LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Burkina/Coopération : Hommages à des diplomates et représentants d’organisations internationales en fin de mission

Publié le dimanche 3 décembre 2023 à 21h50min

PARTAGER :                          
Burkina/Coopération : Hommages à des diplomates et représentants d’organisations internationales en fin de mission

L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République fédérale du Nigéria, Misitura Abdulraheem ; l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Sandra Clark ; le représentant-résident de la CEDEAO au Burkina, Tiéna Coulibaly ; et le chef de délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Laurent Saugy, sont les quatre personnalités en fin de mission qui ont, au cours d’une cérémonie dédiée, et à travers la patronne de la diplomatie burkinabè, Olivia Rouamba, reçu les hommages et la reconnaissance des autorités et du peuple burkinabè, samedi 2 décembre 2023, à Ouagadougou.

Arrivé en février 2020 au Burkina, le chef de délégation du CICR, Laurent Saugy, s’est, selon la ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Olivia Rouamba, engagé aux côtés des Burkinabè pour les accompagner dans leur quête quotidienne de développement socio-économique.
« Les relations entre votre structure et le Burkina Faso se portent à merveille et se sont davantage renforcées sous votre mandat. En effet, au regard des nombreux défis sécuritaires et humanitaires que traverse le Burkina Faso, vous vous êtes engagé en vue de trouver des solutions idoines pour les populations vulnérables », dit Olivia Rouamba, précisant que les actions du CICR (Comité international de la Croix-Rouge) au Burkina se sont focalisées sur quatre axes principaux, à savoir la protection, la prévention, l’assistance aux communautés résidentes et déplacées et la coopération au sein du mouvement Croix-Rouge.

Le ministre en charge des Affaires étrangères, Olivia Rouamba : " les portes du Burkina vous restent ouvertes".

Elle cite, à titre illustratif, la signature le 5 décembre 2022 du protocole d’accord entre le Burkina Faso et le CICR sur la coopération et les activités humanitaires en faveur des personnes privées de liberté ; 22 000 personnes déplacées internes et résidentes qui ont bénéficié d’un meilleur accès à l’eau potable grâce à la réhabilitation de 33 forages et à la réalisation de six nouveaux forages ; 2 100 personnes, membres des Forces de défense et de sécurité, sensibilisées au droit international humanitaire et à l’action humanitaire neutre et impartiale du CICR ; 311 968 consultations réalisées dans les quinze structures de santé soutenues par le CICR. Ce qui dénote, conclut-elle, de la ferme volonté d’accompagner les autorités burkinabè en matière de fourniture d’aides vitales aux familles déplacées par le renforcement des infrastructures et services dans les zones affectées par l’insécurité.

Un instant d’hommages que Laurent Saugy accueille avec une pensée particulière envers ses collègues de la Croix-Rouge burkinabè et les 45 000 volontaires dans les 45 provinces du pays. Même sentiment envers également ces dizaines de milliers de personnes que la Croix-Rouge accompagne, les familles des personnes disparues qui approchent à longueur de semaine la structure dans l’espoir d’avoir des nouvelles de leurs êtres chers, ces agents de santé et ces personnes privées de liberté dans les maisons d’arrêt et autres lieux de détention du pays.

Au représentant-résident dela CEDEAO au Burkina, Tiéna Coulibaly, la patronne de la diplomatie burkinabè a déclaré que sous son mandat, la collaboration du Burkina avec l’institution régionale s’est « beaucoup renforcée », grâce également à l’expérience des hautes fonctions qu’il a occupées. « Sous votre magistère, a été initiée la retraite annuelle d’informations des acteurs de l’intégration régionale au Burkina Faso ; cette tribune destinée à entretenir les citoyens burkinabè des actions, projets et programmes de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest) au Burkina Faso. A cette activité, les acteurs impliqués ont davantage compris les objectifs de la CEDEAO qui, du fait de certaines décisions et prises de position, a parfois provoqué le courroux ou le rejet », a-t-elle rappelé, avant d’affirmer que M. Coulibaly, représenté à la cérémonie par l’intérimaire, a ainsi contribué à redorer l’image de « notre organisation communautaire ».
« Nous n’ignorons pas la prise en compte du Burkina Faso dans la phase-pilote du programme Education en situation d’urgence dans les Etats touchés par la crise », a ajouté le ministre Olivia Rouamba.

De la g. vers la droite : L’ambassadeur des USA, l’ambassadeur du Nigeria, le ministre délégué auprès du ministre en charge des affaires étrangères, le chef de la diplomatie burkinabè, le mandataire du représentant-résident de la CEDEAO, le chef de la délégation du CICR et le doyen du corps diplomatique.

Selon le rappel de Mme Rouamba, l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République fédérale du Nigéria, Misitura Abdulraheem, a démarré sa carrière diplomatique en février 1993 au ministère des Affaires étrangères de son pays. Puis, elle occupe des postes de responsabilité, notamment dans les représentations diplomatiques de son pays en Côte d’Ivoire, en Argentine, en Angleterre, en Hongrie, puis sa nomination en 2021 au poste d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Nigéria auprès du Burkina Faso.

Elle a œuvré au renforcement de la coopération entre son pays et le Burkina Faso, salue la ministre. « Au plan bilatéral, la tenue du 9 au 12 décembre 2021 à Abuja de la troisième session de la commission mixte de coopération entre la République fédérale du Nigeria et le Burkina Faso, et qui a abouti à la conclusion de six accords dans les domaines de la femme et de l’enfant, du commerce, de l’information et de la communication, des sports et des loisirs, de la traite des personnes. Dans un passé récent, on peut noter également la coopération entre nos deux pays dans la recherche de solutions idoines aux défis politiques et sécuritaires dans la sous-région ouest-africaine, la coopération militaire à travers des échanges d’expériences et la formation de personnel militaire dans les institutions militaires nigérianes », relève-t-elle.
Pour sa part, Misitura Abdulraheem retient la « chaleur et l’hospitalité » du peuple burkinabè et souhaite au Burkina, un bien-être pour tous ses citoyens. « Le Burkina restera dans mon cœur », a-t-elle exprimé.

Le corps diplomatique a, conformément à sa tradition, remis des présents aux deux ambassadeurs en fin de mission.

L’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des USA au Burkina, Sandra Clark, a, elle également, reçu les mêmes expressions et témoignages de reconnaissance. « Dès votre arrivée au Burkina Faso, vous vous êtes investie à marquer de vos empreintes, les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays. En effet, cette coopération a commencé en 1958, bien avant l’indépendance officielle du Burkina Faso. Elle sera depuis lors renforcée par des actions concrètes qui ont fini par faire des USA, un partenaire incontournable du Burkina Faso. Depuis votre prise de fonction, vous n’avez eu de cesse d’œuvrer à la consolidation des relations d’amitié et de coopération entre les USA et le Burkina Faso. Vous avez partagé avec nous des moments parfois difficiles, comme la période du Covid-19, la lutte contre l’hydre terroriste, pour ne citer que ceux-là. Aussi, il me plaît de souligner que de 2020 à nos jours, et sous votre magistère, les USA ont soutenu techniquement et financièrement le Burkina Faso à travers des projets et programmes, dont le programme résilience au Sahel renforcé, par lequel les USA ont engagé plus de 111 milliards de FCFA pour aider les Burkinabè les plus vulnérables à renforcer leur résilience face à l’impact du changement climatique et l’insécurité, etc. », rappelle la ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur, Olivia Rouamba, y ajoutant les appuis en matériel aux Forces de défense et de sécurité.

« Comme j’aime à le dire, les relations entre le Burkina Faso et les USA sont comme la langue et les dents ; malgré les morsures des dents de la langue parfois, les deux entités sont obligées de cohabiter », relève le ministre Rouamba, qui confie que le Burkina compte sur son concours pour plaider pour la levée de certaines sanctions, notamment l’AGOA et le MCC.

« J’ai rencontré au Burkina, des personnes formidables et inspirantes », a réagi Sandra Clark, indiquant sa fierté et sa joie d’avoir servi au Burkina.
Le doyen du groupe diplomatique africain à Ouagadougou, l’ambassadeur du Maroc, Youssef Slaoui, a saisi l’instant pour exprimer la fierté du corps diplomatique de voir ses désormais anciens collègues accomplir avec succès leurs missions. Il salue les actions et initiatives de chacun dans son domaine respectif et leur souhaite un bon retour auprès de leur famille.
En plus des présents qu’elles ont reçus en souvenir de leur séjour au Burkina, ces quatre personnalités ont, chacune, été élevée, à titre exceptionnel, au rang d’Officier de l’ordre de l’Etalon.

O.L.O.
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique