LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Tension entre Rwanda et RDC : Les autorités rwandaises entendent prendre toutes les mesures légitimes pour défendre leur pays

Publié le lundi 19 février 2024 à 16h25min

PARTAGER :                          
Tension entre Rwanda et RDC : Les autorités rwandaises entendent prendre toutes les mesures légitimes pour défendre leur pays

Selon une déclaration du ministère des affaires étrangères rwandaises en date du 18 février 2024, le gouvernement veut mettre fin au soutien de la République démocratique du Congo (RDC) aux Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), une milice d’origine rwandaise directement impliquée dans le génocide perpétré contre les Tutsi en 1994.

Pour les autorités rwandaises, démobiliser et rapatrier les FDLR au Rwanda est une exigence non négociable en vue de protéger l’intégrité territoriale du pays, et assurer la préservation de l’unité nationale durement acquise pour les générations futures. « En conséquence, le Rwanda se réserve le droit de prendre toutes les mesures légitimes pour défendre son pays, tant que cette menace existe », préviennent-elles.

Par ailleurs, le Rwanda dit apprécier et soutenir pleinement les efforts de médiation inlassables des dirigeants régionaux, notamment du président angolais João Lourenço. Il assure de ce fait, s’engager à prendre des mesures extraordinaires pour garantir la sécurité et la stabilité de la région, en agissant sur les causes profondes du conflit.

L’intégralité de la déclaration ci-dessous.

Lefaso.net

Le Rwanda clarifie sa position en matière de sécurité

Kigali, le 18 février 2024

Le Rwanda est profondément préoccupé par l’abandon des processus de Luanda et de Nairobi par le gouvernement de la République Démocratique du Congo, ainsi que par l’indifférence de la communauté internationale devant le renforcement militaire considérable de la RDC.

La RDC a lancé des opérations de combat massives au Nord-Kivu, en violation des décisions des mécanismes régionaux, qui visent clairement à expulser le M23 et les civils Tutsi congolais vers les pays voisins, travaillant de concert avec les Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), une milice d’origine rwandaise directement liée au génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994. Les récentes avancées du M23 découlent directement de la décision de la RDC d’expulser, en décembre 2023, la force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est qui supervisait les efforts de cessez-le-feu et de retrait.

La protection des droits et des vies des Tutsi congolais relève de la responsabilité de la République Démocratique du Congo. Son incapacité constante à le faire a exposé l’ensemble de la région des Grands Lacs à trente années de conflit et d’instabilité. Des centaines de milliers de Tutsi congolais ont vécu comme réfugiés en Afrique de l’Est depuis des décennies, oubliés de tous. Sous l’administration du président Félix Tshisekedi, les discours de haine et le tribalisme sont devenus une monnaie d’échange de la politique congolaise, et la discrimination ethnique ainsi que les arrestations et les tueries ciblées sont courantes. Les FDLR sont pleinement intégrées dans les forces armées congolaises (FARDC) comme l’a démontré, à maintes reprises, le groupe d’experts des Nations Unies.

L’ensemble de ces faits représentent une menace sérieuse pour la sécurité nationale du Rwanda. Face à la montée du risque, le Rwanda soutient fermement une résolution politique de la question du M23 par les Congolais eux-mêmes. Le Rwanda est catégoriquement opposé à toute nouvelle tentative d’externalisation forcée de ce problème sur son territoire.

Les dirigeants politiques et militaires congolais, y compris le Président Félix Tshisekedi, ont également déclaré, à plusieurs reprises, leur intention d’envahir le Rwanda et de changer son gouvernement par la force. Le Rwanda les prend au mot, et a adapté sa position en conséquence, notamment via des mesures visant à assurer une défense aérienne totale du territoire rwandais, et à réduire les capacités aériennes offensives, pour faire face à l’introduction de drones d’attaque chinois CH-4 par la RDC en 2023, et aux violations répétées de l’espace aérien rwandais par les avions de chasse congolais.

La déclaration publiée par le Département d’Etat américain le 17 février 2024 offre une image profondément tronquée de la réalité, en contradiction flagrante avec l’esprit du processus de renforcement de la confiance initié par la Directrice du Renseignement National américain en novembre 2023, qui avait créé un cadre constructif pour une désescalade de la situation. Le Rwanda demandera des précisions au gouvernement américain pour savoir si cette déclaration représente un tournant dans sa politique ou résulte d’un simple manque de coordination interne.

C’est le Département d’État américain qui avait, en décembre 2001, ajouté les FDLR - alors connues sous le nom de "ALIR” ( aussi connues sous le nom d’Interahamwe et ex-FAR) - à sa liste des organisations terroristes en vertu du Patriot Act, à la suite de l’assassinat et de viols envers huit touristes occidentaux à Bwindi, en Ouganda, dont deux Américains.

Qualifier cette organisation génocidaire et terroriste de simple "groupe armé désigné comme ‘force négative’ par les organismes régionaux et le gouvernement de la RDC”, est un acte de realpolitik choquant et cynique, qui remet en question la capacité des États-Unis à servir de médiateur crédible dans la région des Grands Lacs.

Le soutien de la RDC aux FDLR relève de la politique de l’État et non du choix d’acteurs individuels. Mettre fin au soutien de l’État congolais aux FDLR et assurer leur démobilisation et leur rapatriement au Rwanda est une exigence non négociable pour protéger l’intégrité territoriale du Rwanda, et assurer la préservation de notre unité nationale durement acquise pour les générations futures. En conséquence, le Rwanda se réserve le droit de prendre toutes les mesures légitimes pour défendre son pays, tant que cette menace existe.

Le Rwanda apprécie et soutient pleinement les efforts de médiation inlassables des dirigeants régionaux, notamment du président angolais João Lourenço. Le Rwanda s’engage à prendre des mesures extraordinaires pour garantir la sécurité et la stabilité de notre région, en agissant sur les causes profondes du conflit.

FIN

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 20 février à 09:37, par sheikhy En réponse à : Tension entre Rwanda et RDC : Les autorités rwandaises entendent prendre toutes les mesures légitimes pour défendre leur pays

    Pauvre Afrique avec ses guerres fratricides. Imaginons que la RDC et le Rwanda forment une alliance, toute cette chienlit ne sera que de mauvais souvenirs et cela ouvrira la porte à l’essor globale de cette zone. Tout le monde sait que le Rwanda alimente son économie des ressources congolaises et l’idéal serait de le faire de manière concertée parce que la situation actuelle ne fait que démontrer la caractère vicieux du découpage de nos territoires par les occidentaux. Ainsi va notre monde actuel et son système...

    Répondre à ce message

  • Le 20 février à 11:01, par kwiliga En réponse à : Tension entre Rwanda et RDC : Les autorités rwandaises entendent prendre toutes les mesures légitimes pour défendre leur pays

    Ben voyons, mais d’autres sources d’info indiquent les choses différemment :
    "Les rebelles du Mouvement du 23 Mars – plus communément appelé M23 – sont repartis à l’attaque, depuis le 7 février, dans le Nord-Kivu. Ils enserrent chaque jour davantage leur emprise sur Goma, la capitale de cette province orientale de la RDC, frontalière de l’Ouganda et du Rwanda. Les rebelles viennent de s’emparer de la petite localité de Shasha, située sur les rives du lac Kivu, au sud de Sake, ville carrefour considérée comme un verrou stratégique."
    "le M23 pourrait probablement étouffer la ville, soit en coupant les routes, soit, au contraire, en lançant des offensives sur plusieurs axes, qui submergeraient Goma sous l’afflux de personnes des environs déplacées par les combats".
    "Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
    La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
    Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
    Pour toute demande d’autorisation, contactez syndication@lemonde.fr.
    En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/02/13/dans-l-est-de-la-rdc-l-etau-du-m23-se-resserre-autour-de-goma-faisant-craindre-une-deflagration-regionale_6216376_3212.html?lmd_medium=email&lmd_campaign=trf_newsletters_lmfr&lmd_creation=afrique&lmd_send_date=20240217&lmd_email_link=zone_edito_1_titre_3&M_BT=61456344236990

    Signe de la gravité de la situation, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni en urgence, lundi 12 février, à huis clos. Ses membres ont à l’unanimité « condamné l’offensive du M23 (…) et répété leur condamnation de tous les groupes armés opérant dans le pays », a précisé l’ambassadrice du Guyana, Carolyn Rodrigues-Birkett, qui assure la présidence tournante du Conseil. Celui-ci a par ailleurs réaffirmé son « soutien total à la souveraineté, à l’unité et à l’intégrité territoriale de la RDC ».
    Sans autre précision, cette remarque vise clairement le Rwanda voisin, dont l’armée – les Forces rwandaises de défense (FRD) – est accusée d’intervenir directement sur le sol congolais en soutien au M23 depuis sa résurgence, en novembre 2021. Dans leur dernier rapport adressé le 30 décembre au Conseil de sécurité, les experts de l’ONU affirmaient avoir obtenu des preuves – dont des images aériennes et des photos – d’interventions directes et de renforts de troupes des FRD. Ces soldats appartenant à cinq bataillons sont déployés dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Nyiragongo, dans le Nord-Kivu."
    Kagamé, le Monde te voit !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sénégal : Le premier président de la Cour suprême limogé