LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “« L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli. » Proverbe africain” 

Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

Publié le mercredi 15 novembre 2023 à 12h47min

PARTAGER :                          
Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

Le mardi 14 novembre 2023, plusieurs dirigeants africains se sont réunis à Accra au Ghana, pour la conférence sur les réparations pour l’Afrique. Au cours de ces échanges, Nana Akufo-Addo, président du Ghana, est resté fidèle à son combat pour "une justice légitime" au profit des africains. Il réclame des excuses officielles de la part des pays européens et exige, sans préciser le montant, réparation des dommages causés au continent, berceau de l’humanité.

Si pour certains l’Afrique doit faire fi du passé douloureux qu’elle a pu vivre durant 400 années d’esclavage et se concentrer sur l’avenir, d’autres estiment que le mal est assez profond pour tomber dans l’oubli. C’est le cas du président du Ghana, Nana Akufo-Addo qui, lors de la conférence sur les réparations pour L’Afrique tenue ce mardi 14 novembre 2023, est resté catégorique sur sa position qu’il ne cesse de défendre depuis des années : « l’Afrique mérite des excuses et réparations du dommage qu’elle a subi ».

S’exprimant déjà sur la question en août 2022, ce dernier avait justifié sa position en ces termes : « les réparations pour l’Afrique et la diaspora africaine se font attendre depuis longtemps. Comme on pouvait s’y attendre, la question de la réparation ne devient un débat que lorsqu’il s’agit de l’Afrique et des Africains. Nous pensons que les appels aux réparations pour l’Afrique sont justes ».

Revenant à la charge ce mardi 14 novembre 2023, le président ghanéen a souligné que ces réparations ne sauraient être évaluables en argent. « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés par la traite transatlantique des esclaves et ses conséquences. Mais il s’agit d’une question que le monde ne peut plus ignorer », a-t-il martelé, avant d’ajouter ce qui suit : « Le continent africain tout entier mérite des excuses officielles de la part des nations européennes impliquées dans la traite des esclaves ».

Notons qu’à ce jour, plusieurs dirigeants européens ont déjà regretté ces épisodes amers que l’Afrique a traversé contre son gré. Le Nigeria, l’un des géants d’Afrique, est en passe de récupérer des milliers de plaques métalliques, de sculptures et d’objets du XVIe au XVIIIe siècles qui ont été pillés dans l’ancien royaume de Bénin (au sud du Nigeria) et se sont retrouvés dans des musées et chez des collectionneurs d’art aux Etats-Unis et en Europe. Le Bénin, pays voisin du Nigeria, a inauguré en 2022 une exposition de ses œuvres d’art et de ses trésors restitués par la France après deux ans de négociation.

Erwan Compaoré
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 15 novembre 2023 à 15:44, par Moi MEME En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

    A mon humble avis il faut également que nous nous débarrassions des nouvelles formes d’esclavage. Si quelqu’un te dit qu’il regrette de t’avoir tenu en esclavage alors qu’il te tient toujours en esclavage c’est juste un jeu de dupes.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2023 à 16:20, par Lom-Lom En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

    Ce Monsieur oublie vite, j’ai l’impression ! N’est-ce pas lui qui a voulu coûte que coûte prouvé que le Burkina abrite des troupes de Wagner depuis l’arrivé du Capitaine Ibrahim TRAORE ? N’est-ce pas chez lui que les mêmes esclavagistes ont tenu une grande rencontre pour imposer une force d’intervention internationale au Burkina dès le début de l’année 2023 ? N’est-ce une autre forme d’esclavage que ce Monsieur voulait nous imposer pour plaire à l’Occident ? Qu’il garde ses leçons pour lui-même et fasse tout pour ne pas quitter la Présidence du Ghana par une fenêtre ou par une lucarne ! Les peuples sauront toujours se battre contre l’esclavage, imposé et entretenu avec la complicité de leurs dirigeants !

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2023 à 17:13, par Alpha2025 En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

    Quand on parle d’esclavage, on parle surtout de la traite transatlantique par laquelle les européens on déporté aux Amériques essentiellement, des millions d’africains, envoyés là-bas en esclavage. On oublie de parler des acteurs africains de ce commerce honteux. Si on doit exiger des demandes de pardon des européens, on doit aussi en exiger des africains qui ont contribué à ce commerce, qui se sont enrichis par ce moyen. Ce n’est pas juste de pointer les européens en oubliant leurs complices locaux. On oublie également, et c’est scandaleux, la traite transaharienne. Cette traite à envoyé en esclavage dans les pays arabes, davantage de sujets que vers les Amériques. Ceux de ces esclaves destinés à être ennuques étaient chatrés dans des conditions horribles. Les survivants à cette opération étaient peu nombreux. D’ailleurs, s’il reste semble t’il environ 80 millions de noirs aux Amériques, on ne parle pas de noirs dans les pays arabes. Que sont devenus les descendants de ceux qui ont été envoyé là-bas en esclavage ? On devrait interroger ces pays à ce sujet, faire des recherches et donner des réponses. Pourquoi on fait si peu cas de la traite transaharienne ? Y a t’il un esclavage acceptable et un ou d’autres qui ne le sont pas ? Enfin, on ne doit pas oublier qu’à côté de nous, au Mali, au Niger, en Mauritanie, au Soudan entre autres, l’esclavage continue. Ça aussi ce n’est pas acceptable !

    Répondre à ce message

    • Le 16 novembre 2023 à 06:46, par Cocoloco En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

      Merci pour votre message circonstancié et juste. En terme de nombre, la traite musulmane arabe et la traite chrétienne européenne ont fait environ 20 millions de victimes chacune. Les historiens africains s’accorendt à dire que l’a rareté de la présence noire est la conséquence de la pratique massive de la castration sur les enfants noirs, mâles capturés.
      Les blancs voulaient que nous nous reproduisions pour des raisons économiques. Les Arabes préféraient nous stériliser.

      Répondre à ce message

    • Le 16 novembre 2023 à 11:10, par kwiliga En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

      Bonjour Alpha2025,
      Oui, c’est bien vu. Il faut croire que l’on demande toujours de demander pardon à ceux qui sont le plus enclin à le faire.
      Quand je lis : "Le continent africain tout entier mérite des excuses officielles de la part des nations européennes impliquées dans la traite des esclaves". Je m’étonne que l’on parle seulement des nations européennes.
      Qu’en est-il des grandes nations américaines, USA, Brésil,... qui se sont construites sur l’esclavage et l’ont poursuivi illégalement, alors qu’il était prohibé par les européens.
      De même, les questions endémiques que vous évoquez, ainsi que la traite arabo-musulmane sont trop souvent passées sous silence.
      Pourtant, le dernier port de départ pour la traite n’est-il pas Zanzibar ?

      Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2023 à 06:48, par Cocoloco En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

    Le jour où l’Afrique se passera de soldats impériaux (USA, Russie, Chine, France, Angleterre...), l’esclavage sera terminé.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2023 à 11:13, par kwiliga En réponse à : Esclavage de l’Afrique : « Aucune somme d’argent ne peut réparer les dommages causés », Nana Akufo-Addo

    M’oui, j’ai oublié de parler des conditions de vie et de travail de certaines "petites" que les couples aisés vont récupérer au village.
    Parfois, ça se passe bien, mais dans certains cas, on se rapproche terriblement de l’esclavage.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Nigeria : Une attaque terroriste fait plus de 40 morts