LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Gaoua : Le collectif des organisations démocratiques commémore l’an 9 de l’insurrection populaire

LEFASO.NET

Publié le mercredi 1er novembre 2023 à 22h02min

PARTAGER :                          
Gaoua : Le collectif des organisations démocratiques commémore l’an 9 de l’insurrection populaire

Le Collectif des organisations démocratiques de Gaoua a tenu, ce mardi 31 octobre 2023, date d’anniversaire de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, une conférence publique au siège de la section provinciale du Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP). Cette tribune a permis aux organisateurs de faire le bilan des acquis de l’insurrection et de proposer des pistes de solutions pour maintenir la flamme de ce tournant décisif de l’histoire du Burkina Faso.

« An 9 de l’insurrection populaire des 30, 31 octobre et du 2 novembre 2014, et de la résistance au putsch de septembre 2015 : enjeux et perspectives ». C’est sous ce thème que les organisations démocratiques du Sud-Ouest ont tenu une conférence publique, ce 31 octobre à Gaoua.

La communication du jour, animée par le chargé de communication de l’Union régionale du Sud-Ouest de la Confédération générale des travailleurs du Burkina, Sansan Bienvenu Da, a permis à l’assistance de se remémorer cet évènement historique, de faire le point des avancées et de proposer des pistes de solutions pour que le sang versé par les martyrs ne soit pas inutile.

« Le plus important, c’est de maintenir la flamme qui a conduit le peuple à s’insurger. Il appartient aux autorités actuelles de gouverner en tenant compte des aspirations du peuple, en garantissant un certain nombre d’acquis qui ont été chèrement acquis. Au sortir de cette insurrection, nous avons connu une démultiplication de régimes de coups d’État, chacun avec un recommencement perpétuel des engagements que le peuple avait acquis, en sortant les 30 et 31 octobre pour dire non à 27 ans de pouvoir. Au bilan, nous constatons que des velléités que nous avons décriées en son temps sont en train de refaire surface, telles que les libertés individuelles, de manifestation, de presse et bien d’autres éléments dont le renchérissement de la vie », a dépeint le communicateur.

En termes de perspectives, Sansan Bienvenu Da demande au peuple un sursaut d’orgueil, « pour que l’unité sacrée que nous avons faite les 30 et 31 octobre puisse revenir, afin que nous puissions constituer une nation. Et d’autre part, c’est d’interpeller les gouvernants actuels, pour qu’on mette tout en œuvre pour que les Burkinabè ne soient pas divisés, à l’image des groupes qui se créent d’apatrides et de patriotes. Cela n’augure pas d’un lendemain meilleur pour le Burkina Faso, parce qu’on se fait la guerre alors que l’objectif recherché, c’est le mieux-être pour le Burkina qui nous est cher à tous ».

Pour le premier responsable de la CGTB section Poni, Sié Ambroise Kambiré, « dans une gestion, il faut accepter par moments que l’on vous fasse des critiques, des observations, pour permettre de connaître là où on a manqué pour pouvoir avancer ».

Le porte-parole du collectif initiateur de la conférence, Sami Lèfarè Da, constatant la situation difficile que traverse le Burkina Faso, suggère un élargissement des libertés pour impliquer toutes les couches de la nation dans l’encrage d’une nation prospère.

Boubacar TARNAGDA

PARTAGER :                              

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Gérard Kango Ouédraogo, le baobab de la politique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"