LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Xe Sommet de l’Organisation de la conférence islamique en Malaisie

Publié le lundi 20 octobre 2003 à 18h00min

PARTAGER :                          

Putrajaya, nouvelle capitale administrative de la Malaisie, à une centaine de kilomètres de Kuala Lumpur. C’est dans cette ville que s’est ouverte le jeudi 16 octobre 2002, dans le tout nouveau Centre de Convention de Putrajaya, la 10e session de la Conférence au sommet de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) avec pour thème officiel, " la connaissance et la moralité en vue du progrès de la Ummah ".

Si ce thème a été choisi pour montrer l’importance de la science et des connaissances dans le développement du monde musulman, la situation internationale et l’actualité immédiate dans certains pays membres de l’Organisation de la conférence islamique (Afghanistan, Iraq, Iran, Palestine…) aura mobilisé nombre de rois, altesses royales, chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres et de pays non-membres de l’OCI.

Une séance d’ouverture marquée par trois temps :d’abord, le discours de fin de mandat de l’émir de l’Etat du Qatar, président sortant de la IXe conférence au Sommet, tenue à Doha en novembre 2000. L’émir Hamad Khalifa Al-Thani dresse une série de constats : "la Ummah islamique fait face de plus en plus à des attaques négatives dans le monde. Le fossé Nord-Sud requiert de faire face à la pauvreté absolue dans les pays de la Ummah, pour permettre aux citoyens musulmans et aux peuples de réaliser leurs aspirations". Il souligne entre autres que "le monde musulman dispose d’énormes potentialités pour s’imposer au sein des nations si les dirigeants savent faire preuve de volonté et de détermination". Pour ce faire, il y a "nécessité de renforcer et de restructurer l’Organisation de la conférence islamique pour la rendre plus efficace, au service du progrès des peuples islamiques".

Abordant la situation internationale, l’émir du Qatar a interpellé tous les Etats et la communauté islamique à "soutenir le peuple iraquien et à favoriser l’élection de structures démocratiques de gouvernance en Irak". Dénonçant le refus d’Israel "d’approuver la feuille de route et d’expulser Yasser Arafat", il a martelé que "Israel doit respecter ses engagements et se retirer de tous les territoires occupés".

Ensuite, L’émir du Qatar, Cheikh Hamad Khalifa Al-Thani a officiellement passé le "marteau" au Premier ministre de Malaisie Dato Seri Dr. Mahathir Bin Mohamad, Président entrant de la Xe conférence. Dans une véritable exégèse de l’histoire de la Ummah islamique et de la richesse de la science et des connaissances que l’Islam a apporté à la civilisation mondiale, le Premier ministre de Malaisie dans son discours d’ouverture a appelé à "l’unité du monde islamique". Abordant le thème de la conférence le docteur Mahathir Bin Mohamad s’est insurgé contre la régression que connaît l’islam aujourd’hui dans les domaines des sciences et de la culture. "Ce n’est pas l’islam qui est erroné a t-il martelé, ce sont les interprétations de nos érudits qui sont erronées" . Analysant les causes de cette régression, le président entrant de la Xe Conférence a pointé du doigt les extrémismes religieux, l’interprétation doctrinale de la théologie, les divisions confessionnelles, culturelles et politiques qui ont contribué à fragiliser le monde musulman malgré sa puissance économique (50% des réserves mondiales de prétrole), son poids démographique (1, 3 milliard de fidèles).

Enfin, dans la série des interventions lors de cette séance d’ouverture, le Roi Mohammed VI du Maroc, au nom du Comité Al Qods Al-Charif, le président sénégalais Maître Abdoulaye Wade pour le Groupe africain, le Premier ministre du royaune de Barhein Cheikh Khalifa Salman Al-Khalifa pour le Groupe arabe, le président de l’Indonésie, Mme Megawati Sukarnoputri pour le Groupe asiatique et le secrétaire général de l’Organisation de la conférense islamique Abdelouahed Belkeziz ont tour à tour fait le point de la situation de de la Ummah et des communautés islamiques dans le monde, ainsi que la nécessité de renforcer les structures et les mécanismes de l’OCI, de réformer l’organisation dans le sens d’une plus grande ouverture pour faire droit à plusieurs Etats non-membres qui, après avoir expérimenté la solidarité islamique demandent à y adhérer ou à suivre l’organisation.

Et le plus inattendu des pays candidats a sans doute été la Fédération de Russie avec la venue à ce Xe Sommet de Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie qui a pris la parole pour souligner la présence de l’importante communauté musulmane de 200 millions de fidèles de la Fédération de Russie et la renaissance de la pratique religieuse en Russie avec la restauration et la construction de mosquées grâce à l’appui des pays membres de l’OCI. Il a donc souhaité l’instauration d’une coopération étroite entre la Russie et les pays musulmans dans le cadre de l’OCI.

Message du président du Faso

Après la cérémonie officielle d’ouverture, les travaux se sont poursuivis dans l’après-midi par l’audition des discours et messages des rois, chefs d’Etat et de gouvernement. Au cours du débat général qui a occupé toute la journée du vendredi, le Premier ministre Paramanga Ernest Yonli a pris la parole pour adresser le message d’estime à la Conférence, du président du Faso.

Abordant le thème de la conférence, le Premier ministre a relevé que "les connaissances acquises par l’homme et les formidables progrès accomplis sont aussi porteurs de crainte et de danger pour la survie de l’humanité si leur finalité n’est pas guidée par la conscience et la moralité". Parmi les défis contemporains il y a l’injustice, l’exclusion, la pauvreté qui sont "les terreaux fertiles des actes de désespoir et du terrorisme. Or elles rythment au quotidien la marche du monde". Parlant des inégalités dans les échanges, malgré les principes d’équité énoncés dans les dispositions de l’OMC, le Premier ministre P. Ernest Yonli a fait remarquer que les relations internationales d’aujourd’hui sont profondément et désespérément marquées du " sceau de l’immoralité et de l’injustice. C’est là, a t-il souligné, le combat que mène le Burkina Faso aux côtés d’autres Etats de la région, pour soutenir les producteurs de coton, seul véritable produit d’exportation de ces pays classés parmi les plus pauvres de la planète".

Face à l’hypocrisie, au protectionnisme et à l’iniquité dans les pratiques commerciales internationales par les grandes puissances, le Premier ministre a rappelé l’invitation du président du Faso aux dirigeants du monde à "s’attaquer courageusement aux injustices et à la haine". Pour ce faire, il a aussi indiqué que "la Oummah se doit de renforcer son unité et la solidarité entre ses membres, face à l’adversité et aux agressions diverses". Pour être crédible, cet appui doit commencer par la mise en place "de règles d’échanges équitables au sein des pays membres de notre organisation d’abord, en permettant l’accès à leurs marchés de leurs produits respectifs et en réduisant toutes les entraves à de tels échanges. C’est là le prélude à la création d’un marché commun islamique".

Un message qui n’est pas passé inaperçu dans les couloirs de la conférence, à en juger par le nombre des audiences du Premier ministre avec les délégations des pays membres présents à la conférence. En marge des travaux, Paramanga Ernest Yonli a eu des entretiens avec entre autres, l’émir du Qatar, l’émir du Koweit, le président Abdoulaye Wade du Sénégal, le président Abdelaziz Bouteflika d’Algérie, le Premier ministre de Barhein, le Premier ministre Afik Rariri du Liban, le Premier ministre de Malaisie à qui il a remis un message personnel du président du Faso. Il a également reçu des ministres et chefs de délégation venus lui témoigner leur reconnaissance d’avoir suggéré la création d’un marché commun de la Oummah.

Plan d’action en 12 points

Le Xe sommet de la Conférence islamique a clos ses travaux tard le vendredi 17 octobre sur l’adoption d’un plan d’action en 12 points contenu dans la Déclaration dite de Putrajaya . Ce plan consacre l’accord des pays membres de l’OCI d’entreprendre une revue de stratégie et une analyse des positions de l’OCI sur les problèmes internationaux, ainsi que les moyens institutionnels de renforcer la solidarité des pays islamiques dans les fora internationaux ;

il consacre également l’accord des pays membres de baser les moyens de paiements de leurs échanges sur l’or, dans le but de renforcer les échanges entre les pays membres ;

il détermine des échéances concrètes en vue de promouvoir le commerce et les investissements entre pays membres, et préconise la mise en commun des bases de données dans le domaine des finances, des services maritimes et aéronautiques ;

il encourage l’ouverture et l’accessibilité des marchés des pays aux produits originaires des pays pauvres membres de l’OCI ;

il préconise l’intensification d’un dialogue des cultures avec les autres civilisations en particulier avec le monde occidental, et avec les autres organisations régionales et internationales dans le but de promouvoir la compréhension mutuelle et une meilleure perception de l’Islam, religion de paix, de tolérance, et d’harmonie au sein de l’humanité ;

il préconise le renforcement du dialogue entre les musulmans, en particulier entre les étudiants, les intellectuels, les juristes, les leaders politiques, les institutions islamiques ;

D’autres points du plan d’action concernent les réformes et la revitalisation des structures de l’OCI, que la prochaine Conférence islamique des ministres des affaires Etrangères (CIMAE) devra examiner sans tarder.

A l’issue du sommet, c’est le Sénégal qui a été désigné pour abriter le XIe Sommet de l’OCI en 2006.

Sylvestre SOME
Putrajaya


L’OCI en bref

L’Organisation de la conférence islamique (OCI) est une organisation internationale fondée à Rabat, au Royaume du Maroc le 25 Septembre 1969 en vue de rassembler les ressources des pays islamiques et de promouvoir leurs intérêts, de consolider leurs efforts à exprimer à l’unisson leurs désirs de paix et de sécurité du monde musulman.

Le siège de l’OCI est à Djeddah (Arabie Saoudite) et l’organisation, qui comprend maintenant 57 Etats membres et trois pays observateurs, a pour objectif d’assurer constamment le progrès et le bien-être des populations et des musulmans dans le monde.

Les objectifs principaux de l’OCI sont de renforcer la solidarité islamique entre les Etats membres, d’accroître la coopération dans les domaines politique, économique, social, culturel et scientifique, et de sauvegarder la dignité, l’indépendance, et les droits nationaux de tous les musulmans.

L’OCI tient un sommet tous les trois ans en alternance dans les régions géographiques d’Afrique, d’Asie et du Moyen Orient, afin de trouver des solutions aux problèmes d’actualité auxquels se heurtent les pays musulmans , et de promouvoir une croissance économique plus forte.

Le sommet de Putrajaya (Malaisie) revêt un caractère particulièrement important pour la Oummah islamique du fait des efforts de reconstruction en Afghanistan, de l’après-guerre en Irak, de l’agression persistante d’Israël contre la Palestine, la Syrie et le Liban.


Sommet de l’OCI en Asie-Pacifique : Grande première pour la Malaisie

C’est la première fois qu’un Sommet de l’OCI se déroule dans un pays musulman de la région d’Asie-Pacifique.

La Malaisie, pays musulman de plusieurs millions d’habitants qui vient d’abriter le Xe sommet, a joué un rôle important dans la création et la mise en place de l’OCI à Rabat, le 25 septembre 1969, avec la nomination du Malaisien feu Tunku Abdul Rahman Putra Al Haj comme Premier Secrétaire Général de l’OCI en 1970.

En tant que membre de l’OCI, la Malaisie a activement participé à de nombreuses activités dans cette organisation. La Malaisie est membre de quatre Groupes de Contact de l’OCI, celui sur la Palestine, celui sur la Bosnie, l’Herzégovine et le Kosovo, celui sur la Sierra Leone et celui sur la Somalie. Elle a été désignée pour présider le Groupe non-limité des 13 membres sur le terrorisme.

La Malaisie a abrité plusieurs importantes réunions et conférences de l’OCI à différents niveaux en 2002, (la séance extraordinaire de la conférence islamique des ministres de l’Etranger sur le terrorisme (1-3 avril 2002), le groupe de contact de l’OCI sur la Sierra Leone (13-14 Juin 2002), la réunion de suivi des Officiels supérieurs des ministres islamiques du Tourisme (5-7 septembre 2002) et la septième conférence des ministres des Affaires islamiques (6-10 May 2002).

Sur le front économique, la Malaisie est parmi les quelques pays de l’OCI qui mettent l’accent sur la coopération économique entre les membres de l’OCI. La Malaisie contribue pour une quote-part s’élevant à 215,79 millions de USD à la Banque Islamique de développement (BID) en vue de favoriser le développement d’infrastructures des pays membres de l’OCI.


Les principaux organes

La Conférence des rois et des chefs d’Etat et de gouvernement ou sommet islamique, instance suprême de l’Organisation qui se réunit tous les trois ans pour en définir la politique.

La Conférence islamique des ministres des Affaires étrangères qui se réunit annuellement pour faire le point de la mise en oeuvre des décisions qu’elle a prises dans le cadre de la politique définie par le Sommet islamique.

Le Secrétariat général qui est l’organe exécutif de l’Organisation, chargé d’appliquer les décisions arrêtées par les instances de décisions précitées.

Pour coordonner et impulser son action, unifier ses vues et ses politiques, et inscrire à son actif des résultats tangibles dans les divers domaines de coopération, politique, économique, culturel, social, spirituel et scientifique, entre les Etats membres, l’Organisation a créé divers comités, presque tous au niveau ministériel. Certains comme le Comité d’Al-Qods, le Comité permanent pour l’Information et les affaires culturelles, le Comité permanent pour la coopération économique et commerciale, le Comité permanent pour la Coopération scientifique et technologique et le Comité islamique de Paix, sont présidés par des chefs d’Etat. Les quinze Comités qui ont été ainsi mis en place, s’occupent d’autres importantes questions telles que Palestine, Sahel, Afghanistan, Afrique du Sud et Namibie... etc

Les Organes et Institutions secondaires qui concourent à la réalisation des objectifs de l’OCI se sont multipliés et diversifiés avec le temps. Au nombre de vingt et un, ils ont des vocations spécifiques dans les domaines culturel, scientifique, économique, juridique, financier, sportif, technique, pédagogique, professionnel, médiatique, social et humanitaire.

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Niger : Fin de mission militaire de l’Union européenne