LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

Publié le dimanche 18 février 2024 à 21h38min

PARTAGER :                          
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

Le capitaine Ibrahim Traoré a pris langue ce jour 17 février 2024 avec des membres d’organisations de la société civile. C’était au cours d’un meeting de soutien à la transition tenu au palais des sports de Ouagadougou.

Au cours de la manifestation qui a enregistré une importante mobilisation de ceux que l’ont a surnommés les "Wayiyan", Ibrahim Traoré a évoqué divers sujets liés à la sécurité, à la décision des pays de l’AES de quitter la CEDEAO et à l’économie.

Pour ce qui est de la question sécuritaire, le chef de l’État a laissé entendre que du matériel militaire est en cours d’acquisition afin de "faire de notre armée une armée puissante".

Ibrahim Traoré a également, au cours des échanges, appelé à relativiser l’impact de la décision des pays de l’AES de quitter la CEDEAO. "Il y a moins de 5% d’échanges économiques entre les États de la CEDEAO. Parce que tout ce que nous faisons venir, nos importations pour la majorité, viennent de l’espace hors CEDEAO", a-t-il fait comprendre.

A l’endroit des pays qui ont suspendu l’exportation de produits alimentaires vers le Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré compte bien leur retourner la monnaie de leur pièce. "Certains pays ont interdit les exportations de produits alimentaires vers le Burkina. Nous ferons en sorte que à la fin de cette interdiction, nous puissions également interdire nous mêmes l’importation de ces produits dans notre pays. Nous pouvons tout produire au Burkina", a-t-il lancé.

Il faut noter qu’au cours de la rencontre, les participants ont invité le capitaine Ibrahim Traoré à réviser la charte de la transition en vue d’une prolongation, car ils jugent positives les actions posées par la transition en place.

Lefaso.net

Source : Agence d’information du Burkina

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 17 février à 17:36, par SOME En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    Merci M.le Président. L’objectif réel de la rencontre était la prolongation du mandat. Je pense qu’on gagnerait à reverser tous les fonds utilisés pour cette activité au fonds de soutien patriotique. On crie que y’a pas l’argent et en même temps on utilise le peu que nous avons pour des djandjoba. S’agit t’il réellement de force vive ???. Faisons en sorte pour que les familles de Anselme Kambou, Évrard Somda, Ablassé Ouéd.... aient le sourire pas en libérant( car pas de volonté) mais en leur permettant de les voir si c’est pas le cas. On peut même donner un pouvoir à titre posthume à nos autorités si elle le veulent. Même sans nous, le Côte d’Ivoire est bénie. N’empêche qu’on peut aller seul. Sans la RCI, nous pas mourir. Hé Burkina. L’homme n’est rien. Qui savait que Basolma allait être dans un gouvernement où les syndicats sont menacés et des enlèvements sont là monnaie courante. Ayiwa
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 17:38, par Indjaba En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    J’aime et soutiens IB mais il doit se méfier de certains soutiens trop zélés des ronds points et des réseaux sociaux. Ces derniers pourraient le désorienter en l’installant dans un confort virtuel du genre ’’ Regarder cette mobilisation pour vous seul’’, ’’ Regarder le palais des sports qui a refusé du monde donc tout est rose et vous êtes aimé de tous’’ etc etc. En réalité si on rassemble dans ce même palais des sports ceux qui ont manifesté à Nouna, à Pama et Ouahigouya, il sera aussi plein à craquer. En outre, rappelez-vous Mr le président que depuis Saye Zerbo ( et peut être même avant) , aucun président en exercice au Burkina ne s’est rendu dans une place publique pour un meeting qui n’est pas plein. Les Rock, les Blaise, les Zida, les Chefs de classe etc ont rempli les mêmes stades avec la même méthode et avec presque les mêmes acteurs. Tout ceci pour dire que le meilleur soutien du président ce sont ses actions et sa vision. C’est ainsi qu’à la place d’axer le discours à 95% sur l’impérialisme et la CEDEAO, je m’attendais à un petit rappel des objectifs de la transition, de sa méthodologie de travail, des résultats atteints à mis parcours, des difficultés et des défis du moment et des perspectives. Mon président, resté focus et imperturbable sur vos objectifs de départ et faites attention à certains soutiens. Ces derniers ont des agendas cachés et sont trop pressés pour vous amener sur le terrain purement politique qui est très complexe à gérer.
    Par ailleurs je n’ai pas senti la presse et les médias dans l’organisation et la mobilisation pour ce meeting : Coûts inaccessibles des communiqués ? Désintérêt ? Non implication ? déficit d’information ?
    Pour terminer je rappelle à ceux qui passent leur temps à insulter nos devanciers, que le palais des sports où s’est tenu le meeting et les goudrons autour ont été construits par Blaise Compaoré que je n’aimais pas beaucoup. Mais je reconnais qu’il a travaillé même si cela reste en deçà de mes attentes. C’est le ’’ ils n’ont rien’’ fait qui est à bannir. La CEDEAO est créée depuis 1975, je ne crois pas du tout que tous les présidents et chefs d’État qui se sont succédés dans tous les pays membres soient tous dupes pour être consciemment ou inconsciemment complices de l’impérialisme. Dosons un peu.
    Courage à vous président et Vive le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 17:39, par Alpha2025 En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    Le président de la Transition tient une rencontre non inclusive. Il la tient avec ses soutiens traditionnels, les autres forces vives-partis politiques, syndicats, OSC non vuvuzela, sont soigneusement mis à l’écart. Naturellement, il entendra ce qu’il a envie d’entendre et pas autre chose. Après il fera ce qu’il veut et il dira que c’est la volonté du peuple. Mais je crois qu’il fonce droit dans le mur. Quand il va constater que pour l’AES et sur le franc CFA, il n’est pas sur la même longueur d’onde de les maliens, j’espère qu’il aura encore de la marge de manœuvre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 17:41, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    Eux ils.peuvent tenir des meeting mais pas la Cgtb.Sankara avait un seul defaut : Thomas sankara aimait la vérité rien que la verité malgré l êtat d exception de son temps.

    Répondre à ce message

    • Le 18 février à 11:06, par jan jan En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

      @Hug, ah bon ??? Pourtant c’est sous la révolution de 83 que le Peuple a été bâillonné, c’est sous la révolution que les crimes politiques ont été inaugurés, si Sankara aimait la vérité, il n’allait pas avoir toutes ces représailles.

      Répondre à ce message

      • Le 20 février à 08:16, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

        Bonjour Jan Jan,
        Dans le fond vous n’avez pas tord. Notre malheur est de ne jamais apprendre de l’histoire et d en tirer les bonnes conclusions. Certes notre héro reste un personnage hors du commun, très cultivé et avec des idées ineressantes , mais j’avoue que nous avons oublié de faire le bilan de la revolution pour savoir pourquoi finalement elle a échoué puisque ses enfants ont fini par se déchiquetter idéolgiquement et physiquement ? En lisant le receuil des discours de Thomas Sankara das " Sankara parle" , j’avoue que sans émotions, j’arrive à m’imaginer que les choses ne pouvaient pas marcher longtemps puisqu’ils y’avait trop de messages divisionnistes, une abnégation contre la justice qui y était plutôt errigée en instrument de " vengeance" . Bref, après lecture, je dois reconnaitre que la revolution avait aussi ses imperfections et qu’il est impératif de travailler l’histoire politique du pays pour nous éviter les éternels recommencements.
        Passakziri

        Répondre à ce message

  • Le 17 février à 17:45, par Le nouveau sage En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    Mon soutien indefectible et sans ambage au MARECHAL, son excellence Ibrahim TRAORE ! Vous faites du bon boulot et cela n’en deplaise aux imperialistes sans vergogne !!!!! IB va rester au pouvoir longtemps et tout democrate de Zabr Daaga devrait s’adapter et attendre !!!! D’ailleurs, l’expression, ceux qui se battent pour la chose, c’est pour eux la chose s’applique pleinement ici !!!! Oui, c’est mal cause maintenant !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 17:50, par vérité En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    J’entends par forces vives, les piliers des différentes composantes de notre société, les religieux, les associations et les politiques... votre titre est partisan tout comme la partie prenante...je pense que le capitaine gagnerait à convoquer les corps institués et non les vuvuzuela opportunistes

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 17:57, par Jean l’Original En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    Capitaine, vous n’avez pas à échanger avec les force vives, vous avez à donner des dates sérieuses , dans un délai court, pour le retour à un ordre constitutionnel au lieu de vous accrocher au pouvoir acquis illégalement en vous cachant derrière des fausses arguties économiques, militaires, en faisant du Burkina un état en cagoule qui emprisonne des opposants politiques. Vous allez échouer !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 18:09, par justin En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les forces vives de la nation sur la conduite de la transition

    En terrain conquis, l’exercice était une formalité ! Mais, au même moment, après Nouna, PAMA manifeste pour demander plus de sécurité et de présence de nos FDS ce même jour !
    IB a bu quoi dans son chocolat ce matin pour délirer sur la production de cacao au Burkina Faso. Après l’or blanc, on aura l’or brun. Si pour le 1er, la filière est à l’agonie depuis des années. Que dire de l’autre ? à par quelque pieds de cacaoyers à Bagré !
    Bref, on demande de sacrifier nos maigres salaires pour l’effort de paix, mais, certainement, pas gaspiller des centaines de millions pour un tel meeting au Palais des Sports.
    Qu’attend-il pour le faire sur la place de la Nation à Nouna ? Si demain, le Burkina ne peut plus passer par l’espace CEDEAO pour importer, on va connaitre une inflation très élevée et les pauvres salariés seront paupérisés !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 18:32, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Tous ceux-ci sont beau monsieur le président et je cautionne : Mais quitter une institution et avec un copier-coller pour ne pas respecter sa parole donnée d’éradiquer les terroristes et remettre le pouvoir au peuple devienne des mensonges.

    Et comme je ne cesse de l’écrire dans ce forum de Lefaso.net, ’’’notre problème en Afrique est la conception que nos dirigeants ont du pouvoir politique, on veut garder le pouvoir aussi longtemps que possible et même à vie : Aussi l’EXECUTIF en place comme c’était l’entourage de Blaise Compaoré ou Damiba, va utiliser tous les moyens légaux et illégaux pour contrôler tous les autres acteurs de la vie politique et sociale. Et au Burkina, tant que nos dirigeants instrumentaliseront de cette façon le jeu politique, notre pays avancera a reculons.’’’’’’

    Avec tout ce qui arrive sans l’avis du peuple que ceux de quelques pourcentages, ‘’’’’’’’en clair les coups d’états ne servent que les auteurs, car en définitive ils ne sont jamais responsables de leurs actes.

    Mais il est temp qu’on se rappelle que le libéralisme conduit inexorablement à la dérive morale : L’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie. Le désordre et l´anarchie ouvrent la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune. Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 18:59, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    De toute facon, Ibrahim Traore avait sans aucune concession dit que les devanciers a la tete de l’Etat n’ont rien fait pour la Jeunesse Burkinabe. Alors 17 mois de Pouvoir Politique, il devrait faire un Bilan Exaustif de leurs activites :
    Combien Villages ou de Communes en terme d’espaces ont ete liberes ?
    Combien de Millions ou de Milliers de Deplaces Internes ont ete reinstalles ?
    Combien d’administrations publiques ont ete reinstaller ?
    Combien d’emplois indetermines et determines ont ete realises ou creer ?
    Quels sont le niveau de reduction des importations au Burkina Faso ?
    Quels sont les niveaux d’augmentations des Exportations des produits locaux ?
    Quels sont les niveaux d’augmentations des Revenus consistants et de l’epargne nationale ?
    Quels sont les niveaux d’augmentations des qualites de Vies des Menages ?
    Quels sont les niveaux d’augmentations des Capitaux Nationaux Burkinabe et Etrangers ont ete investis dans l’Economie Nationale ?
    Quels sont les niveaux de Recuperation des Deniers Publics en Milliards Voles tant par des Civils et des Militaires au Peuple Burkinabe ?
    Dans vos projections, Quels sont les delais previsionnels d’amenuisement du Terrorisme et du Grand Banditisme Desastreux au Burkina Faso ? Car beaucoup de Regions sont toujours en prise avec l’Insecurite et de Terrorisme desastreux.
    En tout etat de cause, vous disiez que vous allez surement faire mieux que tous vos predecesseurs a la tete de l’Etat Burkinabe. Puis il y’a des questions Nationales de la Justice, des Liberte Democratique et Collectives dans le Burkina Faso que vous avez herite depuis 17 mois ? En dehors des Wayiyan le Peuple Burkinabe attend toujours des Ameliorations et non uniquement des Armes. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 19:15, par Waldo En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Vraiment IB s’éloigne de jour en jour de ses objectifs de départ. Revenez à l’essentiel cher président, la sécurité. Vous vous embarquez dans des querelles inutiles, sortie de la CEDEAO ceci cela.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 20:23, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    L’ opposant russe est mort en..prison de façon suspecte, Sa.pauvre mére s est rendu en prison.mais on refuse de lui montrer la.depouille de son.fils.Pire, on arrête ceux qui partent deposer des gerbes de fleur en la memoire de Navalny.Ah, Poutine est impotoyable sans pitié.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février à 22:17, par Alpha2025 En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Cela ne sert à rien d’interpeller le Capitaine Traoré. Il faut le laisser aller jusqu’au bout de sa démarche jusqu’à l’impasse. Actuellement, tout semble lui réussir. Sortir de la CEDEAO ? On est sorti, et YA FOYE ! Notre propre monnaie ? Elle est déjà en cours d’impression. Un jour, on enverra des hordes de soldats envahir l’agence principale de la BCEAO. On videra les coffres. On fera un autodafé avec les billets de cette horrible monnaie coloniale à la place de la Nation qu’on rebaptisera place de la RÉVOLUTION, les pièces de CFA seront livrées aux bronziers pour être fondues et retravaillées. Pendant ce temps des gros porteurs Ilouchine atterriront à l’aéroport de Ouagadougou avec notre nouvelle monnaie, qui sera escortée vers les coffres de la Banque Centrale de L’AES, avec devant, un IB triomphant. Vous voyez, on l’a fait ! Quelques individus protestent ? On les enlève et puis Y’A FOYE. Vous voyez tout le monde se calme. La sortie de la CEDEAO ? Au Mali, il y a quelques protestations. Décidément, le grand frère tient mal ses troupes. Il va falloir ouvrir l’œil et le bon. Il est capable de tout laisser capoter. Pour IB, tout baigne. D’ailleurs le leadership lui revient sinon de droit, en tout cas dans les faits. Les troupes au Burkina sont mieux tenues qu’ailleurs. Tiani n’est qu’un révolutionnaire de la 25ème heure. Sa fiabilité reste à prouver. Il va falloir trouver un site pour la capitale de l’AES qui, c’est évident devra être au Burkina. D’ailleurs il va falloir qu’on mette les bouchées doubles pour l’ aéroport Donsin ! Au fait ou allons nous mettre cette capitale ? Il va falloir d’éliminer un espace au dessus de Loumbila par exemple, comme ça l’aéroport ne sera pas loin. Et on pourra tout de suite dessiner une ville moderne avec des avenues bien larges et des bâtiments modernes. Il va falloir activer notre partenariat avec la Corée du Nord !

    Répondre à ce message

    • Le 18 février à 11:36, par Manu En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

      Bien vu.
      La révolution suit sa trajectoire. On n’obtient sa liberté que dans la lutte. Nous voulons un burkina de liberté agissant avec conscience détermination et intelligence pour l’avenir de ses enfants. Il est indéniable que nous sommes sur la bonne voie. Ceux qui refusent de voir la réalité en face ont certainement leurs raisons. Depuis des années nous n’avancions en rien avec des vieux politicards beaux parleurs . Des hôpitaux mal équipés, une fonction publique politisé une armée politisée, une justice corrompus un territoire à la merci de bandits déguisés Bref. Nous mettons en garde les inconscients, et mal intentionnés. Toute la jeunesse consciente est désormais debout et prête.

      Répondre à ce message

    • Le 18 février à 11:37, par Manu En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

      Bien vu.
      La révolution suit sa trajectoire. On n’obtient sa liberté que dans la lutte. Nous voulons un burkina de liberté agissant avec conscience détermination et intelligence pour l’avenir de ses enfants. Il est indéniable que nous sommes sur la bonne voie. Ceux qui refusent de voir la réalité en face ont certainement leurs raisons. Depuis des années nous n’avancions en rien avec des vieux politicards beaux parleurs . Des hôpitaux mal équipés, une fonction publique politisé une armée politisée, une justice corrompus un territoire à la merci de bandits déguisés Bref. Nous mettons en garde les inconscients, et mal intentionnés. Toute la jeunesse consciente est désormais debout et prête.

      Répondre à ce message

  • Le 17 février à 23:39, par Passakziri En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Il y’a longtemps, trés longtemps , aux temps où les animaux parlaient encore, vivait dans un royaume des savanes un roi très puissant et très courtisé. Ce roi était tellement coutisé que ses griots pouvaient remplir le plus grand stade du royaume recto verso sans la moindre difficulté. Ses griots lui chantaient à toute occasion les louanges de sa beauté, de sa puissance , de sa perfection , si bien que le roi finit par croire en son invincibilité, à la pérénité de son pouvoir. Les clameurs des griots étaient si pénétrants , extasiants que le roi ne vit plus les souffrances de son peuple dont il avait moralement la responsabilité.
    Affamé, acculé, desespéré les habitants du royaume se plaignaient dans les marchés , dans les champs, dans la cour royale, mais les griots n’arrêtaient pas de répéter au puissant roi que tout allait bien dans son royaume et que les les visiteurs de la cour royale étaient juste des citoyens venus temoigner leur reconnaissance au roi.
    N’en pouvant plus, le peuple se revolta et e mis en branle par milliers vers le palais royal, scandant des paroles hostiles. Les griots redoublèrent de tintamarre pour faire croir au puissant monarque que tout va bien.
    Un vendredi midi, alors que la foule avait atteint le palais royal et que les griots sentant le danger approcher s’etaient évaporés dans la nature, libéré de la musique de ses griots, le roi pris connaissance de la gravité de la situation. Sentant sa fin approcher, il enfourcha son cheval, accompagné de ses guerriers les plus fidéles eux aussi sur leurs chevaux pour fuir le royaume en plein midi d’un vendredi. Il se dirrigea vers sa belle famille qui l’hebergea comme son fils . Libéré de la terreur du monarque et de son entourage, les habitants ne cherhèrent plus à savoir ce que le cortège royal en débandade avait frauduleusement sorti du palais.

    Si le roi n’est pas encore mort, c’est qu il vit encore quelque part dans ce monde.

    NB : Toute ressemblance à une personne physique ou morale, à un fait réel ou littéraire n’est que le fruit du hasard.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 02:59, par Jean l’Original En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    @ka, internaute 9.
    Ka, vous avez écrit ’’les moyens légaux et illégaux’’ je serais plus ferme que vous, il n y a plus de moyens légaux au Burkina, c’est une vraie dérive autoritaire que nous voyons présentement et tous les moyens sont bons pour rester au pouvoir et pour cela on fait taire les opposants politiques en les enlevant et aussi en instrumentalisant de manière particulièrement basse et cynique la guerre . Pour reprendre une phrase attribuée a Staline ’’ Plus d’hommes, plus de problèmes’’ méditons un peu sur cette phrase...

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 07:25, par Momine En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Eh le nasar nam ! Tout pouvoir s’use.Lorsqu’un royaume atteint son apogé c’est le déclin. le peuple burkinabe ne connaît pas son bienfaiteur. Lorsque son ventre sera plein et qu’il se sent en securite on le connaîtra.Tout est question de temps.aucun président au Burkina n’a pu jusqu’à présent transmettre le pouvoir de façon pacifique.( democratique). Want end see.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 08:43, par LE FORGERON En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Bonjour,

    Belle initiative. Courage à vous car la victoire est proche.
    Vous avez fait plus 70% du boulot selon nous. Il reste moins de 30% du boulot mais nous vous assurons que les 30% restants ne seront pas simple à réaliser. Il s’agit de la création de la monnaie autre que le F CFA. Nous vous demandons d’accélérer sur ce plan et beaucoup de courage car cela ne sera pas facile. L’impérialisme et ses valets locaux n’accepteront jamais cette création de monnaie mais tenez bon. Car c’est le déclin de l’impérialisme et de ses valets locaux qui est lancé. Si l’AES crée sa monnaie alors le FCFA subira un coup ce qui entrainera la chute de l’économie de l’impérialisme et ses valets locaux. D’où la renaissance accélérée probable de l’économie des Etats de l’AES. C’est pourquoi l’impérialisme et ses valets locaux ne vous permettront jamais de créer votre monnaie.
    La lutte sera dure mais vous pouvez la gagner car vous avez le soutien de la majorité de vos populations.

    Vive l’AES pour que vive la création d’une monnaie de l’AES.

    La Patrie ou la mort, nous vaincrons !!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 10:26, par Krys En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Voici un président qui est passé totalement à côté de ses objectifs et au lieu de se remettre au travail c’est des meetings ils organisent.quel sacrilège monsieur le président.il ignore totalement la souffrance de son peuple pendant qu’il tenait son meeting les gens pleuraient à pama, Nouna.... pourquoi cette méchanceté monsieur le Président.les vous voilent la face. ça ne va pas

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 10:53, par Beoggninga En réponse à : Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec les OSC sur la conduite de la transition

    Je pense qu’il y’a de très bonnes choses qui se font actuellement, sous le MPSR2. Pour cela je suggère que le Président parle de moins en moins, laissez les autres s’exprimer souvent à votre place. Ensuite je pense qu’il faut s’ouvrir maintenant à toutes les forces vives bien connues afin qu’elles s’impliquent dans la suite des événements : religieux, coutumiers, collège de sages (à reconstituer), structures associatives ayant déjà prouvé une certaine crédibilité,
    etc. Pour ce qui concerne la reconquête du territoire, permettre aux structures compétentes de faire le point au peuple afin qu’il soit situé sur les progrès réels.
    Courage pour la suite.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique