Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Caisse nationale d’assurance maladie universelle : Le directeur général, Yves Justin Kinda, a pris service

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Aïssata Laure G. Sidibé • lundi 5 novembre 2018 à 23h35min
Caisse nationale d’assurance maladie universelle : Le directeur général, Yves Justin Kinda, a pris service

Le tout premier directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU), Yves Justin Kinda, a pris fonction, ce lundi 5 novembre 2018, à Ouagadougou. C’est secrétaire général du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Souleymane Lengané, qui l’a officiellement installé dans ses fonctions. M. Kinda a été nommé en Conseil des ministres, en sa séance du vendredi 13 juillet dernier.

Juriste de profession, Yves Justin Kinda occupe désormais le fauteuil de Directeur général (DG) de la Caisse nationale d’assurance maladie universelle (CNAMU). La cérémonie de prise de service a eu lieu le lundi 5 novembre 2018, à Ouagadougou. Juste après avoir été officiellement installé dans ses fonctions, il a affirmé qu’il mesure la lourdeur de la tâche mais qu’il n’est pas inquiet parce qu’il a le soutien des premières autorités, des partenaires institutionnels, de la société civile.

La structure étant nouvelle, elle requiert une composition minimale. « Il faut tout mettre en place. Il ne s’agit pas d’une passation de charges. Etant le premier directeur, la responsabilité nous revient, mon équipe et moi, de mettre en place tout le processus pour permettre l’opérationnalisation », a laissé entendre M. Kinda, le seul agent de la CNAMU à ce jour. La prochaine étape, après l’installation du DG, se rapporte à la mise en place des organes d’administration de l’établissement public de prévoyance sociale.

« En termes d’échéance, on pourra dire que le système est opérationnel lorsque la caisse saura procéder au premier rang du remboursement des prestations. On espère, conformément au calendrier qui nous a été fixé, que 2019 sera la bonne année. Le gouvernement s’étant engagé à mettre en place la structure courant 2018. Ce qui est en train d’être fait », a déclaré Dr Yves Kinda. Selon les explications de ce dernier, le processus est continu. Et même lorsque les premières prestations auront été versées, poursuit-il, « il faut s’assurer de la viabilité à long terme de la structure ».

« En réalité, nous ne fixons pas des dates mais plutôt une attention soutenue dans le temps et des efforts soutenus pour espérer que ce système qui est mis en place nous survive à tous. Il ne s’agit pas d’une caisse qui doit vivre cinq ans, dix ans, 20 ans. C’est une caisse qui doit perdurer pour assurer la protection sociale des Burkinabè », a-t-il soutenu.

Ce défi n’est pas nouveau. Le DG a rappelé qu’avant la création de la caisse, il y avait une équipe qui travaillait et qui avait la responsabilité de mettre en place la structure et aussi d’assurer les conditions de viabilité. « Nous, nous allons mettre en marche la machine. Et puis après, ceux qui nous ont confié la mission de la gestion nous jugeront au pied du mur », a signifié M. Kinda. Il a clos son propos sur une note d’espoir : « Nous espérons que ce que nous faisons permettra à ceux qui vont prendre le relais après nous de fonctionner sans trop de difficultés parce que les bases seront bien posées ».

Le secrétaire général du ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Souleymane Lengané, a, pour sa part, invité les membres de la réunion de cabinet à soutenir le DG et son équipe dans l’animation de la CNAMU.
Convaincu que la réussite de la direction générale dépend de l’engagement de tout un chacun, il a demandé au personnel qui travaille déjà avec le DG, de continuer à le soutenir avec la même détermination, en attendant que les dispositifs qui sont prévus permettent d’amener d’autres personnels.


Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Crise humanitaire : Le Burkina a besoin 187 millions de dollars
Entrepreneuriat : Le ProFeJeC outille 50 jeunes et femmes
Syndicat national des secrétaires du Burkina : Une grève de 96 heures pour exiger la reprise des négociations avec le gouvernement
Bobo-Dioulasso : Le ProFeJec renforce les capacités des jeunes en entrepreneuriat
Programme emplois-jeunes pour l’éducation nationale (PEJEN) : Les bénéficiaires pourront intégrer la Fonction publique
Reportage sur les déplacés internes de Sankondé : Le journaliste de Lefaso.net y retourne avec des vivres
Rencontre nationale de l’UAS : Les syndicats durcissent le ton face au gouvernement
An 2 du décès de Salif Diallo : Le MPP se souvient de son ancien président
Programme d’entrepreneuriat pour les jeunes du Sahel : La jeunesse bobolaise informée des opportunités offertes
FIIJA 2019 : Laïcité et dialogue interreligieux, gages du vivre-ensemble
Commune de Dori : L’esprit d’entreprenariat inculqué à 136 jeunes
Opération BARKHANE : Point de situation du 11 au 17 août 2019
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés