LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

Publié le dimanche 24 septembre 2023 à 23h30min

PARTAGER :                          
Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

Les députés de l’Assemblée législative de transition (ALT) se sont réunis en séance plénière ce vendredi 22 septembre 2023 pour présenter le rapport sur les concertations régionales. Ces concertations régionales ont concerné les réformes politiques, institutionnelles et administratives envisagées par le gouvernement de la transition. Les forces vives ont formulé des suggestions aux députés qui les ont consignés dans un rapport à destination du gouvernement. Les forces vives ont notamment émis des avis favorables pour la suppression des institutions comme la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Conseil économique et social, le Médiateur du Faso, la Haute Cour de Justice, l’adoption d’une nouvelle constitution, l’interdiction et la pénalisation de l’homosexualité, la dépolitisation de l’armée, la limitation du nombre de partis et formations politiques, la reconnaissance de la dot, du mariage coutumier et religieux pour sécuriser davantage les foyers, etc.

L’Assemblée législative de transition (ALT) a tenu du 10 au 12 juillet 2023 des journées d’échanges avec les forces vives des régions sur les réformes envisagées par le gouvernement de la transition et qui sont contenues dans le Plan d’action pour la stabilisation et le développement (PASD 2023-2025) adopté en conseil des ministres le 25 janvier 2023. Ces journées d’échanges organisées dans les treize chefs-lieux de région du Burkina Faso font suite à celles organisées entre le 5 et le 15 juin 2023 par l’Assemblée législative de transition avec les forces vives des 45 provinces, en collaboration avec les gouverneurs de région.

Dr Ousmane Bougouma, président de l’ALT, président la plénière du jour

Elles avaient pour objectif global de créer un cadre d’échanges entre les députés et les représentants des forces vives de chaque région autour desdites réformes. Les objectifs spécifiques consistaient à recueillir les appréciations des forces vives des régions sur les réformes au nombre de 21 envisagées par le gouvernement de la transition, les suggestions de nouvelles réformes et les recommandations.
On retient dix reformes politiques pour promouvoir la démocratie et la bonne gouvernance politique. Il s’agit notamment de l’institution d’un plafonnement des dépenses des campagnes électorales, la règlementation du financement privé des partis politiques, la révision du code électoral, la refonte du fichier électoral, l’adoption d’une nouvelle Constitution, la relecture de la loi sur les libertés d’association, le renforcement de la supervision des activités politiques et associatives, la systématisation du recrutement par appel à candidatures des directeurs généraux des entreprises et des établissements publics, la stabilisation du nombre et de la nomenclature des ministères dans une loi organique et à terme, dans la Constitution, la détermination d’une orientation politique et stratégique en matière de coopération et, au besoin, la révision de certains accords internationaux.
On note aussi onze reformes administratives et institutionnelles pour promouvoir la bonne gouvernance administrative, moderniser l’Etat et renforcer la décentralisation et la bonne gouvernance locale.

Les députés présents à cette séance plénière

A ce niveau, il y a la finalisation du redécoupage administratif du territoire, l’adoption de la loi portant statut des chefs de circonscription administrative, la gestion efficace des ressources humaines de l’administration publique, la dépolitisation de l’administration publique et promotion du mérite, la modernisation et performance de l’administration publique, la suppression des institutions non indispensables, la mise en place et le déploiement de plateformes transversales, le renforcement de l’indépendance de la justice, l’amélioration de la gouvernance des collectivités territoriales, la réforme du code des collectivités territoriales, la réforme du dispositif de financement de la décentralisation.

L’ensemble des 71 députés répartis en treize équipes opérationnelles ont effectué cette mission de concertation et de collecte d’informations. Au total, plus de 1 300 personnes dont en moyenne 100 par région ont pris part à ces échanges. Dans les provinces, ce sont plus de 3 000 personnes qui ont participé à ces concertations, selon le président de l’ALT. Cette initiative du parlement, qui traduit la volonté de l’Assemblée législative de transition d’impliquer les populations à la base dans l’examen et l’adoption des lois, a été largement saluée par les forces vives qui l’assimilent à un exercice de redevabilité, selon le député Issaka Tapsoba, rapporteur général.

Chacune des 21 réformes envisagées par le gouvernement dans le cadre de la transition a fait l’objet d’appréciations de la part des forces vives dans les treize régions. Les forces vives ont émis des avis favorables allant de 61 à 100% en faveur de ces réformes envisagées par le gouvernement de la transition.
Selon ce rapport, les différentes forces vives suggèrent la suppression de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et l’attribution de l’organisation des élections au ministère de l’Administration territoriale, la suppression des institutions comme le Médiateur du Faso, le Conseil économique et social (CES) et le remplacer par un Senat de sages, la justice militaire, la Haute cour de justice (HCJ) et reverser ses attributions à la justice pour en faire une juridiction de droit commun.

Elles demandent aussi la suspension des départements et le transfert des ressources humaines et financières aux communes, l’interdiction et la pénalisation de l’homosexualité, l’interdiction de la création d’associations de défense des droits des lesbiennes, gay, bisexuelles et transgenres (LGBT+), l’adoption d’une nouvelle Constitution qui tient compte des réalités coutumières, culturelles et traditionnelles, la révision du code électoral, la limitation des départements ministériels, la constitutionnalisation de la chefferie traditionnelle et coutumière en clarifiant son statut.

Dans ce rapport présenté par le député Issaka Tapsoba, les forces vives souhaitent également l’élection des maires au suffrage universel direct, l’introduction des candidatures indépendantes aux élections municipales et législatives. Il y aussi l’obligation du maire de résider dans la commune, l’exigence d’un niveau d’étude minimum pour la fonction de maire ou président de conseil régional (BEPC, BAC ou autres), etc.

Au-delà des réformes envisagées par le gouvernement, les forces vives ont fait plus d’une centaine de propositions d’actions. A l’issue de leur examen à la lumière de la notion de réforme, les députés ont retenu 25 nouvelles réformes regroupées en treize domaines que sont l’action sociale, humanitaire, genre et cohésion sociale. Ensuite, il y a l’éducation, le foncier, l’agriculture et l’élevage, l’environnement et les ressources naturelles, la justice, l’eau, l’hydraulique et assainissement, l’économie et finance, les mines et carrières, la fonction publique, la défense et sécurité nationale, la santé, la politique.

A ce niveau, les forces vives ont suggéré entre autres, la relecture du Code des personnes et de la famille (CPF) pour corriger ses incompatibilités à la société burkinabè notamment l’interdiction de la dot, la non reconnaissance légale des mariages coutumiers et religieux, pour sécuriser davantage les foyers et réduire les violences basées sur le genre. Elles suggèrent aussi l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique de prise en charge et d’insertion socio-économique des Personnes déplacées internes (PDI).

Le député Issaka Tapsoba, rapporteur général

Parmi ces suggestions, on note aussi l’adoption d’une loi portant liberté religieuse pour mieux encadrer les activités religieuses au Burkina Faso, ce qui permettra d’éviter les dérives qui pourraient mettre à mal les efforts de paix et de cohésion sociale, de lutter efficacement contre le fanatisme religieux et de promouvoir le dialogue inter religieux. Elles conseillent aussi l’élaboration et l’adoption d’une loi relative à la laïcité pour préserver le service public et l’administration des influences et pratiques religieuses, l’adoption d’une loi sur la chefferie coutumière et traditionnelle pour prévenir et résoudre les crises sociales et préserver l’honneur du chef coutumier et traditionnel en tant que dépositaire de la tradition et des us et coutumes.

A l’issue de ces concertations, les forces vives ont suggéré également la dépolitisation de l’armée pour une armée plus républicaine au service de la nation, la systématisation de l’audit de gestion des forces armées nationales pour conformer la gouvernance et la gestion de l’armée aux grands principes qui régissent l’administration publique de l’Etat notamment en matière de commande publique et d’audit. Il est également proposé la révision du régime juridique portant création des partis politiques pour prendre en compte la limitation du nombre de partis et formations politiques et l’institution d’un seuil électoral pour l’existence des partis et formations politiques.

L’Assemblée législative de transition a formulé quatre recommandations dont deux à l’adresse du gouvernement et deux à l’endroit de l’institution parlementaire. A l’adresse du gouvernement, il s’agit de la prise en compte des attentes et préoccupations issues des journées d’échanges avec les forces vives dans la finalisation des projets de réformes et l’identification et la mise en œuvre des réformes qui sont réalisables dans le temps restant imparti à la transition. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 22 septembre 2023 à 17:14, par Citoyen En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Les forces vives recommandent "l’interdiction et la pénalisation de l’homosexualité, l’interdiction de la création d’associations de défense des droits des lesbiennes, gay, bisexuelles et transgenres (LGBT+)", ! Avec ça, il y a des présidents de Pays dits civilisés qui risquent de s’évanouir ou même mourir de colère ! J’en connais particulièrement un Président qui, dans ses délires macroniennes, dira encore ceci :"j’attends des explications de Mr TRAORE Ibrahim du Burkina Faso" ! Et comme il n’ y a plus de coopération ni financement de son pays la France au Burkina Faso, il ne peut plus menacer de couper l’aide à un pays sous prétexte que ce pays refuse de respecter les doits de LGBT et de ce fait, les Droits de l’Homme ! Qu’on y aille vite pour que tous les pays qui ne partagent notre vision, arrêtent leurs financements et autres formes de coopération. Cela aura l’avantage de bien clarifier les positions afin qu’on ne vienne plus empoisonner nos valeurs humaines !

  • Le 22 septembre 2023 à 17:29, par Loglog En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Les forces vives c’est qui ? Qui ont t-il consulté ? Il ont reçu mandat et avis de la part de qui ? Il faut que cela s’arrête un jour. On ne peut pas continuer de parler et de manger au noms et pour le compte de du peuple sous le couvert généraliste de force vive. Non et nom. L’homosexualité n’est pas un phénomène significatif. Si on en parle peu, vous verrez qu’il disparaitra. Bref. Si les soit disant force vive n’ont rien à faire, qu’ils aillent au champs pour les récoltes. Ne parler plus et ne décidez plus en notre nom et pakce. Personne ne vous a donner son mandat.

  • Le 22 septembre 2023 à 17:34, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Quand c’est bon ,c’est bon, et ici là, il faut féliciter les députés de l’ALT pour cet excellent travail qui comporte des propositions de réformes pertinentes et judicieuses . Bravo tout simplement aux députés de l’ALT . Voilà, c’est ça qu’on attend de l’ALT et du gouvernement par la suite . Les périodes de transition sont des opportunités à ne pas rater pour remettre de l’ordre dans un pays désarticulé et lui insuffler une nouvelle dynamique .
    Félicitations encore Messieurs les députés .
    Au tour maintenant du gouvernement de jouer sa partition dans le même esprit et le même sens, sans tergiverser .
    Président IB, rentrez dans l’histoire . Faites comme RAWLINGS du GHANA . Redressez ,réformez courageusement le pays et partez en cédant la direction du pays à celui qui sera élu de façon transparente par le peuple burkinabè . Je parie ,qu’au bout de deux mandats de celui qui vous aura remplacé après la transition ,je parie dis-je ,que le peuple burkinabè reviendra vous chercher à l’image du peuple ghanéen pour RAWLINGS. Vous êtes encore jeune et aurez le temps de revenir encore par la plus grande porte par la grâce du Tout Puissant
    Ne vous laissez surtout pas induire en erreur par les griots et autres flatteurs opportunistes de circonstance pour des intérêts égoïstes .
    Respectueusement vôtre .

  • Le 22 septembre 2023 à 17:39, par Sacksida En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    D’abord il ne faut pas limiter de facon bureaucratique et Dictatoriale incongrue le nombre de Partis Politiques ; mais il faut convoquer un Forum des Partis Politiques a l’ussue duquel Forum une Dizaine de Partis Politiques seraient admis de maniere concrete et consensuelle : Ainsi les obediences suivantes seraient Retenues :
    Parti Socialiste Burkinabe,
    Parti Sociaux Democrates,
    Parti Progressiste Democratique,
    Parti Revolutionnaire ou Communiste,
    Parti Sankariste,
    Parti Liberal de Droite,
    Parti Liberal Social,
    Parti Ecologiste et des Verts,
    Parti Federaliste Africain,
    Parti Republicain Burkinabe,
    Ainsi l’on aurait au maximum 10 Partis Politiques representatifs des differentes sensibilites Politiques et rationnelles qui vont concourir dans les competitions electorales nationales. De meme, il faudrait une Charte de la Gouvernance Vertueuse et Patriotique consequente a laquelle l’executif, le Legislatif et le Judiciaire Sont tous soumis pour une gouvernance ou Gestion Publique Vertueuse de l’Etat Burkinabe. Salut

  • Le 22 septembre 2023 à 18:25, par Vercingétorix En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Il y a du bon dedans. Il faut trouver la formule pour une plus large concertation avec les forces anciennes pour aboutir à des réformes consensuelles.

  • Le 22 septembre 2023 à 18:37, par Anaarchiqqukement En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Titre accrocheur !...
    Moins de partis politiques et interdiction de l’homosexualité !
    Il va falloir travailler ça en profondeur,...(pardon) pour savoir si on recommande l’inquisition ou le NSDAP.
    Je propose un référendum.

  • Le 22 septembre 2023 à 18:51, par jan jan En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Depuis que nouveau gouvernement est monté là, ils n’ont pas fini de résoudre tous les problèmes de ce pays là, surtout affaire de terrorisme, c’est homosexualité qui est devenu problème pour eux et ils vont ajouter à leur liste de problèmes urgents hum, donc il faut ajouter aussi la prostitution des mineurs et des majeurs, consommation de drogue, ...etc. Bon vent.

  • Le 22 septembre 2023 à 18:57, par jan jan En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à la l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Ce pays va voir tous les genres de couleurs oh, depuis l’avènement de cette fameuse révolution de 83, ce pays a connu toutes sortes de tournures et ça continu. Que le Seigneur sauve ce pays.

  • Le 22 septembre 2023 à 22:47, par Le pauvre En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Aidez-moi,dans quelle rubrique met-on la question des inégalités salariales dans la fonction publique ?
    L’enrôlement des fonctionnaires n’a pas résolu le problème ,que va faire maintenant le Ministre concerné ? Continuer à accompagner ses syndicats opposés à ladite réforme ? Les quelques millions engragés suite à l’opération ne réduisent pas le taux salarial galopant incriminé .
    Que va proposer le FMI ?
    Pourtant,cette réforme,si elle voyait le jour, elle mettrait surtout fin aux frustrations dues aux inégalités salariales et à la démotivation dans la fonction publique !
    Vivent l’égalité et l’éthique pour une gouvernance vertueuse des structures étatiques.

  • Le 23 septembre 2023 à 06:10, par Sacksida En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    De plus concernant la Commission Nationale Elecforale(CNI) un acquit permanent de la lutte du Peuple Burkinabe et il ne faut pas vouloir faire des choses dans un esprit militaire avec un recule Democratique de plus d’un quart de Siecle. La CENI est une structure Nationale Burkinabe Independante gage de Transparence Vertueuse des elections generales, et surtout dans un contexte ou des irregularites et la mauvaise gestion publique desastreuses peuvent constituer des crises post electorales Nationales ou la mauvaise foi et des Fraudes se disputent la Palme d’Or. En tout etat de cause, rien ne doit se decider de maniere bureaucratique et Dictatoriale militairement. L’espace Democratique et Politique ne saurait etre confondu a une Caserne Militaire car ceux ci gagnerait retourner dans les Casernes pour s’occuper de la garantie de l’Integrite Territoriale Nationale et la Securite Nationale des personnes et des biens ; ainsi donc l’Armee Nationale doit prevaloir sa position de Neutralite avec la Confiance Populaire ou du Peuple Burkinabe. Salut

  • Le 23 septembre 2023 à 06:32, par Bajazet En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Comment ridiculiser un pays le plus eapidement possible ...

  • Le 23 septembre 2023 à 08:57, par sidketa En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    la reconnaissance de la dot et du mariage religieux.
    Attendez-vous à la multiplication sous couvert de faux témoignage des mariages lors de l’ouverture des successions ?
    je suis d’accord que nous puissions apporter de la terre à la terre comme on le dit mais j’ai le sentiment que nous pensons chaque fois que ce que tout ce que nos devanciers ont fait était mauvais.
    Pensez-vous réellement que notre pays a besoin d’une nouvelle constitution ?
    Pensez-vous que nous avons un problème de textes ?
    Pour finir, qui sont les forces vives du pays là même ?

  • Le 23 septembre 2023 à 10:59, par Bajazet En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Puisqu’il est à la mode de voter des mesures démago-populistes, ne pourrait on dans la foulée interdire :
    - Le dépôt sauvage d’ordures dans les rues ?
    - Les pratiques malpropres ?
    - La mendicité talibesque ?
    - Les attitudes sectaires dangereuses et l’islamonazisme ?
    VIVE LE PEUPLE !

  • Le 23 septembre 2023 à 11:20, par Bajazet En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Il y a un moyen très intelligent de limiter le nombre de partis politiques :
    C’est le scrutin uninominal à un seul tour, qui élit d’emblée celui qui rassemble le plus de voix, qu’il ait la majorité absolue ou pas.
    Ce mode de scrutin oblige les différents groupes à négocier sur des programmes communs, car les 3e ou 4e candidatures n’ont strictement aucune chance d’être élues.
    Cette méthode est la règle dans la démocratie anglaise, qui n’est pas la pire du monde, ainsi que dans de nombreux pays anglophones et autres, mais très démocratiques.
    Au bout de quelques années, il y aurait fusion des partis et ne resteraient que 2 ou 3 partis.

  • Le 23 septembre 2023 à 19:48, par SOME En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    BRAVO BRAVO et BRAVOa cette assemblée qui travaille si bien. Il faut maintenant mettre tout ça en action et sans attendre. Il faut nettoyer la porcherie avant tout. Tant que tout n’est pas nettoyé, pas de fin de transition
    Bravo a vous et courage
    La patrie ou l à mort nous vaincrons
    SOME

  • Le 23 septembre 2023 à 20:27, par Yelle Caillé En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    J’aime bien le titre. Mais qu’ont les « forces vives » (c’est quoi, ça ?) contre les homos ? Qu’est-ce que ça peut leur foutre, aux forces vives, que deux personnes du même sexe, consentantes par dessus le marché, s’enfilent ? C’est ça qui va vaincre le terrorisme, que des péderastes arrêtent de s’enculer ? Peut-être que c’est un pédé qui trouvera la solution contre le terrorisme qui sévit dans ce pays, tout comme un pédé trouva une solution pour contribuer à vaincre les nazis et à mettre fin à la seconde guerre mondiale, en crackant le code de la machine Énigma. Foutez leur la paix, aux gays, ou rejoignez-les, puisqu’ils vous obsèdent tant.
    En plus de ça, les propositions des « forces vives » de la nation semble en adéquation avec l’idéologie des terroristes. Qu’attendez-vous pour négocier, vu que vous semblez d’accord sur beaucoup de choses ?
    Moi, tout ce que je veux, c’est la paix et la liberté de circulation, même s’il faut porter un pantalon sauté et un certificat médical attestant de mon hétérosexualité.

    • Le 24 septembre 2023 à 08:53, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      Remarque :
      Linus PAULING n’a pas craqué le « code Enigma ».
      Ce sont les Polonais qui ont inventé la méthode ainsi que les machines « Bomba » ; ils ont transmis la méthode aux Français, eux même inventeurs de la méthodologie de décodage industriel de 1914-1918. Les Français ont transmis tout ça au Britanniques dans le plus grand secret.
      Les Anglais ont su garder secret ce décodage tout en le perfectionnant.
      Une lourde propagande anglo-saxonne laisse croire qu’il s’agit d’une invention anglaise, alors qu’il s’agit essentiellement de découvertes POLONAISES.
      Cela n’empêche pas que Linus PAULING fut un très grand savant persécuté pour son homosexualité.
      S’IL VOUS PLAIT, RENSEIGNEZ-VOUS AVANT D’AMPLIFIER DES INFOXES.

      • Le 24 septembre 2023 à 14:49, par Yelle Caillé En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

        Qui parle de Linus Pauling ? Je parle ici d’ Alan Turing.

        • Le 25 septembre 2023 à 07:59, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

          @Yelle Caillé
          Messire,ou Gente Dame, « Yelle Caillé », vous relevâtes mon cafouillage :
          « Linus Pauling ? Je parle ici d’ Alan Turing »
          Bien entendu, vous avez raison !
          Je me suis embrouillé entre le matheux et le biologiste, car, curieux comme toujours, je regardais en parallèle les deux carrières...
          Cafouillage d’un vieux monsieur distrait, mais d’un distrait CURIEUX !

          • Le 25 septembre 2023 à 22:57, par La Grande Kady En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

            @ Renault HÉLIE
            ``embrouillé entre le matheux et le biologiste``
            Une autre embrouille de votre part :
            Linus Pauling est un chimiste, Prix Nobel de Chimie en 1954, PAS un biologiste !
            Pour information, on considère Alan Turing (avec John von Neumann) comme les pères de l’informatique moderne et de l’intelligence artificielle.

            • Le 26 septembre 2023 à 08:47, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

              Concentrez-vous sur l’essentiel :
              CE N’EST PAS TURING QUI A CASSÉ LE CODE ENIGMA, CE SONT LES POLONAIS !
              Cela ne dévalorise pas les apports théoriques de TURING.
              Quant à PAULING, il s’est glissé par erreur dans notre discussion, je l’ai reconnu explicitement par écrit.
              PASTEUR aussi était chimiste, il a pourtant fait fichtrement progresser la biologie et la médecine.
              La frontière entre physique, chimie, pharmacie, biologie et médecine n’est fermée ... que pour ceux qui raisonnent de façon administrative et corporatiste loin de toute innovation.

              • Le 26 septembre 2023 à 19:09, par La Grande Kady En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

                @Renault HÉLIE
                Rien d’administratif !
                Je remarque sur une base constante et régulière que vous faites des erreurs et je constate que vous continuez à persister dans vos erreurs en y injectant cette fois ci Pasteur de manière erronée... Eh oui, il y a des gens qui parlent beaucoup des choses qu’ils ne maitrisent pas...

                • Le 28 septembre 2023 à 06:54, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

                  @La Grande Kady
                  Messire « La Grande Kady », je ne vous dit qu’une chose :
                  « so what ? »
                  En insistant lourdement, vous avouez une forme de rigidité intellectuelle.
                  Vous voyez, à la différence de beaucoup d’intervenants en ce forum, je suis capable de me relire et de retrouver une erreur ou une confusion que j’aurais commise.
                  Hélas, à la différence d’autres réseaux sociaux comme FB, il est impossible de corriger un détail dans un commentaire sur Lefaso.net
                  Ensuite, je crois que vous avez du mal avec la recherche scientifique, qui n’est jamais déterminée par les diplômes ou galons du découvreur.
                  J’appelle ça un défaut typique des environnement fonctionnarisés.
                  Si un chimiste comme Pasteur, X ou Y fait une immense découverte biologique, il devient d’office un grand biologiste. Vous croyez que Einstein, Marie Curie, Koch, Pasteur, Riemann ou Von Neumann ont demandé un coup de tampon administratif avant de pondre leurs découvertes ?
                  C’est marrant qu’un vieux curieux comme moi relève un manque de souplesse intellectuelle chez quelqu’un qui est né longtemps après 1960. Car plus de 90% des Sahéliens sont nés après les indépendances.
                  C’est marrant, mais c’est aussi un peu inquiétant ...

              • Le 27 septembre 2023 à 11:14, par Yelle Caillé En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

                Au lieu de taper du poing sur la table en hurlant que Turing n’ a jamais décrypté Enigma, que tout ça c’est que des infoxes et de la propagande, que ce sont « les polonais » qui l’ont décrypté, donnez-nous vos sources. Ça crédibiliserait votre propos et ça nous instruirait.

                • Le 28 septembre 2023 à 07:22, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

                  Je vous suggère de lire :
                  - « La Bible des codes secrets », de Hervé LEHNING
                  - « La Grande Histoire Des Codes Secrets », de Laurent JOFFRIN
                  - le célèbre « The Code Book » de Simon SINGH, que j’ai chez moi dans mon immense fouillis de livres (y compris des livres de mes Grands-Parents)
                  Traduction française : Histoire Des Codes Secrets
                  De L’Égypte Des Pharaons À L’ordinateur Quantique - Simon SINGH
                  - Biographie de Blaise de VIGENÈRE, ce diplomate auvergnat qui a écrit son « Traité des chiffres ou secrètes manières d’écrire » au 16e siècle.
                  Simplement, depuis 2010, certains films anglo-saxons ont lourdement occulté de nombreux apports venus du continent européen.
                  C’est ainsi que, par exemple, la plupart des médias omettent de préciser
                  - Le rôle écrasant de l’URSS dans l’épuisement de l’Allemagne en 1942-1945 et dans la capitulation du Japon en 1945.
                  - Le premier programme d’armement nucléaire de tous les temps dû à l’équipe de Frédéric JOLIOT en 1939-1940.
                  - Les apport polonais (1930-1939) et français (1914-1940) dans le décodage militaire moderne.
                  Tout ça nous éloigne du sujet initial, la répressio homophobe.

                  • Le 28 septembre 2023 à 13:07, par Yelle Caillé En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

                    Monsieur Hélie,
                    Vous avez raison au moins sur un point : tout cela nous éloigne du sujet initial.
                    Mais pour le reste...
                    Je ne vous avais pas demandé une biographie sur la cryptographie. Je vous demandais tout bonnement de m’envoyer des sources appuyant votre propos suivant (CE N’EST PAS TURING QUI A CASSÉ LE CODE ENIGMA, CE SONT LES POLONAIS !).
                    Merci pour la réponse. Mais si vous deviez justifier vos dires autrement qu’en les écrivant en caractères gras et en capitale d’imprimerie, c’est raté !
                    D’abord vous me mettez un bouquin sur un auvergnat qui a vécu au XVIe. Je vois pas comment le pauvre homme ou son biographe pourrait prouver vos dires relatifs à Turing. Hors sujet.
                    J’ai pas trouvé le Joffrin. Mais dans les Lehning ou Singh, rien ne vient corroborer votre propos ! Dans "L’histoire des codes secrets", p148, on trouve cette phrase "Grace à Turing, il devint possible de briser le chiffre d’Enigma". Dans le Lehning, il y a carrément un chapitre intitulé "Le décryptement du Turing" où il est écrit "ce décryptement a influé considérablement sur le déroulement de la guerre...".
                    Voilà.
                    A la rigueur, pour mettre un terme à ce sujet dans le sujet, disons que "les polonais" avaient décrypté une Enigma, et Turing une Enigma 4.0 (à quatre rotors), ce qui a changé l’histoire. Mais on ne peut pas dire que Turing n’a jamais décrypté Enigma. C’est absurde.
                    Il faut rendre à César ce qui est à César, et aux Polonais ce qui est aux Polonais, et à Renault Hélie la monnaie de sa pièce !

  • Le 24 septembre 2023 à 09:41, par Bajazet En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Plutôt que de se livrer à des agitations puériles contre une très petite minorité de gens parfaitement inoffensifs, il y a plus urgent et moins ridicule.
    Cette noble assemblée démocratiquement nommée par des putschistes ferait mieux de s’occuper d’un problème sexuel autrement plus grave qui empêche de nombreuses jeunes femmes brillantes d’achever leurs études :
    IL FAUT INTERDIRE L’ENCEINTAGE D’ÉTUDIANTES QUI N’ONT PAS TERMINÉ LEURS ÉTUDES !
    C’est l’instruction des jeunes femmes qui développe un pays, Le grand combattant Habib BOURGUIBA l’avait à la fois bien compris et mis en pratique en Tunisie.
    En tout cas, merci à l’ALT de m’avoir encore une fois l’occasion de rigoler un bon coup, ça m’a dégorgé le foie et désopilé la rate.

  • Le 24 septembre 2023 à 23:55, par Jean l’Original En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Beaucoup d’intolérances de la part de certains reliées à nos frères et sœurs qui ont une sexualité différente. Ce sont des êtres humains, c’est une autre variante de la nature. Les homosexuels , (une minorité), méritent respect et surtout protection de la part de l’état et de la nation. ``Ce qui se passe entre deux adultes consentantes dans une chambre ne regarde personne`` . Alors, soyons très indulgent, évitons le sectarisme et l’inhumanité et nous seront tous gagnants !

  • Le 25 septembre 2023 à 07:29, par Zircon En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    En quoi l’orientation sexuelle des autres nous concerne t-elle ?
    Franchement je ne comprends pas cet acharnement et cette violence contre les homosexuels.
    D’ailleurs la plupart part du temps cela relève du refoulement, au sens freudien du terme, c’est à dire que ce sont les homosexuels refoulés qui s’acharnent le plus contre l’homosexualité.
    Sachez que les homosexuels ne le sont pas par choix, mais par nature.
    Beaucoup de nos compatriotes sont en réalité malheureux dans leurs familles parce qu’ils ne sont pas autorisés à vivre leur vie conformément à leur nature.
    J’avais moi même la même révulsion à l’égard des homosexuels à une époque mais j’ai appris à les connaître.
    Je sais aujourd’hui qu’ils ne sont pas différents de vous et moi et qu’ils ne vivent pas dans le péché.
    Ce sont des êtres humains normaux comme vous et moi.
    Alors lorsque je vois que des gens veulent légiférer pour interdire un état naturel et même le pénaliser, je me demande qui est le criminel.

    • Le 28 septembre 2023 à 08:48, par Sidpassata Veritas En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      @Zircon
      On vous lavé le cerveau pour que vous ne percevrez plus le problème que pose l’homosexualité à une société,. L’homosexualité est une réalité qui existe, et il serait injuste de s’attaquer à quelqu’un pour ce qui est de son état. On ne s’attaque pas à un fou parce qu’il l’est, ni à un magasin où un peul pour ce qu’il est(ça ne vaut pas pour les samos), ni à un blanc pour la couleur’de’sa peau, ni à un homme ou à une femme pour son sexe masculin ou féminin. C’est universellement reconnu par l’humanité qu’on ne s’attaque pas à quelqu’un pour ce qu’il est. Son état n’est,pas un choix’délibéré. Dans ce sens, si quelqu’un est homosexuel, non pas par choix, on ne peut pas lui en vouloir. Mais cela’ne fais pas se l’homosexualité qui est un dysfonctionnement une,mode de vie qu’une société non malade peut proposer comme un libre choix. Alors’il’faut combattre cette tendance perverse qui veut faire de l’homosexualité un plaisir librement choisi qui ira jusqu’à devenir un droit opposables avec des réclamations qui imposent à la société de tout faire pour permettre ce choix à tout citoyen.
      C’est une confusion qui vient des sociétés libertaires occidentales. C’est leur choix et non le notre. Ces sociétés refusent catégoriquement la polygamie tolérée dans nos sociétés africaines. Il faut donc admettre que’pour’tout choix de modèle de société, il y a une moralité que l’on veut promouvoir ou combattre. C’est en cela qu’on ne peut pas penser normal d’imposer aux africains l’immortalité des occidentaux qui voient dans nos pratiques sociales de l’archaïsme morales. Nous ne sommes pas prêts d’accepter la violences morale que l’on veut faire à nos sociétés sous prétexte de libertés individuelles. Pour nous, la communautés à certains droits qu’elle impose à l’individu pour favoriser la cohésion sociale. Nous sommes africains et non des européens.

      • Le 28 septembre 2023 à 12:09, par Diongwale En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

        @Sidpassata Veritas
        Je ne peux vous laisser dire que "l’homosexcualité est un dysfonctionnement" sans m’insurger. L’attirance pour l’un ou l’autre genre n’est en rien un dysfonctionnement, une anormalité biologique. J’entends que c’est considéré comme une anormalité morale pour ceux qui défendent une norme unique (et s’il faut prendre en compte la polygamie dans cette norme, alors c’est de norme islamique dont on parle !)
        Par ailleurs, vous ne pouvez écrire dans le même paragraphe : "C’est universellement reconnu par l’humanité qu’on ne s’attaque pas à quelqu’un pour ce qu’il est. Son état n’est,pas un choix’délibéré", et quelques lignes plus loin "un droit opposables avec des réclamations qui imposent à la société de tout faire pour permettre ce choix à tout citoyen". Autrement dit, l’homosexualité n’est pas un choix mais il ne faudrait pas que ça le devienne ! s’il vous plait ne délirez pas : l’homosexualité n’est pas un choix alors elle ne peut le devenir et elle ne consistue aucunement un danger pour la "norme" hétérosexuelle majoritaire. En Occident, la proportion d’homosexuels n’a pas augmenté avec la légalisation, mais ils ont peu moins souffert de l’homophobie ambiante qui fait toujours beaucoup de dégât.
        Aux Etats-Unis, prétendument pays des libertés, des extrêmistes chrétiens pratiquent la torture mentale pour "convertir" les jeunes homosexuelles et homosexuels pour qu’ils rentrent dans le moule de leurs parents, pour leur plus grande souffrance. Nombre d’entre eux se suicident.
        La morale islamique est rétrograde, impose aux femmes de se voiler, mais les hommes peuvent pratiquer les pires horreurs à l’ombre de leurs murs.
        En Afrique, le sexe se vit, ne se dit pas, alors n’empêchons pas les unes et les autres de vivre leur sexualité et, avant ça, leur amour.
        Pénaliser l’homosexualité conduirait à quoi ? dénonciations, passages à tabac, camps de concentrations à la soviétique, installation de caméras dans les chambres ? Est-ce là un monde de démocratie qui prône le vivre ensemble, ou un monde de sauvages incapable d’accepter la diversité ? Je prône la tolérance.

  • Le 25 septembre 2023 à 10:03, par Article 37 En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Il ne faut pas réformer pour réformer, il ne faut pas reformer pour assouvir des fantasmes ni dans l’urgence.
    Il n’a rien de nouveau.
    1. Qui avait autorisé l’homosexualité dans notre pays ?
    2. Pourquoi rattacher la CENI à l’administration territoriale ?
    3. les accords de défense, on met ça où ?
    4. Il ne faut pas donner du fil à retordre aux juges dans l’application de ces texte.
    5. Il faut aussi réformer le code pénal.
    7. Où sont passées les mines et les marchés publiques ,
    8. Quelle est la place des multinationales ?
    9. Quelle est la réforme de l’administration ?
    10. Il faut rendre notre pays attractif pour les étrangers.

    Aucune réforme ne peut fonctionner si nous avons des fils dans des pays qui ne légifèrent pas sur certaines question. A moins de leur demander de ne pas y aller. Nous avons tellement créé la peur que nos jeunes ont leur référence dans les autres pays du monde. Comment les ramener à penser autrement ? L’éducation n’a pas été pris en compte.

    Que le meilleurs soit pour notre pays et que l’entente revienne entre les fils et les filles de notre pays.

  • Le 25 septembre 2023 à 11:02, par Alpha2025 En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Je ne suis pas d’accord avec ce qui se passe en ce moment dans les pays occidentaux avec la "légalisation de l’homosexualité", mais je ne suis pas non plus d’accord avec cette vague qui consiste à interdire (franchement peut-on interdire un penchant naturel ?), pire à pénaliser (si on interdit, c’est vrai on pénalisé forcément) mais franchement j’aurais préféré que nous ayons d’autres thèmes de préoccupation majeure que celui-là, j’ai le vague sentiment qu’une fois de plus, nous cherchons à prendre le contre-pied des occidentaux, ce qui veut dire encore qu’on se trompe de combat. Le seul combat qui vaille pour moi est celui du développement. Tous ceux que nous menont actuellement nous gratifierons d’une souveraineté factice qui n’améliorera jamais le sort des burkinabè. L’armée américaine est présente en Allemagne et au Japon. Dira t’on pour autant que ces pays ne sont pas souverains ? (Ne dites pas que je demande le rappel des soldats français, lesquels sont très bien en France).

  • Le 25 septembre 2023 à 11:24, par Francky En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    J’ai besoin de savoir, est que on décide d’être homosexuel ? Moi comme ça je ne peux me lever aujourd’hui et changer de bord. Les homosexuels je pense ont des penchants indépendant de leurs volonté. Donc le gouvernement ne pas interdire ça au Burkina par contre il peut interdire le mariage homosexuel. Si ton. Fils ou ta fille est Homo tu vas l’égorger ? Demandons d’abord comment on peut être homosexuel ? Si on peut les aider qu’on le fasse. Toi tu aime femmes claire l’autre femmes minces l’autre grosse etc pourquoi cette différence d’autres même ne sont Homo mais il ne veulent pas femmes dans leur vie

    • Le 25 septembre 2023 à 13:18, par Diongwale En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      @Francky
      Je n’ai pas la science infuse mais je peux témoigner qu’on ne décide pas d’être homosexuel. On découvre un jour notre attirance pour notre semblable. Certains le vivent mal parce que leur environnement les rejette, et c’est fort regrettable puisque toutes les religions se prétendent tolérantes mais dans les faits ne le sont pas du tout.
      Des "thérapies de conversion" existent aux Etats-Unis, promulgées par les Evangélistes : elles consistent en de la torture physique et mentale pour refouler définitivement nos pulsions naturelles.
      Si on y regarde d’un peu plus près, une orientation sexuelle qui diffère de la norme n’est pas contre-nature, mais elle est culturelle, quand la norme, hétérosexuelle, consiste à ce conformer à nos pulsions animales visant à se reproduire.
      Certains d’entre-nous (nous = les humains) sont à voile et à vapeur, attirés par les deux genres et tant mieux pour eux s’ils se protègent des MST et respectent leurs partenaires.
      Le Code civil burkinabè promeut l’épanouissement de chacune et de chacun. Interdire l’homosexualité serait contraire à cet article de droit.

    • Le 28 septembre 2023 à 09:04, par Sidpassata Veritas En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      Mais on peut apprendre aussi l’homosexualité en tant que comportement. C’est cela que ce n’est pas l’homosexuel qu’il faut poursuivre mais le comportement et la promotion de l’homosexualité comme libre choix. Il ne faut pas laisser intoxiqués nos enfants. Si on leur vante le plaisir de la drogue au lieu de leur dire que c’est une substance toxique, il deviendront toxicomanes. Nous devons choisir un modèle de société et’je ne souhaite pas que notre société laisse tomber sa moralité pour plaire aux occidentaux. Ils n’ont pas le même sens de la pudeur que nous même dans l’heterosexualité, ils détestent la polygamie que nous tolérants, ils tolèrent plus que nous le fait d’avoir une ou des maîtresse... que chacun garde pour sa société la moralité séquelle qui est la sienne. C’est mon avis et ma conviction.

      • Le 28 septembre 2023 à 12:18, par Diongwale En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

        @ Sidpassata Veritas
        Vous reprenez ici votre refrain préféré : interdire avant que ça contamine", mais ce refrain est insensé. L’homosexualité n’est pas un choix alors on ne peut l’imposer à personne. Un 100% hétéro ne deviendra jamais homo, et un 100% homo ne deviendra jamais hétéro.
        Par contre et en effet, il y a tant et tant de personnes qui refoulent leurs sentiments, leurs émotions, et c’est ceux-là que vous cherchez à atteindre, pour en faire de bons petits soldats.
        Cher Sidpassata Veritas, je vous soupçonne de refouler votre homosexualité, et je dis quel dommage et quelles souffrances !
        Et puis j’aimerais qu’on cesse de se focaliser sur le sexe pour parler de sentiment amoureux et d’amour. Qui a dit "Aimez-vous les uns les autres" ? Comprend qui peut !

  • Le 26 septembre 2023 à 13:35, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    @Alpha2025
    Messire Alpha2025, l’homosexualité n’est plus un crime ni un délit en France depuis 1791. C’est un des grands acquis de la Révolution Française. Cependant, il a fallu ensuite changer des lois sur la majorité sexuelle, qui restaient inégalitaires.
    En pratique, de nombreux puissants, nobles et artistes ne se gênaient guère pour afficher leur homosexualité dans l’ancien régime français d’avant 1789.
    En Angleterre, légalisation en 1967. Oscar WILDE et Alan TURING ont été persécutés au 20e siècle.
    Dans les pays ottomans (donc musulmans), la bisexualité était massivement tolérée, malgré une grande hypocrisie. Dans un pays comme l’Afghanistan, la pédérastie restait courante, du moins avant les Talibans.
    Il me semble qu’en matière de sexualité, l’Afrique a des problèmes fichtrement plus urgents que le comportement sexuel d’une microscopique minorité parfaitement inoffensive.
    Exemple de problèmes graves certainement plus urgents :
    - le viol fréquent et le mariage forcé de très jeunes filles,
    - ainsi que les grossesses beaucoup trop précoces.
    - Les infections génitales féminines.
    - La prostitution massive.
    - Le SIDA et les MST (Maladies Sexuellement Transmissibles).
    Véritablement, certains de nos amis Burkinabè se laissent hypnotiser par des problèmes totalement secondaires, alors qu’ils risquent à tout moment d’être submergés par le jihadisme, vu qu’ils prétendent se passer d’aide toubabe, « avec le nez levé comme un coq faraud devant la panthère affamée qui va le gober d’une bouchée ».
    ====================================
    Personnellement, l’idée de gober un œuf cru ou de manger du poisson cru « à la polynésienne » me répugne, mais je n’imagine pas une seconde d’interdire tout ça à autrui.

  • Le 26 septembre 2023 à 14:46, par Gjal En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    "Au total, plus de 1 300 personnes dont en moyenne 100 par région ont pris part à ces échanges. Dans les provinces, ce sont plus de 3 000 personnes qui ont participé à ces concertations, selon le président de l’ALT"
    Déjà, même en ajoutant 1300 à 3000 on obtient 4300. (Je ne comprends pas bien l’énoncé) Si c’est cela ce que l’on appelle les forces vives de la nation dans un pays de 21 millions d’habitants ça fait pas beaucoup.
    Mais bon, il y a des prises de positions courageuses mais il faudrait aller plus loin. Par exemple expulser ces ONG valettes de l’occident qui veulent interdire les pratiques séculaires comme l’excision, réfléchir à la pénalisation de la masturbation, rendre le voile obligatoire etc, toutes ces choses qui rapprocheraient de manière visible des alliés objectifs.Dans la lutte pour la souveraineté il ne faut pas s’arrêter au milieu du gué.
    G.J.
    ,

  • Le 26 septembre 2023 à 16:10, par Diongwale En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    @ Gjal
    Je viens de songer que, "peut-être", vous avez un humour "extrême", et si c’est la cas, je me suis fait prendre comme un bleu ! Mine de rien, ce que vous annoncez nous pend au nez, la charria n’est pas loin et l’islamofascisme une triste réalité.

  • Le 27 septembre 2023 à 08:09, par Le peuple En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    Nous voyons de quel bord se trouve lefaso.net. il publie le point de vue de ceux qui sont pour l’homosexualité et condamne la prise de décision des représentants des forces vives et refuse de publier le point de vue de ceux qui sont pour cette décision et partant, contre la dictature culturelle de l’occident sur le reste du monde au sujet de cette abomination comme c’était mon cas. que les @ kuiliga se le tiennent pour dit : En Afrique, l’homosexualité sera un crime et punie comme telle.

    • Le 27 septembre 2023 à 15:28, par Diongwale En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      @"Le peuple", entre griffes parce qu’à vous seul vous prétendez représenter le peuple burkinabè, autrement dit la totalité des populations dans leur diversité de cultures, de pensées et de comportements, et c’est une absurdité, à moins que n’ayez "l’âme" d’un dictateur qui veut imposer sa courte vue à tout un pays.
      Le fait que fasonet ait publié votre post suffit à abattre votre argument qui prétend qu’un tri aurait été effectué au profit des défenseurs du droit des personnes à aimer qui elles veulent, dans le respect et le consentement, deux valeurs qui assurément vous sont étrangères. Si vous aviez lu la totalité des posts, vous y auriez lu des points de vue très différents, voire opposés...
      L’homophilie n’a jamais posé de problème au Burkina, car il n’est pas interdit de s’aimer. Il ne s’agit pas que de sexe, et aucune loi ne peut interdire l’amour !

    • Le 27 septembre 2023 à 17:53, par Gjal En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      Il faudrait aller plus loin. Peut être quelques sacrifices d’albinos pourraient apporter la bienveillance des ancêtres et délivrer de la malédiction.
      Quand on est souverain on peut tout essayer..
      G.J.

    • Le 27 septembre 2023 à 21:18, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

      @Le peuple
      Messire « Le peuple », vous vociférâtes :
      « En Afrique, l’homosexualité sera un crime et punie comme telle »
      Bieeeeeeen ! Continuez à vous enfoncer !
      Avec votre microscopique minorité de démagogues, les Burkinabè vont définitivement passer pour des clowns !
      Heureusement qu’il y a des étrangers comme moi qui savent que vous n’êtes qu’un groupuscule « d’agités du bocal ».
      PS
      SVP, ne parlez pas au nom de l’Afrique ! Vous n’en n’avez pas le droit ...
      Certains peuples africains n’ont pas envie d’être considérés comme un club d’arriérés oubliés sur une étagère.

  • Le 28 septembre 2023 à 12:55, par EBENEZER En réponse à : Burkina/Réformes politiques : Les forces vives favorables à l’interdiction de l’homosexualité et à la limitation du nombre de partis politiques

    L’homosexualité ne doit pas être seulement interdite mais elle doit être considérée comme un délit passible de peine..
    Le nombre de partis politiques doit être très considérablement réduit.
    Les superficies des communes se superposant à celles des départements, la fonction de préfet pourrait être supprimée..

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique