LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

Publié le jeudi 14 septembre 2023 à 22h20min

PARTAGER :                          
Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

Dans ce communiqué, le ministre de la Justice revient sur l’affaire Norbert Zongo et souligne que la décision de la Cour européenne des droits de l’homme de ne pas extrader François Compaoré ne constitue pas un obstacle à la poursuite de l’instruction dans le cadre de la procédure judiciaire suivie au Burkina contre lui.

Il assure que tout sera mis en œuvre pour que l’assassinat de Norbert Zongo et ses trois compagnons connaisse une issue dans le strict respect de la procédure pénale en vigueur au Burkina Faso.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué.

Lefaso.net


PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 14 septembre 2023 à 18:10, par Agglomération En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Peut -être. Mais ce qui est attendu de vous c’est de poursuivre la procédure telle que vous l’avez trouvée en l’état. C’est un énorme travail qui a été fait pour arriver déjà à ce niveau très avancé et vous avez le devoir de continuer le respect de la mémoire de NOBERT ZONGO et de ses 04 compagnons. Lors du drame de NORBERT ZONGO je suis persuadé que vous étiez encore entrain de marcher en tapettes au campus. C’était un journaliste qui avait non seulement de la plume mais aussi de la voix. Son assassinat a eu un écho qui a touché les 04 coins de la planète. Les avocats et la justice, les populations, la jeunesse, l’élite, la famille biologique et professionnelle, tout le monde s’est battu pour que le dossier de NORBERT ZONGO atteigne aujourd’hui ce stade. La justice Burkinabé ne doit absolument rien à la Cour Européenne dans le cadre de ce dossier et par respect envers sa mémoire , contentez vous de respecter ladite procédure en coopèrent avec la France. Mr le ministre vraiment ressaissez vous ? Savez vous au moins que vous n’êtes pas l’avocat dans ce dossier. Vous n’êtes ni l’avocat de la famille ZONGO, mais encore moins les juges qui statuera t sur le dossier. Alors pitié restez à votre place !

  • Le 14 septembre 2023 à 18:15, par tenga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Les artisans de la haine et de la division sont de sorties encore mais quelques soit la durée de la nuit la vérité triomphe. Voila un monsieur qu’on a voulu détruire mais la CEDH a désavoué leurs confrères du MBDHP. Cette OSC politique qui ne défend que les morts banquable. Apres la mascarade du procès SANKARA avec espèces sonnantes et trébuchantes a la cléf nous allons assister au procès Norbert sans preuve mais il lui faut aussi un coupable désigné et le bon SVP. Pendant ce temps 15000 Burkinabè ont perdu la vie dans l’anonymats. Ban et Khain..... attendent justice SY !
    Yirghou,...... Rock !

    • Le 14 septembre 2023 à 21:22, par Rodriguez En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

      Monsieur @ Tenga, à ce que je sache et au risque de me tromper, le MDBHP n’a absolument rien à voir avec cette Cour Européenne, ni en terme de confraternité, ni en terme de partenariat, ni en terme de collaboration. N’etalez pas ainsi votre inculture, à travers la haine viscérale (peut-être justifiée, pour vous) que vous vouez à cette Association qui lutte, objectivement, contre l’impunité de l’assassinat de notre confrère Norbert Zongo, et contre.... TOUTES les impunités. En tout état de cause il faut rester lucide et être objectif dans vos commentaires et appréciations.
      Sans rancune, Monsieur @ Tenga.

    • Le 14 septembre 2023 à 23:09, par Nabiiga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

      @ Tenga BONJOUR :

      Nombreux sont ceux qui souhaiteront t’aider à gérer ton fardeau. C’est vraiment très lourd d’où la nécéssité du monde entier de courir à ton sécours car tu dis et Nabiiga se donne peine de te citer. :

      Apres la mascarade du procès SANKARA avec espèces sonnantes et trébuchantes a la cléf nous allons assister au procès Norbert sans preuve ’

      - Sans preuve que Norbert et ses compagnons ne sont plus de ce monde ?

      - Sans preuve que le principal ’faiseur et puis il y avait rien’ ne souhaite pas rentrer au pays ?

      - Sans preuve que la voiture de Norbert a été calcinée ?

      François Compaoré a grandi à Bilbalgo ici, moaga de Ziniare. On se demand fort bien pourquoi il veut coûte que coûte abandonner son Bilbalgo, son Ouaga et enfin Ziniare son fief et terre de ses ancêtres pour devenir un citoyen d’un autre pays.

      Sans preuve en effet : Si seulement la honte tuait.....

    • Le 15 septembre 2023 à 09:37, par Matt En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

      Mon cher Tenga, si ton champion n’a rien à se reprocher pourquoi ne se présente-t-il pas à la Justice de son pays (?). Des hommes puissants comme le général Gilbert Diendere ont été jugé au Burkina ici, sans être pour autant mangé !
      Tout Homme, burkinabè de surcroît devrait être courageux et accepter de s’assumer en toute circonstance !

  • Le 14 septembre 2023 à 18:20, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Si l’Etat Burkinabé n’est pas partie prenante dans cette affaire d’extradition et la Cour Constitutionnel européenne ment, dites-nous tout simplement que les raisons avancées ne sont pas fondées et faites ce qui doit être fait pour le retour de François. A vous lire, on a l’impression qu’il n’y a plus rien à faire et que le dossier va suivre son cours et être jugé sans François. C’est trop facile ça. Le MPSR a trois mois pour répondre à ces allégations pour relancer la question de l’extradition à laquelle le peuple burkinabe tient. Le Duc n’acceptera pas que le MPSR mette à l’écart l’extradition de M. François COMPAORE ou alors, le Duc croira à une complicité.

  • Le 14 septembre 2023 à 18:43, par AMKOULEL En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Merci et félicitations au gouvernement du Faso pour ce communiqué clair. Force à notre justice.

  • Le 14 septembre 2023 à 19:34, par Lom-Lom En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Rien ne sert d’accuser l’Etat Français car c’est Mr Paul François COMPAORE qui a fait recours devant la CEDH naturellement sur conseils de ses avocats ! Ul faut être donc juste dans nos appréciations du rôle de la France dans ce dossier. Si Mr François Compaore refuse de rentrer dans son pays, alors, l’Etat Burkinabe et la Justice Burkinabe auront joué leur partition jusque là. Il ne reste donc qu’à procéder au jugement pour qu’on rende justice aux suppliciés Norbert Zongo et ses Compagnons afin qu’ils reposent en paix, que leurs familles soient soulagées ! Que plus jamais un Burkinabe n’imagine qu’il peut traiter un concitoyen comme un animal qu’on abbat quand ça lui chante ! Cependant, ce procès ne doit pas distraire les autorités dans cette guerre contre les terroristes !

    • Le 15 septembre 2023 à 10:41, par Daril En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

      Tres d’accord avec vous ! simple vrais et dépourvu du fiel de la passion et de haine

    • Le 15 septembre 2023 à 12:34, par Nabiiga En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

      @ Lom-Lom

      Quand un citoyen abbat un concitoyen comme un animal quand ça lui chante parce que cet animal abbatu a aggressé le citoyen qui l’abbatu, même si l’on n’a pas droit de prende la vie d’autrui fortuitement, dans une telle situation on pourrait dire que la victime aurait cherché sa mésaventure.

      On connaît les origines humbles de François Compaoré ici à Bilbalgo. Il était loin d’être un sanguinaire notoire.

      - Quand a-t-il appris à boire du sang ?

      - Pire, quand s’est-il rendu compte que ce pauvre François Compaoré est intouchable et quiconque qui ose, doit être abbatu ?

      Le seul crime que Norbert aurait commis dans les yeux de François était que ce premier l’avait insulté dans son journal. Mais François se croyait qui pour ne pas être insulté si même insulte,, il y en avait.

      Admettons que Norbert l’insultait, qu’est-ce qui empêchait François de l’insulter à son tour dans d’autres journaux ? Non, il a tout simplement fait abbattre. Aujourd’hui, tout comme son frère qui s’est sauvé pour se cacher sous les lits de ses beaux-parents, devenu Ivoirien entretemps, François cour derrière tout avocat prêt à justifier devant les instances judiciaires européen pourquoi il ne doit pas répondre de ce crime odieux et crapuleux.

      Pourtant, il y a des basses figures sur Fasonet qui cherchent en vain à trouver la preuve de la culpabilité de François dans ce dossier. D’accord, l’accusation qui pèse contre lui est un montage tout fait par ses ennemis, qu’il rentre au Burkina pour se mettre devant la justice.

  • Le 14 septembre 2023 à 21:50, par Didier En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    La France, pays des droits de l homme, pays de justice, pays de démocratie, pays de tout ce qui est bon.

  • Le 15 septembre 2023 à 07:48, par LE FORGERON En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Bonjour,

    Remettez la peine de mort en vigueur et c’est tout.
    Car sans peine de mort, la corruption ,l’incivisme et l’injustice ne peuvent pas finir.
    D’autres pensent que c’est à cause de l’extradition de François Compaoré que notre AN avait aboli la peine de mort. Comme malgré tout cela , les européens refusent de le faire venir alors remettez notre peine de mort en votant cette nouvelle loi à l’ALT car c’était à L’AN que les députés avaient voté la loi au détriment de la volonté du peuple en son temps.

    Concentrons-nous sur notre guerre contre le terrorisme.

    La patrie ou la Mort, Nous vaincrons !!!!!!!!!!!!

  • Le 15 septembre 2023 à 12:11, par jan jan En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Voilà une des conséquences notoire des révolutionnaires du 4 août 83, commencé avant cette date avec le CSP1 (c’est le même groupe de camarades) l’exécution du peuple et ça fait rien. Où ont-ils appris ces méthodes barbares ?? Sûrement pas de leurs devanciers et formateurs qui étaient de l’équipe du gouvernement de Lamizana. Ce fameux groupe a tué le Peuple, volé et pillé, en tous cas, ils ont été de vrais révolutionnaires en la matière, puisse que avant eux, ce pays qui se nommait la Haute-Volta n’avait jamais connu ça.

  • Le 15 septembre 2023 à 13:23, par kickoutzint En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    Le sort d’imposteur bélzebuth et ses vampires de la ténébreuse nébuleuse sera t-il pire que celui du criminel dictateur des années 80 et sa bande ?
    Le recours gondwanais à des soutanés et autres pour servir de doublure au masque type "mission impossible" ne pourra t-il empêcher quoi que ce soit ?

  • Le 15 septembre 2023 à 19:30, par Ka En réponse à : Affaire Norbert Zongo : La décision de la Cour européenne des droits de l’homme ne fait pas obstacle à la conduite de l’instruction, selon le ministre de la Justice

    ’’’’’’Il assures que tout sera mis en œuvre pour que l’assassinat de Norbert Zongo et ses trois compagnons connaisse une issue dans le strict respect de la procédure pénale en vigueur au Burkina Faso. « Je pense qu’il faut vraiment, encore une fois, faire confiance à nos institutions, faire confiance à nos lois et faire confiance à nos autorités.’’’’

    Pour Ka en lisant quelques contributions, je pense que ces auteurs sont nés après l’affaire Norbert Zongo et ses compagnons. C’est pourquoi je leur dis que la justice est là pour décider de ce qui est juste. Nul n’est au-dessus de la loi surtout pas François Compaoré et son protégé Djibril Bassolé l’homme qui s’est jeter a l’eau pour le protéger a l’époque des faits qui me diront le contraire. Dans cette affaire tous ceux qui sont impliqués y passeront pour que la vérité soit dite.

    Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum très riche en événement judiciaire, ‘’’’’’le combat pour la justice est celui le plus difficile a mener car, on ne se bat pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception).’’’’’’ Et depuis 2015, la justice Burkinabé a voulu montré sa crédibilité a son peuple avec un président démocratiquement élu qui a juré que tous les dossiers des crimes impunis seront sur la table et juger.

    Et voilà ce qu’il disait au début de son élection : ’’’’’’’’Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a appelé à "rendre justice dans toutes les affaires sensibles", dont les dossiers de l’assassinat de Thomas Sankara, Norbert Zongo, du putsch manqué et de l’insurrection populaire, pour "aider le peuple
    à se réconcilier".

    "Nous devons tout faire pour que la justice soit rendue dans toutes (les) affaires sensibles pour aider notre peuple à se réconcilier avec son histoire, pour ramener la paix des cœurs et créer les conditions propices à la contribution de tous les Burkinabè à l’œuvre de construction nationale", a
    déclaré M. Kaboré dans un discours radiotélévisé à la veille de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso.

    "La réconciliation nationale reste un enjeu majeur que nous devons réussir, dans l’intérêt supérieur de la nation", a-t-il dit.

    La justice militaire, une juridiction d’exception, doit solder une longue série de dossiers, dont principalement ceux du putsch manqué de septembre 2015 et de l’assassinat du "père de la révolution" burkinabè, le capitaine Thomas Sankara, tué lors du coup d’Etat qui porta l’ex-président Blaise Compaoré au pouvoir en 1987.

    Également en instance, le dossier du journaliste d’investigation Norbert Zongo, tué en 1998 avec trois compagnons, a connu une évolution avec la mise sous contrôle judiciaire de François Compaoré, frère du président déchu Blaise Compaoré, poursuivi pour "incitation à assassinats".

    M. Kaboré a dit "saluer l’avancée des dossiers pendants devant la justice", tout en rappelant aux acteurs chargés de les vider que "la soif légitime de justice des Burkinabè reste intacte." Depuis son discours, beaucoup de dossiers ont été jugés.

    Et celui de Norbert Zongo même si les absents coupables seront jugés et condamnés s’ils sont coupables a l’exemple du président Blaise Compaoré dans le dossier Thomas Sankara. Pourtant nous sommes dans un pays profondément corrompu depuis plus de 60 ans, dont on sait, n’est pas transformable en un modèle de DEMOCRATIE et de JUSTICE en quelques années. Les mauvaises habitudes des acquises pour au moins 27 ans ne se perdent que par étapes, le tout soutenu par une transformation progressive des mentalités. Déjà l’effort fait par notre justice mérite notre confiance.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique