Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On veut toujours que l’imagination soit la faculté de former des images. Or elle est plutôt la faculté dе défοrmеr lеs imаgеs fοurniеs раr lа реrсерtiοn, еllе еst surtοut lа fасulté dе nοus libérеr dеs imаgеs рremières, de changer les images. » Gaston Bachelard

Projet « Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’Ouest » : Les acteurs en conclave à Manga

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 19 juillet 2017 à 01h43min
Projet « Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’Ouest » : Les acteurs en conclave à Manga

Le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) en collaboration avec le Centre mondial de l’Agroforesterie (ICRAF) et l’ONG Tree Aid organise, les 18 et 19 juillet à Manga, un atelier de dialogue multi-acteurs pour « mener à bien le projet Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’Ouest (WAFFI en anglais). Ce projet vise à explorer des pratiques et des mesures politiques afin d’améliorer les revenus et la sécurité alimentaire des petits exploitants agricoles du Burkina Faso et du Ghana à travers des systèmes de gestion intégrés forêts/arbres respectueux de l’environnement et équitables socialement.

Paysage composé de vastes espaces boisés entrecoupés de pâturage et de terres agricoles à forte densité d’arbres et de forêts claires, l’interface située au Sud du Burkina Faso et au Nord du Ghana estoccupée par des petits exploitants agricoles familiaux qui y sont installés. Mais,à en croire les initiateurs du projet WAFFI, les systèmes gérés par ces petits agriculteurs familiaux sont souvent peu compris et insuffisamment pris en considération par les politiques et programmes de développement. D’où l’intérêt du projet« Interface Forêt-Ferme en Afrique de l’ouest » pour une meilleure compréhension et le développement de politiques et programmes intersectoriels à mêmed’accroitre les opportunités en faveur des populations rurales pauvres.

Le projet comporte trois axes àsavoir la recherche-action participative, la recherche multidisciplinaire appliquée et des plateformes de dialogue multi-secteurs. Et cet atelier de 48h qui s’est ouvert ce mardi s’inscrit dans le cadre de la 3e composante du projet WAFFI dont l’objectif est de faciliter le dialogue à travers des ateliers et dialogue multi-acteurs réunissant des décideurs politiques, des praticiens du développement, des acteurs de la société civile et des représentants des petits exploitants agricoles. Les participants examineront les résultats des composantesde recherche du projet, analyserontles implications des contraintes observées et identifieront des stratégies pour des actions futures capables d’améliorer substantiellement les moyens d’existence des gestionnaires locaux des ressources naturelles. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Maxime Jean-Eudes BAMBARA (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Volontaires pour la défense de la patrie : Les parlementaires disent « oui » au ministre de la Défense
Collaboration entre FDS et populations : La Fondation pour la sécurité du citoyen (FOSEC) présente ses réalisations
Fada N’Gourma : Une campagne d’établissement gratuit de 4500 cartes nationales d’identité burkinabè au profit des populations
Volontaires pour la défense de la patrie : « Il ne s’agit pas d’en faire des chairs à canon », Chériff Sy, ministre de la Défense
Suivi citoyen des politiques de santé : Une feuille de route pour coordonner les actions
Entrepreneuriat : La Caravane « Entreprendre à zéro franc » forme plus de 700 jeunes dans le Centre-est
Université Joseph Ki-Zerbo : Treize nouveaux pick-ups et trois amphithéâtres rénovés au bénéfice de la communauté scientifique et des étudiants
Burkina : Les institutions d’enseignement supérieur publiques bientôt évaluées
Dossier foncier à Garghin : « Les vrais terroristes se trouvent en notre propre sein … », regrette Moustapha Nikiéma, porte-parole de mécontents
Extension de l’IUTS aux fonctionnaires : Le Mouvement patriotique pour le salut refuse le "nivellement par le bas"
Appel de Manéga : Les sages annoncent une feuille de route pour contribuer à la réconciliation nationale
EDUCO : Trois régions bénéficient d’équipements bureautiques et de registres pour les services d’état civil
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés