Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Village de Daboura : La situation socio-économique, les projets de développement autour de l’éducation et la santé

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | David Demaison Nébié • lundi 25 septembre 2017 à 23h54min
Village de Daboura : La situation socio-économique, les projets de développement autour de l’éducation et la santé

Le mercredi 6 septembre 2017, nous avons publié un écrit sur le village de Daboura, sur son organisation socio-politique traditionnelle. Vous étiez nombreux à apprécier. Cette fois-ci nous vous proposons de lire la situation socio-économique, les projets de développement autour de l’éducation et la santé de nos jours.

Le village de Daboura se trouve au Burkina Faso dans le département de Solenzo à 17 km à l’Est. Le mot « Daboura » selon l’interprétation des uns et des autres signifie « ma bouche n’est plus dedans (Da Bora). Le fondateur serait venu de Ségou en République du Mali à la recherche d’un endroit propice pour les cultures, l’élevage et la chasse. Daboura est entouré d’une chaîne de montagnes. Une vaste plaine lui permet la réussite de plusieurs cultures : sorgho, maïs, coton, sésame, haricots et le petit mil.

Le recensement de la population de 2004 du 15 au 25 avril nous renseigne que Daboura est peuplé de 7.250 personnes de différentes ethnies (Bwa, Mossi, Peuls, Samo).Les habitants sont pour la plupart des agriculteurs. Quelques Peulhs sont éleveurs. Daboura est dans une zone abondamment arrosée et assez riche. La culture attelée a été introduite très tôt dans le village et les charrues se comptent par centaines. Le rendement reste toujours en dessous des efforts fournis dans le village. Il y a un service agricole créé par l’Etat (ORD) qui a vu de nombreuses mutations et aujourd’hui le même service est appelé C.R.P.A. ; il assure la formation technique aux paysans.

Le service vétérinaire gouvernemental et privé suit les éleveurs pour un rendement efficace du cheptel. L’aide gouvernementale demeure insuffisante, vu le retard qu’accuse le village au point de vue du développement intégré, alors les villageois ont mis la main à la pâte, ils s’organisent. Pour faire face au sous-développement, les habitants, (il y a au moins 20 ans) ouvraient des champs collectifs chaque année entretenus entièrement par eux-mêmes. Le produit était vendu et la somme déposée dans une caisse communautaire. La jeunesse n’était pas en reste, leur dynamisme était réel mais au fur et mesure que les partis politiques apparaissaient, les efforts de la jeunesse tombaient car les partis se transformaient en dictatures d’Etat, Daboura sombrait dans un marasme « économique-social ».

Mais en 1973, voyant que de plus en plus la destinée économique de chaque village était laissée à sa propre initiative, aidés par les agents de l’ORD et d’autres services, les villageois ont créé un groupement villageois des atteleurs, parallèlement, un parc à vaccination en banco fut construit pour aider les atteleurs à mieux entretenir les animaux à traire. La pluie a eu raison de ce parc, actuellement un parc métallique est installé pour tout le village. En 1977, le village fut aidé par une religieuse qui s’occupait de la PMI ; le village a construit une maternité villageoise. Quatre femmes furent formées et aidaient les femmes à l’accouchement. Des soins médicaux étaient administrés aux nouveau-nés. Au même moment des jeunes recevaient une formation de secouristes ; à l’issue de la formation, des caisses de pharmacie leur furent données pour assurer des soins de premières urgences aux malades et blessés.

C’est encore en 1977 que la première habitation de l’agent agricole fut construite.1978 : création du groupement villageois et son érection en marché-autogéré. Cela a permis au village de pouvoir contracter des crédits et bénéficier des ristournes des ventes de leurs produits. Averti de tous les avantages que le marché-autogéré lui offrait, le village a projeté la construction d’une école primaire publique en 1978. Des cotisations furent lancées et 600.000F ont été rassemblés. A la réception des ristournes provenant de la vente de coton (1.024.715F), 900.000F ont été mis de côté. La deuxième vente 500.000F et la troisième 400.000F sont venus s’ajouter à la somme cotisée. En 1981, ayant reçu la confirmation de l’aide de la ville de Tourcoing (France), les travaux de construction de l’école ont pu démarrer.

La première classe, le magasin, le logement du premier enseignant et les fondations de l’école furent achevés. L’école a pu ouvrir sa première classe à la première promotion soit 85 élèves. En 1982, le programme de la construction de la 2ème classe et du 2è logement a été fait mais l’apport du village et l’aide reçue de Tourcoing restent en-deçà des dépenses déjà réalisées. L’entrepreneur, le Frère Emmanuel, Econome Général du diocèse de Nouna-Dédougou accepte d’avancer de l’argent mais c’est dur, car le village a déjà participé pour un équivalent de 3.400.000F et le projet global de l’école et des 3 logements s’élève à 15.000.000 FCFA. En 1981, une caisse populaire a été lancée au niveau du village.

Au moyen de cette caisse, les paysans peuvent faire des dépôts avec intérêts et apprendre à mieux gérer leur argent. A ce titre, il y a moins de gaspillage actuellement. Au niveau de la santé, un CSPS, une maternité et une salle d’hospitalisation, un logement de l’infirmier et celui de la matrone furent construits et fonctionnent. Au titre des projets d’avenir, une association de fonctionnaires constituant un cadre privé dans la région des Banwa, Kossi, est en relation avec le département de la Forêt en France au sujet d’une installation d’un CEG à Daboura et les premiers travaux ont déjà commencé. A cela il faut ajouter la création d’un jardin potager organisé et entretenu par les femmes, l’acteur principal de ce projet est Monsieur l’Abbé Emile Bombiri, dynamique fils du village. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

David Demaison NEBIE
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Maladie du coronavirus : « Aucun cas n’a été notifié au Burkina », selon le ministère de la Santé
Projet RESIANE : Une table ronde pour partager les approches réussies
Bobo-Dioulasso : La Douane détruit 5 tonnes de cannabis et 3,8 tonnes de produits médicamenteux prohibés
Région de l’Est : L’amélioration du climat des affaires au cœur des préoccupations
2e CASEM de l’année 2019 du ministère de la Santé : Le bilan des activités 2019 et les priorités 2020 à l’ordre du jour
Beauté : L’épilation à base d’aloé Véra, une astuce efficace
Racket sur l’axe Niamey-Ouagadougou : L’argent d’abord, la sécurité on verra !
Burkina : « 2020 commence comme s’est achevée 2019 », regrette le syndicat des éducateurs de base
Ouagadougou : La Police écourte le plan de Kiemtoré Lassina, auteur d’un détournement d’une escorte de fonds
Burkina : Le ministère du commerce met en garde contre les pratiques de prix illicites sur le gaz butane
« Il est dommage que souvent, l’agent de développement et le politicien n’aient pas le même langage sur le terrain », constate Ousséni Nyantudré, président de l’IDEBAK
Education en situation d’urgence : Le ministère de l’Education nationale tient un Conseil de cabinet extraordinaire
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés