Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Diplomatie burkinabè : Blaise Compaoré reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • • lundi 26 novembre 2007 à 19h26min

Mgr Vito Rallo et Blaise Compaoré

Trois nouveaux ambassadeurs accrédités auprès du Burkina Faso, ont remis leurs lettres de créance au président Blaise Compaoré, le 23 novembre 2007. Il s’agit de Vito Rallo du Vatican, de Abdulaziz Ahmed Adem d’Ethiopie et de Luciano Barillaro d’Italie.

Honneurs militaires à l’arrivée comme au départ, remise des lettres de créance et entretien d’une dizaine de minutes avec le président du Faso Blaise Compaoré. Chaque nouvel ambassadeur auprès du Burkina Faso est passé par ces différentes étapes le 22 novembre 2007. Celui qui a ouvert le bal est le désormais Nonce Apostolique du Saint-siège auprès du Burkina Faso avec résidence à Ouagadougou, Monseigneur Vito Rallo.

Monseigneur Rallo est né le 30 mai 1953 en République italienne. Il est docteur en droit canon et civil, parle couramment le français, l’anglais et l’espagnol. Il a fait son entrée dans le service diplomatique du Vatican en février 1988. C’est le 12 juin dernier que Vito Rallo a été nommé par le Saint Père Benoît XVI à son poste actuel au pays des Hommes intègres avec une couverture sur le Niger.

A la suite du représentant du Pape, le président du Faso Blaise Compaoré a reçu les lettres de créance de Abdulaziz Ahmed Adem, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République fédérale démocratique d’Ethiopie auprès du Burkina Faso.
Le diplomate ethiopien est pharmacien de formation. Né le 21 mars 1962, M. Adem a d’abord œuvré dans la domaine de la santé avant de marquer son entrée en 1984 dans la gestion de la chose politique. Il entame sa carrière diplomatique en février 2004.

Depuis juin 2006, il est l’ambassadeur de son pays auprès de la République de Côte d’Ivoire avec résidence à Abidjan. Sa juridiction s’étend au Burkina Faso. La boucle du ballet diplomatique chez le chef de l’Etat burkinabè a été bouclée par l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République italienne au Burkina Faso avec résidence à Abidjan en Côte d’Ivoire, Luciano Barillaro. M. Barillaro compte plus de 27 ans d’expérience dans la diplomatie. Une carrière qui l’a déjà conduit entre autres, au Mozambique, en Inde, aux Etats-unis, en Arabi Saoudite, en Suisse. Avec ces nouveaux ambassadeurs, l’univers diplomatique burkinabè s’agrandit davantage.

Koumia Alassane KARAMA

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Intégration des peuples : Le ministre Paul Robert Tiendrébéogo rencontre les communautés vivant à Koudougou
Xu Fei, chargé d’affaires de l’ambassade de Chine : « Notre objectif n’est pas de rester en Afrique comme la France ou les anciens colonisateurs »
Réglementation pharmaceutique dans l’espace UEMOA : Les ministres de la Santé dans une dynamique d’harmonisation du secteur
Coopération Burkina Faso-UNICEF : 90% de taux de réalisation en matière de communication
65e anniversaire de la révolution algérienne : « Le peuple algérien va s’inscrire dans l’histoire », foi de l’ambassadeur Mohamed Ainseur
Forum international francophone de l’évaluation : Quatre jours de partage de bonnes pratiques pour le rayonnement de l’évaluation
L’ambassade de France au Burkina n’a pas suspendu la délivrance des visas (Communiqué)
Intégration régionale : L’expression culturelle comme moyen d’action
Bio-sûreté : Des équipes du G5 Sahel et de la Tunisie s’exercent au diagnostic mobile des menaces
G5 Sahel : « L’heure n’est pas à la diversion, mais à l’union sacrée », déclare Maman Sambo Sidiko (Secrétaire permanent)
Intégration régionale : « Notre objectif, c’est qu’un jour, il n’y ait plus de Burkinabè, de Maliens, d’Ivoiriens…, mais simplement des Africains », prône le ministre Paul Robert Tiendrébéogo
Course-cycliste féminine de l’intégration : Les communautés vivant au Burkina pédalent en chœur à Tenkodogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés