LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina/Lutte contre l’insécurité alimentaire : IFDC lance le nouveau projet Sustain Africa

Publié le mercredi 7 février 2024 à 19h00min

PARTAGER :                          
Burkina/Lutte contre l’insécurité alimentaire : IFDC lance le nouveau projet Sustain Africa

Ce mercredi 7 février 2024, s’est tenue à Ouagadougou, une cérémonie consacrée au lancement des activités du projet Sustain Africa Burkina Faso, une initiative portée par le Centre international pour le développement des engrais (IFDC). L’événement a été présidé par le ministre de l’Agriculture, représenté par son chargé de mission, Moussa Ouattara.

Au Burkina Faso, la crise des engrais entrave la satisfaction des besoins des agriculteurs. La production locale, bien que soutenue par des usines de mélange d’engrais, ne suffit pas à répondre à la demande, entraînant une dépendance élevée aux importations et exposant le pays aux aléas du marché international. Implanté au Burkina Faso depuis 1996, le Centre international pour le développement des engrais (IFDC) s’est engagé dans le développement de chaînes de valeurs agricoles inclusives et durables, l’autonomisation des petits exploitants, l’inclusion des jeunes et des femmes, ainsi que l’entrepreneuriat agricole. Fidèle à son engagement et dans la quête de réponses aux défis majeurs de l’agriculture burkinabè, IFDC a formulé un projet qui a été financé par l’initiative Sustain Africa. Ce projet dont le lancement officiel est intervenu ce mercredi 7 février 2024, vise à améliorer la sécurité alimentaire en facilitant l’accès et l’utilisation d’engrais locaux rentables.

Photo de famille

ll prévoit, d’ici mai, de rendre disponibles 20 000 tonnes d’engrais pour 100 000 petits producteurs, 70 grossistes et détaillants en deux phases en collaboration étroite avec des partenaires tels que le ministère de l’Agriculture, la Société d’exploitation des phosphates du Burkina (SEPB), l’Association des grossistes détaillants des intrants agricoles au Burkina Faso (AGRODIA) et la CIMA-BF. D’un montant estimé à 1,462 millions de dollars, Sustain Africa Burkina Faso couvre huit régions que sont les Cascades, les Hauts-Bassins, la Boucle du Mouhoun, le Centre-ouest, le Sud-ouest, le Centre, le Centre-sud et le Plateau-central.

« C’est une intervention très rapide pour une fourniture d’engrais dans un délai très limité pour pouvoir atteindre les producteurs et réaliser les premiers impacts. Ceci s’inscrit aussi dans une initiative à long terme pour pouvoir apporter des solutions beaucoup plus durables au problème qui se pose à nos agriculteurs », a déclaré le directeur du département impact de IFDC, Dr Bocar Diagana.

Le représentant du ministre de l’Agriculture, Moussa Ouattara

Pour lui, le choix des petits producteurs n’est pas fortuit. En plus d’être affectés par les baisses constatées sur le marché des intrants, cette cible constitue une partie importante de la masse des producteurs agricoles, se justifie-t-il. Les engrais seront vendus à prix réduits en tenant compte des charges de production et de l’implication des différents acteurs.

À travers ce projet, l’IFDC vient accompagner les efforts du gouvernement. En effet, « le gouvernement a inscrit dans son PNDES, la construction de trois unités d’engrais d’une capacité annuelle d’environ 180 800 tonnes. C’est dans ce contexte que la SEPB, d’une capacité de 90 tonnes par heure, a commencé depuis le mois d’octobre 2023, la production d’engrais locaux », a rappelé le chargé de mission du ministère de l’agriculture, Moussa Ouattara. Dans cette optique, il a invité les partenaires de distribution et les agriculteurs à privilégier l’engrais produit sur place par la SEPB afin de consolider « le consommons local ».

Le représentant du ministre de l’Agriculture, Moussa Ouattara

Avant de remercier Sustain Africa et ses partenaires qui œuvrent à accroître l’accès des petits producteurs à des engrais de qualité, contribuant ainsi à l’intensification de la productivité et de la production agricole, gage d’une souveraineté nationale promue par le gouvernement à travers l’offensive agro-pastorale et halieutique 2023-2025. En retour, M. Ouattara a réitéré l’engagement de son département à accompagner cette initiative dans ses actions qui visent à renforcer la chaîne de valeurs des engrais, à promouvoir l’utilisation d’engrais de qualité et à garantir une aide financière grâce à des programmes de subvention.

Le directeur exécutif de Sustain Africa, Ben Valk, lors des interviews

Sustain Africa, selon son directeur exécutif Ben Valk, est une initiative de réponse à la crise qui affecte le marché des engrais depuis deux ans. Ce projet vise à améliorer la disponibilité, l’abordabilité et l’utilisation durable des engrais en Afrique subsaharienne, tout en évitant les distorsions du marché. Lancé par Rabobank, la Fondation Bill & Melinda Gate, l’IFA, et l’AFAP, avec le soutien de l’AGRA et de l’USAID, le projet cible 53 000 agriculteurs avec 88 000 tonnes d’engrais au Burkina Faso, au Ghana, en Ouganda et en Zambie en 2023-2024. Il offre également des services de conseil aux gouvernements sur le financement et l’approvisionnement en engrais. D’ici mi-2024, l’objectif est de soutenir la fourniture de près de 200 000 tonnes d’engrais à plus de deux millions d’agriculteurs dans sept pays.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique