose et d’espérance
Lutte contre l’insécurité : Trois réseaux de présumés malfrats dans les mailles de la police
11-Décembre 2019 au Sud-Ouest : Le gouverneur appelle à la cohésion sociale
An 21 de l’assassinat de Norbert Zongo : Le programme des activités commémoratives
59è Fête de l’indépendance : Dans l’esprit de solidarité et de détermination à relever les défis de l’heure
Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF) : Haro sur les « perturbateurs de cours » dans les Hauts-Bassins !
11-Décembre 2019 à l’Est : 80 personnes décorées à Fada N’Gourma
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés