Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait раs dе fеu sаns brûlеr quеlquе сhοsе. » René Daumal

Salon international du coton et du textile (SICOT) : Une troupe musicale venue de la Maison d’arrêt et de correction de Koudougou

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Tambi Serge Pacôme Zongo • samedi 29 septembre 2018 à 00h49min
Salon international du coton et du textile (SICOT) : Une troupe musicale venue de la Maison d’arrêt et de correction de Koudougou

S’il y a une activité qui a également connu une forte mobilisation des populations, pour la toute première de ce salon, c’est bel et bien « les nuits musicales du SICOT ». Prévues pour se tenir à chaque fin de soirée, durant toute la période du SICOT, du 27 au 29 septembre 2018, elles ont débuté le jeudi 27 septembre, autour de 22h, à la Place de la nation de Koudougou.

Pour la première des « nuits musicales du SICOT », les populations, sorties nombreuses, ont été servies en surprises, dont une a attiré notre attention. Il ne s’agit pas de ces stars avec qui on rêve de faire un selfie ou dont on veut avoir un autographe, mais plutôt d’une troupe musicale de la Maison d’arrêt et de correction de Koudougou (MACKO). Dénommée troupe Béogo neeré « demain sera meilleur », ce groupe musical fait spécialement de la musique traditionnelle. Le groupe se compose de cinq détenus et d’un garde de la sécurité pénitentiaire. Les membres ont entre 22 et 50 ans. Son responsable est Issa Traoré de la Garde pénitentiaire, par ailleurs chef du service sport, art et culture à ladite maison d’arrêt.

Selon ce responsable, l’idée de la création du groupe musical à la MACKO est née de la politique de réinsertion sociale des détenus prônée par le ministère de la Justice. Cette réinsertion sociale des détenus, explique-t-il, consiste à transformer le détenu de sorte à ce qu’il puisse user de son talent, depuis sa détention, à des fins positives et utiles à la société.

Un appel à sauver l’avenir de la troupe

Issa Traoré, responsable de la troupe

Créée en octobre 2016, la troupe a déjà pris part aux éliminatoires régionales de la Semaine nationale de la culture (SNC), d’où elle a été classée 3e. Elle a également presté à la SNC, à Bobo-Dioulasso, à l’invitation du secrétariat permanent.

Selon Issa Traoré, le message qui se cache derrière la création de cette troupe, est tout simplement « la démystification de cette idée préconçue que l’on a à la vue de détenus ou d’anciens détenus ». Il rappelle à cet effet que « nous sommes tous des détenus en sursis ».

L’inquiétude du manager, c’est le devenir de son groupe. Et comme il le fait si bien savoir, « les détenus ont presque tous purgé leur peine et sont vers la sortie ». A en croire son propos, cette situation risque de fortement impacter la stabilité et la pérennité de la troupe, compte tenu des moyens financiers assez limités pour chaque fois regrouper les membres lorsque ce sera nécessaire. La solution qui pourrait sauver la troupe serait la sortie d’un album.

[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tambi Serge Pacôme Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gaoua : « La Nuit des conteurs », pour renouer avec les traditions ancestrales
Musique : « Béogo », le nouvel album de Dez Altino
Yacouba Napon dit MCZ, réalisateur burkinabè : « Tout coûte cher dans le cinéma »
« Nuit du Yololo » : La 2e édition fait la promotion de la salubrité
Cinéma : « Plus que jamais, Ouagadougou mérite l’appellation de capitale du cinéma africain », dixit Jean-Baptiste Pazouknam Ouédraogo
Slam : Kys dédicace « Elle », son nouvel album
Musique : « Au début, j’ai donné des cours à domicile pour payer le studio pour faire mon enregistrement », révèle Dez Altino
Culture : L’Atelier du rire, le nouveau cadre de l’humour au Burkina
Burkina Faso : Les sites de métallurgie déclarés patrimoine mondial de l’Unesco
Musique traditionnelle : « À notre époque, on ne chantait pas parce qu’on avait une belle voix, mais parce qu’on en avait le pouvoir », dixit Adama Ouédraogo dit Adam Gausse
Cinéma : Dramane Gnessi dénonce l’injustice au Burkina avec « Le film »
MADIGO 2019 : Les professionnels de la gastronomie et du divertissement à l’honneur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés