Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Je ferai taire les médisants en continuant de bien vivre : voilà lе mеillеur usаgе quе nοus рuissiοns fаirе dе lа médisаnсе. » Platon

Projet « Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’Ouest » : Les acteurs en conclave à Manga

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 19 juillet 2017 à 01h43min
Projet « Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’Ouest » : Les acteurs en conclave à Manga

Le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) en collaboration avec le Centre mondial de l’Agroforesterie (ICRAF) et l’ONG Tree Aid organise, les 18 et 19 juillet à Manga, un atelier de dialogue multi-acteurs pour « mener à bien le projet Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’Ouest (WAFFI en anglais). Ce projet vise à explorer des pratiques et des mesures politiques afin d’améliorer les revenus et la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles du Burkina Faso et du Ghana à travers des systèmes de gestion intégrés forêts/arbres respectueux de l’environnement et équitables socialement.

Paysage composé de vastes espaces boisés entrecoupés de pâturage et de terres agricoles à forte densité d’arbres et de forêts claires, l’interface située au Sud du Burkina Faso et au Nord du Ghana estoccupée par des petits exploitants agricoles familiaux qui y sont installés. Mais,à en croire les initiateurs du projet WAFFI, les systèmes gérés par ces petits agriculteurs familiaux sont souvent peu compris et insuffisamment pris en considération par les politiques et programmes de développement. D’où l’intérêt du projet« Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’ouest » pour une meilleure compréhension et le développement de politiques et programmes intersectoriels à mêmed’accroitre les opportunités en faveur des populations rurales pauvres.

Le projet comporte trois axes àsavoir la recherche-action participative, la recherche multidisciplinaire appliquée et des plateformes de dialogue multi-secteurs. Et cet atelier de 48h qui s’est ouvert ce mardi s’inscrit dans le cadre de la 3e composante du projet WAFFI dont l’objectif est de faciliter le dialogue à travers des ateliers et dialogue multi-acteurs réunissant des décideurs politiques, des praticiens du développement, des acteurs de la société civile et des représentants des petits exploitants agricoles. Les participants examineront les résultats des composantesde recherche du projet, analyserontles implications des contraintes observées et identifieront des stratégies pour des actions futures capables d’améliorer substantiellement les moyens d’existence des gestionnaires locaux des ressources naturelles. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Maxime Jean-Eudes BAMBARA (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina : Une nouvelle association pour promouvoir la paix
Lutte contre la corruption au Burkina : Une Nuit pour célébrer la transparence dans la gestion de la chose publique
Gaoua : Les femmes ont encore marché pour réclamer de l’eau
Commune de Niankorodougou : La société minière Wahgnion Gold Operation offre une adduction d’eau potable à la population
Dimensionnement et gestion des réservoirs de barrages : Une conférence réunit des professionnels du domaine à Ouagadougou
Problématique du chômage : L’ANPE dévoile ses actions en faveur des jeunes
Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel : Les acteurs satisfaits des résultats
Burkina : Des agents recenseurs de Barsalogho en colère
5e RGPH : Un questionnaire pour prendre en compte les personnes vivant avec un handicap
Journée internationale des volontaires : C’est parti pour l’édition 2019 !
Lutte contre l’excision : Les acteurs de la chaîne judiciaire se concertent pur mieux appliquer la loi
Institut supérieur de génie électrique du Burkina Faso (ISGE-BF) : C’est parti pour la 1ère session de soutenances publiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés