LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “« L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli. » Proverbe africain” 

Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

Publié le jeudi 4 avril 2024 à 19h36min

PARTAGER :                          
Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

Le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye a annoncé mercredi 3 mars 2024, des réformes notamment du système électoral et du système judiciaire.

« Je convoquerai de larges concertations avec la classe politique et la société civile sur la réforme du système électoral, notamment le remplacement du CENA par une Commission Nationale Electorale Indépendante avec un renforcement de ses moyens de fonctionnement, la rationalisation du nombre des partis politiques, l’inscription sur le fichier électoral concomitamment avec la délivrance de la carte nationale d’identité » a indiqué mercredi 03 mars 2024 le président sénégalais Bassirou Diomaye Diakhar Faye dans son adresse à la Nation à l’occasion du 64e anniversaire de l’accession du pays à la souveraineté nationale.

Pour le président Diomaye Faye , les réformes toucheront également le domaine de la justice.
« Pour redorer le blason de la justice et la réconcilier avec le peuple pour lequel elle est rendue, j’entends organiser des assises regroupant les professions du métier pour identifier des pistes de solutions aux problèmes de la justice » , a-t-il ajouté.

Lefaso.net
Source : RTS1 Sénégal

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 4 avril à 11:41, par Sacksida En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    Voyez vous, les 1ers Pas du President Senegalais Bassirou Diomaye faye est rassurante car dans les Projets de Reformes Cruciales Electorales Nationales et Judiciaire Credibles, il prone l’Inclusivite de la Classe Politique, la Societe Civile en vue des Reformes Inclusives du Peuple Senegalais. A contrario des Arrivistes et Puschistes Militaires pensent qu’ils sont sortis de la Cuisse de Jupiter et alors qu’ils sont des Mortels comme tout le Monde. Par Ailleurs, le niveau appreciable pour toute fonction publique Superieure est necessaire pour travailler serieusement dans les Interets Fondamentaux des Peuples Africains Concernes. Courage et Determination au Peuple Senegalais et leurs Dirigeants Politiques Credibles. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 13:41, par Bob En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    Bravo à la jeunesse sénégalaise qui est allée jusqu’au bout de son rêve. Maintenant comment faire pour neutraliser l’ancienne classe politique qui est comme partout en Afrique composée d’ENTREPRENEURS POLITIQUES qui font de la politique à leur profit exclusif et se préoccupent très peu des populations qu’ils prétendent représenter ? Il faut absolument réduire leur capacité de nuisance, surtout qu’ils disposent de beaucoup d’argent. C’est vraiment un combat d’avant garde. Et il y a l’autre PLAIE de l’Afrique, la Justice. Par ses carences et ses manquements elle est largement responsable de la défiance des citoyens ordinaires et de la plupart des maux de nos sociétés. Donnez aux juges l’indépendance la plus large comme au Burkina et ils transforment la Justice en une SECTE au dessus de la société et des citoyens, ou comme le bras armé du pouvoir et des hommes puissants comme au Sénégal. Il faut peut-être envisager de s’éloigner de la justice à l’occidentale pour coller à nos traditions et à nos réalités . En tout cas bonne chance au président FAYE.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 15:02, par AMKOULEL En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    "Souveraineté" et "Rupture", merci Mr le Président FAYE pour ce positionnement idéologique et politique. Bienvenue dans ce combat de la gouvernance de rupture et d’affirmation.
    Pleins succès à vous et à votre équipe pour construire un nouveau Sénégal hors des sentiers balisés jusqu’ici par des forces exogènes au peuple sénégalais, qui ont programmé scientifiquement, une spoliation systématique de sa population.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 16:34, par Ka En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    ’’’’’’’’’’’’’’’’’’’Le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye a annoncé mercredi 3 mars 2024, des réformes notamment du système électoral et du système judiciaire.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Ici l’indulgence m’interpelle et je vais être humble avec les internautes provocateurs : Démocrate et pour l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse dans la démocratie et non pas par la force mais avec l’avis du peuple, avant de transmettre a la jeunesse Burkinabé ce que je pense du jeune président Sénégalais dont j’ai eu la chance de discuté avec un de ses proches.

    Notre jeune président Traoré qui a décidé de travailler avec Bassirou, dont il comprend parfaitement que l’alternance n’est pas une fin en soi et encore moins un projet de société ou un programme de gouvernement (pas plus que l’"émergence", d’ailleurs). Parmi les "valeurs qui fondent tout État démocratique", la première est des élections ouvertes, transparentes, sincères et honnêtes. Ce n’est pas de se maintenir au pouvoir à vie par des bricolages constitutionnels ou par la force et des scrutins biaisés (tant pour faire adopter lesdits "bricolages constitutionnels" que pour fausser le résultat des scrutins qui en découlent). L’Afrique est à feu et à sang à cause de ces motifs.

    Les Burkinabés doivent comprendre que un bavard n’est jamais capable et un homme capable ne bavarde pas. Celui qui est à la tâche n’a pas le temps du bavardage et celui qui bavarde n’est pas soucieux du travail fait.

    Comme me disait hier un proche de Bassirou, ‘’’’’’avec Bassirou fils de paysan, il n’y a pas « demain », il n’y a pas « après » et il n’y a pas « tout à l’heure ». La seule réponse qui passe à son oreille, c’est « maintenant ».
    Il déteste selon son éducation les mensonges, la parole donnée par un responsable doit être respecté. Car, Le mensonge dégrade la dignité de l’homme, il suppose dans celui qui l’emploie le dessein prémédité de vouloir tromper. De quel œil le menteur peut-il être regardé dans le monde par les gens sensé et raisonnables ? ». « Rester neutre face à l’injustice, c’est avoir choisi son camp ».

    Le président d’un pays doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Seules comptent la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement.

    Qui l’aurait cru que le jeune Traoré dira qu’il va travailler avec un président du Sénégal ? Tous ces putschistes et autres "opposants historiques" me font bien rire. A leur arrivée au pouvoir, ils fustigent leurs prédécesseurs et leurs mœurs prédatrices, mais au bout de quelques temps de pouvoir, ils font pire. Je suis impatient de voir comment ça va se passer cette collaboration avec Bassirou, vu que des internautes lui pousse vers le mur.

    Comme je ne cesse de le répéter, ‘’’’’’’’’’’’’’’’’on sait très bien que les jeunes dirigeants comme I. Traoré et autres "opposants historiques" sont toujours pleins de bonnes résolutions et d’idées généreuses et "intègres comme à la place de la révolution devant cette jeunesse que ça soit Zida, Damiba, et maintenant Traoré avec la patrie ou la mort nous vaincrons" avant d’accéder au pouvoir, mais ils changent radicalement une fois qu’ils y sont. C’est pourquoi je dis, ‘’’’’’’’’’’’’’’’’Passer la main a une autre génération ne suffira pas car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains. Que chacun respecte la constitution comme au Sénégal pour permettre a la génération future de s’assumer. Il n’y a aucun péril en la demeure sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée.’’’’’’’’’’’’’’’’’
    Bassirou en prenant radicalement des reformes contre le problème électoral et judiciaire, il vient de donner des avertissements aux apprentis dictateurs qui sont des putschistes assoiffés du pouvoir.

    Tant que ces putschistes considèreront le jeu démocratique comme un jeu de dupes et se comporteront en prédateurs du bien public, les pays du Sahel resteront une cocotte-minute sous pression, une poudrière prête à exploser à tout moment.

    Surtout que ces régimes militaire qui prennent toutes nos richesses pour payer les Russes afin qu’ils protègent, refusent d’écouter leur peuple au bonheur de Poutine qui veut de l’argent liquide pour détruire le peuple Ukrainiens.
    Et comme je ne cesse de le répéter : Un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans le pays des hommes intègres.

    Pour plus de démocratie en Afrique, pour des représentants politiques plus responsables et soucieux de la cause publique, bref pour une politique plus noble et plus saine, nos régimes militaires doivent prendre conscience de leur mission. Il ne s’agit pas de tenir un éternel et redondant discours démagogique. Il ne s’agit pas non plus d’avoir à l’esprit une éternelle critique stérile encore moins une velléité de seulement détruire sans être une force de propositions. Il s’agit de contribuer à l’évolution des idées et des pratiques politiques. Il s’agit de prendre part à un projet collectif noble et humaniste dans un vrai processus démocratique. Une démocratie de façade fera long feu. Souvent la vérité du vieux Ka perce les cœurs, mais ne tue pas.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 16:44, par Rodriguez En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    Il y va de soit ! Nous avons vu a quel point Sonko et son PASTEF furent persécutés à tort par le pouvoir de Macky Sall qui tenait la Justice dans sa main. C’est pourquoi lorsque j’entends que le conseil constitutionnel senegalais a mis un frein aux velleités de Sall, ça me fait bien rigoler. N’eut été la forte pression du peuple senegalais, Macky serait en train de bien profiter de son bonus et de réduire à néant ce qui restait du PASTEF suspendu ; le tout sous l’oeil bienveillant de l’occident. Comme au Burkina en 2014, c’est une insurrection que le Senegal a vecu ; mais dans un autre registre ! Enfin, Tous ceux-là qui pensent que le duo Sonko/Faye va rester dans le juron de l’occident se trompent royalement ! Leur régime serait autant Revolutionnaire que panafricaniste !

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 17:13, par Soledade En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    LEFASO. NET VOUS DEVEZ REVOIR LA DATE CAR VOUS NOUS RAMENER UN MOIS EN ARRIERE AU MOMENT OU BASSIROU FAYE ET OUSMANE SONKO ETAIENT PRISONNIERS A LA PRISON DU CAP MANUEL DE DAKAR. ILS ONT ETE LIBERES LE 14 MARS 2024 DANS LA SOIREE.

    NEANMOINS FELICITATIONS AU PRESIDENT SENEGALAIS POUR SES PREMIERS PAS ET BEAUCOUP DE COURAGE POUR LA SUITE

    NOUS ATTENDONS VOTRE INTEGRATION DANS L AES POUR LA PERSPECTIVE D UNE MONNAIE COMMUNE

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 18:30, par Conscience africaine En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    Rien ne va changer au Sénégal. Les mesurettes sur les reformes électorales et judiciaires ne sont pas une priorité des sénégalais. Le peuple sénégalais à besoin rapidement de sortir de la pauvreté endémique qui les conduit dans les abimes de la mer sur la route de l’exil vers l’Europe. Le peuple sénégalais a besoin que les deux autorités mettent rapidement en place des mécanismes pour récupérer les deniers publics volés par les régimes voraces antérieurs pour les repartir au profit du plus grand nombre de sénégalais. C’est par là que le président Faye devrait commencer. En s’acoquinant avec les valets français néocolonialistes Wade et son fils, rien ne changera.

    Répondre à ce message

    • Le 5 avril à 10:19, par kwiliga En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

      Bonjour Conscience africaine, (quelle modestie...)
      Evitez de ne vous informer que sur Lefaso.net.
      Si vous vous donniez la peine d’aller chercher ailleurs, vous apprendriez que :
      - Bassirou Faye a débuté son discours en honorant le peuple sénégalais, pour son amour de la paix et de la démocratie : "Je rends hommage à chacune et chacun de vous pour votre attachement aux vertus cardinales de paix et de démocratie qui fondent notre vécu quotidien". Serait-ce également un rappel aux "égarés" ?
      - Qu’il a ensuite mis dans ses priorités la lutte contre la vie chère : "Les Sénégalais sont braves, mais ils sont fatigués et attendent de nous des solutions contre la vie chère. La question du coût de la vie me préoccupe particulièrement et retient toute mon attention", "Dans les jours à venir, des mesures fortes seront prises dans ce sens, après les concertations que j’entreprendrai avec les acteurs concernés."
      - Qu’il a ensuite repris un thème central de sa campagne : la transparence de la vie publique. Il a donc indiqué vouloir mener "une politique hardie de bonne gouvernance économique", "lutter sans répit contre la corruption" ou encore "protéger les lanceurs d’alerte".
      Lisez donc le discours complet, toutes vos remarques y sont abordées, hormis le fait qu’il veuille " s’acoquiner avec les valets français néocolonialistes..."
      Certains internautes, IBélogues convaincus, en invitent d’autres à prendre la nationalité sénégalaise,... et bien moi, je veux bien, ce peuple a des décennies d’avance sur nous.

      Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 19:06, par Ka En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    ’’’’’’’’’’’’’’’’’’’Le président Bassirou Diomaye Diakhar Faye a annoncé mercredi 3 mars 2024, des réformes notamment du système électoral et du système judiciaire.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Ici l’indulgence m’interpelle et je vais être humble avec les internautes provocateurs : Démocrate et pour l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse dans la démocratie et non pas par la force mais avec l’avis du peuple, avant de transmettre a la jeunesse Burkinabé ce que je pense du jeune président Sénégalais dont j’ai eu la chance de discuté avec un de ses proches.

    Notre jeune président Traoré qui a décidé de travailler avec Bassirou, dont il comprend parfaitement que l’alternance n’est pas une fin en soi et encore moins un projet de société ou un programme de gouvernement (pas plus que l’"émergence", d’ailleurs). Parmi les "valeurs qui fondent tout État démocratique", la première est des élections ouvertes, transparentes, sincères et honnêtes. Ce n’est pas de se maintenir au pouvoir à vie par des bricolages constitutionnels ou par la force et des scrutins biaisés (tant pour faire adopter lesdits "bricolages constitutionnels" que pour fausser le résultat des scrutins qui en découlent). L’Afrique est à feu et à sang à cause de ces motifs.

    Les Burkinabés doivent comprendre que un bavard n’est jamais capable et un homme capable ne bavarde pas. Celui qui est à la tâche n’a pas le temps du bavardage et celui qui bavarde n’est pas soucieux du travail fait.

    Comme me disait hier un proche de Bassirou, ‘’’’’’avec Bassirou fils de paysan, il n’y a pas « demain », il n’y a pas « après » et il n’y a pas « tout à l’heure ». La seule réponse qui passe à son oreille, c’est « maintenant ».
    Il déteste selon son éducation les mensonges, la parole donnée par un responsable doit être respecté. Car, Le mensonge dégrade la dignité de l’homme, il suppose dans celui qui l’emploie le dessein prémédité de vouloir tromper. De quel œil le menteur peut-il être regardé dans le monde par les gens sensé et raisonnables ? ». « Rester neutre face à l’injustice, c’est avoir choisi son camp ».

    Le président d’un pays doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Seules comptent la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement.

    Qui l’aurait cru que le jeune Traoré dira qu’il va travailler avec un président du Sénégal ? Tous ces putschistes et autres "opposants historiques" me font bien rire. A leur arrivée au pouvoir, ils fustigent leurs prédécesseurs et leurs mœurs prédatrices, mais au bout de quelques temps de pouvoir, ils font pire. Je suis impatient de voir comment ça va se passer cette collaboration avec Bassirou, vu que des internautes lui pousse vers le mur.

    Comme je ne cesse de le répéter, ‘’’’’’’’’’’’’’’’’on sait très bien que les jeunes dirigeants comme I. Traoré et autres "opposants historiques" sont toujours pleins de bonnes résolutions et d’idées généreuses et "intègres comme à la place de la révolution devant cette jeunesse que ça soit Zida, Damiba, et maintenant Traoré avec la patrie ou la mort nous vaincrons" avant d’accéder au pouvoir, mais ils changent radicalement une fois qu’ils y sont. C’est pourquoi je dis, ‘’’’’’’’’’’’’’’’’Passer la main a une autre génération ne suffira pas car chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains. Que chacun respecte la constitution comme au Sénégal pour permettre a la génération future de s’assumer. Il n’y a aucun péril en la demeure sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée.’’’’’’’’’’’’’’’’’
    Bassirou en prenant radicalement des reformes contre le problème électoral et judiciaire, il vient de donner des avertissements aux apprentis dictateurs qui sont des putschistes assoiffés du pouvoir.

    Tant que ces putschistes considèreront le jeu démocratique comme un jeu de dupes et se comporteront en prédateurs du bien public, les pays du Sahel resteront une cocotte-minute sous pression, une poudrière prête à exploser à tout moment.

    Surtout que ces régimes militaire qui prennent toutes nos richesses pour payer les Russes afin qu’ils protègent, refusent d’écouter leur peuple au bonheur de Poutine qui veut de l’argent liquide pour détruire le peuple Ukrainiens.
    Et comme je ne cesse de le répéter : Un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans le pays des hommes intègres.

    Pour plus de démocratie en Afrique, pour des représentants politiques plus responsables et soucieux de la cause publique, bref pour une politique plus noble et plus saine, nos régimes militaires doivent prendre conscience de leur mission. Il ne s’agit pas de tenir un éternel et redondant discours démagogique. Il ne s’agit pas non plus d’avoir à l’esprit une éternelle critique stérile encore moins une velléité de seulement détruire sans être une force de propositions. Il s’agit de contribuer à l’évolution des idées et des pratiques politiques. Il s’agit de prendre part à un projet collectif noble et humaniste dans un vrai processus démocratique. Une démocratie de façade fera long feu. Souvent la vérité du vieux Ka perce les cœurs, mais ne tue pas.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril à 20:35, par Sacksida En réponse à : Sénégal : Le président Bassirou Faye annonce des réformes électorales et judiciaires

    Si nous voulons parler des problemes de du Burkina Faso et son Peuple Burkinabe, il est tres souhaitable que les Coups d’Etats Militaires soit banis aux Burkina Faso tel que l’edicte notre Constitution Burkinabe : Ainsi donc pour sortir des crises multiformes graves securitaire et sociaux politiques nous reiterons que Ibrahim Traore et son regime MPSR 2 doivent prendre des decisions fortes :
    1) Liberer tous les prisonniers politiques Militaires et Civils qui sont victimes d’Enlevements Ou de sequestrations par Ibrahim Traore et ses compagnons ;
    2) Convoquer des Assises Nationales Patriotiques Patriotiques Inclusives et Souveraines et faire le Bilan General sans aucune complaisance depuis janvier 2022 et ensuite depuis le 30 septembre 2022 et degager des Solutions adequates Endogenes ;
    3) A la Fin de la Transition Actuelle en fin Juillet 2024 ; et mettre en Place une Transition Civils Burkinabe et avec des Hommes et Femmes Integres Burkinabe afin de Continuer la Transition Democratique Burkinabe a compter d’Aout 2024. En tout etat de cause, nous reiterons que les Coups d’Etats Militaires ne pourraient etre des Solutions adequates Endogenes pour resoudre des Problemes du Peuple Burkinabe. A bon attendeur. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nigeria : Une attaque terroriste fait plus de 40 morts