LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

Publié le mercredi 31 janvier 2024 à 22h25min

PARTAGER :                          
Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

Depuis sa prise du pouvoir le 30 septembre 2023, le chef de l’Etat Ibrahim Traoré s’est toujours affiché en tenue militaire. Et c’est dans cette même tenue qu’à travers une interview accordée au journaliste Alain Foka, que le président de la transition est revenu sur la décision des Etats de l’Alliance des Etats du Sahel de quitter la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Le dimanche 28 janvier 2024, les pays membres de l’AES que sont le Burkina, le Mali et le Niger, annonçaient au travers d’un communiqué, leur retrait avec effet immédiat de la CEDEAO. Une décision que le président de la transition juge « très bien réfléchie », au regard des réalités que traversent les États de l’AES, confrontés depuis bientôt une dizaine d’années pour le Burkina, au problème du terrorisme. De ses dires, la CEDEAO a été créée avec l’ambition de refléter des valeurs panafricaines. « Malheureusement au fil du temps, l’organisation a perdu ses valeurs-là », regrette-t-il.

A ceux qui disent que l’AES a quitté le navire parce que les chefs d’Etat des autres pays ne veulent pas de putschistes au sein de cette organisation, la réponse du président est la suivante : « il y a des putschistes militaires au sein de la CEDEAO qui, aujourd’hui, se réclament démocrates. Il y a aussi des civils. Il y a pire que des putschistes. Il y en a qui tuent qui bâillonnent leurs peuples sous le silence. La CEDEAO ferme les yeux et les oreilles. Il y a plein de putschistes au sein de la CEDEAO ».

Quant aux revers de cette décision, exemple pris de la libre circulation des biens et des personnes, le président répondra : « nous verrons et nous saurons quelle décision prendre en temps opportun ». Et en attendant, dit-il : « un africain qui veut venir au Burkina est le bienvenu chez lui...Nous partons, mais nous restons panafricains ».

L’alliance des Etats du Sahel est viable

Au cours de l’interview, Ibrahim Traoré est revenu sur la nature des relations qui existent entre les Etats du Sahel. Pour lui, ces Etats sont très riches. Et si les économies sont ce qu’elles sont aujourd’hui, c’est eu égard à la mal gouvernance. « Aujourd’hui, nous sommes en train de tout faire pour que nous n’importions rien, concernant ce que nous consommons. On nous crie partout que les Africains meurent de faim et de soif et on invente des projets par-ci par-là pour nous apporter de l’eau, alors que l’AES est une grosse réserve d’eau souterraine, et même en surface. En termes de ressources minérales, on n’a rien à envier à quelqu’un », se convainc-t-il.

Erwan Compaoré
Lefaso.net
Source : Présidence du Faso

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 31 janvier à 16:24, par Raogo En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    « On va organiser comment les élections à l’instant T ? Les élections concernent tout le Burkina (…) il faut qu’il y ait un minimum de sécurité » Capt Ibrahim TRAORE

    Parmi nos "WAYIYANS" et "PAAGTAZE PAAGTAZE BARBECUE ACTIVER" combiens ont ils de carte d’électeur ?????

    Sur une population de 22 M de citoyens
    6 Millions sont en âge de voter !!!
    2 Millions votent

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 16:53, par S En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    C’est pour éviter de faire les élections que les putschistes veulent quitter la CEDEAO. La communauté internationale doit être ferme avec eux.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 17:12, par HUG En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    Vous voulez quitté la cedeao mais.vous voulez rester dans l uemoa.Quel.paradoxe.mais.si la.cedeao.oblige le.pays à quitter l uemoa on.fait comment ? Hum Attention.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 10:08, par kwiliga En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    "le président de la transition est revenu sur la décision des Etats de l’Alliance des Etats du Sahel de quitter la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)." Ravi d’apprendre qu’il "est revenu sur cette décision", c’était totalement irresponsable... Ah, non, c’est pas ça... Bon, tant pis.
    Alors oui, nous sommes putschistes, mais "il y’en a qui...", j’adore ce genre de réponse, comme à l’école "oui, mais Monsieur, y’en a qui...". Déresponsabilisons nous, en pointant les autres du doigt, les "y’en a qui", rassurons nous avec des "le moment venu, on n’aura qu’a...".
    Non, mais, il y a vraiment de quoi s’interroger sur notre maturité géopolitique.
    Et la meilleur de toutes : "Il y a pire que des putschistes. Il y en a qui tuent qui bâillonnent leurs peuples sous le silence." Outre la formulation douteuse "bâillonner sous le silence" il est remarquable de constater que la suite logique de cette phrase devrait être : alors qu’au Faso, nous favorisons la liberté d’information (en fermant les médias) et d’expression (en envoyant les opposants au front), sommes ouverts à la critique, n’enlevons et n’enfermons personne de façon illégale, n’avons tué personne ni à Karma, ni à Zaongo, ni à Bouro, ni même au Mali, près de la ville de Boulkessi, ni nulle part en fait.
    Non, mais ça fait rêver, il dit ça calmement, les yeux dans les yeux, a-t-il fini par s’en convaincre, est-il devenu mythomane...?

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 11:05, par Mouna En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    Il se fout de nous ce monsieur, ils se foutent du peuple ce gouvernement c est devenu un jeu pour eux. Ils ne foutent rien de bon a la tete du pays et ils se permettent de prendre des textes qui vont encore faire souffrir des millions de gens tandis que des milliers de personnes meurent chaque jours du fait de leur incapacité. Reveillons nous pendant qu il est temps prenons notre destin en main pour sauver notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:25, par Bob En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    @ Raogo @ HUG, vous touchez du doigt le véritable problème. Ainsi moins de 10% de la population vote et moins d1 électeur sur 3, avouez que les pouvoirs issus de ces élections ont peu de LÉGITIMITÉ. Alors pourquoi penser que les ÉLECTIONS sont une SOLUTION à nos problèmes ? Quand à vous HUG cultivez vous un peu. La CDEAO et l’UEMOA sont 2 organisations indépendantes qui n’ont ni le même objet, ni les mêmes membres ni la même histoire. Alors comment la CDEAO qui n’est pas une personne comme vous semblez le penser dans votre ignorance, mais une organisation pourrait elle empêcher quoi que ce soit ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er février à 14:25, par Bob En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    @ Raogo @ HUG, vous touchez du doigt le véritable problème. Ainsi moins de 10% de la population vote et moins d1 électeur sur 3, avouez que les pouvoirs issus de ces élections ont peu de LÉGITIMITÉ. Alors pourquoi penser que les ÉLECTIONS sont une SOLUTION à nos problèmes ? Quand à vous HUG cultivez vous un peu. La CDEAO et l’UEMOA sont 2 organisations indépendantes qui n’ont ni le même objet, ni les mêmes membres ni la même histoire. Alors comment la CDEAO qui n’est pas une personne comme vous semblez le penser dans votre ignorance, mais une organisation pourrait elle empêcher quoi que ce soit ?

    Répondre à ce message

    • Le 1er février à 19:24, par Rodriguez En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

      @ Bob, Merci pour cette contribution très riche et objective ! À croire que certains ont du mal à s’asseoir et bien reflechir avant de pondre une vraie analyse ! Ils ont vite oublié que nous venons de sortir d’un régime purement civil...même le ministre de la defense était un civil jusqu’à l’avant veille du coup d’état. Et qu’a pu faire ce régime de bon dans la lutte contre le terrorisme qui a commencé sous son mandat ? Qu’a pu faire ce régime pour la bonne gouvernance ? Certains sont amnésiques au Burkina, vraiment !

      Répondre à ce message

  • Le 1er février à 19:04, par HUG En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    Bob, HUG zsty trés cultivé .Vous n avez pas fait dz cours de l epistemologie des sciences. Vous n avez pas.une.capacité d analyse elevée.Dans. le.sigle cedeao et umeao il.y a le.mot economie.Vrai ou faux.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 01:11, par Bob En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    @ HUG vous êtes sûrement cultivé comme un champ de mil, moi je parle d’EDUCATION. Ce n’est pas parce qu’un chat 🐈‍⬛ est carnivore qu’il est un lion 🦁 ! Votre déficience est plus profonde que je ne le pensais. Donc là CEDEAO est la même que la CEAC parce que dans les 2 sigles il y a le mot ÉCONOMIQUE ? Je comprends pourquoi autant de gens racontent n’importe quoi sur ce forum. Vous ne vous souciez ni de la RÉALITÉ, ni de la VÉRITÉ ni de l’AVENIR vous recrachez les cours que vous avez mal assimilé. Une question, qui pourrait battre IBRAHIM TRAORÉ dans une élection aujourd’hui au Burkina Faso ? À moins d’utiliser les techniques de bourrage des urnes du CDP et du MPP, si IB se présente ce sera un plebicite. Un conseil n’insistez pas trop sur l’organisation d’ELECTIONS LIBRES et TRANSPARENTS avec IB comme candidat, il n’aurait même pas besoin de battre campagne pour gagner avec un score soviétique.

    Répondre à ce message

  • Le 2 février à 12:33, par caca En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    J’ai mûri ma réflexion et j’apporte mon soutien à ce gouvernement de la repture.
    Le retrait de la cedeao est un moindre mal qui nous permet à depasser des humiliations. On peut inquiéter de cette separation avec la cedeao mais l’intérêt suppérieur de la nation depasse celle des autres nations.
    La Suisse n’ai pas un débouché maritime et pourtant ce pays est plus riche que les pays qui en possédent.
    Aujourd’hui, les burkinabé qui révênt de la democratie et de liberté doivent se mettre au travail seulement. C’est maintenant que le vrai patriotisme commence avec l’union nationale et la cohésion sociale. Nous devons compter sur nous-même et considérer l’intégrité comme une valeur essentielle et nécessaire à notre survie.
    Bon courage à ses trois pays pour la prise de conscience à leur valeur.

    Répondre à ce message

    • Le 3 février à 05:38, par SOME En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

      BRAVO qu’on cher caca. SINCÈREMENT que te dis BRAVO et FELICITATIONS mille fois ! Quand c est pas bon on le dit. Alors c est bon IL FAUT Le dire aussi. Alors FÉLICITATIONS et BRAVO.
      Tu es honnête avec toi même, preuve que tu étais sincère dans tes critiques et bien intentionné
      Tu as su te remettre en question pour voir au delà de ta personne
      Tu as envie d avancer vers ce qui est positif
      Je salue donc fièrement et sincèrement ta nouvelle position. Merci et bon courage à toi
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 15 février à 16:11, par iso En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    Allez-y et surtout n’oubliez pas de partir avec vos millions de compatriotes disséminés partout dans l’espace que vous quitté. Bon vent et pensez à sortir de la monnaie qui vous lie à certains de ces pays de la cedeao. cela devrait arranger tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février à 08:55, par HUG En réponse à : Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons mais nous restons panafricains », Ibrahim Traoré

    A Somé on t a vu sous Rock.Tes critiques sous rock.Peut etre que le pustchistes t on donné quelquz chose tellement tu es devenu ce que tus es.Mais l histoire ne trahit jamais HUG.Quand on a un regime peureux qui se cache derrière la democratie pour adopter les enlevements et autres il faut une certaine categorie de Burkinabé qui se disant vivant en france pour applaudir. bob , Some zt autres il faut avoir une capacité d analyse elevé pour comprendre HUG.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique