LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Quand un enfant a les mains propres, il prend son repas dans le cercle des anciens.” Les proverbes et adages du Burkina Faso

Journalisme sensible aux conflits : Waboué Bakouan, lauréat de la 2e édition du Prix PaxSahel

Publié le lundi 12 novembre 2018 à 20h10min

PARTAGER :                          
Journalisme sensible aux conflits : Waboué Bakouan, lauréat de la 2e édition du Prix PaxSahel

Les lauréats de la 2e édition du prix PaxSahel en journalisme sensible aux conflits sont connus. Leurs noms ont été dévoilés le samedi 10 novembre 2018, au cours d’une cérémonie de récompenses organisée à Ouagadougou.

Waboué Bakouan de la radio Manivelle de Dano, a été désigné grand vainqueur de la 2e édition du prix PaxSahel en journalisme sensible aux conflits. Son prix se compose d’une somme de 500 000 F CFA, d’un guide intitulé « Faire du journalisme sensible aux conflits » et d’un ordinateur portable. Marie Yé, journaliste à la radio Arc-en-ciel, pour s’être classée deuxième, a reçu la somme de 300 000 F CFA, un guide et un ordinateur portable. Classé troisième, Jean Baptiste Bouda de la RTB/radio est reparti avec la somme de 200 000 F CFA, un guide et un ordinateur portable.

Jean Baptiste Bouda, qui ne cache pas sa joie, entretient sur la problématique traitée : « La problématique traitée est l’immigration clandestine. J’ai fait un focus sur ceux qui acceptent le regard des autres en revenant au pays après l’échec de l’aventure, et tentent de se reconstruire une nouvelle vie. Aussi, en mettant en exergue les difficultés que rencontrent ces clandestins qui pensent que l’Europe c’est l’eldorado », a-t-il expliqué.

Kassoum Sanfo, coordonnateur du RIJ

Les critères de sélection, à en croire Victor Malick, président du jury de cette 2e édition, sont la pertinence du sujet, les caractéristiques du journalisme sensible aux conflits et la rédaction journalistique. Al’endroit des organisateurs, le jury a formulé des recommandations afin que les langues nationales puissent être admises aux éditions prochaines.

Hortense Zida/Kankyono, la représentante du parrain, le ministre de la Communication, des Relations avec le parlement, a encouragé les lauréats et salué l’initiative du Réseau d’initiatives de journalistes (RIJ), pour ce qu’elle apporte comme plus-value à la qualité du journalisme. Elle n’a pas manqué de remercier la Deutsche Weller Akademie pour son accompagnement technique et financier.

Selon Mohamed Sanfo, coordonnateur du RIJ, l’ambition recherchée à travers cette édition est, d’une part, le professionnalisme des journalistes et, d’autre part, faire la promotion du journalisme sensible aux conflits.
Il y avait en tout, pour cette 2e édition, 23 œuvres en langue française en compétition dont une œuvre télé, quatre œuvres écrites et 18 œuvres radiophoniques.

Des prix d’encouragement

Avant de connaître les noms des lauréats de la 2e édition du prix PaxSahel en journalisme sensible aux conflits, il a d’abord été révélé ceux des œuvres du Fonds d’appui à la production du projet allemand GENEVICO (Gestion non violente des conflits).
A ce niveau, ce sont des prix d’encouragement qui ont été décernés aux lauréats. Le premier prix est alors revenu à Charles Simporé de la RTB/radio. Le second prix, à Larissa Tiendrébéogo, également de la RTB/radio. Awa Bilgo de la radio Bagrépôle s’est vu décerner le troisième prix.

Charles Simporé a reçu un ordinateur portable et un guide intitulé « Faire du journalisme sensible aux conflits ». Larissa Tiendrébéogo et Awa Bilgo, pour leur part, ont reçu un dictaphone et le même guide.

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Safer internet Day : C’est ce 24 mai 2024