LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

Publié le vendredi 13 octobre 2023 à 21h50min

PARTAGER :                          
Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

« L’intellectuel dans une société en crise ». C’est autour de ce thème que le Rassemblement des intellectuels pour la souveraineté de l’Afrique (RISA) a, le samedi 7 octobre 2023 à Ouagadougou, animé une conférence publique avec pour communicants, le sociologue, enseignant-chercheur, Dr Zakaria Soré ; l’ingénieur informaticien et économiste, Firmin Diallo ; l’écrivain et consultant, Adama Siguiré et l’expert en communication, Idriss Ouédraogo.

Pour mieux cerner le sujet, les organisateurs l’ont éclaté en quatre sous-thèmes, développés par les spécialistes sus-cités. Ainsi, Dr Zakaria Soré a mis le curseur sur « sociologie de la crise sécuritaire au Burkina Faso ». Par un regard sociologique sur la crise que traverse le Burkina, Dr Soré a relevé au passage que de nombreux sociologues ont prévenu par des écrits, la survenue de la crise que vit aujourd’hui le pays. Malheureusement, regrette-t-il, ils n’ont pas été suffisamment entendus. De son analyse de sociologue, il ressort que les problèmes que connaît le Burkina sont, entre autres, dus au fait que les règles communes qui réagissent les sociétés ne font pas actuellement l’hunanimité.

Zakaria Soré estime cependant que la situation offre une fenêtre d’opportunités pour la société, ses intellectuels, pour réfléchir aux problèmes. C’est pourquoi pense-t-il qu’il y a nécessité de libérer la parole, permettre à tous ceux qui ont quelque chose à dire sur la gestion ou la direction du pays, de pouvoir l’exprimer. De l’avis donc du panéliste Soré, et contrairement à une certaine opinion, les critiques sont la manifestation d’un certain patriotisme. Elles participent, de ce fait, de la bonne gestion du pays. « L’intellectuel, c’est celui qui sait prendre position pour changer les choses. L’intellectuel doit être une sentinelle qui refuse ce qui se passe de négatif. Quand on est intellectuel dans une société en crise, il faut prendre la parole pour montrer les possibilités qui existent », exhorte Zakaria Soré.

« Contribution de l’intellectuel dans le processus révolutionnaire 1983-1987 », c’est le sous-thème sur lequel a planché l’ingénieur informaticien et économiste Firmin Diallo, d’où on retient que les intellectuels ont été actifs pendant la période révolutionnaire. « Mais, ils n’ont pas fait dans l’unité, il y a eu beaucoup de fortes oppositions entre eux et finalement, les opposants à la révolution se sont imposés », a, en substance, relevé M. Diallo.

L’écrivain et consultant, Adama Siguiré, qui a analysé le sous-thème « Littérature et engagement sociétal », a mis en exergue la nécessité pour les intellectuels de s’engager dans un contexte de crise comme celle que vit le pays, afin de contribuer à faire évoluer leur société.

Quand bien même il reconnaît que ce n’est pas toujours aisé de s’engager pour l’intellectuel, car pouvant parfois être vilipendé, Adama Siguiré se dit convaincu de cette nécessité de s’engager pour contribuer à l’évolution positive de sa société.
« Le faire aujourd’hui, ce n’est pas soutenir le capitaine Ibrahim Traoré, mais œuvrer au développement du Burkina Faso », pense-t-il.

De la g.vers la d. : Idriss Ouédraogo, Adama Siguiré, Boukary Nébié, Firmin Diallo...

Quant à l’expert en communication, Idriss Ouédraogo, il a planché sur « Communication et souveraineté de nos États », faisant ressortir l’importance de la communication dans l’affirmation de la souveraineté d’un Etat, dont l’existence repose avant-tout sur des éléments comme le territoire, la population, un gouvernement. Après avoir justifié son idée, M. Ouédraogo a lancé une invite aux intellectuels à, ensemble, soutenir les autorités en place dans leur volonté d’affirmation de la souveraineté du Burkina. A défaut, se réserve-t-il, que ceux qui veulent ramer à contre-courant du mouvement soient habités par la sagesse de s’écarter et de laisser le mouvement suivre le cours, « car l’on ne gagne rien à appartenir à un Etat faible ».

L’expert en communication estime également que les intellectuels doivent se saisir de la tendance actuelle « où une certaine frange de la population, communément appelée les pro Irissi, a le vent en poupe » pour questionner la tendance et les raisons, au lieu de se terrer dans un mutisme. Il exhorte, dans cet esprit, les intellectuels à s’intéresser aux sujets de l’heure, à en faire de vrais sujets de sociologie, d’anthropologie, d’histoire politique, à ne pas les négliger, plutôt que d’en faire des sujets de moqueries et de railleries.

« L’ignorant peut passer sur ces faits, mais c’est une belle richesse pour le savant, pour un intellectuel, d’étudier les nouveaux paradigmes. Quels sont les nouveaux facteurs qui conviennent et orientent le pouvoir d’État ? Quelle est la nouvelle culture nationale, vers où on tend ? C’est vraiment ce schéma. Ce n’est pas cette zone de confort où il s’agit essentiellement de dire, on ne nous écoute pas, les ignorants ont pris le contrôle. Ce n’est pas cela », titille Idriss Ouédraogo.

...et Zakaria Soré ont, chacun, abordé le sujet sous l’angle de sa spécialité.

Pour l’essentiel, les panélistes estiment que l’intellectuel doit mettre la réflexion et l’action ensemble pour changer ce qui est négatif dans la société. « L’intellectuel, c’est celui qui sait prendre position pour changer les choses. L’intellectuel doit être une sentinelle qui refuse ce qui se passe de négatif. Quand on est intellectuel dans une société en crise, il faut prendre la parole pour montrer les possibilités qui existent », conclut dans un relent d’exhortations, Dr Zakaria Soré.

L’ensemble de ces interventions ont suscité des réactions parmi les participants ; elles ont consisté en des questions d’éclaircissements, des commentaires et autres contributions.
D’où les motifs de satisfaction du secrétaire général du Rassemblement de intelligences pour la souveraineté de l’Afrique (RISA), Dr Boukary Nébié, modérateur du panel. Il a saisi le cadre pour adresser aux populations, un appel à la tolérance, à la prudence et au respect de la liberté d’opinion, de croyance de chaque individu de la société.

O.L
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 14 octobre 2023 à 11:36, par Vérité En réponse à : Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

    Votre position est déjà connue .Pour vous on ne doit rien dire sinon applaudir à rompre les mains ce que fait le Mpsr... vous n’avez fait que transporter dans une salle devant quelques individus les points débattus et défendus sur les plateaux de la télévision. Vous dites de ne point contrarier pourtant les critiques en soi est une première solution... moi je dirai ceci au MPSR
    LES VÉRITÉS QUE VOUS AIMEZ ENTENDRE, EVITEZ LES...LES VÉRITÉS QUE VOUS N’AIMEZ PAS ENTENDRE ADMETTEZ LES POUR LES MEDITER ET PAR LA VOUS AMELIOREZ LES CHOSES.
    EVITEZ SURTOUT CES INTELLECTUELS DE CIRCONSTANCES, SPÉCIALISÉS DANS LA DIVISION

  • Le 14 octobre 2023 à 11:57, par Adama ILBOUDO En réponse à : Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

    Trop de bavardage !

    Qu’est-ce que nos fameux intellectuels ont proposé de bon pour nous sauver tous :
    1. en plein dans le terrorisme, aucune voix intellectuelle n’a daigné se manifester pour situer les responsabilités, éclairer tout le monde et apporter des solutions idoines, originales et efficaces ;
    2. Question de souveraineté étatique, où était cette voix intellectuelle pour nous prémunir des accords mafieux avec le colon et néo-colon ?
    3. Nouvelles orientations pour le pays ; quelle voix intellectuelle a pu encore innover en proposant des actions claires, riches et constructives pour l’encrage d’institutions fortes et pérennes ?
    4. Quelle voix intellectuelle a pu encore permettre à nos langues nationales d’émerger pour aider à la conscientisation de la plus grand masse populaire ?

    ARRETEZ DE BAVARDER ET AGISSEZ EN ORGANISANT DES FORA POUR DES PROPOSITIONS CONCRETES, PRAGMATIQUES, RICHES ET PALPABLES ! METTEZ LA MAIN DANS LA PATE POUR L’UNITE BURKINABE, POUR UNE CONVERGENCE DE TOUTES LES ENERGIES POUR LA PAIX ET LA PROSPERITE AU FASO !

  • Le 14 octobre 2023 à 12:00, par Adama ILBOUDO En réponse à : Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

    "Si tu supportes la fumée, tu te réchaufferas avec la braise." Proverbe Africain à méditer chers intellectuels !

  • Le 14 octobre 2023 à 14:30, par Dibi En réponse à : Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

    Très bonnes intentions !
    Mais n’oublions jamais ceci :
    - Les intellectuels ne forment pas un groupe social homogène.
    - Leur diversité les déterminent en classes sociales et positions idéologiques contradictoires et mêmes opposées, sous de multiples formes de violences réelles ou symboliques !
    En ce sens, nous avons :
    - Des intellectuels du sens commun, que peut l’être n’importe qui, doué de raison et de traditions.
    - Nous avons aussi classiquement, des intellectuels-produits de systèmes scolaires ou universitaires extravertis et non endogènes. Mais qui jouissent d’une forte capacité de mobilisation et d’influence sur les intellectuels du sens commun que nous sommes !
    Ces gens là se partagent par bandes, coteries, sur des positions politiques de classes sociales dominantes affrontées, opposées et clairement en luttes pour le contrôle de l’Etat néocolonial et de la société que toutes sortes de contradictions sociales, culturelles, religieuses et politiques traversent !
    - Pour faire court, ce sont ces Bandes et Coteries politiques qui luttent pour imposer l’hégémonie des idées et des institutions dominantes au niveau de l’Etat et de la Société !
    - Dans la Presse, dans les Médias, dans les OSC, dans les Associations-ONG, dans les Syndicats, bref dans les Appareils idéologiques d’Etat, les Partis, jusque dans les Familles, les Eglises, les Mosquées, les Temples, - les Bandes d’intellectuels Progressistes, mobilisés sur des bases populaires en défense des masses populaires et des Faibles socialement ; en défense de la souveraineté nationale et de l’émancipation générale et égale de tous, sans népotisme, sans corruption..., ces Progressistes dis-je, se disputent l’hégémonie de la dominance sociale en opposition avec des Intellectuels réactionnaires, ethno-féodaux claniques et bourgeois compradores, vendus au néocolonialisme et à l’impérialisme prédateur occidental, violemment hostile à une véritable souveraineté nationale populaire ! Ces derniers réactionnaires, se positionnent toujours sur des positions de classes exclusives, individualistes conservateurs et toujours en alliance avec des forces féodales et obscurantistes religieuses !
    - Voilà pourquoi en clair, l’Intellectuel est toujours une figure et un individu situé sur des Positions de classes progressistes ou sur des Position de classes réactionnaires obscurantistes !
    - Et historiquement dans nos néocolonies, les héritages de la colonisation et du néocolonialisme assurent la domination hégémonique aux Intellectuels réactionnaires toujours situés du côté des forces hostiles à l’indépendance nationale, hostiles à l’égalité sociale et hostiles à toutes perspectives révolutionnaires !
    - Voilà pourquoi, ni les débats, ni les luttes d’émancipation collective ne sont jamais des promenades de santé avec des défenseurs politiques de la trahison des intérêts populaires et patriotiques de la Nation ! Bref, ces défenseurs des Paradigmes de la domination politique, économique et culturelle de l’Occident sur nos Sociétés et nos Etats, ont partout dans nos Médias, pignon sur rue, où ils jouissent des bénéfices de toutes les connivences de l’entre-soi réactionnaire de classe compradore !
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

  • Le 14 octobre 2023 à 15:20, par ZEUS En réponse à : Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

    Quand on voit ou entend parler un intellectuel, on connait ! Qu’on en soit un ou pas ! Si tous les consultants étaient des intellectuels, il y a longtemps aussi que ca se saurait su !

  • Le 14 octobre 2023 à 17:40, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Crise au Burkina : Les intellectuels encouragés à prendre position, à s’exprimer pour changer les choses et faire évoluer la société (conférence publique RISA)

    - Malheureusement, vous n’avez pas posé les vrais fondements du debat. Des lors, vous en rajoutez au tohu-bohu deja existant. Que dis-je ? que vous auriez mal fait ? Loin s’en faut ! Votre initiative est la bonne mais helas. Les vrais fondements manquent. En consequence de quoi, tout les LETTRES ou DIPLOMES continueront de SE reclamer INTELLO.
    - LE changement de paradigme c’est aussi de quitter le definition ancienne pour une npouvelle definition. Quand quelqu’un se dit INTELLO pcq DIPLOME et q’uil n’est même pas à mesure de s’elever au dessus du niveau 3 de Bloom, que dites-vous ? Des intellos qui meprennent l’ESPECE pour le GENRE, c’est quoi cà ?
    - En tout etat de cause, merci pour cette conference qui est la meilleure de toutes, ces "djamboree" dit intellectuels en vue de condamner la suspension de RFI et de FRANCE24. On est où là ?
    Vive le MPSR2, Vive le changement de paradigme en cours !
    MPRS2, RIGHT or WRONG !

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"