LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

Publié le jeudi 1er février 2024 à 13h08min

PARTAGER :                          
Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

Sans nouvelle de son Coordonnateur national, Me Guy Hervé KAM, une semaine après son enlèvement, le Mouvement SENS exprime son inquiétude dans cette déclaration n°2. Selon le mouvement, jusque-là, "aucun procureur n’a été saisi de cette affaire". Pour le mouvement, "si les autorités de la Transition lui reprochent quelque chose, qu’il soit entendu par la justice comme tout citoyen et que les faits qui lui sont reprochés lui soient dûment notifiés". L’intégralité dans la déclaration ci-dessous.

SENS : Déclaration n°2 sur l’enlèvement du Coordonnateur national

Chers militants et militantes,
Chers compatriotes et amis du Burkina Faso,

Voilà une semaine que nous sommes sans nouvelles de notre camarade, notre coordonnateur national, Me Guy Hervé Rommel KAM. Enlevé dans la nuit du 24 au 25 janvier à l’aéroport international de Ouagadougou, de retour de Bobo-Dioulasso pour des raisons professionnelles, sa famille, ses collègues et ses camarades attendent toujours d’être situés sur les raisons de son enlèvement.

Une semaine après cet enlèvement, aucun procureur n’a été saisi de cette affaire. De plus, il n’a pu s’entretenir avec aucun avocat et pire, une délégation du barreau qui souhaitait lui rendre visite n’a pas été autorisée à le voir. Nous ne savons donc pas dans quelles conditions physiques et psychologiques il se trouve en ce moment.

Si les autorités de la Transition lui reprochent quelque chose, notre mouvement souhaite qu’il soit entendu par la justice comme tout citoyen et que les faits qui lui sont reprochés lui soient dûment notifiés.

Notre Mouvement est attaché à la justice et au respect de la loi. Par conséquent, nous ne pouvons pas accepter que notre premier responsable soit privé arbitrairement de sa liberté d’aller et de venir sans aucun motif et qu’il soit détenu au secret sans aucune raison connue de lui-même, ni de sa famille biologique et politique, ni de ses avocats.

Nous exigeons alors sa libération sans délai afin qu’il retrouve les siens et qu’il reprenne le cours de ses activités comme n’importe quel citoyen à qui la justice n’a rien à reprocher.

Pour le Mouvement SENS
La Coordination Nationale

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 1er février à 13:17, par Article 37 En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    C’est inquiétant. Seulement que les gens qui font ça se souvienne de Blaise COMPAORE plus de trente ans après l’assassinat de SANKARA, de Moussa Dadis CAMARA et de bien d’autres.

    Le temps de Dieu n’est pas le temps des hommes. Que les militaires sachent que la nation les regarde, les respectent pour leur job, mais contribue avec leur peu pour mener la lutte.

    On ne doit pas faire du mal à un burkinabè avec l’argent des burkinabè, car c’est bouillir l’agneau dans le lai de la brebis. Il faut simplement avoir la crainte de l’Eternel.

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 15:05, par Goulgoulé En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

      Cher Article 37, en disant "les gens qui font ça..." n’est ce pas aller trop vite dans l’émotion que dans la raison, sans même attendre la suite ? et s’il se trouve qu’il y a des élements qui prouve son implication dans une quelconque affaire, allez vous encore réagir dans l’émotion en invoquant "Dieu", sachant peut être que c’est le même "Dieu" qui apermit de mettre à nu ses actes ? Avant toute réaction, parfois subjective, la sagesse recommande d’avoir tous les éléments avant tout jugement, ? sauf bien sûr, si l’on est payé pour "attiser l’émotion" des naifs, en les éloignant de la raison, celle qui permet un meilleur discernement.

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 16:24, par Passakziri En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    Je ne peux qu’abonder dans le même sens en conseillant à toute personne impliquée dans ces agissements de se rapeller de l’histoire récente du pays et de se démarquer de ces enlévements parce qu’ils ne resteront pas impunis. Demain, cela n’engagera que vous qui n’aurienz pas eu l’intélligence de vous tenir à l’ecart d#actes répréhensibles. Vous savez que vous êtes dans l’injustice, mais vous foncez, donc rien ne plaidera pour aucune cironstance aténuante en votre faveur.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 17:23, par Ka En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    Ici je serai très indulgent, mais cela ne m’empêche pas de dire ma vérité qui rougisse souvent les yeux mais ne les casse pas sur quelques enlèvements sans qu’on sache le pourquoi. Le peuple Burkinabé très démocrate de naissance est souvent très impatient quand la vérité l’échappe, et en cas de soulèvement populaire ‘’’’’’’leur nombre fait la différence, comme l’slogan du balai Citoyen au moment de défendre l’article 37 l’avocat du peuple contre les tripatouillages des articles de notre constitution pour s’éterniser au pouvoir.

    Je ne doute pas la bonne foi du jeune président pour le combat d’éradiquer les terroristes et libérer le pays, et qui mérite des félicitations (spontanées) de la part de nos vaillantes populations et leurs soutiens. Malheureusement des soutiens a la peau de caméléon sans lui dire la vérité des individus qui ne sont pas dans le pays, risquent de saboter les bonnes actions sur le combat des terroristes du régime.

    Et je dis a ces internautes Burkinabé hors du pays, étant sur place et constatant les faits réels, pour moi le problème dans notre pays est ‘’’’la division :’’’’ Et dans une compétition où chacun veut tirer la couverture à soi par tous les moyens, la cohésion nationale n’a plus sa place, et ces enlèvements restent un simple miroir aux alouettes comme ça se passe avec les régimes dictatoriaux et leurs opposants.

    Tout mon souhait est de dire aux internautes qui encouragent les erreurs de nos tenants du pouvoir de ne pas continuer de vanter des victoires funestes en passant leur temps à accuser les autres de leurs propres crimes. Toute chose a une fin.

    Ces enlèvements sans des mandats nous disent que ceux qui ne se rappellent pas du passe sont condamnés a le répéter. Et c’est ce qui se passe exactement en ce moment. Nous vivons dans un éternel recommencement, malgré tout ce que nous avions vécu dans le passé, nous faisons toujours les mêmes erreurs comme si ces problèmes n’avaient jamais existé.

    Quant à Me. Kam, c’est un homme de loi qui connait ses droits et les règles : Quoi qu’il soit reproché, la présomption d’innocence doit prévaloir avant que l’enquête en cours ne soit achevée. La présomption d’innocence possède de nombreuses implications concrètes : il s’agit tout d’abord d’un principe qui vient limiter la liberté d’expression, et qui autorise toute personne non encore condamnée mais présentée dans la presse comme coupable, à obtenir une rectification publique. Surtout, la présomption d’innocence vient garantir au prévenu qu’en l’absence de démonstration probante par l’état de sa culpabilité, le doute devra nécessairement lui profiter.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 18:40, par Rodriguez En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    Vous persistez en utilisant le terme ENLEVEMENT... Et lefaso.net le met en gros titre également ! Lorsque vous vous adressez à une Nation, mettez dans vos têtes que vous vous adressez à des millions de personnes qui ont tout de même un sens de discernement. Depuis, nous savons Tous quelle structure l’a arrêté et nous savons Tous là où il a été déposé. Ça vous coutait quoi de dire ARRESTATION ? Même si vous le vouliez vous pouviez ajouter ARBITRAIRE. Mais le mot enlèvement n’a pas sa place ici. Ceux qui l’ont arrêté se sont présentés, lui ont demandé de les suivres et l’ont autorisé à telephoner son épouse. Si vous voulez que les gens aient de l’empathie pour votre cause, soyez objectifs dans vos declarations, merde !

    Répondre à ce message

    • Le 2 février à 05:20, par Sidpassata Veritas En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

      ,@Rodriguez
      Bonsoir ! Relisez vos propos et voyez combien vous vous énervez :‹‹Si vous voulez que les gens aient de l’empathie pour votre cause, soyez objectifs dans vos declarations, merde !››
      C’est ça un des gros problèmes de notre pays. Les gens s’énerve et en veulent aux autres qui ’e pensent pas comme eux, parce qu’ils pensent avoir raison. Pourquoi vous ne voulez pas su’ on parle d’enlèvement ici ? Certainement parce que ce n’est pas bien, ce n’est pas très joli. ’’enlèvement’’ ça fait hors-la-lois. Et c’est bien ça le problème ici. Arrêter une personne en dehors de la procédure prescrite par la lois, ce n’est pas un arrestation mais un enlèvement. Et même si nous soutenons la Transition, il faut accepter de dire la vérité quand elle est dans l’erreur. C’est le meilleur service que nous pouvons rendre à la Transition et surtout à notre patrie. Les autorités actuelles ont suscitent je beaucoup d’espoir et il serait bien dommage qu’elles se fourvoient dans des méthodes que les burkinabè ont rejettées par la dernière insurrection. Ne vous trompez pas et ne les trompez pas en les encougeant à l’erreur..
      La Transition doit faire attention pour ne pas se laisser avoir par le soutien populaire non critique. Avant l’insurrection populaire, ce genre de soutien a empêché le régime Compaoré de prendre la vraie température du corps social. Il faut éviter de créer des situation qui peuvent semer le doute dans l’esprit de l’honnête citoyen patriote. Car on voit de plus en plus d’acte arbitraires, si des arrestations ressemblent à des enlèvements qu’opèrent des bandits armées, il y aura de plus en plus de décus qui, à la première occasion serviront de l’ombre pour protester. Il faut se dire que le pouvoir corrompt vraiment et résister à cette corruption-là

      Répondre à ce message

    • Le 2 février à 08:58, par El Pistolero En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

      Merci mon frère pour votre sens de discernement. Le burkinabé est devenu l’ennemi du Burkina. Pourquoi sur 22 millions d’habitants c’est lui qui se fait arrêté et non pas tous les burkinabé ? Y’a en guise sous roche.

      Répondre à ce message

    • Le 3 février à 10:27, par vicky de sagone En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

      merci beaucoup Rodriguez de signifier cela. ce n’est pas un enlèvement ,si ce dernier a pu joindre son épouse et tout le sait ou il se trouve.

      Répondre à ce message

  • Le 2 février à 05:56, par Alpha2025 En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    N’en déplaise à @Rodriguez, il s’agit bel et bien d’un enlèvement. Ceux qui l’ont "enlevé" se seraient présentés et lui auraient même permis de téléphoner à son épouse. Mais pourquoi il ne peut recevoir de visite ni de sa famille, ni de son avocat, ni du barreau ? Pourquoi est-il cueilli à l’aéroport ? Pourquoi le procureur n’est pas informé de ce qui lui arrive ? Si M. Kam n’était pas avocat et ne bénéficiant pas de la solidarité du barreau, aurait on su qu’il est à la sûreté ? Au passage la qualité d’avocat de Me Kam imposait des règles particulières si on veut l’entendre. Mais cela a été superbement ignoré. Si pour la masturbation de vos méninges, vous préférez le terme ARRESTATION, soit, mais cela n’enlève rien au faits. Maintenant, pour ceux qui semblent incriminer l’entourage et les soutiens de IB, cela me rappelle l’époque où Blaise était au pouvoir, une certaine opinion disait : "Blaise est bien, mais c’est son entourage". Je répondrais qu’on a l’entourage qu’on se créé et qu’on mérite ! Du reste IB lui même avait annoncé les couleurs en présentant ses vœux de nouvel an. Pourquoi chercher à le disculper ? Concernant Blaise, la suite, tout le monde la connaît !

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 10:00, par Article 37 En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    ça là aussi, ça finir

    Le moment viendra où, ça là, ça finir aussi.
    Forts du moment, hommes de pouvoir de maintenant, je vous invite à ne pas bouillir l’ageau dans le lait de la brebis, car le moment vient où les montagnes seront rabaissées.

    Le monde a connu des grands dans son histoire, mais lorsque le temps de Dieu est arrivé, ils ont été rappelé sans retour.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 14:40, par HUG En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    Demain.n est pas.loin. Chacun payera tot ou tard ses actes.

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 09:23, par GUIESS YIIGA En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    ,L’INTERET GENERAL EST AU-DESSUS DE L’INTERET PARICULIER ET PERSONNE NE VIENDRA NOUS DETOURNER DE NOS OBJECTIFS a dit le Président IB dans son discours. Je pense que nos jérémiades ne sont que les immanquables soucis qui accompagnent toute œuvre utile. Au Burkina nous voulons tout et tout de suite. Au Burkina le Président doit nous écouter et faire ce que nous disons de faire ce que chacun de nous veut.. Nous avons le droit de dire tout ce que nous voulons, parler, insulter, maudire, juger la gouvernance comme nous voulons. Tout le monde tire de partout. C’est comme çà la DEMOCRATIE. Ce sera à la longue le PAYS DES CRABES si nous devons continuer comme. IL nous faut sortir de cette mentalité de débauche qu’on nous a inculqué depuis ces années de BLAISE Compaoré ou tout était permis sauf le Pouvoir. Nos mentalités ont subi le coup. Ce temps ou CELUI QUI NE VOLE PAS NE VAUT RIEN. Ce temps ou celui qui n’est pas du Parti N’EST PAS DECORE. Nous avons beaucoup à faire aujourd’hui pour restaurer notre pays. Du courage à nos Autorités. Que DIEU ait pitié de nous et nous accompagne !!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 13:07, par Kouka Oscar En réponse à : Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, aucun procureur n’a été saisi de l’affaire, selon le Mouvement SENS

    La prison d’abord. Il faudrait bien le faire chier et epres, la legalité viendra.
    Des intellectuals destructeurs du pays.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique