LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Gouvernance : Une trentaine de jeunes outillés au leadership politique et à la prévention des conflits électoraux

Publié le mardi 12 septembre 2023 à 22h45min

PARTAGER :                          
Burkina/Gouvernance : Une trentaine de jeunes outillés au leadership politique et à la prévention des conflits électoraux

L’Association jeunesse espoir d’Afrique (AJEA), bénéficiaire du programme « Power of dialogue » (pouvoir du dialogue, ndlr) de Gorée Institute, à travers son secrétaire exécutif adjoint chargé du Genre, Adjaratou Tall, a initié, lundi 11 septembre 2023 à Ouagadougou, une formation sur « le leadership politique et la gestion des conflits » et l’« introduction au processus électoral » en faveur d’une trentaine de jeunes et de femmes venus de plusieurs localités du pays. Choisis sur la base de leur engagement sur le terrain, les participants à cet atelier sont issus de partis politiques et d’organisations de la société civile. Par ces connaissances acquises, il est attendu de ces bénéficiaires d’être non seulement des vecteurs de paix, mais également de partager avec leur entourage ce qu’ils ont reçu, pour une société sans violences, d’ouverture et de démocratie.

Cette formation assurée donc par Adjaratou Tall (facilitatrice), assistée de Mamounata Ouédraogo (leader d’une association à Manga, Centre-sud), une des trois bénéficiaires du programme au Burkina, et conformément à l’esprit requis par Gorée Institute, est précédée d’une autre tenue à Bobo-Dioulasso en mi-août 2023 en faveur d’une vingtaine de bénéficiaires.

Adjaratou Tall, pendant la session, avec ses côtés, la co-facilitatrice, Mamounata Ouédraogo.

Satisfaite de la mobilisation et surtout de l’assiduité des participants, preuve selon elle de la pertinence de la session, Adjaratou Tall et son association ont l’esprit tourné vers une vulgarisation de toutes les connaissances qu’elle a reçues de Gorée Institute. « Je suis en train de voir avec l’appui de mon association AJEA, comment on peut mettre en place une formation exhaustive avec les neuf modules que nous avons reçus. Mais on nous a demandé de dispenser deux modules, tout au plus, parce qu’en une journée, on ne peut pas aller au-delà. A Bobo, j’ai dispensé le module sur le leadership politique et sur les critères pour des élections libres et transparentes (c’est en fonction du niveau des bénéficiaires) et aujourd’hui à Ouagadougou, les modules sur leadership politique et gestion des conflits et introduction au processus électoral », explique Adjaratou Tall, qui a en outre exhorté les bénéficiaires à approfondir les modules qui leur ont été dispensés par des recherches.

La session s’est déroulée de façon participative, en groupes et en plénière.

Un engagement qui a valu à l’initiatrice de la formation, une mention spéciale de Gorée Institute, représenté par Dr Latyr Tine venu de Dakar pour la cause et pour qui, Adjaratou Tall est le seul bénéficiaire sur l’ensemble, à avoir réussi la prouesse de deux sessions de formation. Une performance qui fait d’elle désormais, une formatrice certifiée (elle a, à l’issue de la session de formation, reçu le parchemin des mains du représentant, Dr Tine).

Dr Tine de Gorée Institute (à droite) a saisi le cadre pour appeler les bénéficiaires à attacher du prix aux formations qui se présentent à eux.

« C’est un programme dans le cadre duquel on a formé des jeunes à Dakar, sur la thématique en rapport avec le leadership et la prévention des conflits électoraux. Après une formation des formateurs, ces jeunes sont amenés, une fois retournés dans leur pays respectif, à former d’autres jeunes. C’est dans le cadre de cette formation-là que nous étions-là. Nous avons assisté à la formation assurée par Adjaratou Tall, et Mamounata Ouédraogo, preuve qu’elles maîtrisent bien le domaine dans lequel elles ont été formées », a restitué Dr Latyr Tine.

La cérémonie de clôture s’est déroulée dans une ambiance détendue, avec de g.vers la d., le parrain, le représentant de Gorée Institute et le premier responsable de l’AJEA.

Le représentant de Gorée Institute, Dr Tine, a également et conformément aux valeurs portées par son organisation, profité du cadre pour galvaniser les jeunes à se faire former. « Si on ne se forme pas, on ne peut pas prétendre être à la place des décideurs », a-t-il souligné avant d’inviter ses interlocuteurs à s’engager politiquement, socialement, pour davantage de transformation positive de la société.
C’est également dans cet esprit de formation d’un capital humain pour une société souhaitée par tous que le parrain a livré ses propos de fin de session.

Le président du Conseil national de la jeunesse, Moumouni Dialla, parrain, remettant ici symboliquement l’attestation de participation à une participante.

« Le Burkina est à un stade où il a besoin de l’ensemble de ses filles et fils, éclairés, qui comprennent les enjeux, une jeunesse qui s’assume politiquement pour prendre son destin en main. Et pour s’assumer, il faut d’abord apprendre. Nous, jeunes, ne devons pas être fatigués d’apprendre, surtout dans le domaine du leadership et de la politique. (…). En tant que président du Conseil national de la jeunesse, il était de notre devoir d’accompagner cette initiative, portée par une jeune sœur, Adjaratou Tall. Pour nous, inculquer à la jeunesse un engagement citoyen, un esprit d’engagement et de responsabilité, dépourvu de violences, est une excellente chose à encourager », a exprimé le parrain, Moumouni Dialla, président du Conseil national de la jeunesse du Burkina Faso, par ailleurs président de l’Union panafricaine de la jeunesse et député à l’Assemblée législative de transition.

Adjaratou Tall, désormais auréolée de son certificat d’accréditation, entend partager avec le maximum de jeunes possibles, ce qu’elle a reçu comme connaissances et valeurs.

Porte-parole des bénéficiaires, Ladji Django Massé (de la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections, CODEL), juge la formation « très pertinente » au regard non seulement du contenu des modules, mais également de la méthode de transmission des connaissances dont a fait preuve la facilitatrice Adjaratou Tall.

« Elle nous a permis de nous plonger dans la sphère politique ; pour ceux qui n’avaient jamais suivi une telle formation, qui ne savent pas ce qui s’est que le cycle électoral, les notions de conflits électoraux, les phases du processus électoral, les voies de recours en cas de litiges électoraux, les mécanismes de résolution des conflits (tels que l’arbitrage, la médiation, les juridictions, etc.). Nous avons également pu comprendre ce qui s’est qu’un leader ; souvent, on a l’impression que le leader, c’est celui-là qui impose sa loi, maîtrise tout le monde. Alors que le leader, comme on l’a vu, c’est plutôt quelqu’un qui, de par ses idées, arrive à fédérer des gens autour de lui pour atteindre un objectif commun », a partagé, à l’issue de la journée de formation, M. Massé. Il s’engage d’ailleurs à faire en sorte que le maximum de jeunes autour de lui puissent bénéficier des connaissances qu’il a reçues au cours de cette session car, de son avis, cela pourrait construire une société de paix.

Pour mémoire, Gorée Institute est une organisation panafricaine de la société civile, qui se consacre à la promotion des sociétés pacifiques. Conformément à son objectif institutionnel donc, il met en œuvre le « Power of dialogue » (pouvoir du dialogue, ndlr), un programme pluriannuel 2021-2025, financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas. Ce programme, centré sur le renforcement des capacités des femmes et les jeunes leaders, a pour objectif de « contribuer à un espace démocratique pacifique et une prise de décision politique inclusive et représentative à tous les niveaux ».

C’est dans ce cadre qu’a été organisée une formation des formateurs en faveur des femmes et des jeunes dans les pays cibles au Sahel (Burkina, Mali, Niger, Sénégal), en juillet 2023 au Sénégal, sur la thématique « leadership politique et prévention des conflits électoraux ». Les bénéficiaires de cette formation avaient donc en charge de restituer, de retour dans leur pays, le contenu de ce qu’ils ont reçu.

O.L
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"