LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

Publié le mardi 22 août 2023 à 23h05min

PARTAGER :                          
Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

Depuis le 15 avril 2023, des affrontements ont éclaté entre deux factions militaires rivales, dirigées par les deux hommes à l’origine du putsch d’octobre 2021. Il s’agit d’une part des Forces armées soudanaises (SAF), pilotées par le général Abdel Fattah al-Burhan, au pouvoir après le putsch, et d’autre part, les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohammed Hamdan Daglo, dit « Hemetti ». Si jusque-là l’essentiel des combats se sont déroulés dans la capitale, Khartoum, avec des habitants qui paient un lourd tribut, la guerre vient de prendre une autre ampleur, en gagnant deux nouvelles villes fortement peuplées. Ce qui aggrave la situation pour les habitants de ces zones, qui accueillaient déjà les populations en détresse qui ont fui la capitale.

Selon Save the Children, organisation non-gouvernementale, ce sont au moins 498 enfants, et probablement des centaines d’autres encore, qui sont morts de faim en quatre mois de guerre au Soudan. « Dans un pays où avant la guerre, un habitant sur trois souffrait de la faim, des enfants meurent de faim alors que cela aurait tout à fait pu être évité. (…). Nous n’aurions jamais imaginé voir autant d’enfants mourir de faim, mais c’est la nouvelle réalité du Soudan. Et la situation pourrait empirer, car Save the Children, incapable d’opérer au milieu des combats, a dû cesser de traiter 31 000 enfants souffrant de malnutrition. En mai, l’usine dont sortaient 60 % des traitements nutritionnels pour enfants a été détruite », s’alarme le directeur Save the Children au Soudan, Arif Noor, dans un communiqué rendu public ce mardi, 22 août 2023.

C’est dans une « impuissance » que les Etats et institutions africains assistent, quatre mois après les premiers affrontements (15 avril), à l’enlisement continu du Soudan, avec ce visage pernicieux au plan humanitaire. Depuis lors, et selon plusieurs médias internationaux, la crise a fait dans la capitale, plus de 3 900 morts et poussé plus de 4 millions de personnes à la fuite. Pire, depuis vendredi 18 août, les affrontements ont gagné deux villes fortement peuplées et jusqu’ici épargnées, El-Fasher et Al-Fulah, contraignant les populations à fuir les massacres.

Dans ce triste environnement où l’Afrique, à travers notamment ses organisations sous-régionales, régionales et continentale, semble ‘’aphone’’ par rapport à l’ampleur des souffrances et au drame humain, des ‘’volontés individuelles’’ n’ont pas manqué. Outre l’initiative du voisin du nord, l’Egypte, le Togo, sous le leadership de son président Faure Gnassingbé, et de plus en plus également dans la diplomatie de pacification, a ouvert, en fin juillet, des consultations en vue de ramener la paix.

Cette médiation togolaise au Soudan, qui vient après le succès de celle qu’il a entreprise entre le Mali et la Côte d’Ivoire dans l’affaire des « soldats ivoiriens », se liste aux côtés de celles entamées également par les Etats-Unis, l’Arabie Saoudite et l’Organisation des nations unies.

La crise au Soudan, qui est en train de prendre de l’ampleur, interpelle la conscience africaine, notamment les institutions et l’élite. Ces crises méritent de sincères mobilisations pour chercher des solutions à la souffrance éternelle dans laquelle sont plongés des millions d’Africains, surtout d’innocents enfants et de vulnérables femmes sur qui pèse tout le poids des misères. Loin des actions populistes et spectaculaires, aussi lointaines qu’égoïstes. Il faut que les institutions et les élites africaines, ensemble, travaillent à faire partager la souffrance des Africains par des Africains. Cela va raffermir ces relents de solidarité entre peuples (par exemple, l’accueil de populations fuyant des violences par des peuples de pays voisins) qu’il faut ici souligner, saluer et encourager.

Avec la volonté, l’Afrique, forte de sa cinquantaine d’Etats que de valeurs humaines et sociales avérées, ne peut, en aucun cas, échouer à ramener la paix sur une quelconque portion du continent, pour ainsi permettre à ses habitants d’avoir ne serait-ce que le droit fondamental de vivre dans une sécurité humaine acceptable. Beaucoup de contrées africaines, autant que leurs occupants, ont vivement besoin de ses mobilisations et attention soutenues pour leur cause.
En attendant…, voir au bas de l’article, le point dressé par les nations-unies sur la situation au Soudan, à la date du 17 août 2023.

Oumar L. Ouédraogo
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Le point sur la situation au Soudan

17 août

• Des experts des Nations-Unies ont exprimé leur inquiétude face aux informations faisant état d’un recours brutal et généralisé au viol et à d’autres formes de violence sexuelle de la part des forces de sécurité. « Il est allégué que des hommes identifiés comme membres des forces de soutien rapide utilisent le viol et la violence sexuelle à l’encontre des femmes et des jeunes filles pour punir et terroriser les communautés. Certains des viols signalés semblent être motivés par des considérations ethniques et raciales ».

16 août

• A ce jour, plus d’un million de personnes ont fui le Soudan vers les pays voisins selon l’Organisation internationale pour les migrations.

15 août

• Une vingtaine de chefs d’agences des Nations Unies et d’autres organisations internationales ont lancé un appel à la paix, à l’accès à l’aide humanitaire et au respect des droits de l’homme dans le pays.

11 août

• Quatre mois de combats au Soudan ont poussé près de 4 millions de personnes à fuir leur foyer tandis que plus de 20 millions d’habitants font désormais face à une situation de crise alimentaire, ont alerté deux agences humanitaires de l’ONU, jugeant la situation de la sécurité alimentaire dans ce pays d’Afrique du Nord-Est « très alarmante ».

9 août

• La Sous-Secrétaire générale des Nations-Unies pour l’Afrique a mis en garde contre la possibilité d’une guerre ethnique prolongée au Soudan, avec d’éventuels débordements au niveau régional.

8 août

• A ce jour, plus de 4 millions de personnes ont été déplacées de force par la crise soudanaise. L ‘Agence des Nations-Unies pour les réfugiés est très préoccupée par la détérioration des conditions sanitaires dans tout le pays, y compris dans les camps de réfugiés ainsi qu’aux points d’entrée et aux centres de transit dans les pays voisins.

• Du fait des conditions sanitaires difficiles, on observe une augmentation des taux de malnutrition, des épidémies et des décès qui en découlent. Entre le 15 mai et le 17 juillet, plus de 300 décès, principalement des enfants de moins de 5 ans, ont été signalés en raison de la rougeole et de la malnutrition.

• Les agences humanitaires de l’ONU ont déployé du personnel et des volontaires supplémentaires dans les camps, aux points d’entrée frontaliers et dans les centres de transit afin de soutenir le dépistage de la malnutrition et d’autres services. Les équipes fournissent également des kits médicaux, augmentent le nombre de vaccinations contre la rougeole pour les enfants et remettent en état les installations existantes tout en en créant de nouvelles.

14 juillet

• Après trois mois de conflit, la situation humanitaire au Soudan ne cesse de se dégrader. L’ONU s’inquiète des entraves sur le terrain . « Le Soudan est aujourd’hui l’un des endroits les plus difficiles à gérer pour les travailleurs humanitaires » a déclaré Martin Griffith, Secrétaire général adjoint en charge des affaires humanitaires. Les violents combats, les attaques contre le personnel, les pillages se poursuivent et empêchent l’aide d’arriver aux personnes qui en ont besoin.

13 juillet

• Au moins 87 personnes ont été enterrées dans une fosse commune au Darfour sur la base de leur appartenance ethnique. On leur a refusé un enterrement correct et la population locale a été forcée de jeter leurs corps dans les fosses. Les Nations Unies ont appelé à faciliter la recherche rapide des morts, leur collecte et leur évacuation sans distinction.
• La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé avoir ouvert une nouvelle enquête pour crimes de guerre dans la région soudanaise du Darfour.

7 juillet

• Les Nations-Unies ont appelé à un arrêt immédiat de la violence fondée sur le genre, notamment la violence sexuelle en tant que tactique de guerre visant à terroriser les populations.

21 juin

• L’ONU est préoccupée par les disparitions forcées et les arrestations arbitraires de civils. Près de 400 personnes, dont des femmes et des enfants, auraient disparu dans la seule région de Khartoum.

19 juin

• Un appel de fonds lancé par l’ONU pour aider le peuple soudanais a recueilli 1,5 milliard de dollars. Selon l’ONU, 3 milliards de dollars sont nécessaires pour aider les populations frappées par la crise.
• Le chef de l’ONU, António Guterres, a averti que le pays s’enfonçait « dans la mort et la destruction » à une vitesse fulgurante. « Sans un soutien international fort, le Soudan pourrait rapidement devenir un lieu d’anarchie, propageant l’insécurité dans toute la région », a-t-il déclaré.

17 juin

• Un nouveau cessez-le-feu national de 72 heures a été conclu. Le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, a exhorté les deux parties à respecter leurs engagements de cesser les combats et de permettre l’acheminement sans entrave de l’aide humanitaire dans l’ensemble du pays.

16 juin

• L’ONU demande que des enquêtes indépendantes soient menées sur les meurtres de civils, dont trois membres du personnel du Programme alimentaire mondial (PAM), ainsi que sur d’autres violations signalées.

14 juin

• Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, est « très préoccupé par la dimension ethnique croissante de la violence au Soudan, ainsi que par les rapports de violence sexuelle ».

12 juin

• Les Nations-Unies ont annoncé qu’elles regrettaient vivement la décision du gouvernement soudanais de déclarer le représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Volker Perthes, persona non grata. Le Secrétaire général a exprimé sa pleine confiance en M. Perthes.

• Les Nations-Unies ont exprimé leur préoccupation concernant les informations faisant état de disparitions et de détentions arbitraires.
• Les combats ont entraîné la mort d’au moins 958 civils et blessé 4 746 personnes.

9 juin

• Le Bureau des droits de l’homme de l’ONU s’est dit préoccupé par l’impact dévastateur que les combats au Soudan continuent d’avoir sur les civils.

7 juin

• Plus de 1,9 million de personnes ont été contraintes de fuir leur domicile depuis le début du conflit et sont déplacées à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

1er juin

• L’ONU a annoncé que le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Volker Perthes, allait opérer temporairement à partir de Nairobi, au Kenya. Le centre des Nations-Unies à Port-Soudan reste en place pour continuer à travailler avec les partenaires.

31 mai

• Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 1,6 million de personnes ont été déplacées, dont plus de 1,2 million l’intérieur du pays et plus de 425 000 dans les pays voisins.

19 mai

• Plus d’un million de personnes ont été déplacées par les combats au Soudan, a déclaré l’Agence des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR).

18 mai

• Les belligérants ne respectent pas leur engagement de permettre à l’aide humanitaire d’accéder à la population durement éprouvée, a déploré le responsable de l’ONU pour les affaires humanitaires, Martin Griffiths, lors d’un entretien à l’AFP. Il dénonce des violations « flagrantes » de l’accord humanitaire.

17 mai

• Les Nations Unies ont lancé à Genève un appel de 3 milliards de dollars, montant estimé des besoins humanitaires. Il est urgent d’acheminer une aide et une protection aux personnes touchées par la crise soudanaise.

15 mai

• Au moins 676 personnes sont mortes et 5576 ont été blessées depuis le début des combats, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

12 mai

• Les belligérants ont signé en Arabie saoudite un accord pour respecter les règles humanitaires. Cet accord prévoit de dégager des couloirs pour permettre aux civils pris au piège de sortir des zones de combat, tout en laissant entrer l’aide humanitaire.

11 mai

• Le principal organe de lutte contre les violations des droits humains de l’ONU, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), a adopté une résolution renforçant le suivi et la documentation des exactions au Soudan.

10 mai

• Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a averti que 2 à 2,5 millions de personnes supplémentaires risquent de souffrir de la faim au cours des prochains mois en raison de la violence qui sévit dans le pays. Cela porterait l’insécurité alimentaire aiguë au Soudan à un niveau record, avec plus de 19 millions de personnes touchées, soit les deux cinquièmes de la population.

9 mai

• Le nombre de personnes déplacées par les combats entre les factions militaires au Soudan a plus que doublé au cours de la première semaine de mai pour atteindre plus de 700 000 déplacés dans le pays, a annoncé l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Par ailleurs, quelque 150 000 personnes ont fui le pays.

8 mai

• Le Secrétaire général de l’ONU a condamné fermement le pillage des structures humanitaires, dont celles du Programme alimentaire mondial (PAM).

5 mai

• Selon un décompte au 8 mai, 190 enfants auraient été tués et 1700 auraient été blessés. L’UNICEF précise que ces chiffres ne représentent que les familles en contact avec des établissements médicaux. Le bilan réel semble plus lourd.

3 mai

• L’ONU a entamé des négociations auprès des belligérants pour pouvoir acheminer l’aide d’urgence : « L’aide doit être autorisée à entrer au Soudan et nous avons besoin d’un accès sûr et immédiat pour pouvoir la distribuer aux personnes qui en ont le plus besoin », a dit M. Guterres.
• 6 camions du Programme alimentaire mondial (PAM) qui se dirigeaient vers le Darfour ont été pillés « en dépit des assurances de sécurité ».

1er mai

• Le Programme alimentaire mondial (PAM) a levé la suspension temporaire des opérations mise en place après la mort tragique de trois de ses membres le 15 avril. Une distribution de nourriture va avoir lieu dans les États de Gedaref, Gezira, Kassala et du Nil Blanc. Comme la situation sécuritaire reste très précaire, le PAM envisage des lieux en tenant compte de la capacité et des considérations liées à l’accès.

27 avril

• Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres a remercié la France de son aide pour l’évacuation d’employés de l’ONU du Soudan.

26 avril

• L’Envoyé de l’ONU au Soudan, Volker Perthes, s’est félicité de l’accalmie des combats dans certaines parties du pays, tout en notant que « le cessez-le-feu n’est pas entièrement respecté. »

25 avril

• Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a encouragé les belligérants à respecter le cessez-le-feu de 72 heures négocié par les États-Unis et à se mettre d’accord sur une cessation définitive des hostilités.

• Selon le Secrétaire général, le conflit au Soudan menace de se propager dans les autres pays de la région, où la situation sécuritaire et humanitaire est fragile. Ce conflit « allume une mèche qui pourrait exploser au-delà des frontières, causant d’immenses souffrances pendant des années et retardant le développement de plusieurs décennies », a-t-il prévenu.

• Au 25 avril, le bilan des morts s’élevait à 450 personnes, plus de 4000 personnes blessées, et des dizaines de milliers d’autres ont fui leur domicile. Les civils sont piégés chez eux, terrifiés, avec des réserves de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant qui s’amenuisent.

24 avril

• L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’il existait un « risque biologique énorme » après que des combattants soudanais se soient emparés du laboratoire public national du pays où se trouvaient des échantillons de maladies telles que la poliomyélite et la rougeole.

• L’ONU a évacué des centaines d’employés du Soudan mais s’engage à rester dans le pays. « Permettez-moi d’être clair : les Nations Unies ne quittent pas le Soudan. Nous nous engageons auprès du peuple soudanais, en soutenant ses aspirations pour un avenir pacifique et sûr. Nous sommes à leurs côtés en ces moments terribles », a déclaré António Guterres.
• Des affrontements ont eu lieu dans de nouvelles localités, notamment dans les États du Kordofan Nord et du Kordofan Sud.

18 avril

• Le Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a appelé à la fin immédiate des hostilités au Soudan et a plaidé pour que les factions militaires rivales qui s’affrontent reviennent à la table des négociations.

17 avril

• António Guterres a lancé un premier appel au cessez-le-feu le 17 avril : « Je condamne fermement le déclenchement des combats qui se déroulent au Soudan et appelle les dirigeants des Forces de soutien rapide (RSF) et des Forces armées soudanaises (SAF) à cesser immédiatement les hostilités, à rétablir le calme et à entamer un dialogue pour résoudre cette crise. »

16 avril

• Le Programme alimentaire mondial (PAM) a dû suspendre temporairement ses opérations le 16 avril, à la suite de la mort de trois de ses employés.

15 avril

• Au premier jour des combats à Khartoum, plusieurs hauts responsables des Nations Unies, dont le Secrétaire général António Guterres, ont condamné ces affrontements et appelé au retour au calme.

10 avril

• Quelques jours avant le déclenchement des combats à Khartoum, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, avait exprimé son inquiétude face à la situation tendue régnant au Soudan et appelé à intensifier les efforts pour restaurer un gouvernement dirigé par des civils.

Réponse à la crise humanitaire au Soudan

13 juillet

• Plus de 3 millions de personnes ont été déplacées depuis le début des combats. 2,4 millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, tandis que 650 000 millions ont cherché refuge à l’extérieur du Soudan.
• Un enfant sur deux a besoin d’une aide humanitaire d’urgence.

11 juillet

• La fenêtre d’opportunité pour éviter une catastrophe humanitaire dans l’Est du Tchad, qui subit les effets de la crise au Soudan voisin, se referme rapidement, a prévenu l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).
• Le Programme alimentaire mondial (PAM) intensifie son action à la frontière entre le Tchad et le Soudan pour faire face à l’afflux de personnes fuyant le Soudan. Chaque jour, des milliers de personnes quittent la région soudanaise du Darfour pour se rendre dans la petite ville frontalière d’Adré, au Tchad. Beaucoup d’entre elles arrivent blessées et traumatisées.

7 juillet

• 50 attaques ont visé des services de santé depuis le début des combats. Ces attaques ont fait 10 morts et 21 blessés.
• Le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) a débloqué 76 millions de dollars pour la crise soudanaise. Le Fonds humanitaire pour le Soudan a alloué 40 millions de dollars aux opérations de secours à l’intérieur du pays.

3 juillet

• Les agences des Nations Unies et leurs partenaires ont apporté une aide vitale à 2,8 millions de personnes au cours des deux derniers mois. Cependant, les violences contre les travailleurs humanitaires et les pillages ont rendu les opérations d’aide extrêmement difficiles et dangereuses.

• Les attaques contre les personnes fuyant le Darfour occidental se sont multipliées. L’ONU demande la mise en place immédiate d’un corridor humanitaire entre le Tchad et El-Geneina, ainsi qu’un passage sûr pour les civils hors des zones touchées par les hostilités.

27 juin

• Les combats en cours dans la capitale, Khartoum, et dans les régions du Darfour et du Kordofan, ont laissé de nombreuses personnes bloquées et coupées de l’aide humanitaire de base. Le HCR a reçu des rapports inquiétants sur des civils déplacés qui rencontrent des obstacles mettant leur vie en danger alors qu’ils tentent de se mettre en sécurité à l’intérieur du pays et à travers les frontières.

21 juin

• Plus de 2,1 millions de personnes ont dû fuir leur domicile à cause des combats.
• Le Programme Alimentaire Mondial et le gouvernement égyptien ont établi un corridor humanitaire entre l’Égypte et le Soudan afin d’apporter une aide cruciale à des milliers de personnes piégées par le conflit. Le PAM a apporté une aide alimentaire d’urgence à plus d’un million de personnes.

16 juin

• Près de 1,7 million de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays, tandis que près d’un demi-million de personnes se sont réfugiées à l’extérieur du Soudan. Au total, plus d’un millions d’enfants ont été déplacés.
• La situation au Darfour est particulièrement préoccupante : de nombreuses personnes meurent, dont des nourrissons, des enfants et des mères souffrent de malnutrition sévère, des camps de personnes déplacées sont réduits en cendres, des filles sont violées, des écoles sont fermées et des familles mangent des feuilles pour survivre.
• Jusqu’à 2,5 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de la faim au cours des prochains mois en raison des affrontements. Cela signifie que 40 % de la population – 19 millions de personnes – serait confrontée à une insécurité alimentaire aiguë.

13 juin

• Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a prévenu
qu’au moins deux tiers des hôpitaux situés à proximité des zones de conflit sont hors service.

12 juin

• Plus de 24 millions de personnes, ce qui équivaut à la moitié de la population soudanaise, ont besoin de protection et d’une aide humanitaire.
• Les Nations unies exhortent les pays voisins à laisser leurs frontières ouvertes aux personnes fuyant le Soudan. Les procédures de passage des frontières doivent être accélérées.

7 juin

• L’ONU et ses partenaires ont réussi à acheminer des fournitures de secours pour venir en aide à 2,2 millions de personnes.

2 juin

• Le Programme alimentaire mondial (PAM) a condamné fermement le pillage de l’un de ses centres logistiques dans le centre-sud du Soudan. Cette attaque met en péril l’aide alimentaire apportée à 4,4 millions de personnes touchées par le conflit. À lui seul, le PAM a enregistré des pertes estimées à plus de 60 millions de dollars depuis que les violences ont éclaté le 15 avril.

1er juin

• Jusqu’à présent, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) a apporté une aide alimentaire d’urgence à plus de 780 000 personnes, dont 15 000 dans la capitale Khartoum.

• Plus de 13,6 millions d’enfants ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence depuis le début du conflit, soit le nombre le plus élevé jamais enregistré dans le pays.
• L’UNICEF apporte un soutien psychologique aux enfants et aux parents traumatisés par les violences. L’agence contribue aussi au maintien de plus de quarante centres d’apprentissage en ligne, notamment au Darfour et à Kassala, ainsi que d’un espace adapté aux enfants à Port-Soudan.

16 mai

• 30 tonnes de matériel médical ont été livrées à l’Etat d’Al-Jazirah, au sud-est de la capitale par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

15 mai

• Plus de 940 000 personnes ont été déplacées depuis le début des combats, dont plus de 736 000 à l’intérieur du pays, et près 205 000 ont trouvé refuge dans les pays voisins, a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA).

11 mai

• 450 000 enfants ont été déplacés à cause du conflit, selon l’UNICEF.

2 mai

• Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de nombreuses personnes vont mourir en raison du manque de services essentiels et des épidémies. Les stocks de médicaments sont au plus bas dans les zones ravagées par les combats, notamment dans la capitale, Khartoum, ainsi qu’au Darfour occidental et central
• Les combats meurtriers au Soudan ont forcé près d’un demi-million de personnes à fuir leur foyer, 334 000 ayant été déplacées à l’intérieur du pays et 114 000 personnes s’étant réfugiées dans les pays voisins, ont indiqué le 2 mai des agences des Nations Unies.

• L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires ont intensifié leurs efforts de secours, alors que les passages de frontières en provenance du Soudan augmentent. Le HCR estime qu’au 2 mai, plus de 100 000 réfugiés ont fui vers les pays voisins. La plupart sont des réfugiés soudanais arrivant au Tchad et en Egypte – principalement des femmes et des enfants – ainsi que des rapatriés du Sud-Soudan.

• Au Tchad et au Soudan, le HCR achemine environ 70 000 articles de première nécessité provenant de stocks mondiaux. Les Nations Unies et le Croissant Rouge égyptien livrent de l’eau, de la nourriture, des fauteuils roulants et des kits d’hygiène et de salubrité aux nouveaux arrivants. Le HCR prévoit de lancer un plan de réponse régional inter-agences pour les réfugiés afin de répondre aux besoins financiers urgents dès que possible.

• L’UNICEF a apporté un soutien essentiel en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène à six hôpitaux de Khartoum, ainsi qu’un approvisionnement en eau par camion à un hôpital du Nord-Darfour. L’agence a également acheminé des kits de santé et de nutrition aux centres de santé d’El Fasher, capitale du Darfour du Nord.

30 avril

• Face à la détérioration rapide de la crise humanitaire, le Secrétaire général António Guterres a envoyé le responsable des affaires humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths, dans la région. « la situation humanitaire atteint un point de rupture », selon ce dernier.
• Les combats ont contraint les Nations Unies à interrompre pratiquement toutes les opérations d’aide dans un pays où près de 16 millions de personnes, soit environ un tiers de la population, étaient déjà dans le besoin. Le pays accueille également plus d’un million de réfugiés et de demandeurs d’asile, notamment du Soudan du Sud, d’Érythrée, de Syrie, d’Éthiopie, de la République centrafricaine, du Tchad et du Yémen.

28 avril

• Le conflit en cours au Soudan a commencé à affecter la République centrafricaine (RCA), principalement la région nord, ont alerté les Nations Unies dans un rapport humanitaire.

27 avril

• Selon l’Agence de l’ONU pour les migrations, une « crise humanitaire sans précédent » est en cours au Soudan, poussant des milliers de civils à se réfugier vers des zones plus sûres au Soudan et vers les pays voisins comme le Tchad, l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan du Sud. On compte au moins 75 000 déplacés à l’intérieur du Soudan et plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les pays voisins.

26 avril

• Les conditions de vie des enfants pris dans l’affrontement militaire sont critiques, avec au moins neuf morts et plus de 50 blessés. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance craint qu’en réalité, le total ne soit beaucoup plus élevé.

25 avril

• Jusqu’à 270 000 personnes pourraient fuir au Tchad et au Soudan du Sud voisins, a alerté le 25 avril l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR).
• Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) s’est inquiété de l’impact humanitaire des combats sur les civils. Selon OCHA, il y a de graves pénuries de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant. Les communications et l’électricité sont limitées.
• Les services de santé sont au bord de l’effondrement et selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plusieurs hôpitaux sont utilisés par des groupes armés.

24 avril

• Des centaines d’employés de l’ONU ont été évacués le 24 avril, a annoncé l’Organisation, qui a affirmé son engagement à rester dans le pays.
• L’ONU a temporairement transféré son personnel recruté au niveau international de Khartoum à Port-Soudan pour une évacuation vers les pays voisins où il travaillera à distance, afin de réduire les risques tout en continuant à fournir une assistance au peuple soudanais.

• Les prix des produits de base ont augmenté de 40 à 100 % : les bouteilles d’eau sont vendues au double du prix normal, les prix du carburant ont grimpé à 40 000 livres soudanaises (67 dollars) sur le marché noir, contre 2500 livres soudanaises (4,2 dollars) auparavant dans les stations-service. Des rapports font également état d’une augmentation rapide des coûts de transport, ce qui fait qu’il est de plus en plus difficile pour les gens de quitter les zones touchées par le conflit.

• L’accès aux soins de santé a été gravement affecté par le conflit. Quatorze attaques contre des établissements de santé ont été confirmées par l’OMS depuis le début des combats. On estime à 219 000 le nombre de femmes enceintes à Khartoum, dont 24 000 devraient accoucher dans les semaines à venir, qui éprouvent des difficultés extrêmes à obtenir des soins essentiels.

21 avril

• Le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies au Soudan, Abdou Dieng, a appelé les deux parties belligérantes à « mettre en œuvre des pauses humanitaires » permettant aux civils et aux travailleurs humanitaires d’accéder aux fournitures essentielles.

• « Je suis horrifié par le bilan des affrontements sur les civils », a déclaré Abdou Dieng. « Au moins 331 personnes ont été tuées dans tout le pays, dont cinq travailleurs humanitaires, et près de 3200 ont été blessées ».

• Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les hôpitaux manquent cruellement de personnel médical spécialisé, d’oxygène et de poches de sang, tandis que le manque d’électricité et les pannes de courant exposent les patients à des risques élevés.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 22 août 2023 à 18:16, par Observateur En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    Il devient impérieux de rétablir l’ordre constitutionnel au Soudan, surtout ne par écarter d’emblée l’option militaire
    Les enfants qui survivront seront sans aucun doute très reconnaissants

    Répondre à ce message

  • Le 22 août 2023 à 18:55, par Pierre En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, environ 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    Quand ont vois votre petit capitaine, envoyé des denrées au Niger au lieu d’aider le peuples burkinabé réveiller vous

    Répondre à ce message

    • Le 23 août 2023 à 05:54, par Burkimdi En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, environ 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

      Pierre@ Petit ou grand c’est notre Président et il fait l’affaire du Faso, c’est pourquoi il est là. comme le vôtre est bien grand, vous pouvez dans tous les cas dormir. on a dit que le Burkina Faso a convoyé des vivres, nul part il n’est dit que le Burkina Faso a offert et dans tous les cas c’est pour éviter le désastre humanitaire comme au Soudan. labas au moins on est espère que ceux qui sont pressés d’attaquer le Niger vont y envoyer une force d’interposition pour surtout rétablir l’ordre constitutionnel et sauver les enfants en arrêtant ce désastre humanitaire.

      Répondre à ce message

    • Le 23 août 2023 à 08:52, par Tintin En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, environ 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

      Pierre ,essaie d’etre de bonne foi.Il a éte dit que les vivres ont eté convoyés.Nul part il n’est dit que ce sont des vivres offerts par le capitaine.Il ne s’agit pas d’etre pour ou contre le capitaine.Le Niger ne manque pas de moyens pour acheter les vivres.D’ailleurs plein de camions avec des vivres nigeriens pourrissent aux differentes frontieres surtout elle du Benin.On a convoyé des camions avec des vivres nigeriens mais on n’a pas offert de vivres au niger quand bien meme cela ne serait pas malsain.On ne donne pas parce qu’on en a suffisamment mais on donne par amour.

      Répondre à ce message

  • Le 23 août 2023 à 05:41, par Bajazet En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    Les admirateurs de coups d’état et de poutinisme wagnérien sont aveugles, ou quoi ?
    Coups d’état au Soudan, plus Wagner, ont donné un Soudan ravagé où coulent des fleuves de sang.
    Vous voulez répéter la recette au Mali, au BF et au Niger ?
    On va pleurer ...

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2023 à 09:31, par kwiliga En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    Bah, Save the Children, ONU, PAM, aide au développement, tout ça on n’en veut plus.
    Les nous autres, on veut être souverains.
    On ne veut pas non plus de l’aide de la CEDEAO, de l’UA, et de tous les autres pays vendus à l’impérialisme occidental.
    La seule entraide valable, c’est entre panafriputschiste et avec notre ami Russe dont l’aide est toujours parfaitement désintéressée.
    Le drame soudanais, nous n’en sommes pas si loin, mais on préfère refuser de regarder la réalité et se frapper virilement le torse, bien planqué au Ouagaland ou à l’étranger.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2023 à 11:31, par Renau ltÉLIE En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    Le Soudan vit un enfer, une souffrance gigantesque.
    De milliers de morts, des femmes tuées en tentant de protéger leur bébé orphelin, plusieurs millions de réfugiés dont des centaines de milliers seulement trouvent refuge dans les pays voisins ; parmi les réfugiés, des dizaines de Burkinabè qui ont tout perdu.
    C’est une HORREUR, un Auschwitz africain !


    Pour toutes ces souffrances, les Soudanais peuvent remercier leurs coupdétateurs aux beaux uniformes, et surtout Poutine et son Wagner.


    NB :
    1) Le Soudan était une colonie anglaise. Ses officiers sont souvent formés à Sandhurst. Les panafric**s de maquis, ainsi que Mme Yamb se gardent bien de rappeler ces faits.
    2) Le Soudan a déjà éclaté en deux pays pour cause de racisme anti-animiste & anti-chrétien. En effet, le sud était un peu trop négro-africain aux yeux du nord très esclavagiste.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2023 à 13:06, par GabonaisP En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    Grand merci au journaliste de mettre en lumière ce qui se passe au Soudan, les africains ont l’art de mener des combats inutiles, rien que pour leurs panses alors que les vrais combats sont sous nos yeux. Ce qui se passe au Soudan est un drame et une vraie honte pour tout africain et toute l’Afrique. Honte, honte et honte encore à toutes ces vagues de manifestations pour des questions creuses et rien que pour manger et pour les espèces sonnantes.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2023 à 14:29, par boss En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    C’est ce que la CEDEAO désire voir aussi au Niger et dans cette région.
    Les morts et esclaves en Libye, elle ne fait rien ;
    Les morts en méditerranée, elle ne fait rien ;
    Les morts au désert, rien ;
    Les tueries des terroristes, quelques condoléances ;
    La mal gouvernance, détournement, corruption dans son espace, Rien ;
    Les coups d’Etat constitutionnels, rien ;
    Le coup d’Etat sur son protégé Bazoum, elle a des moyens financiers et des soldats pour le rétablir.
    Les coups d’Etat ne sont pas légal, mais la CEDEAO et aussi l’UA n’ont aucune légitimité pour les condamner ; surtout s’ils sont applaudis par les peuples concernés.

    Répondre à ce message

  • Le 23 août 2023 à 17:09, par warzat En réponse à : Soudan : La guerre se généralise, aux 500 enfants tués par la faim, l’Afrique impuissante !

    La vie n’est pas juste. Hummm !!! Quand on a dans son armée, deux généraux voyous qui n’écoutent que leur mandant extérieur, loin du conflit, ça peut donner ce pogrom. Il est certain que les familles et proches de ces généraux sont hors du pays et ce, depuis fort longtemps.Que Dieu assiste ce peuple frère du Soudan en ces temps difficiles.......

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Arabie saoudite : Plus de 1 000 morts lors du Hadj 2024