Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Comme pour toute discipline, votre attitude ne s’améliorera pas d’elle-même. C’est pourquoi vous devez y veiller jour après jour» John C. Maxwell

Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

Accueil > Actualités > International • • mercredi 12 avril 2006 à 07h30min

A Monsieur Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur,

A Messieurs les ministres de l’intérieur de l’Union Européenne,

L’une de vos préoccupations aujourd’hui semble être d’endiguer le flux ininterrompu des réfugiés économiques qui assiègent les frontières de l’Union Européenne, réfugiés qui, pour beaucoup, viennent d’Afrique noire.

Nous savions depuis longtemps que la pression était forte et des milliers de cadavres balisent déjà les routes du désert quand les vieux camions rendent l’âme, le détroit de Gibraltar quand coulent les frêles embarcations, ou les autoroutes d’Europe quand on oublie d’aérer citernes ou conteneurs où ils voyagent.

Qu’une route se ferme, une autre s’ouvre... et il va en être ainsi pour longtemps !

Vous pouvez bien affréter ces humiliants charters de « retour au pays » qui blessent profondément l’âme hospitalière africaine, elle qui garde mémoire d’avoir été convoquée pour défendre la mère patrie,

vous pouvez bien mettre une troisième rangée de grillage à Ceuta et Mellilla (Que faisons-nous encore là-bas ?) ou faire disparaître le camp de Sangate,

vous pouvez bien organiser des reconduites aux frontières sous les feux des caméras de télévision,
cela rassurera peut-être vos opinions publiques mal informées, mais cela n’arrêtera pas l’arrivée des réfugiés économiques.

Ils arriveront quand même parce que les gouvernements français et européens n’ont jamais vraiment souhaité que les paysans d’Afrique de l’Ouest (80% de la population) puissent vivre du travail de leur terre. Vous refusez d’acheter leurs produits à un prix rémunérateur qui leur donne la possibilité de rester chez eux. Vous refusez d’investir dans l’agriculture familiale qui seule peut fixer les populations chez elles.

Vous avez toujours préféré distribuer de l’aide déstructurante quand il est trop tard et que les plus faibles sont déjà morts. Vous préférez apporter une aide tardive avec vos stocks d’invendus transportés à grands frais, plutôt que de créer un environnement qui permette aux paysans africains de développer leurs propres productions et leurs propres stocks.

Vous déstabilisez leurs marchés avec les faux prix du pseudo marché mondial, que vous bricolez à votre guise (par des subventions ou du dumping). Et vous annoncez à tous cette nouvelle soit-disant vérité : Commerce ultra-libéral = développement.

Alors que nous voyons chaque jour que cette recette ne fait qu’enrichir les riches et appauvrir les pauvres...

Ils arriveront quand même parce que vos collègues chargés du développement l’ont trop souvent réduit à des aides budgétaires ou à des prêts ponctuels favorisant des régimes corrompus à la tête d’Etats où règnent le non-droit, la corruption et le racket permanent des plus faibles. Peu de chances alors de voir les plus jeunes se motiver dans un tel environnement. Ils veulent venir en Europe, et ils viendront.

Ils arriveront quand même parce que, quittant la campagne, ces jeunes ne trouvent dans les villes sous-équipées ni travail, ni considération, ni perspectives d’avenir. Les quelques emplois qui existent sont déjà aux mains d’une minorité qui se les réserve. Restent les seuls chemins de l’aventure que "TV5 monde" fait briller à leurs yeux. Ils rêvent de l’Europe.

Ils arriveront quand même parce que finalement vous en avez besoin

- dans l’agriculture (légumes, fruits et primeurs) parce que la grande distribution, en écrasant les prix, ne permet pas de salarier normalement ceux qui produisent et récoltent,

- dans le bâtiment, parce que les contrats de sous-traitance de nos grands groupes BTP, s’ils favorisent la création d’importants bénéfices, ne permettent pas non plus de rémunérer normalement la main-d’oeuvre de ce secteur,

- et parce qu’il faudra bien remplacer l’importante génération du « baby-boom » qui commence à prendre sa retraite.

Quand la communauté européenne prendra conscience que le monde a besoin de toutes les agricultures du monde,

quand la communauté européenne décidera qu’il est juste et bon que l’Afrique protège ses filières de productions naissantes (agricoles et autres) pour parvenir à la souveraineté alimentaire,

quand la communauté européenne ouvrira vraiment ses marchés aux productions de l’Afrique sub-saharienne pour qu’elle devienne enfin solvable,

quand la communauté européenne renoncera à imposer ses Accords de Partenariat Economique (APE, qui sont en fait des accords de libre-échange) qui vont ruiner ce qu’il reste encore de production locale et appauvrir un peu plus les Etats africains,

quand la communauté européenne cessera de soutenir les " démocratures " africaines,

Alors, Monsieur le ministre, Messieurs les ministres, alors seulement, peut-être, la pression sera moins forte à vos frontières.

Bon courage !

Jacques LACOUR,

Koudougou, le 5 avril 2006

P.-S.

Lire aussi :
ABC Burkina

Vos commentaires

  • Le 12 avril 2006 à 14:24 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Bravo Monsieur Lacour ! Je partage tout a fait vos opinions exprimées dans cette lettre. Mais a mon avis nous africains devont passer par la violence pour nous faire comprendre. Violence envers nous même car il y a effectivement cette minorité corrompue qui gouverne et vilence envers l’occident pour qu’il nous laisse vivre notre vie.

    Répondre à ce message

    • Le 29 avril 2006 à 10:47 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      Cette lettre devra être un document de travail pour tout esprit épris de liberté et qui lutte particulièrement pour l’avénement d’un continent africain réellement démocratique.
      Le débat en france sur l’immigration est plus que tronqué et peu de politiques mettent en exergue les points on ne peut plus évidents soulevés par cette lettre ouverte. Notamment, le maintien par la france de régimes dictatoriaux, les fameux "démocratures".
      Si les français/européens de toutes couleurs/origines pouvaient se joindre aux diverses luttes (contre les dictatures soutenues officiellement par la France) menées par les diasporas africaine et autres, les chances de réussite de ces dernières se verront sensiblement augmentées.
      Les réponses à votre lettre ouverte, M. lacour me laissent à penser qu’il n’y a pas que les africains qui sont sensibilisés au problème...

      Merci et mille fois merci...

      Kwame (Levallois/France)

      Répondre à ce message

      • Le 1er mai 2006 à 13:57 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

        Merci Monsieur Lacour, tous ce que vous dites est évident, tous ce que vous dites est su, en tout cas des classes dirigeantes et des intellectuels, et celà j’en suis persuadé.. Seule une grande majorité des français , tous heureux d’avoir trouvé un nouveaux superman, super protecteur et capable de leur faire croire au retour d’une france qui n’existe plus, se laissent avoir par des discours douteux et dangereusement démagogiques. Bien sûr que le sud ne cessera de migrer au nord, le désespoir est un puissant moteur. Et seul un peuple qui ne connait pas ce désespoir peut éprouver de la sattisfaction à voir décoller les charters vers l’Afrique. Honte pour ce gaspillage humain, pour ce manque de solidarité, les lumières n’éclairent t’elles donc plus la france ?....
        Vous savez quoi ?, je pense que l’espoir pour nos civilisations est en afrique... Malgrés tout ce que l’on veut bien nous dire ou nous montrer, il y a la bas un sens de l’humain, une solidarité et une énergie qui va dans les décennies à venir serieusement nous manquer (ce n’est pas de l’angélisme, je connais les maux de l’Afrique, mais j’ai cette prémonition !). J’ imagine souvent une "Horde" d’européens migrer en afrique chercher cette chaleur, une nature vivace, des saveurs bruts et naturelles et des hommes, des femmes et surtout des enfants qui savent ce que peux provoquer un manque d’amour, de compassion et de respect.
        Je suis un "banlieusard" (voilà encore un mot détestable) qui prend plaisir à crier sa colère, d’origine antillaise et donc africaine, je dis à la grande soeur (Afrique) tiens bon, l’avenir est à toi !
        Hubert (Villiers Le Bel, France)

        Répondre à ce message

        • Le 3 juin 2007 à 18:33, par banaba En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

          Merci à vous Hubert, de Villiers le Bel ! Cela fait du bien de vous lire. Je suis une française de 56 ans et ça fait des années que j’ai grande honte de ce déséquilibre nord sud et de toutes les misères qu’engendrent notre matérialisme et notre égoïsme, à nous, les nantis du nord ... et je pense comme vous que l’espoir pour nos civilisations est en Afrique...

          Vous avez bien raison d’imaginer une "Horde" d’européens migrer en afrique chercher cette chaleur, une nature vivace, des saveurs bruts et naturelles et des hommes, des femmes et surtout des enfants qui savent ce que peut provoquer un manque d’amour, de compassion et de respect.
          Je vais aider un peu votre imagination :
          Ils sont jeunes, entre 20 et 25 ans. Ils sont étudiants ou travailleurs et ils construisent peu à peu leur projet pour partir vivre en Afrique, en brousse... , dans l’impossibilité dans laquelle ils se trouvent de s’imaginer un avenir ici dans cette surconsommation, dans cette société qui n’offre plus que des solutions profondément inhumaines aux maux qu’elle a engendrés, cette société à laquelle ils ne veulent pas être associés...
          Et comme je les comprends et les encourage !
          Mon fils est parmi eux.
          Avec lui, avec vous, je dis à la grande soeur (Afrique) tiens bon, l’avenir est à toi !

          Répondre à ce message

  • Le 12 avril 2006 à 15:40, par Nadine PIO En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Bravo pour votre article, j’en ai les larmes aux yeux. Tout est tellement vrai. Mais nos gouvernants connaissent ils seulement la réalité de l’Afrique ? Pas plus que la réalité de la France d’en bas. Ces messieurs sont enfermés dans leurs hautes sphères, loin de tout. Est ce qu’ils croient que les réfugiés économiques veulent venir en France pour voir le temps qu’il fait, pour connaitre la neige ? Savent ils ce que c’est, que de se demander de quoi demain sera fait ? Je les mets au défi de pouvoir vivre avec moins d’1 euro par jour.
    Et l’année prochaine, ce sont les élections présidentielles, et Sarkozy espère bien avoir la place. S’il est élu, cela accélèrera mon départ de France, pour cette Afrique que j’aime tant. Je ne rêve que d’une chose : monter une petite entreprise dans le nord du Bénin, et permettre à des jeunes de vivre et travailler au pays.
    En attendant, je reviens en janvier 2007, sillonner les routes du Burkina et du Bénin, et en taxi brousse ou en bus, pas avec un gros 4x4.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2006 à 11:09, par DANIEL En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Oui, Monsieur Lacour, ils arriveront quand même. Je partage à votre analyse. Mais, avec ou sans Sarkosy, que feront-ils ? comment seront-ils accueillis ? comment vivront-il ? Cette France qui brille, détient 23% de chômeurs de moins de 25 ans. Son lustre relève plus du mirroir aux alouettes que du "rêve américain". Je suis un papy boomer et à l’aube de ma retraite, je ne libère même pas un emploi, qui serait bien nécessaire à ma fille diplômée Bac+5. Cette dernière est mariée à un burkinabè, ils vivent en France. Par ce fait j’ai beaucoup d’amis sur Ouaga. Certains d’entre eux ne cessent de me solliciter pour s’établir en France. A mon grand désespoir je ne peux les satisfaire. Pourtant ces jeunes sont bourrés de dynamisme et d’ambition. Je suis persuadés qu’ils peuvent être les artisans efficaces d’un développement endogène de l’Afrique. Mais le rêve européen est tenace : il faut donc que ces jeunes sachent qu’il côute énormément , rapporte trés peux et cela dans des conditions d’un individualisme difficile à vivre quand on connait la solidarité africaine. Par ces quelques lignes je souhaite apporter un témoignage personnel, mais sachez que je suis parfaitement conscient des réalités africaines, des insuffisances et aberrations des relations Nord Sud.
    Daniel

    Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2006 à 12:13, par H. de Strasbourg En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      Juste un mot à Daniel au sujet des 23 % de chômeurs de moins de 25 ans. Il faut cesser de véhiculer ce chiffre qui est le résultat d’un tour de passe-passe statistique : en réalité, sur la totalité de cette classe d’âge, le chômage ne concerne pas un jeune sur quatre mais un jeune sur 13.

      Cela dit, le propos de cette lettre ouverte me semble tout-à-fait pertinent : cultiver jusqu’à la folie du café ou du cacao pour le vendre à l’export et pouvoir rembourser le dettes, cela fait surtout crever de faim les populations locales. Si dans certaines région d’Inde on continuait une culture marachaîre de subsitance au lieu de faire à tout prix du riz basmati, il n’y aurait pas besoin d’OGM pour créer du riz "enrichi" en betâ-carotène, etc.

      Ils viendront quand même, parce que globalement nous vivons dans un luxe délirant et que nous avons largement les moyens de faire vivre beaucoup plus de monde en France.

      Répondre à ce message

      • Le 15 avril 2006 à 21:47, par DANIEL En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

        Monsieur H de Strasbourg,
        Je ne véhicule pas de chiffres erronés mais cite ceux du Bureau International du Travail (ONU). Je concède l’arrondi par excés, car le taux oscille autour de 22,5% depuis plus d’un an. Quant à votre 1/13 il représente moins de 8% c’est à dire une valeur inferieure aux meilleurs scores européens (Pays Bas et Danemark). Merci donc Monsieur H de verifier et citer vos sources. Quant à la manipulation statistique que vous affirmez et la thése qu’elle sous-entend, permettez mois de ne pas en être le vecteur et de vous en laisser la résponsabilité.

        Répondre à ce message

        • Le 28 avril 2006 à 11:35 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

          Daniel,

          M. H, de Stasbourg a raison ... et vous aussi. Le BIT intègre dans ses statistiques les étudiants, car beaucoup d’entre eux travaillent ou cherchent du travail pour finacier leurs études. Ce qui donne "votre" chiffre : presque 23%.

          Les statistiques de M. H excluent ces étudiants. Et l’on a alors moins de 8%, ce qui effectivement est l’un des meilleurs taux européens.

          Il n’y a de contradiction qu’au moment de l’interprétation ...

          Ceci étant dit, je pense M. H. est plutpot d’accord avec vous sur le fond de votre lettre. Et moi aussi.

          Bien cordialement,

          Répondre à ce message

      • Le 20 juin 2006 à 17:22, par Vincent En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

        Bonjour Monsieur H de Strasbourg,

        Je voudrais juste me permettre une remarque sur la fin de votre propos. Je n’ai pas le sentiment, personnellement, de vivre dans un "luxe délirant" et je suis persuadé que je ne suis pas seul... Cette idée me dérange parce qu’elle nous éloigne du vrai problème, il sous-entend qu’un retour à la "vie des cavernes" en France permettrait une quelconque amélioration dans le niveau de vie des africains. Le problème ne se situe pas dans le niveau de richesses, mais dans la répartition de ces richesses.
        Ceci dit, je veux bien remettre en cause le mode de vie consumériste qui s’est imposé chez nous, il frise le délire.
        Mais le véritable luxe, je le vois là ou l’argent s’entasse de manière indécente sans aucune perspective de redistribution, ni en France, ni ailleurs. Je le vois dans les profits des grandes entreprises qui ne sont redistribuées en grande partie qu’à leurs actionnaires. Allez donc demander à un actionnaire de faire de l’aide au développement... Il vous rira au nez (s’il ose) parce que ce n’est pas pour ca qu’il a investi dans ses actions.
        Or, les accords de partenariat économique que dénonce à juste titre M. Lacour n’ont d’autre objectif que de continuer à enrichir ces entreprises...et leurs actionnaires. Le problème réside bien à mon sens dans ce libéralisme mondialisé et débridé, pas dans les 2 téléviseurs et le lave-vaisselle que possède éventuellement le salarié lambda en France.
        Merci pour votre lettre ouverte Monsieur Lacour. Les vérités qu’il énonce nous sont trop souvent masquées. Notre responsabilité de citoyen est immense.

        Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2006 à 10:14, par Mylène Rémy En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Je veux tout simplement exprimer mon entière adhésion à ce qui est dénoncé dans cet article, remarquablement écrit qui plus est. J’ai beaucoup voyagé en Afrique subsaharienne, beaucoup écouté. Je fais partie d’Attac et sais depuis longtemps que la politique européenne est d’une nocivité totale en soutenant des programmes comme ceux de l’OMC Banque mondiale etc...Quant à la politique française, qui affiche défendre les droits de l’homme, elle n’est qu’hypocrisie. Pardon à tous ceux à qui nous faisons payer cher le seul cadeau que nous leur ayons fait : notre langue que beaucoup d’entre eux parlent d’ailleurs bien mieux que la moyenne des Français.
    Mylène Rémy

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2006 à 13:37, par Geneviève Girault En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Je vous soutiens dans votre lutte.
    Geneviève Girault
    5 rue de la Puzenade
    Champlevois
    58340 Cercy-la-Tour

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2006 à 12:51, par RAYANDE En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Bonjour chers internautes

    Le débat soulevé depuis ces derniers temps par la classe politique française sur l’immigration suscite quand même un grand étonnement. Il est quand même assez scandaleux d’entendre tous les jours lorsqu’on parle d’immigration, qu’il n’y a que les africains noirs qui sont indexés comme ouvriers, les indiens d’ingénieurs et les chinois d’informaticiens. Quel propos !!!!! Tous les malheurs qui arrivent en Europe, il n’y a que les africains noirs qui en sont porteurs. On se demande, si en Europe et singulièrement en France, il n’y a que les africains noirs qui y migrent ? Si oui, est-ce qu’un jour, l’Europe ou la France a cherché à comprendre pourquoi ces gens quittent leur terre, leur famille, leurs ancêtres et s’aventurent loin, loin de leur biotope ? Si les européens ne veulent pas voir les noirs en Europe, on se demande qui est parti les chercher ? Qui s’est vu supérieur à l’autre et a imposé sa culture ? sa langue ? Qui a colonisé qui ? Si l’Europe ou la France ne veut plus des noirs dans leur espace, que l’Europe, la France arrêtent de choisir à la place des noirs leurs dirigeants. La plupart des dirigeants africains sont choisis par la France. Par cette politique coloniale, des dictateurs sont établis à la tête des états africains, ils pillent, gouvernent mal, ils violent les constitutions sans que la France s’y oppose, ils tuent, ils massacrent leurs concitoyens avec les moyens que la France leur donne pour accomplir cette sale besogne. Aucune condition meilleure n’est crée pour permettre à ceux-ci de rester chez eux. Alors, vous voulez qu’ils aillent où ? Ils viendront en Europe comme a dit un intervenant, TV5 miroite le paradis en Europe, c’est tout à fait normal qu’un être humain qui aspire au bien être puisse rêver venir un jour dans ce pays où la vie est facile. Alors, si vous ne voulez plus voir les noirs ici, créer leur, les conditions meilleures pour qu’ils restent chez. Et le débat sera clos ainsi car ici, il y a beaucoup à faire. Le peuple européen souffre cruellement aussi, donc il faut régler ce problème au lieu de les divertir sur des détails qui ne les intéressent pas. Qui détourenent les fonds ici, à mon humble avis, ce ne sont pas le s noirs, donc, il vaut mieux parler de ça que distraire l’opinion publique française ou européenne. Les problèmes d’immigration sont crées par les dirigeants politiques. Arrêtés de soutenir les dictateurs en Afrique, créer les meilleures conditions aux Africains, je crois qu’ils resteront chez eux. Si ces deux actions sont faites et que vous voyez encore un africain ou des africains ici, alors parlez donc de l’immigration.
    Mais l’immigration choisie n’esty rien d’autre que la nouvelle forme de traite négrière. A l’époque, ce sont les valides qui se sont faits esclaves, maintenant avec le développement des machines, la France n’a besoin que des têtes alors l’Afrique est dépossédée hier par ses enfants valides, aujourd’hui par ses intellectuelles, demain sûrement avec le développement des nouvelles technologies, ça va être le continent africain en entier qui sera déporté en Europe, parceque le réchauffement climatique menace beaucoup de pays européens qui sont appelés à disparaître, alors, il faut changer leur territoire par les territoires africains.

    Ce sera donc, la 3ème Guerre Mondiale qui n’est pas loin.

    Rigobert AYANDE, depuis Bangui, RCA.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2006 à 10:21, par Anne Molières En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      Anne Molières - Terville (Moselle- Farnce)
      Une amie m’a fait parvenir votre lettre que je trouve tout à fait juste et qui, enfin, s’attaque au vrai problème. Beaucoup de Français comme moi ne sont pas indifférents aux images tristes qui nous montrent des cadavres de personnes noyées ou déchiquetées parce qu’elles ont voulu toucher du doigt un "monde meilleur", mais nous savons que nous ne pouvons plus accueillir tout le monde parce que notre économie souffre et de plus en plus de gens voient les immigrés d’un mauvais oeil. Il serait donc grand temps de s’attaquer au vrai problème car ce ne sont pas ces "mesurettes" qui ne résolvent rien qui feront avancer les choses : à commencer par la situation abhérante des sans-papiers que la police rejette à la rue et qui errent ainsi des années sans solution.
      Je suis, comme vous , convaincue qu’il faut prendre le problème à la source et arrêter de faire en sorte que 8 ou 10 pays décident du sort de tout le monde, en faisant la pluie et le beau temps. Investir en Afrique, mais de façon ciblée et correctement étudiée, serait un investissement pour l’avenir. Je ferai parvenir votre lettre à un maximum de gens susceptibles de vous soutenir afin que votre lettre trouve un véritable écho en France. Continuez à vous battre, nous le faisons de notre côté !

      Répondre à ce message

    • Le 16 mai 2007 à 16:12 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      Bravo pour votre analyse, c’est très clair.

      Répondre à ce message

  • Le 8 mai 2006 à 19:15, par Joëlle et Hubert Nicolas (pédiatre et ingénieur en développement) En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Je m’associe entièrement à votre lettre dont j’approuve totalement le contenu. Nous avons travailmlé pendant 20 ans au service du développement de 3 pays africains, l’Algérie, la Côte d’Ivoire et le Congo, trois pays qui ont été ensuite ravagés par des guerres civiles imbéciles, largement financées par les produits pétroliers et agricoles que nous consommons et qui servent aux gouvernants corrompus à nous acheter des armes ... Pendant ce temps, les pauvres meurent de famine, de misère, de maladies largement évitables ou du Sida fautes de vaccins, d’antibiotiques et d’antiviraux. Ceux qui en réchappent espèrent tous s’exiler chez nous !

    Seul, un vrai gouvernement mondial pourra résoudre les problèmes de la mondialisation de l’économie, du fossé entre pays riches et pauvres, des guerres ethniques et de la pénurie des resources non renouvelables, toutes choses complètement liées.

    Est-ce encore utopique d’y rêver alors que déjà en 1989, Michel Rocard en parlait ouvertement ? A mondialisation des problèmes, il faut aussi une mondialisation des solutions : régulation du commerce et des flux de capitaux débarrassée de l’hégémonie des grandes puissances, justice internationale indépendante et force de paix internationale ayant les moyens d’agir en urgence et dans la durée, sont maintenant devenues indispensables. Et Mr Sarkozy peut continuer à faire des moulinets et des envolées démago, il sera bien obligé un jour de s’y plier...

    Ceci n’est qu’une opinion personnelle forgée au fil de notre expérience...

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2006 à 15:13, par Historien En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    En 1958, Sekou Touré, futur président de Guinée a, le seul,rejeté l’offre de participation à la "Communauté Française" proposée par le Général de Gaulle par un péremptoire "Mieux vaut la liberté dans la pauvreté, que l’esclavage dans l’opulence".
    Finalement trois ans après la "Communauté Française" était défunte car toutes les anciennes colonies avaient opté pour l’indépendance.
    Pire, j’étais à l’université de Dakar en 1965, et les africains se moquaient des Vietnamiens qui se battaient contre l’Impérialisme, croyant avoir découvert le moyen de contourner aisément cet immense obstacle. Il voit ce qu’il en est aujourd’hui. Le Vietnam se développe à grande vitesse et l’Afrique stagne. Le secret : Il faut bosser et arrêter de se plaindre

    En 1965, l’Afrique comptait 200 millions d’habitants, aujourd’hui 750 millions (?) Impossible de nourrir cette population et a fortiori de l’éduquer et de sortir du cycle de la misère. Relisez, Malthus . Un conseil : Qu’ils arrêtent de pondre.
    Aide toi et le ciel t’aidera

    Il ya 5 millions de chômeurs en France, c’est donc du rêve et de la suprême niaiserie de croire que l’Eldorado se trouve ici, et
    plus nombreux se mettront ils en route et plus importants seront les moyens de "défense". Votre menace est purement débile, et ne fera que faire monter les mouvements extrêmistes.

    Ils ont demandé l’indépendance, ils l’ont eu et qu’ils la gèrent. Il faut savoir assumer ses choix et être adulte.

    Répondre à ce message

    • Le 11 mai 2006 à 23:16, par Ma Toma En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      au pseudo historien bien malhonnete ...

      Non seulement votre réponse est debile est tellement simplissime. Etes vous vraiment historien ??? Si oui je rie a gorge déployée tellement votre analyse est digne d’un eleve de 4eme et encore (le pire c’est que des pediatres pseudo ingenieur en developpement approuvent votre contenu.) Alors c’est ça que forme la france des élites sans esprit critique, incapable de réflechir sans oeillères. Il n’y a pas ni il y a eu d’idependance lisez messieur dames c’est le seul conseil que je puisse vous donner pas Le Monde pas Libé, et consors, evitez les outils de propagande comme la télé et surtout les info (non je devrais dire la désinfo) , lisez par exemple "L afrique sans dette" de Damien Millet il a les yeux grad ouvert et en + il est honnete. Bref on sortira des discussion de comptoire où vous voulez nous emmenez....

      Bien a vous

      Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2006 à 14:44, par Pierre Collenot En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Une de mes amies a diffusé largement cet article à ses relations en France, et elle a eu une bien bonne idée.

    Créateur de plusieurs sites associatifs avec SPIP, je me retrouve dans un environnement connu, mais ce n’est pas l’objet de ma participation à ce forum.

    Je veux féliciter Jacques LACOUR pour le contenu de sa lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, dont le contenu me fait chaud au cœur, pour de multiples raisons que je résume

    - en 1966-67, faisant mon service militaire à Dakar-Ouakam, j’avais consacré une partie de mon temps libre à un travail d’analyse et de recherche sur l’émigration vers l’Europe des pays d’Afrique de l’Ouest, travail qui s’était traduit par une série d’articles dans la revue "Afrique Nouvelle", aujourd’hui disparue, je crois.
    J’y développais une explication des causes de cette immigration que je retrouve presque mot pour mot dans les propos de Jacques LACOUR.
    40 ans plus tard, je constate que le sujet reste d’une actualité plus que brûlante, et que beaucoup d’oreilles restent sourdes à certaines explications qui dérangent.
    Il est tellement plus facile et électoralement tellement plus payant de s’occuper des conséquences que de s’attaquer aux causes, surtout lorsqu’il s’agit de remises en cause profondes.

    - je milite dans plusieurs associations et dans un parti politique. Je constate avec agacement qu’avec l’approche des échéances électorales françaises, le débat sur le thème de l’immigration ne s’élève guère. Qui aura le courage de dire à ses électeurs qu’une meilleure répartition des richesses et du travail et le paiement aux producteurs d’un prix équitable sont des fondamentaux du thème de l’immigration. Même le parti dans lequel je milite fait preuve sur ce thème d’un nombrilisme qui me navre.

    Encore bravo à Jacques LACOUR pour sa "lettre ouverte".

    Ne serait-il pas intéressant de la transformer en pétition ? Le support SPIP le permet aisément.

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2006 à 10:30, par manu En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    trés objectif, bravo on ne peut pas soigner les effets sans s’occuper de la cause.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mai 2006 à 13:28 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Je vais faire mon naif avec pleins de non-sens. Si les africains commencaient par redessiner leurs frontières et ne continuaient pas à utiliser celles établies par les colonisateurs. Ca pourrait être un début à la stabilisation de certaines régions (hutus, tutsis).
    A quand une révolution dans un pays africain a l’image de la révolution française. Cela ne ferait il pas réagir les pays voisins ? Ne dit on pas que la tête coupée de Louis XVI a permis à d’autres monarchies d’Europe de conserver la leur.

    Les africains ont voulus leur indépendance et qu’ils l’assument comme ca a été écrit ici. Le propos n’est pas faux mais il n’apporte pas de solution. Les nègres blancs du Canada (les plus courageux iront chercher sur le web de qui il s’agit) ont gagné leur indépendance sans bouter hors de leur frontière leurs colonisateurs, mais en apprenant d’eux, en sachant se rendre indispensable et progressivement en les remplaçant jusqu’au plus haute fonction de l’état. Cela ne sait certes pas fait en une ou deux générations mais cela a porter ses fruits. Maintenant imaginer la même stratégie au Zimbabwé (qui était autrefois le grenier du sud de l’Afrique).....

    Au delà de l’éternel état des lieux sur l’Afrique, quelles solutions nos chers lecteurs apportent-ils ? Comment deviner ce qui est bon pour un africain quand on n’en est pas un soi-même. Comment les aider à trouver leur voie ? Ce n’est pas à nous autres occidentaux ou asiatiques (en rapport avec la tournée en Afrique du dirigeant chinois) de leur imposer une solution (ca serait du colonialisme intellectuel). C’est à eux de trouver une solution, à nous de les aider à la mettre en oeuvre lorsqu’ils l’auront trouvé (même si cela nous coûte).

    Bon, je sors du débat car après tout je n’ai pas le niveau des intervenants ici présent pour dire ce qui doit être fait ou pas.

    Répondre à ce message

    • Le 3 septembre 2006 à 23:10 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      CITATION d’un lecteur : : "e vais faire mon naif avec pleins de non-sens. Si les africains commencaient par redessiner leurs frontières et ne continuaient pas à utiliser celles établies par les colonisateurs. Ca pourrait être un début à la stabilisation de certaines régions (hutus, tutsis)"

      ==> Ce que vous dites c’est tout simplement l’ideologie de l’épuration ethnique. On a deja vu le resultat en Yougoslavie.

      Redessiner les frontieres (sur quels criteres d’ailleurs ?) ne pourrait que creer de nouveau conflits plus meurtriers !

      L’exemple que vous prenez est d’ailleurs totalement inapproprié car dans le cas du Rwanda il n’y a pas de territoires "hutu" ou "tutsi", ça n’a strictement aucun sens puisque dans chaque village et meme dans un certain nombre de familles il ya avait hutu et tutsi avant le génocide.

      Vouloir créer des "frontière sur des bases "ethnique" c’est ce genre de discours qui est très dangereux.

      D’autant que bien souvent les conflits sont souvent liés a des enjeux POLITIQUES et ou economiques et l’argument "ethnique" c’est le discours des hommes politiques pour dissimler leur interet personnels.

      Répondre à ce message

    • Le 3 septembre 2006 à 23:16 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      Citation : Comment deviner ce qui est bon pour un africain quand on n’en est pas un soi-même.

      Remplacez africain par HUMAIN et vous réaliserez peut être l’absurdité de vos propos.

      Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2006 à 17:36, par Ari En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    J’ai aimé vous lire, M. LACOUR, car on sent bien que vous êtes pour la défense des droits de l’Homme et la justice mondiale. Je vais quand même vous faire quelques remarques qui peut être vous seront utiles. D’abord, il faut pas mélanger le problème de Ceuta et Melilla avec l’immigration : Peut être voulez vous aussi que l’Espagne abandonne les Canaries ou les côtes de l’Andalousie ? Ou alors parlons de Gilbrartar et du Sahara Occidental... Moi, comme je ne connais que la version occidentale pro-sahraoui, je préfère me taire sur ce sujet. Mais tout cela n’est pas important. Le vrai problème actuellement est la « way of life EEUUROPEENNE » et sa propagande, qui arrive partout où il y a un ouvrier pour l’usine ou pour la récolte. Car vous critiquez les symptômes d’un problème plus fondamental : Notre niveau de vie.

    Vous parlez de la faim qui fait abandonner leur pays à tous ces hommes et femmes qui cherchent leur « el Dorado » : L’Europe. Vous oubliez peut être que les gens qui émigrent ne sont pas toujours les affamés et les pauvres mais surtout ceux qui peuvent se payer le passage (et qui vendent leur petit commerce ou empruntent de l’argent à leur famille pour pouvoir payer plusieurs centaines d’euros aux mafias, officielles ou non). Ce n’est donc pas toujours la famine mais la voiture, le portable et la télévision ce qui les fait se risquer en bateau, à pied ou cachés dans un camion. Mais comme tout le monde ne peut pas avoir une voiture, les états limitent le nombre d’arrivant de façon cruelle. Et le « jeu » continue : On crie : « c’est insupportable » et le tour est joué : on laisse passer quelques uns, on régularise quelques autres qui étaient là déjà, assez pour faire marcher la grosse machine qui broie.

    Mais les ressources de notre planète sont limitées. Il n’y a pas et il n’y aura jamais une voiture pour tout le monde. Et ce ne sont pas ceux qui n’en ont pas qui sont au dessous mais nous, les EEUUROPEENS, qui sommes au dessus des moyes de notre planète. C’est notre mentalité que nous devons changer, tout le contraire de ce qu’on fait actuellement : On change les mentalités de ceux qui vivent en équilibre avec la terre pour en faire des consommateurs à notre image. Bravo. Vous êtes en Afrique, vous savez donc bien qu’il faut s’interner de plus en plus et s’éloigner des grandes villes pour retrouver ces sourires innocents, heureux et tout à fait incompréhensibles au touriste occidental.
    Car c’est notre modèle économique qu’il faut remettre en question et pas la façon de protéger ce même modèle. Peut être qu’un bon slogan serait : Transport en commun et éducation pour tous. Ou bien « sauvons la planète avant qu’elle ne puise plus nous sauver ». Un dernier : « Le progrès, pourquoi faire et jusqu’où ? »

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2006 à 12:12, par Saingier Anne En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Bonjour je suis responsable Emmaus dans le Nord pas de Calais .
    Je souhaite publié cette lettre ouverte dans le journal Emmaus la guerre à la misère
    Vous pouvez me contacter à
    l’adresse suivante la-halte-saint-jean@wanadoo.fr
    Anne Saingier

    Répondre à ce message

  • Le 19 septembre 2006 à 18:48, par Nicolas coulon En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Ils arriveront quand même...

    Merci de leur présence, de cet échange, l’humanité est un brassage.

    Quel dommage qu’ils viennent parceque chez eux c’est comme cela : sans espoirs.

    Un article dans courrier international n°828, page 61 ed française, article de Geoffrey Lean, sur les stocks de céréales, cela fait écho....
    La famine nous guette peut être. Oh pas tout de suite, non, pas trop vite.

    Alors oui, ils viendront quand même et le reste n’est que pratique électoraliste, faire peur au brave citoyen pour conserver un pouvoir, engraisser un compte bancaire "l’argent pourtant ne se mange pas".

    Merci, monsieur, de votre lettre.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2006 à 20:17 En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    je sais pas qui a ecrit tout ca mais vraiment vote sarkozy ne veut pas dire reconduite a la frontiere ni ne pas aimer les etrange .le fait est que la france ne peut pas prendre tout les etranges .les francais eu meme on des difficulte dans leur propre pays .il faut que les etrange se prennent en main et arrete deja de se faire la guerre entre eux pour un bout de terre et qu il se preoccupe des millier d entre eux qui meut de faimvoyait un peut le taux de delequance chez les etrange peuple les prison d un autre pays se ca votre liberte.VOUS AVAIS AUCUNE EDUCATION POUR VOS ENFANT ;vous repecte pas les gent vous racket ; voler ;triche ; vous tue elle est OU votre tolerance.POUR MOI VOTE SARKOZY C VOTE LA SECURITE DE MES ENFANT
    VOTE SARKOZY C VOTE LA SECURITE DE NOS EMPLOIE
    VOTE SARKOZY C VOTE LA SECURITE DE NOTRE PAYS.je suis loin d etre contre les etrange vous NE pouver rentre dans un pays sans savoir la culture la langue et faire c proprec loi .dans certain pays vole on vous coupe une main ou on vous tue pourquoi le faire en france respecte les gens c vous qui faite le rascisme C EST cause de vous que le pen a failli etre elus les francais ont marre il veule etre libre dans leur pays. VOUS POUVAIS DIRE Q UIL SON RASISTE PARCE QU IL ON MARRE .ARRETE DE TROUVE DES ESCUSE AU JEUNE JE VIENS MOI MEME D UNE CITE A 8 ENFANT AUQU UN DE NOUS N A FAIT DES BETISE POUR L HONNEUR DE MON PERE ALGERIEN JE SUIS FIAIRE D ETRE ALGERIENNE MAIS FRANCAISE AUSSI CAR JE SUIS NEE ICI MAIS PARENT SON LA DEPUIS 50ANS MAIS JE NE PREND PAS LA CAUSE DE L INJUSTICE

    Répondre à ce message

  • Le 19 avril 2007 à 14:35, par tiemtoré stella En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    ils arriveront quand meme
    grand dieu pourquoi partir ? jamais je ne laisserais mon si bon mil pour du blé,mon somballa bien parfumé pour du caviar, le bon lait frais de ma vache pour du camembert , mon dolo au bon gout pour du champagne , ma belle viande de brousse pour du foie gras , ma sauce gombo pour des pizzas, mes beignets de gonhré pour des hamburgers,ma délicieuse bouillie de sorgho pour des crepes bretonnes jamais au grand jamais je ne laisserais mon joli pagne durable des tisserands mossés pour le lycra ou le lin,ma belle maison faite de terre et de paille thermiques pour leurs grandes villas en beton , l’air et la ventillation naturels pour l’air conditioné de leurs climatiseurs ;
    grand dieu pourquoi partir ? jamais je ne laisserais mes sons de balafon et de tamtam pour une musique électronique diabolique,ma plantation et mon champ pour leur aide sociale , mes racines pour leurs ailes artificielles ;
    grand dieu pourquoi condanné sarkozy et comprendre khadafi, bongo, bagbo et autres ;
    la liberté ne se donne pas elle s’arrache. dieu nous à tout donné mais nous sommes tous aveugles.
    vous voullez la facilité , le confort, le luxe, les privilèges, le pouvoir économique ,financier et politique alors allez y, vous trouverez labàs la drogue, le stress, l’argent sale,la prostitution,le crime, le mensonge ,les maladies ,la trahison,la haine,les dangers,l’humiliation et ce jour là il ne vous restera plus que vos regrets
    regrets d’avoir abandonné vos terres, votre culture, vos frères ,parents, amis et connaissances
    regrets de votre quartier,votre ville, votre village ,vos valeurs, vos repères.
    alors de grace avant de partir interroger tous ces vieux immigrés,fonctionnaires expatriés,étudiants éternels,veilles épouses de blancs ,prostituées noires sur leurs vies en europe , sur le sentiment de vide,la mort sociale, le mal de fin de vie leur grande soif de mon afrique,ma belle afrique ,avec son beau soleil et ses belles valeurs d’amour, de respects,et de dignité ;alors vous voullez partir allez y donc ; nous, nous sommes là et vos réussites sociales seront un jour vos demons.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2007 à 15:23, par Abelus En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    bonjour Monsieur,
    Je viens de lire votre lettre ouverte à Nicolas Sarkozy et à ses paires de l’U.E.
    ça fait plaisir de savoir qu’il existe encore des êtres de votre espèce pour oser....afin que l’Afrique et les Africains puissent un jour respirer de toutes ses humiliations depuis la nuit des temps. je voulais simplement vous dire merci......pour cette lettre ouverte !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2007 à 14:03, par Dounet En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

    Messieurs,

    Ce ne sont pas vos imprécations et vos menaces qui inciteront à embaucher des africains dans nos pays !
    L’acceptation de l’immigration incontrôlée et l’aide à l’Afrique ne sont pas une obligation !
    Les gisements de main d’oeuvre ne manquent pas en Occident !

    A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

    • Le 5 septembre 2007 à 18:20, par Père Jacques Lacour En réponse à : > Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : Ils arriveront quand même...</I>

      Ce texte, que j’ai écrit il y a un an et demi maintenant, ne se veut ni une imprécation, encore moins une menace : il est un constat tragique. Comme vous, je pense que l’immigration "sauvage" est un bien grand malheur... que la plupart du temps, les gens préfèreraient vivre chez eux dans leurs pays et leurs familles... Mais qu’aujourd’hui il n’en est pas ainsi. Lorsque l’écart de richesses devient abyssal, lorsqu’il n’est plus possible de vivre "chez soi", il faut partir... Et il en est ainsi depuis la nuit des temps. Les gens ont dû bouger pour survivre, en migrant vers des pays neufs... ou moins pauvres (les irlandais qui ne sont pas morts de faim en 1850 sont partis en Amérique du Nord ; les savoyards en Amérique du Sud....) Mais jamais dans l’histoire de l’humanité la concentration de richesses n’a été aussi forte qu’aujourd’hui aux mains de quelques pays... Et comme vous le dites, rien n’"oblige" ces derniers...

      Mais une telle situation ne durera pas toujours, ne pourra durer toujours... La roue tourne, d’autres pays "émergent" qui veulent aussi leur part (légitime) du gateau comme la Chine, l’Inde et le Brésil... Des jeunes cherchent désespérément (au risque de mourir) un espoir d’avenir... Personne aujourd’hui n’a la solution miracle. Le monde change, et très vite. Ensemble portons un regard lucide sur les hommes et les femmes d’aujourd’hui qui veulent survivre et vivre ! Sans être réduits à un "gisement de main d’oeuvre" à exploiter comme on exploiterait une mine de fer...(Nos mots nous trahissent !)

      Mais, puissent toutes les évolutions à venir se faire dans la paix pour le bonheur du plus grand nombre.
      Avec mes salutations respectueuses
      Père Jacques Lacour.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Musique : Mory Kanté est mort
Un héro nous a quittés : Hommage au Colonel Maurice RIVES
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés