LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

Publié le dimanche 13 août 2023 à 22h53min

PARTAGER :                          
Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

Il faut le dire haut et fort : il y a danger en la demeure. Le pli que le MPSR2 et son gouvernement sont en train de prendre est dangereux : il l’est pour le pouvoir même autant que pour le peuple. Il n’y a aucun succès, aucune victoire à multiplier les fronts et à convertir en ennemis ses soutiens potentiels. Tous ceux qui font croire en cette nécessité se trompent et veulent engager le pouvoir dans une voie visant à abandonner la lutte contre les groupes terroristes. Ce n’est pas juste de le faire et surtout pas au moment où le peuple, comme un seul homme, accepte le sacrifice en supportant les taxes multiples et l’inflation galopante.

Malgré tout cela, les efforts volontaires pour contribuer au Fonds de soutien patriotique sont nombreux. Qu’avons-nous à nous diviser alors que notre union nous fait avancer ? Que gagnons-nous à lutter contre ceux qui n’ont pas pris les armes et à laisser les groupes terroristes ? C’est une voie semée d’embuches et de multiples préjudices à la lutte. Voyons ce qui s’est passé ces derniers jours avec l’affaire de la guérisseuse de Komsilga, objet d’un bras de fer entre l’exécutif et le judiciaire ?

Et le retour à cette vieille marotte contre les médias avec la suspension de radio Oméga FM le 10 août 2023 ? Quels sont les avantages pour le Burkina Faso de ses querelles internes alors que le monde s’embrase et que les questions se complexifient ? Quel est le rapport coût / bénéfice en termes d’image pour le pouvoir, le MPSR2 et son président ?

Le Burkina Faso est attaqué par les groupes terroristes dont certains sont de la franchise de Al Qaeda comme le JNIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, regroupement de plusieurs entités) et ceux liés à l’Etat islamique aussi appelé Daesch. Cela fait huit ans que nous sommes dans cet enfer qui a fait des milliers de morts et deux millions de personnes déplacées. Nos ennemis armés sont nombreux, certains sont des bandes criminelles mues seulement par l’appât du gain et les opportunités qu’offre la défaillance de notre Etat.

Comme pour illustrer cette absence d’Etat, nos institutions ne se respectent pas, entrent en conflit avec intrusion et empiètement sur le champ d’action de l’autre. Une bataille s’est engagée le 28 juillet 2023 par un groupe de militaires en cagoules à bord de deux véhicules pick-up et un autre blindé venu encercler le palais de justice du tribunal de Ouaga II pour libérer une guérisseuse traditionnelle exerçant à Rakissé, dans la commune de Komsilga. La jeune dame du nom de Larissa Nikièma, dite Adja Amsétou, est réputée pour ses dons de guérisons miraculeuses.

C’est une dame qui détiendrait des pouvoirs mystiques qui a été arrêtée avec huit de ses hommes de main. Le parquet avait engagé « des poursuites judiciaires pour des faits de torture, de coups et blessures volontaires et de séquestration » contre les neuf personnes évoquées plus haut. Les hommes masqués se révèleront être des militaires de l’Agence nationale de renseignements qui, après la première tentative sans succès, récupèreront la guérisseuse le lendemain aux aurores sur ordre du directeur général de la sécurité pénitentiaire agissant sur instruction du ministre de la justice.

Tout ceci se passe en l’absence du chef de l’Etat comme il l’a dit à la RTB. Durant ce temps personne ne s’explique publiquement : ni le ministre de la justice, ni le patron du renseignement. Mais les magistrats ne l’entendent pas de cette oreille et vont dans un mouvement d’ensemble en grève contre l’intrusion des militaires dans la procédure judiciaire portant atteinte à l’indépendance de la justice et à son autorité.

La bataille est engagée dès le 29 juillet 2023 pour le retour de dame Nikièma en prison à la MACO (Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou) où elle devait être déposée. Entre temps, une délégation gouvernementale s’est rendue auprès de la famille du quinquagénaire torturé pour présenter ses excuses et sa compassion, mais concernant l’affaire personne, ne moufte mot, sauf un communiqué du porte-parole du gouvernement.

IB et la solitude du pouvoir

Le capitaine Ibrahim Traoré va finir par s’expliquer sur cette affaire. Lui qui d’habitude prend bien la lumière fera une prestation catastrophique. Pourquoi a-t-il parlé ? Pourquoi l’a-t-on envoyé au casse-pipe, s’interroge -t-on toujours ? Les maladresses comme de ne pas avoir condamné les violences contre le quinquagénaire, l’intrusion des militaires, les propos et l’émotion qui le submergeait ont fait de cette vidéo, une communication préjudiciable au pouvoir. Le chef de l’Etat n’est pas encore habité par sa fonction de président de tous les Burkinabè. Il ne doit pas donner l’impression de prendre un parti, un intérêt autre que celui de l’Etat et du pays.

La justice est faite pour tous. Et la loi est la même pour tous, quelle que soit votre fonction, quel que soit le bien que vous pouvez faire aux autres. Les magistrats jugent au nom du peuple selon les lois votées par les représentants du peuple. Ils ne peuvent pas ordonner des choses que la loi n’a pas prescrites. C’est normal que le chef militaire ne sache pas ces choses. Ce qui est impardonnable, c’est que ses conseillers ne lui aient pas fait un mémo sur les enjeux du conflit. Les conseillers en communication et juridiques n’ont pas préparé le chef de l’Etat à cette interview.

Mais il y a d’autres fautifs dans la chaîne de commandement, les différents ministères impliqués dans l’affaire : notamment le ministre de la justice, le directeur de l’ANR, et le ministre de la sécurité auraient dû s’expliquer avant le président. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ? Pourquoi le Premier ministre n’a rien dit ? Lui qui doit être le fusible protecteur du chef de l’Etat est plutôt dans notre pays un roi qui inaugure les chrysanthèmes. Toutes ces défaillances doivent être corrigées. Peut-être qu’elles sont du fait du capitaine président lui-même et de son mode de fonctionnement. Il faut que le président IB se dise que sa parole doit être sacrée. Elle doit s’imposer par sa rigueur, son caractère républicain, le respect des textes et des institutions.

Suspension de la radio Oméga FM

Le gouvernement, après une intrusion dans la procédure judiciaire, va, dans la régulation des médias, pour prendre des décisions qui sont du ressort du Conseil supérieur de la communication qu’il avait saisi sur cette affaire de l’interview accordée au porte-parole du Conseil de la résistance pour la République (CRR) au Niger. Naturellement ce communiqué de suspension de la radio Oméga FM provoque une levée de boucliers au niveau des organisations professionnelles des médias. On a envie de dire qu’est-ce que le gouvernement recherche ? Pourquoi ne peut-il pas laisser l’organe de régulation, celui qui doit juger et sanctionner se prononcer ?

N’avons-nous pas des problèmes plus importants ? Le président Ibrahim Traoré à qui certains ont donné le flambeau de Thomas Sankara sans lui dire qui était l’homme, s’il veut vraiment ressembler à Sankara doit savoir que c’est par la séduction qu’il a réussi à subjuguer les médias qui ont créé le mythe Sankara. Ce n’est pas à coup de suspensions de médias et d’expulsions de journalistes.

Si les dirigeants exercent leur pouvoir avec équité, justice, intégrité, amour de leurs concitoyens, le pouvoir devient captivant et a une qualité et une aura auprès du peuple qui l’aime en retour et est prêt aux sacrifices demandés. Le MPSR2 doit se dire que c’est une mauvaise passe qui est en cours et rectifier rapidement ces erreurs pour rassembler pour gagner la lutte contre le terrorisme.

Sana Guy
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 13 août 2023 à 13:35, par Naba En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Bonjour merci à Monsieur SANA Guy pour cette analyse pertinente. C’est exactement ce que je pense de nos nouvelles autorités. Et comme conseil rectifier votre tire avant une rectification.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 14:10, par liberte En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    M. Guy Sana,
    Je suis très attristé de cette prise de position de Lefaso.net dont l’objectif est clair, c’est à dire diviser la population. Je comprends que vous soutenez Omega FM parce que votre média avait également diffusé la note de création du groupe d’opposition au CNSP au Niger. D’ailleurs, je me suis demandé pourquoi vous n’avez pas été sanctionné au même titre (peut être l’article a t-il échappé à l’attention de l’ARCEP ou l’aviez vous rapidement retiré pour ne pas subir la même sanction).
    Lorsque vous insinuez qu’il y a une lutte ouverte contre des gens sans arme, je pense que vous faites erreur. Sachez qu’une des armes les plus utilisées depuis l’époque de la guerre froide à nos jours et qui fait d’ailleurs beaucoup de victimes, c’est la desinformation, c’est à dire l’information fausse dont l’objectif est de susciter des guerres tribales, intercommunautaires, etc. Il n’existe aucun média libre, aucun média neutre, aucun qui n’ait un parti pris. En d’autres termes, toute information diffusée est orientée, entachée d’intention bonne ou mauvaise. À votre avis, pourquoi France24, RFI, VOA, etc. ne font aucun cas de la crise qui s’évit en France depuis maintenant quelques années avec des grèves à répétition. Savez vous, que pendant ces graves, les civils sont battus et d’autres même sont tués par les "forces de l’ordre" ? Savez vous que les récents événements à Dakar ont fait plus d’une quarantaine de morts ? Quel média en parle ? Même Lefaso.net, a-t-il informé l’opinion sur ces faits ? Sachez que les médias sont aujourd’hui une industrie économique, un élément de politique publique. Votre soi disant liberté d’expression ne s’applique dans aucun pays du monde. Sachez que ce concept ainsi que celui des droits de l’homme ont été inventés par les nations unies et les pays dits développés pour s’assurer que les pays faibles et pauvres ne leur échappent pas. Alors, vous devez savoir sur quel pieds danser, pour qui vous travaillez.

    Concernant cette affaire de la soi disant guérisseuse, en réalité, j’ai vu que vos articles la dessus depuis le début de l’affaire jusqu’à maintenant ont toujours été orientés. Aucun n’était neutre si bien que j’ai beaucoup de doute sur vos intentions.

    Bien à vous

    Répondre à ce message

    • Le 14 août 2023 à 08:50, par Samah En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      C’est comme cela que Blaise a été soutenu dans les années 87 à 2010, avant que l’on commence à comprendre que par peur de faire des remarques, nous avions créé notre Blaise qu’il a fallu chasser en 2014.

      Répondre à ce message

    • Le 14 août 2023 à 09:06, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Bonjour internaute liberte,
      Mais bon sang, pourquoi avoir choisi ce pseudo, alors que vous pronez exactement l’inverse. Dorénavant, préférez-y "musèlement" ou "pensée unique".
      Vous vous permettez ensuite d’invoquer "Sachez qu’une des armes les plus utilisées... c’est la desinformation" La désinformation donc...?
      Pour aligner, les unes derrières les autres, des contre-vérités flagrantes, qui ne tromperont que les naïfs, les désinformés ou les sous informés, les gens nourris aux fakes des réseaux sociaux.
      Ainsi donc, selon vous : " France24, RFI, VOA, etc. ne font aucun cas de la crise qui s’évit en France depuis maintenant quelques années avec des grèves à répétition. Savez vous, que pendant ces graves, les civils sont battus et d’autres même sont tués" Ben, oui évidemment que nous le savons et France 24 comme RFI ont rapporté clairement ces informations. D’ailleurs, pour résumer leurs infos : depuis le début des crises qui se sont succédées, il y a eu un seul mort du fait des forces de l’ordre (une grenade lacrymo a atterri dans l’appartement d’une dame âgée) et trois décès consécutifs à des accidents de la circulation (des automobilistes forçant des barrages de gilets jaunes).
      Vous persévérez par : " Savez vous que les récents événements à Dakar ont fait plus d’une quarantaine de morts ? Quel média en parle ? Même Lefaso.net, a-t-il informé l’opinion sur ces faits ?"
      Ben, encore une fois oui, Lefaso.net, contrairement à vos subversives accusations est un médium qui fait un formidable travail dans une grande objectivité : Infos Lefaso.net :
      - Vendredi 2 juin 2023 : Sénégal : Neuf morts, de nombreux dégâts matériels, quelques heures après le verdict contre Ousmane Sonko
      - Samedi 3 juin 2023 : la jeunesse... a pris les rues du pays pour réclamer sa libération en laissant une quinzaine de morts (14) tués par les forces de défense et de sécurité.
      - 10 mars 2023 publication de "AfricTivistes" par Lefaso.net : SÉNÉGAL : ARRESTATIONS TOUS AZIMUTS, MENACES SUR LES DROITS HUMAINS... Au-delà des dégâts matériels notés pendant ces trois jours, nous déplorons la mort d’au moins 4 personnes (notamment des jeunes).
      Et de poursuivre par : "Votre soi disant liberté d’expression ne s’applique dans aucun pays du monde" Ah bon, c’est un point de vue, admettons tout de même que la Suède qui autorise des manifestations dans le but de bruler un coran, a une certaine liberté d’expression, non ? Que les pays qui suspendent systématiquement les médias, expulsent sous 24h les correspondants de médias objectifs et critiques sont relativement rares et peuvent être rangés dans le groupe des dictatures non-éclairées.
      Quant à "Sachez que ce concept ainsi que celui des droits de l’homme ont été inventés par les nations unies" Dites, ce n’est pas parce que la Déclaration universelle des droits de l’homme a été adoptée en 1948 par l’Assemblée générale des Nations Unies, que le concept n’est pas plus ancien, il était déjà présent dans les révolutions françaises et américaines.
      Et arrêtez d’essayer de nous faire croire que tout ce que les "blancs" ont inventé est systématiquement mauvais. Sinon, renoncez donc à votre ordi, à internet,...
      Votre conclusion concernant l’affaire de la guérisseuse me laisse perplexe. En effet, vous accusez encore une fois Lefaso.net de manquer de neutralité, alors qu’à mon sens, ces derniers se sont la plupart du temps contentés de publier les déclarations de chaque partie, CSM comme porte parole du gouvernement ou interview du président de la transition. Et puis, la neutralité, quand des militaires prennent d’assaut un palais de justice, à votre sens, ce serait quoi ?

      Répondre à ce message

    • Le 14 août 2023 à 09:48, par agglomération En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Votre accusation est assez grave. Lefasonet a existé depuis le temps de Blaise. Le blog permet d’exprimer ses idées dans l’anonymat. Je puis vous garantir que mes post ont même été censurés ( pas publiés) maintes fois. Au lieu donc de porter de telles accusations sur un blog qui existe depuis sous Blaise, misez votre précieuse énergie sur les internautes qui sont entrain de déchanter du Mpsr alors qu’ils déclarent tous l’avoir applaudi et soutenu au demeurant. Pendant qu’on y est, l’objectif de départ, il est passé où ? La sécurisation du territoire. Mr Liberté, c’est de cela que vous devez parler. C’est ça qui a justifié le coup d’état. Mais c’est ça qui intéresse les burkinabè. Parlez de la sécurisation du territoire s’il vous plaît.

      Répondre à ce message

    • Le 14 août 2023 à 11:16, par SOME En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Oui tu te demandes pourquoi ce media ne fut pas sanctionné Pou moi ces agissements font partie de ces provocations multiples. La guerre est devenue une guerres des intelligences mais seuls quelques intellectuellement faibles se laissent instrumentaliser et ils en subiront le retour de balancier comme l’occident sait le leur rendre. Zelensky le clown du coin l’aura appris a ses depens. Comme tu l’ecrit si bien la desinformation est l’arme de destruction massive la moins bien remarquée. On en a vu les resultatas avec la Radio des Mille collines qui fit des millions de morts et continuent jusqu’à ujourd’hui encore. Tu montres bien le jeu de ces scribouilleurs egoistes qui pour moi ssavent sur pied il ddansent mais pas necessairement que le rythme du tam tam a changé. Il est clair que M Sana n’a rien d’objectif dans ses ecrits et il est deporable que lefasonet tombe dans ces derives. Que lefasonet me censure, ce ne sera pas la premiere fois : j’en ai l’habitude. Ce n’est pas ce qui me changera ma position.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 14 août 2023 à 13:30, par agglomération En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

        Avec tout le respect que je vous dois c’est inutile de répondre à votre développement. En revanche il m’est déjà arrivé de lire un certain SOME très cohérent mais qui est en ce moment à votre opposé. J’ai lu aussi RENAULT HÉLIE. Il a commenté quelque chose de charmant sur les burkinabè et il a très bien vu.
        Mr SOME, vous ne détenez pas le monopole de la science infuse. Vous avez perdu en vitesse de croisière. Je félicite les internautes et les burkinabè parce qu’en lisant les commentaires, on y trouve chez beaucoup de la richesse, de la cohérence. Mr SOME, de quoi avez-vous donc peur en voulant tant infiltrer l’esprit des autres ? Vous savez au moins que la psychologie demeure une science inexacte ? Et vous voulez vraiment contrôler l’esprit de 20 millions de personnes ?

        Répondre à ce message

      • Le 15 août 2023 à 07:36, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

        Bonjour SOME,
        "Ce n’est pas ce qui me changera ma position" écrivez-vous ?
        Mais, pardon SOME, votre position aujourd’hui, nous la connaissons tous. Votre position, c’est assis, là-bas, à Toulouse, en parfaite sécurité, baignant dans le confort et le luxe, ayant oublié la signification des mots, pénurie, restriction, délestage, famine, déplacés internes,...
        Alors oui, depuis cette appréciable "position", vous pouvez bien vous permettre de jouer les grands "IBéologues", sans vous sentir coincé entre la menace terroriste et celle de la dictature qui s’installe.

        Répondre à ce message

        • Le 15 août 2023 à 22:07, par Gwandba En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

          kwiliga
          "cette appréciable "position""
          Il est normal pour vous de qualifier cette "position d’appréciable" vu que toute votre existence est conditionnée de sorte bénéficier de cette position. Pourquoi ? parce simplement les envieux trouvent toujours que l’herbe vert chez l’autre. Pour certains, même s’il faut vendre tout ce qui ne l’est pas et friser le ridicule...

          Monsieur SOME contrairement à d’autres, ne fait pas semblant. l’expérience de son vécu de ces deux pays lui permet de comprendre que si Toulouse parait un positionnement appréciable pour certains, Gaoua l’est également. Il n’attend pas que papa incestueux revienne de la chasse pour exalter.

          Répondre à ce message

          • Le 16 août 2023 à 08:39, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

            Bonjour Gwandba,
            Fi de vos mesquines attaques personnelles.
            Tant que vous ferez semblant de ne pas comprendre ce que je dis, tant que vous serez incapable de répondre, argument pour argument, factuel pour factuel,... j’éviterais de rentrer dans ce petit jeu minable, qui consiste à attaquer l’autre sur une vie phantasmée, scénarisée par votre seul psychotique cerveau et votre égo empli de frustrations.

            Répondre à ce message

            • Le 16 août 2023 à 15:01, par Gwandba En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

              kwiliga

              Participer aux discussions avec plusieurs interlocuteurs laisse des chances d’être contredit. Me concernant, je cherche la contradiction de sorte à m’élever pour plus d’ouverture et de compréhension. Raison pour laquelle je ne fuis jamais les désaccords même les sous entendus.

              J’assume mes positions car mes actes, mes peines, mes espoirs, je sais les dire au su de tous. Ce qui n’est pas le cas pour certains. Vous m’en voudrez certainement mais je vais le dire. Ceux qui recrutent les terroristes ne peuvent pas le dire au grand jour.

              "tant que vous serez incapable de répondre, argument pour argument, factuel pour factuel"

              Auriez-vous un seul exemple pour illustrer vos propos ???

              "attaquer l’autre sur une vie phantasmée, scénarisée par votre seul psychotique cerveau et votre égo empli de frustrations."

              Dois-je considéré ces propos comme "vos arguments" ??

              Est-à dire que les arguments de l’autres n’existent que lorsqu’il vous caresse dans le sens des poils ?

              Au plaisir de vous lire...

              Répondre à ce message

              • Le 17 août 2023 à 08:36, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

                Bonjour Gwandba,
                "attaquer l’autre sur une vie phantasmée, scénarisée par votre seul psychotique cerveau et votre égo empli de frustrations."

                Dois-je considéré ces propos comme "vos arguments" ??

                Mais bien sûr que non, ce sont vos arguments à vous Gwandba.
                De mon côté, je me suis toujours évité tout attaque personnel à votre égard, même quand vous m’avez tendu le perche, vous décrivant équipé de grandes dreadlocks,...
                Quant à : ""tant que vous serez incapable de répondre, argument pour argument, factuel pour factuel"
                Les exemples sont légion, mais je ne vais pas revenir sur les nombreux débats qui nous ont opposé.
                Prenons simplement deux exemples récents :
                - Votre point de vue sur l’immixtion de l’exécutif et du militaire dans les affaires du judiciaire ?
                - Votre point de vue sur l’immixtion de l’exécutif dans les affaires de liberté de la presse ?
                Dans l’impatience de recueillir vos opinions sur ces deux sujets.

                Répondre à ce message

                • Le 19 août 2023 à 00:22, par Gwandba En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

                  Bonsoir Kwiliga.
                  Depuis ma position où votre pseudo se prononce Kwilga... mais ceci n’est pas vraiment un souci car, nous considérant dans un monde où la forme prime sur le fond, au moins le temps de vous lire et vous répondre. D’autant que dans ce monde, vaut mieux s’habiller d’un pseudo au cas où les contenus des postes ne corroborent pas ce que l’on est dans la vraie vie.

                  Je pourrais me tromper mais vous êtes d’accord avec moi que parmi nous, sur les différents forums, tous ne sont pas des amis de nos vies.

                  Il y a ceux qui, animés de bons sentiments cherchent les bonnes voies pour sortir nos pays des mains de ceux qui font semblant alors qu’ils sont en réalité ceux qui recrutent les terroristes pour commettre ces meurtres abominables.

                  Comment peut on, dans la situation actuelle, donc "factuelle" (même si ça vient de nos propres constats et non celui des occidentaux même s’il ne sont pas de facto, nos ennemies), de nos pays ensanglantés par les terroristes, vouloir laisser nos portes ouvertes à toutes les fenêtres ???
                  C’est à dire permettre, comme de par le passé, à d’autres de nous dicter nos marches à suivre ??? D’autant que nous l’avons expérimenté mais ça ne marche pas. Ou du moins dans nos sens.

                  Quant à mes arguments, aussi tenté que vous sachiez les identifier, ils peuvent ne pas vous convenir mais n’attendent pas que vous déterminiez le style, la temporalité ou leurs origines pour exister.
                  Vous les contredisez avec les vôtres ou acceptiez que la nature est une mosaïque qui n’a que faire des susceptibilité des uns et des autres.

                  "je me suis toujours évité tout attaque personnel à votre égard, même quand vous m’avez tendu le perche, vous décrivant équipé de grandes dreadlocks"

                  Je penses vous l’avoir déjà indiquer dans des postes précédents, me joindre aux échanges veut dire que j’accepte que l’on me reprenne et me fasse m’ouvrir davantage sans aucune susceptibilité.
                  Sinon, je reste dans coin, par crainte de me dénuder (au sens figuré), devant les autres. Ce qui peut me laisser croire que tout ce que les autres disent est pour ma pomme.

                  Venons-en aux dreadloks. A certains lieux comme sur les forums, par exemple, beaucoup usent de stratagèmes pour faire ce qu’il y a, à faire, se retrouver. Me concernant, ma petite vie est entièrement dédiée au retour de la paix dans nos pays. Il en sera ainsi jusqu’à ce qu’elle revienne !!!

                  Si par hasard, la vie nous amène à nous rencontrer, vous verrez que je suis poivre sel mais pas encore avec des dreadlocks. ça pourrait venir mais pour l’instant, bien malin qui saura m’identifier formellement dans une foule. D’autant que ma foule depuis un certains temps est uniforme et pas mosaïque ;-)

                  "Votre point de vue sur l’immixtion de l’exécutif et du militaire dans les affaires du judiciaire ?"
                  Votre point de vue sur l’immixtion de l’exécutif dans les affaires de liberté de la presse ?

                  Sur ces deux points, je vous avais déjà fait une réponse dans un poste précédant mais je vais quand-même me répéter car, je considère que c’est une occasion supplémentaire pour vous, de vérifier si je suis ou pas cohérent dans ce que je dis.

                  Dans une situation où chaque citoyen doit être en veille, de l’exécutif jusqu’au lambda, (certaines initiatives peuvent sembler excessifs), au vu de l’état d’exception dans lequel nous nous trouvons.
                  Nous pouvons souffrir si cela nous chante mais, il y a des sujets qui ne peuvent pas être vannés à la place du marché grouillant d’ennemies. (Ailleurs c’est l’interdiction totale ou 20 ans de prison).

                  Les règles d’un pays en guerre ne sont pas les mêmes qu’en période de paix. Raison pour laquelle, lorsque certains de nos concitoyens, vous Kwiliga en premier, levaient le bouclier pour scander un pseudo musellement de la presse lorsque des journalistes, (se prétendent-ils) étaient convoqués pour des besoins d’investigations qui ont d’ailleurs finit par des condamnations et des relax pour bénéfice du doute, je ne vous ai plus entendu aborder le sujet. Qu’en dites-vous ??? d’autant qu’en France, des média sont purement et simplement interdit d’émettre. Là aussi, vous êtes dans un silence total depuis. Que se passe-t-il ???

                  J’espère que votre impatience n’a pas été vaine.
                  Le plaisir serait pour moi de connaitre vos avis sur tous ces points.
                  Cordialement

                  Répondre à ce message

                  • Le 20 août 2023 à 10:00, par kwiliga En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

                    Bonjour Gwandba,
                    Vous avez écrit hier : "Si par hasard, la vie nous amène à nous rencontrer, vous verrez que je suis poivre sel mais pas encore avec des dreadlocks. ça pourrait venir mais pour l’instant, bien malin qui saura m’identifier formellement dans une foule."
                    Alors que vous écriviez le 31 juillet sur ce même forum, en réponse à l’internaute Passakziri : "Je m’arrête là, parce que notre vaillant et digne capitaine arrive. On se croise à l’aéroport ?? pour me reconnaitre, j’ai des locks imposants poivre sel coiffant ma tête. ;-)"
                    Désolé, mais c’est vous qui avez donné dette indication capillaire, ce n’est pas moi qui l’ai inventée !
                    Bon, pour parler de choses sérieuses, sachez que, dans toute sorte de gouvernance, quelle soit démocratique et encore davantage lorsqu’elle se fait tyrannique, je suis pour que vivent les "contre-pouvoirs, ce qui implique donc une complète liberté de la presse et une totale indépendance de la justice ; notre législatif, fabriqué de toutes pièces, n’étant malheureusement plus un contre-pouvoir.
                    Le prétexte de la guerre, que notre putschiste gouvernement peut faire perdurer à loisir, puisque qu’étant martial, lui seul en a le contrôle, ne peut justifier le musèlement, dans un premier temps des organes internationaux et aujourd’hui de notre presse nationale.
                    Les condamnations ou relaxes que vous évoquez, ne l’ont été ni pour une interview ni pour la rédaction d’un article, mais pour une sombre histoire que la justice de notre pays à su traiter en toute impartialité et je m’en félicite.
                    Mais je vous invite à ne point tout mélanger et à bien repérer ce qui relève de la sphère privée et, à l’inverse, ce qui découle naturellement de la fonction de journaliste : l’information pleine et entière de la population, car sans information valable et éventuellement contradictoire, le peuple n’est qu’objet de manipulation.
                    Concernant les médias interdits d’émettre en France, je suppose que vous parlez de RT et Sputnik, médias de propagande Russe favorables à l’invasion de l’Ukraine, dont l’interdiction a été annoncée par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, j’en suis profondément scandalisée et estime cette mesure est un danger pour la liberté d’expression.
                    Voilà, je me suis efforcé de répondre à vos questions, alors que j’attends toujours votre opinion sur : ""Votre point de vue sur l’immixtion de l’exécutif et du militaire dans les affaires du judiciaire ?"
                    Bon, d’un autre côté, si c’est pour me répondre que nous sommes en guerre et que, du fait, les militaires peuvent bien venir en armes, libérer une "guérisseuse" des griffes de la justice...
                    Admettons alors que nous sommes sous régime dictatorial et que les militaires peuvent tout faire,... sauf chasser les terroristes.

                    Répondre à ce message

                    • Le 20 août 2023 à 23:00, par Gwandba En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

                      Kwiliga

                      "Désolé, mais c’est vous qui avez donné dette indication capillaire, ce n’est pas moi qui l’ai inventée !"

                      Ne soyez du tout désolé. Ceux auxquels ce message n’est pas adressés vont certainement comme vous, comprendre de travers. C’est aussi un peu le but.

                      Ma méthode pour vous répondre est la même que toujours. C’est à dire POINT par POINT et non une fausse synthèse voulant laisser penser que, comme vous mon interlocuteur ne répond pas.

                      Pour les contres pouvoirs, j’espère que même dans votre sphère, votre monde ou l’aspiration que avez de ce qu’il doit être, ils y sont, et vous vous battrez pour qu’ils existent !!!
                      Parce que dans un monde où l’on recherche que du sensationnel, les flatteries destinées à endormir les moins vifs et les plus moins vertueux, peu importe que le fond soit creux, que les conséquences de l’envie de plaire soient mortifères pour soi et les autres, l’absence de contre pouvoir ne fait que précipiter la chute irréversible dans les méandres de la désolation et des regrets !!! Voyez-même Blaise Compaoré. :-)

                      Quant à la complète liberté de la presse, elle ne peut non plus être un boulevard pour tout et n’importe quoi ! Surtout quand des vies risquent le péril en fonction de ce que l’on transmet comme informations ou que l’on souhaite transmettre découlant de nos espérances et de ses propres interêts. (il y a beaucoup de nuances.)

                      La liberté de la presse ne peut se faire que lorsque les acteurs assument leurs responsabilités et si d’aventure, ils sont invités à s’expliquer sur un sujet, ceci ne doit pas être brandi précipitamment et insidieusement comme vous l’avez lorsque des journaleux d’Oméga sont invités à s’expliquer sur des affaires les concernant.

                      "sachez que, dans toute sorte de gouvernance, quelle soit démocratique et davantage (devrait suffire) lorsqu’elle se fait tyrannique, je suis pour que vivent les "contre-pouvoirs"

                      Comme dirait l’autre, vous pissez dans un violon ou une fois encore, l’intention est insidieuse parce que qui ne souhaite pas un contre pouvoir et une liberté totale de presse et toutes les institutions ???

                      "Le prétexte de la guerre, que notre putschiste gouvernement peut faire perdurer à loisir, puisque qu’étant martial, lui seul en a le contrôle, ne peut justifier le musèlement, dans un premier temps des organes internationaux et aujourd’hui de notre presse nationale."

                      Alors là, vous n’avez pas été du tout prudent !!!

                      Parce qu’effectivement, il y a ceux pour lesquels la guerre que subissent nombres de nos pays et son lot de morts n’est rien d’autre "qu’un prétexte".

                      Je veux parler de ceux qui sont de connivences avec ces assassins de terroristes et jouent les équilibristes pour cacher leurs forfaitures.

                      Je veux aussi parler de ceux qui, sans une once de dignité ni honneur recrutent ces terroristes pour commettre ces meurtres dans nos populations et tentent saper toute bonne initiative de nos autorités.

                      Je veux surtout parler de ceux qui désiiirent se faire embaucher comme traitres en puissances à la soldes de nos ennemies en tombant dans une fausse subversivité.

                      Je veux parler de ces illégitimes dieux chefs de guerres, leurs commis ou ceux qui aspirent à le devenir, se cachant lâchement parce qu’indignes, ils souhaitent construire leurs bonheurs à travers les fleuves de sans de nos populations qui coulent comme des torrents.

                      "je vous invite à ne point tout mélanger et à bien repérer ce qui relève de la sphère privée et, à l’inverse, ce qui découle naturellement de la fonction de journaliste"

                      Voulez laisser penser qu’ils ont été invités à s’expliquer parce qu’ils sont que journaliste ???

                      Nooonnn... J’espère que vous n’allez pas tomber si bas ?!
                      Malgré nos oppositions franches, pour ce qui me concerne, je respect vos possibilités. Ou du moins, celles qui sont saines.
                      Je ne les met pas au niveau que ceux du pauvre troll disait qu’un mois salaire en France équivaut à 12 mois au Burkina.

                      "Concernant les médias interdits d’émettre en France, je suppose que vous parlez de RT et Sputnik, médias de propagande Russe favorables à l’invasion de l’Ukraine, dont l’interdiction a été annoncée par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen,"

                      Vaut mieux parfois ne pas trop parler pour ne rien dire !!!

                      Il y a interdiction ou pas ???

                      "Voilà, je me suis efforcé de répondre à vos questions, alors que j’attends toujours votre opinion sur : ""Votre point de vue sur l’immixtion de l’exécutif et du militaire dans les affaires du judiciaire ?"
                      Bon, d’un autre côté, si c’est pour me répondre que nous sommes en guerre et que, du fait, les militaires peuvent bien venir en armes, libérer une "guérisseuse" des griffes de la justice...
                      "

                      Pour vous permettre d’avoir des outils et vérifier la cohérence ou non de mes propos, je renvoi à nos dernières échanges sur ce même forum. Parce que mille expériences expliquées ne valent pas une seule vécue !!!
                      Revenez moi pour que nous puissions enfin quitter dans ça !!!!

                      Répondre à ce message

                • Le 19 août 2023 à 13:47, par Bajazet En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

                  @kwiliga
                  Kwiliga, j’ai adoré votre fable sur l’oiseau, la vache et le chacal, mais les réponses ont été bloquées sur cette page-lâ.

                  Répondre à ce message

    • Le 14 août 2023 à 12:57, par Menet En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      "À votre avis, pourquoi France24, RFI, VOA, etc. ne font aucun cas de la crise qui sévit en France depuis maintenant quelques années avec des grèves à répétition."
      Je vous cite et me permets de vous dire que ce que vous affirmez est absolument FAUX.
      Je vous invite à réécouter plus attentivement les journaux de ces chaînes.

      Répondre à ce message

    • Le 16 août 2023 à 18:30, par CHAKALA En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      C’est vous qui êtes attristant. votre analyse est longue et partisane. La démarche n’est pas analytique et donc pas critique.

      Je trouve cet écris empreint de maturité et de de recul. bravo à lui. Très pertinent

      Répondre à ce message

    • Le 30 août 2023 à 01:12, par Sidbe En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Avis entièrement partagé !
      Le professionnalisme de nos média est de plus en plus remise en cause. Aujourd’hui les réseaux sociaux, avec l’avènement du genre nouveau "influenceurs" ont une meilleurs lectures du contexte socio politique.
      Aucun media n’est neutre. Il y’a toujours des sous attendus et des orientations en donnant la visibilité a x ou y. Mais si c’est vrai que cette suspension peut être jugée sévère, elle a des visées pédagogiques.

      Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 14:22, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    C est comme cela quand ceux qui doivent avoir le courage de dire la vérité se transforment en courtisans. Concernant la fameuse prise de parole concernant la guérisseuse, remarquons que c était devant les forces dites vives d une région, et ces formes acclamaient ces dérives au moment où elles auraient pu attirer son attention. Ainsi nous sommes spécialisés au Burkina à accompagner les gens qui foncent vers un mur en les y poussant. Certains sont mêmes capables de pousser le mur vers vous s ils estiment que vous n y avancez pas vite. Ceux qui voyant venir le crash , quand ils crient « attention ! » , les pousseurs eux se précipitent pour crier à l aigreur, la jalousie, etc. Au coureur de savoir quelle voix il veut entendre.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 15:17, par Negblanc En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Mr Sana, cette fois tout à fait d’accord avec vous ! Les bras de fer entre exécutif et la justice ne sont pas
    rares mêmes dans les pays dits démocratiques de l’Occident. C’était le cas en Belgique quand on homme d’affaires d’un pays d’Europe de l’Est a été inculpé et l’exécutif l’a fait libéré 😉. En France, le président et la
    police sont actuellement à couteaux tirés. Toute fois dans les cas que vous analysez j’admets qu’il y a beaucoup d’amateurismes, d’erreurs graves et de gros risques pour nous tous si cela continue. J’espère que le mspr2 se reprendra.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 16:55, par Vrai visionnaire En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Cher Sana, vous avez dit vrai ce que plusieurs ruminent en bas. En effet, lorsque le pouvoir est entre les mains des militaires, tout le monde se méfie à cause certainement de leur calach.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 17:06, par Ka En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    ‘’’’’’’’’’’’Le Burkina Faso est attaqué par les groupes terroristes dont certains sont de la franchise de Al Qaeda comme le JNIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, regroupement de plusieurs entités) et ceux liés à l’Etat islamique aussi appelé Daesch. Cela fait huit ans que nous sommes dans cet enfer qui a fait des milliers de morts et deux millions de personnes déplacées.’’’’’’’’’’’

    Merci mon jeune Guy pour cette analyse pertinente : Et comme je ne cesse de le répéter dans ce forum aux dirigeants de notre pays, de Blaise Compaoré à M. Kafando, passant par Roch Kaboré a Damiba,’’’’’ un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables comme interdire la presse et les radios et télés qui reste un musèlement pur et simple, n’a aucun avenir dans un pays comme celui des hommes intègres. Ce n’est pas avec les obséquieuses louanges et les cirages de pompes à tout vat qu’on progresse, mais tenir ses promesses vis-à-vis de son peuple, quitte à ce qu’elles soient désagréables.

    Ce que ce régime nous montre, c’est des théories de copier-coller virtuel des idées de Thomas Sankara pour berner le monde : On n’est dans un régime de monarchie absolue de droit divin, où prévalait les agissements arbitraires.

    Et je conseille a notre jeune président que le meilleur allié du dirigeant actuel moderne, qui a de l’envergure et qui veut aller de l’avant... c’est la critique, l’écoute oreilles grandes ouvertes tous azimuts, Ce n’est pas la flatterie d’un aréopage de porte-cotons. Surtout je le recommande de relire La Fontaine (s’il ne le connaît pas par cœur, à commencer par "Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute" !
    Parler sans l’avis de son peuple de soutenir ceux qui prennent le pouvoir par les armes en oubliant les institutions si on n’a le pouvoir qui n’a pas été donné par ce même peuple, est d’être au-dessus des lois, ou être un terroriste institutionnel. On parle de soutenir d’autres pays voisins avec arrogance si seulement son pays est en paix et stable.
    Au Burkina les terroristes sont aux portes du pouvoir avec a la clé deux millions de déplacés : Le jeune président et son clan qui oublie ce danger que de jouer la prétention sans le peuple à vouloir éteindre le feu chez le voisin tant dit que chez soi, les flammes ravage tout, est mettre le Burkina a genou.

    Il est temp que le régime de force descend sur terre. Il faut stabiliser le pays avant d’avoir l’arrogance de montrer au monde qu’on s’en fou des institutions fortes qui arrosent les racines de la démocratie dans la paix et le développement. Oui mon jeune Guy, ’’il est dangereux de vouloir voir des problèmes là où il n’y en a pas" comme soutenir la destruction des institutions par d’autres pays’’... mais il est encore plus dangereux de ne pas voir les problèmes là où il y en a comme les terroristes dont ils ont promis au peuple d’éradiquer et remettre le pouvoir a qui de droit, dont de nos jours qu’on peut qualifier de mensonge.

    Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut voir, et il semblerait que ce régime en fasse partie, et qui est très dangereux pour l’avenir de notre pays. On ne peut pas passer toute sa vie à chanter sur tous les toits "Tout va très bien Madame la Marquise" en ignorant ce qui se passe sur le terrain. Tôt ou tard, la réalité des faits devient évidente à tout le monde, et en particulier à ceux qui vous flattent alimentairement. Une chose est certaine, ’’’’le libéralisme conduit inexorablement à la dérive morale, l’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie totale. Souvent la vérité du vieux Ka rougit les yeux mais ne les casse pas.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 17:12, par PS En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    C’est un article qui ne dit pas la vérité.
    C’est par ce que le pays existe qu’il fait partie d’unstitutions. Alors si nous sommes dans une institution qui veut que nous soyons la vache laitière, nous n’avons pas de raison d’y êtres.
    Sana, quand on va au cinéma et que l’on achète le billet, c’est l’on veut voir le film. Si on sait que l’on va nous interdire le film, alors on achète pas le billet ; on regarde l’affiche et on fou le camp.
    Une institution qui ne nous arrange pas, on l’a quitté et c’est tout.
    A mon humble avis, une institution comme la CEDEAO qui nous a démontrer qu’elle s’en fichait pas mal de notre pays, on devait l’avoir déjà quitté. Oui, quand les terroristes tuent, la CEDEAO ne dit rien, mais quand on prend le pouvoir pour reprendre le pays des mains des terroristes c’est là que la CEDEAO a les moyens militaires pour remettre les déchus à leurs postes. C’est quoi ce cirque ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 17:14, par HA En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    M. Sana merci pour ça "Si les dirigeants exercent leur pouvoir avec équité, justice, intégrité, amour de leurs concitoyens, le pouvoir devient captivant et a une qualité et une aura auprès du peuple qui l’aime en retour et est prêt aux sacrifices demandés.". Je te tire mon chapeau pour cette partie en guise de conclusion.

    Disons que le MPSR est venu en mission spéciale qu’il s’est auto-assigné, ces gars ne sont pas là pour les valeurs démocratiques. Ils n’ont aucun attachement à la démocratie. Que pense le MPSR du rôle de l’Etat et des institutions politiques ? Que pense le MPSR d’une fonction publique compétente, intègre et impartiale ? (pour le moment J’observe d’abord les concepts émis par Basolma et je ne vois pas des conditions qui devraient les accompagner : tout est tourné vers la souveraineté). Pourquoi le MPSR qui prône la compétence, l’intégrité, impartialité, transparence et équité au niveau de la fonction publique ne peut-il pas le généraliser dans le pouvoir judicaire ? L’existence d’une magistrature compétente, intègre et indépendante du pouvoir politique est pour les démocrates un rouage essentiel d’une société démocratique. Avec l’affaire dite de "guérisseuse de komsilga" j’ai pu observer un peu le comportement du MPSR où il a crié au complot contre son pouvoir. Le MPSR au lieu de veiller à procurer aux magistrats des conditions garantissant leur compétence, leur intégrité, leur impartialité et leur liberté professionnelle s’est permis d’attaquer la justice en plein cœur. Même quand les décisions des tribunaux s’écartent de leurs propres convictions, le MPSR pouvait se prévaloir au besoin des recours qui leur étaient disponibles, et le MPSR a manifesté ici la plus grande attaque contre celles-ci en envoyant des blindés au tribunal de grande instance 2. La compétence et l’intégrité de l’appareil gouvernemental de notre pays, sauf cas exceptionnels, devraient être rarement mises en doute. C’est une telle société que nous autres nous aspirons pour nous même et les générations futures.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 18:43, par wedmous En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Très bonnes analyse et suggestions monsieur Sana,

    Je voudrais cependant dire que cette attitude que doit adopter le chef de l’état devra également être observée par tous les autres tenant du pouvoir dans ce contexte difficile pour le pays. Autant la parole et les actes du chef de l’état sont sacrés, autant les actes et la parole des autres tenants du pouvoir contribuent inéluctablement à conduire le pays vers des lendemains meilleurs. Mais si certains tenants du pouvoir n’hésitent pas à remuer le couteau dans la plaie, souvent avec pour seul objectif de déstabiliser le régime, là aussi, il y a problème. Il faut savoir raison garder face à certaines difficultés que nous rencontrons en termes de gouvernance des questions de droit, de développement et de lutte contre le terrorisme. Oui, on peut être d’accord que le chef ne devait pas répondre de la sorte à la question de la guérisseuse. Mais est-ce que les autres tenants du pouvoir dans le traitement du dossier ont mis en avant la recherche de la paix et du renforcement de la cohésion. Est-ce que certains actes posés étaient vraiment nécessaires ??? Le contexte est vraiment fragile. Ce qui commande beaucoup de sagesse et d’adresse dans la gestion de ce type de dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2023 à 19:08, par Alpha2025 En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Félicitation encore à M. Sana pour la pertinence de son article. Je dirais tout simplement que son alarme estt peine perdue car cela est consubstantiel à la nature militaire du régime, qui fait que l’on dérive rapidement vers des formes dictatoriale. Là où la dialectique peut être la solution, on va plutôt vers les rapports de force. Sankara lui même n’y a pas échappé, malgré son intelligence et sa grande culture politique. Quand à Blaise, il avait habillé sa dictature d’un manteau démocratique, ce qui n’empêchait pas ceux qui le gênaient t vraiment de le payer. De plus n’oubliez pas que IB n’est que capitaine. Son niveau ne lui permet pas une approche holistique des problèmes. Sankara était capitaine aussi, certes, mais il avait une formation politique poussée, et une grande culture générale, ce qui n’est pas le cas de IB, qui se ridiculise en voulant imiter Sankara. Le problème soulevé est réel, mais je ne suis pas optimiste quand à la capacité du MPSR à le dépasser.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 00:50, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    1) Notre pays a declaré la mobilistation generale. Notre payse est de facto en situation de guerre même de de juro cela reste en instance de declaration. On en peut pas continuer de vivre dans l’insouciance et la naiveté citadine dans un pays avec près de 1 800 000 refugies. Même le Nigeria, avec une population de plus 100millions, na pas atteint un tel record avec Boko Haram. Arrêtons d’être ideologiquement NAIF. La liberté d’expression doit se soumettre aux imperatifs historiques et de survie nationale et continentale. Cette censure existte même en France, la Terre Sainte de la democratie.
    2) On a vu ici des defenseurs d’IB faire la prison pour avoir mal parlé d’ etrangers. Cela, vous ne le verrez nulle part dans ce monde, ni en FRance, ni aux USA. Aucun de ces etats ne va livrer à sa justice un citoyen qui s’est battu et pesé dans l’interêt d’une portée historique d’une nation. Mais helas, cela s’est passé au Burkina. Et malgré, c’est au detour d’un inciddent qu’on pousse des cris d’orfraie après avoir avalé des chameaux.S’il le faut, il nous faudra de nouvelles institutions en phase avec les aspirations historiques de notre Peuple.
    3) Dans tous les cas, le Grand Juge, l’Histoire des Peuples dira son mot. Que Dieu nous "blesse" (Gohou Michel) et nous "dure" (Morephone) chacun de nous et rdv dans 20ans pour parler du passé. Que Patrice Talon sache que personne n’ecoutera un jour ses confessions. C’est facile de deconner et de prendre des bouffées d’adrenaline sous forme de gelules de confessions.
    MPSR2, Ibrahim Traore, RIGHT or WRONG !

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 07:13, par Yacouba L’Africain En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Analyste et contributions pertinentes pour tous ceux qui aiment ce pays. Cette Transition je ne dirait pas dérive mais a complètement dérivée de sa mission "auto-assignee". Elle s’est enivrée du soutien multiforme des burkinabès a "l’Effort de Paix" tout en restant dans une dynamique "d’effort de guerre et de va t’en en guerre" contre les institutions et a l’international.

    La question essentielle aujourd’hui est de combattre les terroristes, sécuriser le pays, organiser les élections et remettre le pays a un pouvoir démocratiquement élu. Thomas Sankara faisait aimer le pays a l’international ; le pays aujourd’hui a mauvaise cote a l’international.

    A la place de la mission première l’on présente des écrans de fumée qui empêchent le peuple de voir l’horizon hideux vers lequel l’on dérive inexorablement.

    Que les intelligences qui sont auprès du jeune capitaine l’éclairent et rectifient la trajectoire.

    Attention au syndrome de la Transictature.

    Dieu bénisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 07:31, par Auguste En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    M. Sana vous avez beaucoup écrit pour démontrer que vous êtes totalement à côté de la plaque. Cette position vis-à-vis de la CEDEAO est absolument indispensable. Vous parlez de quel soutien ? De grâce vous qui avez la plume, apprenez a voir plus loin que le bout de votre nez.Et si vous ne comprenez rien aux enjeux géopolitiques de grâce taisez-vous
    Merci

    Répondre à ce message

    • Le 16 août 2023 à 10:09, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Bonjour Auguste,
      Il aurait été plus édifiant d’aller plus loin en argumentant pourquoi Mr Sana serait passer á côté de la plaque, pourquoi cette position vis à vis de la CEDEAO est absolument indispensable, pourquoi , pouquoi.... Vous ne l’avez pas fait , alors que lefaso.net a cette largesse de ne pas limiter la longueur de texte. ceci étant, je suis bien obligé de ranger votre commentaire dans le tirroir " affirmations gratuites ".

      Passakziri

      Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 07:55, par Citoyen LAMBDA En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Chapeau bas Mr SANA . Aider un pouvoir ,aider un président à bien gouverner son pays c’est avoir le courage d’attirer son attention sur les insuffisances et erreurs de sa governance . En cela Mr SANA fait bien oeuvre utile . Tout comme Blaise COMPAORE et ses laudateurs n’ont pas écouté NORBERT ZONGO et on préféré le réduire éternellement et voilà comment BC et ses griots sont tristement sortis de l’histoire du BURKINA FASO. Aussi vrai que ça n’arrive pas qu’aux autres ,le grand danger qui guettent le président IB viendra de son entourage immédiat constitué de parents ( frères ,oncles, cousins ,cousines ,sœurs) de co-religionaires ,d’amis et de soutiens opportunistes de circonstance etc. Vraiment je ne comprends pas pourquoi en Afrique nos nouveaux présidents qui arrivent au sommet ne tirent jamais leçon de la fin triste de certains de leurs devanciers et s’engouffrent dans les mêmes pratiques malsaines de gouvernance . Certains IB est militaire et ne semble pas avoir experience et de connaissance de certains grands principes et règles de la gouvernance d’un pays . Reconnaissons qu’il a commis certaines maladresses ces derniers temps et aidons le justement à rectifier le tir plutôt qu’à le soutenir aveuglement ,car cela ne sera pas dans son intérêt et l’intérêt supérieur du pays à court ,moyen ou long terme . Un état normal n’est ni une jungle ,ni un marché où chacun fait n’importe quoi et n’importe comment . Une fois encore Bravo à Mr SANA quoi que certains puissent dire

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 08:16, par Titan En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Une analyse très pertinente. La prestation à Pô comme à Moscou n’était à la hauteur d’un chef d’etat. Les jeunes capitaines devraient s’entourer de bons conseillers et se faire violence pour les écouter. Être à la commande d’un état exige plus que la fouge. Pourquoi ouvrir tellement de fronts contre souvent des gens qui n’ont rien fait si ce n’est faire une critique constructive mais qui ne plaît pas.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 08:19, par Lamda En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Finalement je pense que la place des militaires c’est la caserne. Le capitaine IB est ses compagnons doivent rejoindre leur caserne militaire le plus rapidement possible. Ils disent que le mal du pays c’est les politiciens, pourtant ils font de la politique et ils le font mal...

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 09:28, par Sacksida En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Ecoutez c’est Thomas Sankara qui disait que : "Un Militaire sans formation Politique et Ideologique determinee est un Criminel en Puissance". Voyez Vous, apres plus de 60 ans d’Independance formelle, de misere economique, de Dictature Neocoloniale et parfois de Revolution Democratique Inachevee pour certains pays Africains ; ils se trouve toujours des Africains ou des arrivistes qui croient que la Democratie, la Liberte d’expression, la Gouvernance Vertueuse et Patriotique consequente sont bonnes pratiques pour les autres. Certains pensent qu’ils peuvent reinventer la Roue du processus du Developpement par des pratiques decriees depuis longtemps et sous estiment la conscience des Peuples Africains. Depuis l’esclavage en passant par la Colonisation, la Neocolonisation, des Brimades et des Tyrannies Variantes Inhumaines les Peuples Africains ont toujours lutte contre toute forme de brigandages politiques et societales. Dans l’histoire politique, aucun responsable ne peut et ne doit hypothequer l’avenir radieux d’un Peuple Africains ou Burkinabe a cause de son comportememts pour des Interets Personnels Egoistes et falacieux. Il faut savoir que c’est le niveau appreciable de la Democratie Populaire et de la Gouvernance Vertueuse et Transparente qui determinent le niveau de Developpement Economique.et Social fondamental. Tout le contraire abouti a la Dictature Neocoloniale et a la Bourgeoisie des Dirigeants Politiques Corrompus et Detourneurs Crapileux des Deniers Publics. Il ne faut pas se Tromper. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 09:42, par Renault HÉLIE En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    J’ai au moins compris quelque chose en parcourant Lefaso.net depuis un an :
    - De nombreux Burkinabè restent solides et sages, qualités primordiales des Burkinabè, mais la majorité n’ose pas trop exprimer ses inquiétudes dans une atmosphère stressante.
    - Une minorité d’irresponsables, souvent tapis bien au calme et le ventre plein chez les Toubabs, approuve de façon irréfléchie les décisions du premier galonné venu, même s’il risque d’isoler le pays de façon ingérable.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 11:00, par SOME En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Effectivement Il faut le dire haut et fort : il y a danger en la demeure avec des scribouilleurs du genre guy sana, qui n’arrive plus sa cacher sa position. Non Non M Sana tu crois detenir du pouvoir et etre intouchable parce que tu ecris des articles en tant que journaliste. Detenir une carte de presse ne fait pas de toi une personne intouchable, un super citoyen. Bien au contraire ! tu es investi d’une grande responsabilite qui sied a une personne doit etre nantie d’une certaine haute moralité. Aujourd’hui rares sont ces vrais journalistes. Mon intervention peut etre censurée ou non, je n’en suis pas la premiere fois, surtout quand je contrecarre des individus du type Guy sana qui se croit detenteur de la verité a dicter aux gouvernants alors qu’on a l’habitude de voir ses louvoiements d’ennemi de l’interieur en valet locaux. Non M Sana tu exageres maintenant !

    Que gagnons-nous à lutter contre ceux qui n’ont pas pris les armes et à laisser les groupes terroristes ? Oui certains ont bel et bien pris les armes, lorsque meme ils tentent de nous croire le contraire ; et ils l’ont fait depuis bien longtemps. Quels sont les avantages pour le Burkina Faso de ses querelles internes alors que le monde s’embrase et que les questions se complexifient ? Quel est le rapport coût / bénéfice en termes d’image pour le pouvoir, le MPSR2 et son président ?
    Ben Non ! inutile de te lancer dans des contorsions pseudo intellectuelles ou intellectualistes qui cachent mal tes basses manoeuvres. Nous avons l’habitude de te lire sur lefasonet : chassez le naturel, il reviendra au galop !. Te crois tu plus nformé que les dirigeants de ce pays ? Encore plus que l’ANR ? Crois tu etre plus au parfum de comment diriger ce pays a cette etape actuelle de son histoire, excepté nous deblaterer cette sempiternelle rengaine que tu nous resserts chaque fois sous les oripeaux de la soi disant liberte de la presse ? Mais on sait aussi que ces provocations font partie de la tactique dans la feuille de route recue. J’eus apprecié que tu nous donne les causes et l’origine des éléments qui ont generé …la défaillance de notre Etat.. Tout mal s’attaque a la racine !

    Le capitaine Ibrahim Traoré va finir par s’expliquer sur cette affaire. Lui qui d’habitude prend bien la lumière fera une prestation catastrophique. Pourquoi a-t-il parlé ? Pourquoi l’a-t-on envoyé au casse-pipe, s’interroge -t-on toujours ? Les maladresses comme de ne pas avoir condamné les violences contre le quinquagénaire, l’intrusion des militaires, les propos et l’émotion qui le submergeait ont fait de cette vidéo, une communication préjudiciable au pouvoir. Le chef de l’Etat n’est pas encore habité par sa fonction de président de tous les Burkinabè. Il ne doit pas donner l’impression de prendre un parti, un intérêt autre que celui de l’Etat et du pays. Et plus loin tu ajoutes Peut-être qu’elles sont du fait du capitaine président lui-même et de son mode de fonctionnement.

    Voila l’objectif principal de ton article malgré tes contorsions.
    La justice est faite pour tous. Et la loi est la même pour tous, quelle que soit votre fonction, quel que soit le bien que vous pouvez faire aux autres. Les magistrats jugent au nom du peuple selon les lois votées par les représentants du peuple. Ils ne peuvent pas orde onner des choses que la loi n’a pas prescrites. C’est normal que le chef militaire ne sache pas ces choses Que prétends tu nous apprendre ici ? Te crois tu plus intelligent que Traore ou son equipe ? Je ne te repondrai point en details sinon que je te ramene a l’intervention de traore. Mais je sais : tu l’as ecouté avec la mauvaise foi pour y lire ce que toi tu veux. Il est grand temps que l’on nettoie cette pourriture des pourritures dans notre etat que constitue notre système judiciaire actuel.

    Mais il y a d’autres fautifs dans la chaîne de commandement, les différents ministères impliqués dans l’affaire : notamment le ministre de la justice, le directeur de l’ANR, et le ministre de la sécurité auraient dû s’expliquer avant le président
    on te voit venir avec ta tactique : tu penses que l’ANR doit s’expliquer ? Que sais tu de la fonction de l’ANR ? T’es tu posé la question pourquoi il a fallu que ce soit traore lui-même qui vienne parler de cette affaire ? De plus tu remets en doute (ce qui est de ton plein droit) ces explications sans apporter le moindre element qui m’incite a me poser des questions sur la version officielle. Bien au contraire : cette demarche actuelle que tu prends ainsi que d’autres elements demontrent la justesse de la position du gouvernement, et une trop grande lenience du gouvernement face a cette histoire qu’on a transformée en affaire, dans une tentative de se frayer une autre breche. La question n’est pas …qu’est-ce que le gouvernement recherche ?, mais qu’est ce que certains d’entre nous recherchent, dont toi ?

    N’avons-nous pas des problèmes plus importants ? Le président Ibrahim Traoré à qui certains ont donné le flambeau de Thomas Sankara sans lui dire qui était l’homme, s’il veut vraiment ressembler à Sankara doit savoir que c’est par la séduction qu’il a réussi à subjuguer les médias qui ont créé le mythe Sankara. Ce n’est pas à coup de suspensions de médias et d’expulsions de journalistes. Ce n‘est que plus clair pour ceux qui ne l’avaient pas compris. M Sana croit pouvoir se faire remarquer et eventuellement subir les foudres de l’état pour se poser en victime et faire son allegence a ses maitres et ainsi exister. Personne d’entre nous n’est bete et nous savons lire comme toi.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 11:30, par Lustre En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Les détenteurs du savoir nous ont donné leur point de vue. Prosternons nous. Il est évident au près des illuminés, des érudits du savoir (comme SANA Guy et autres) que le Président TRAORE adopte la mauvaise méthode.
    Vu que nul de détient la vérité, car il existe plusieurs vérités. Vous et moi n’avons pas le monopole de la connaissance et du savoir.
    Laissons le travailler SVP, vous êtes convaincus qu’ils nous amène droit au mur. Peut être que le mur est un mirage, nul ne sait.

    Répondre à ce message

    • Le 14 août 2023 à 12:10, par SOME En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Mon cher Lustre qu’est ce que tu es de mauvaise foi ! commenent peut on laisser un ignare du genre traore qui conduit le pays droit dans le gouffre ? Malheureusement ceux qui se pretendent etre les intellos qui nous guident de leur lumiere éclatante ne s’averent n’etre que des aveugles non pas physiques mais moraux qui ne revent et ne travaillent que pour detruire ce pays qui commence a sortir du trou ou eux ils l’ont precipité.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 15 août 2023 à 14:28, par kenfo En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

        @SOME : Mr/mme Some : vous écrivez ceci : "comment peut on laisser un ignare du genre traore qui conduit le pays droit dans le gouffre ?" Mais si vous regrettez que vos parents vous est mis au monde, allez vous réconcilier avec eux. On s’en plaindra pas et nous nous porterions mieux. Et si vous avez le sentiment d’être conduit vers un gouffre, eh bien descendez vite et bien.... Ici et maintenant, c’est au tour du Psdt TRAORE de conduire le Burkina, avec nous tous, y compris vous_même, avec ou sans hallucinogènes Plouf, plouf plouf..

        Kenfo

        Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 12:30, par vision En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Bonjour Monsieur Ka,
    @Ka
    Aujourd’hui je veux personnellement m’adresser à Monsieur Ka un grand frère. Depuis très longtemps je lis vos interventions sur Faso.net, vous aviez beaucoup d’expériences et de connaissances à partager, un baobab comme on le dit chez nous et pour cela je vous dois du respect, tradition Africaine oblige en tant qu’Africain.
    Je voudrai vous poser une question en tant que petit frère : pour vous grand frère, c’est quoi la Démocratie pour vous en Afrique, ? Et avant la Démocratie en Afrique, il y avait quoi comme institution politique, sociale ?
    Ces questions parce que tout le temps que je vous lis vous parlez de Démocratie, de quelle Démocratie s’agit-il ? Eclairez moi grand frère avant que nous continuons la discussion. Merci d’avance et avec tous mes respects

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 12:33, par DIA En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Franhement je pense que IB commence à se prendre pour Le Che
    On t’apprecie à cause de ton engagement pour combatre le terrorisme et reduire l’emprise de la France sur notre pays.
    Mais tu commences à rentrer dans beaucoup de choses incongrus et ou tu n’as visiblement pas raison.
    STP, restes dans le cadre du combat initial et ne cherche pas à t’ériger en Héro car les Les Héros sont au cimetière

    Répondre à ce message

    • Le 19 août 2023 à 13:10, par Gwandba En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      DIA
      "Franchement je pense que IB commence à se prendre pour Le Che"

      Ne serait-ce pas votre propre sentiment que vous amalgamez à celui d’Ibrahim TRAORE ?? Vu que la plus part d’entre nous souhaitent être exceptionnels et des perles de collier immortel mais, dès qu’une situation le permettant se présente, tous n’avons pas l’intelligence d’abord de faire ce choix, ensuite manquent de courage pour l’assumer.

      Si le Ché que je respecte puissamment représente pour vous la limite du courage et du sacrifice, pour d’autres, il en est le début. D’autant que son exemple donne en amont l’aperçu des risques que peuvent en courir tous ceux qui optent pour le combat de la paix, la libération totale et la justice.
      Raison pour laquelle vous devez applaudir de vos quatre membres ( pieds et mains) des personnes comme Thomas SANKARA et Ibrahim TRAORE parce proches de nous, la comparaison est accessible par tous.

      "Mais tu commences à rentrer dans beaucoup de choses incongrus et ou tu n’as visiblement pas raison."

      Pouvez-vous nous citer un exemple de ce à quoi vous faites allusion ?

      Parce qu’il arrive dans certains cas que lorsque l’on souffre d’un mal qui handicape tout le corps, il faut plusieurs traitements pour que le seul bénéficiaire qui le corps retrouve la santé et sa mobilité entière.

      Comparé à la situation actuelle du pays, c’est exactement pareil. Sinon on peut faire semblant comme Roch et DAMIBA de chercher des solutions or, la seule chose qu’ils désirent c’est d’êtres des vassaux comme ADO et SALL.

      "STP, restes dans le cadre du combat initial et ne cherche pas à t’ériger en Héro car les Les Héros sont au cimetière."

      Ne vaut-il pas mieux être un héros au cimetière et plus vivant qu’un vivant mort depuis le jour de l’occasion raté d’être une des perles de ce collier immortel ???

      Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 12:42, par KI En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Cette analyse dans cet article nous interpelle et plus particulièrement nos Autorités. Que Dieu donne la sagesse à nos Autorités de nous diriger en ne rejetant pas systématiquement tout son de cloche très critique à leur endroit, surtout lorsque c’est dit dans un esprit constructif. Restons unis, la victoire est proche ! Courage !

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 13:04, par Menet En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    La place des militaires c’est la caserne un point c’est tout.
    Dès que l’on s’éloigne un tant soit peu de ce genre de principes, il ne faut pas s’étonner des désordres.
    Gouverner est un métier. Faire la guerre en est un autre.
    Le mélange des genres n’est jamais heureux.
    Comme dit le diction bien sage : la place de l’église est au milieu du village !....et pas ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 13:05, par LUI En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Franchement personne ne comprend la ligne de conduite de IB et de son entourage.Ils sont plus d’un qui ont placé leur espoir à ces autorités, à y croire dans une profonde sincérité.Et le 30 septembre 2022 dans les rues de Ouagadougou,la multitude de foule qui était dehors était multiforme.Si ces dites panafricanistes étaient là mais la grande majorité était aussi constituée de politiciens de plusieurs bords,d’OSC de renommé et de citoyens sans affiliation qui ont cru en la sincérité de ces jeunes capitaines pour libérer le pays.Et ce dynamismes n’avait besoin que d’être fédéré vers un minimum de consensus autour de la lutte contre le terroriste.Malheureusement,on a vite fait de voir un pouvoir qui s’est vite braqué contre les partisans des partis politiques, braqué contre les autres OCS, braqué contre les syndicats, braqué contre les médias,la justice, la plupart des pays voisins les institutions régionaux,africaines,onusiennes, les occidentaux ....etc à tels enseigne que certains se demandent si le problème ce n’est pas le pouvoir lui même.Aujourd’hui l’insécurité qui gangrène le territoire risque d’être légué au second rend avec tous ces villages qui déguerpissent au profit d’autres fronts dont eux seuls comprennent les tenants et les aboutissants.Ces multiples bagarres ouvertes en tout ka sont loin d’être celle du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 14 août 2023 à 13:38, par Nassirou En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Dans certains poste vous vous dites que la mission première de l’exécutif est d’éradiquer le terrorisme ... Je veux que vous sachiez que ce travail ne peut être fait quand réorganisant certains point dans les institutions pour que quand le terrorisme finira les jeunes qui étaient engagés dans la force du mal et même ceux qui n’étaient pas engagé puisse trouver de quoi faire de leur vie et vivre dignement . Sans tout celà il sera très difficile d’éradiquer ce mal, parce que un jeune qui n’as pas de travail , qui a faim Va toujours accepter la facilité pour sortir de cette précarité...
    Tous les projets lancé par l’État sont bien pensé et la damique donnera des fruits a Long terme...
    Vive le Burkina Faso
    Vive le développement de l’Afrique !

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2023 à 09:27, par Ka En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    ’’’’’’’’’’’’’A’’’’’’’’’’’’’ Vision : Encore une fois, la sagesse m’interpelle et je m’incline. En principe je m’abstiens à répondre à des internautes qui utilisent plusieurs pseudos pour me gratifier et après m’insultent : ça aussi, ça fait partie de la sauce de ma vérité qui rougit les yeux, mais ne les casse pas.

    Ici tes questions très pertinentes méritent des réponses. Surtout que sous l’ombre avec beaucoup de mes camarades, on faisait partie des soutiens infaillibles de la RDP, dont tout dernièrement après avoir rendu hommage a l’idéologue Thomas Sankara père de la révolution démocratique, amoureux du vélo, dans ce forum de Lefaso.net, à la fin de mon hommage à Thomas pédalant tout seul sur son vélo pour un monde meilleur, j’ai posé cette question ’’’’’’’Et après, qu’ont-ils fait du Burkĩndlem après son assassinat ?

    Parlé en mooré du Burkïndhem, c’est parlé d’être né démocrate. Je prends comme référence notre ancêtre Naaba Koutou en réponse aux colons qui lui opprimé, pourquoi se battre pour une liberté qu’il n’aura pas ? En réponse, ’’nous sommes nés libre et démocrate.

    Oui mon jeune Vision, qui que tu sois, même en ce moment difficile dont nos ancêtres ont vécu l’oppression, la démocratie a joué un grand rôle pour la liberté de tout en chacun. Une chose ignorer par les jeunes assoiffés de pouvoir et les gains faciles. Thomas Sankara n’aura jamais soutenu un coup d’état sans fondement, ni une agression contre un pays souverain comme l’Ukraine dont le peuple est opprimé.

    Mon cher internaute vision, la démocratie a ses règles : C’est comme poser la question pourquoi voire toujours des "leçons" chez les autres et vouloir transposer chez nous des situations qui n’ont aucun rapport ? Tirons donc d’abord des leçons de ce qui se passe chez nous et nous concerne directement plutôt que de vouloir cultiver l’analogie et l’amalgame sans raison. La démocratie c’est de pouvoir être objectif, conscient et responsable, qui sont vraiment ses racines.

    De nos jours, la survie de notre démocratie, est entre nos mains. Les mains de tous les révolutionnaires debout pour la justice, comme les suiveurs de Naaba Koutou et autres qui ont lutté pour la liberté de notre pays. Les mains de tous les intègres, qui luttent pour un monde meilleur. Et la question que je me pose après tes questions, ’’Qu’attends nous pour le saisir du Burkĩndlem avec les idées originales de Thomas Sankara, que d’utiliser du copier-coller d’un autre pays pour berner le peuple ?

    Ceux qui crient la patrie ou la mort nous vaincrons de nos jours ne connaissent pas ce que veut dire la démocratie que de manger le pain de la lâcheté comme quelques graines de blé de la Russie et reconnaitre l’agression que Poutine fait subir un pays souverain ?

    Mon jeune Vision, tu me pose une question pertinente en disant : ’’’’Et avant la Démocratie en Afrique, il y avait quoi comme institution politique, sociale ?’’’’

    Depuis la nuit des temps en Afrique, précisément au Burkina dont nous sommes nés démocrate, la démocratie et l’état de droit vont de pair. Donc l’impunité et la démocratie sont incompatibles.

    Je suis farouchement contre la démocratie importée qui est "FAITES CE QUE JE DIS MAIS NE FAITES PAS CE QUE JE FAIS !" Quand on voit ce qui se passe avec des prises de décisions désapprouvé par une nette majorité du peuple, on ne se pose plus de question, la démocratie qui reste la racine de pouvoir s’exprimer librement n’existe plus.

    Et je suis très heureux de lire des réactions diverses, et surtout enrichissantes des internautes de bonne foi sur cette analyse de Guy Sana qui est de la pure vérité pour des intellectuels avertis. Juste une précision : il ne s’agit pas de juger l’auteur de l’article, mais de faire des appréciations, positives ou négatives sur le papier. En somme, le critiquer aussi bien dans son fond que dans sa forme. Et ignorer nos valeurs, surtout que ta question huile le tout, ’’nous prouve qu’aucune nation ne nait grande : Les grandes nations sont l’œuvre de leurs citoyens comme au commencement des personnes comme Naaba Koutou, Ouezzin Coulibaly, Maurice Yaméogo et autres, surtout des martyrs a ne citer que Sankara, Mandela, Lumumba.

    Pour te dire qu’au fond, avant les régimes alimentaires des militaires, la démocratie en Afrique surtout dans notre pays, a puisé ses racines dans notre culture. Et ceux qui n’ont pas de cette culture ne peuvent pas adhérer à la démocratie pure. ’’’’’La culture est la seule valeur pour identifier tout un peuple. Et ceux qui sont les porteurs de ses valeurs culturels sont nos chefs coutumiers, dont leurs continuités des coutumes de l’ancêtre au grand-père, allant au père en fils, restent une référencé de notre jeune démocratie qui cherche son vrai chemin.

    Ce qui m’interpelle a te dire, surtout te confirmer que nos valeurs démocratiques datant dont tu veux connaitre se situaient sur des institutions de régulation sociale, et qui existait dans nos sociétés traditionnelles, nous ne pouvons pas avoir une démocratie pure et forte sans se référé sur ses régulations appliqué autrefois par nos ancêtres et leurs suiveurs.

    Et je dis a nos jeunes dirigeants que" nos sociétés traditionnelles ne sont pas encore mortes, elles vivent, dictent nos réflexions et comportements, et elles sont un réservoir de sagesse encore utilisable pour redresser la barre de nos errements et de la mauvaise imitation des pays voisins. A travers nos continuités des coutumes, le peuple Burkinabé est silencieux et regarde faire, mais né démocrate, si ce peuple dit que ça ne se fait pas, ça ne se fait pas. Et ce n’est pas les internautes de mauvaise foi qui jouent l’autruche, et ne disant pas la vérité a nos autorités qui pourront barrer le peuple né démocrate et libre d’agir contre les prédateurs

    La preuve, organisons un concours national pour faire appel de propositions d’amélioration de notre démocratie sur la base des principes transversaux des différentes sociétés traditionnelles. Je parie que nous serions agréablement surpris. Un peuple en soi, renferme l’intelligence du grand nombre. Ce sont ses dirigeants qui doivent interroger leur aptitude à le diriger. Celui qui dirige un pays qui part a des décisions individuelles calamiteuses, autorise que l’on doute soit de sa bonne foi qui sort des règles de la démocratie.

    Ce qui m’autorise a te confirmer que la montée des populismes identitaires, qui revivifie les discours victimaires et les logiques d’extraversion, est pour la démocratie africaine un danger mortel dont il importe de prendre toute la mesure.

    Aujourd’hui un des enjeux pour la lutte pour le pouvoir comme ça se passe chez nous, au Mali, en Guinée : chacun veut modifier la constitution pour s’assurer un avantage décisif dans l’accession ou le maintien aux commandes de l’Etat. Ce qui affecte inéluctablement, le principe de l’alternance politique et l’enterrement la de démocratie. Les bouleversements politiques dans beaucoup de pays africains, sont déjà des signes révélateurs des difficultés que les dirigeants africains, éprouvent à trouver une solution satisfaisante à la problématique de la gouvernance, la révision constitutionnelle est perçue d’abord comme « une technique d’établissement de la monopolisation du pouvoir par le chef de l’Etat comme ça se passe en ce moment en Centre Afrique : Et ensuite comme « un instrument de pérennisation du système politique.

    Et pourtant on voit clairement que c’est du mensonge érigé en système de gouvernance. Le Burkina de nos jours, joue à "Tout va très bien Madame la Marquise", et on ne supporte pas la moindre critique, même, et surtout, si elle est justifiée. "Il n’y a que la vérité qui blesse, » car c’est une nouvelle forme de dictature avec chantage à l’appui qui se profile à l’horizon pour enterrer définitivement la démocratie.

    Voilà que le Niger commence a copier : Car, la Russie dit, "Je te donne beaucoup de moyens pour ta protection et tu romps tes relations avec un tel".

    Conclusion : Mon cher Vision, Je pense qu’un pays souverain et en plus qui se dit "intègre" devait être libre et démocratique de choisir ses partenaires, tous ses partenaires, anciens ou nouveaux. En regardant la manipulation de la Russie pour recoloniser l’Afrique et les responsables alimentaires tombent comme des mouches dans ses filets, je dis Pauvre Afrique. Il y a tout de même plus de 60 ans d’indépendance. Et ce qui ne regarde que Ka, La démocratie est au point mort au Burkina mon jeune ‘’’’’Vision.’’’’’’ Encore une fois, merci de me lire.

    Répondre à ce message

  • Le 15 août 2023 à 11:20, par Leduc En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Monsieur Guy, vous avez dit l essentiel. Il appartient au capitaine TRAORÉ de considérer ou pas votre interpellation qui, en réalité, est celle de tous ceux qui souhaitent qu il réussisse sa transition et qu’il devienne une légende au Burkina au moins.

    Mais, s il refuse de corriger rapidement les deux erreurs( affaire guérisseuse et affaire radio OMÉGA), c est qu’il a choisi de suivre les ignorants et les anarchistes qui, très probablement, le pousseront à commettre les pires dérives et ainsi à sortir par une toute petite porte.

    En réalité, aucun dictateur n est allé seul. Il y a eu toujours des proches qui, aveuglés par le pouvoir ou mus par l ignorance, ont conduit leur leader à perdre totalement la raison qui pouvait l aider à discipliner ces idées. Un leader doit donc se méfier des anarchistes, des mégalomanes et des laudateurs. Ce sont eux qui poussent rapidement à l erreur.

    Je souhaite que le capitaine TRAORÉ réussisse sa transition. C est pourquoi je pense qu’il est nécessaire qu’il fasse des lois sa boussole. Là il ne va jamais se perdre. Si, compte tenu de son engagement, une loi ne lui permet pas d atteindre son objectif, qui doit rester la lutte contre l insécurité, il peut proposer sa modification à l ALT et laisser celle-ci agir librement. Si, dans ces conditions, l ALT accepte les modifications, alors il peut poursuivre sans crainte. Mais si l ALT refuse, il abandonne ce projet et passe à autre chose. À ce prix, il y aura moins de dérives et il entrera bien dans l histoire de notre pays.

    A l échelle d un pays, mieux vaut échouer que d être cité parmi les sanguinaires.

    Répondre à ce message

  • Le 16 août 2023 à 02:31, par Baoyam En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    L’internauté @liberte a dit beaucoup de choses intéressantes mais j’ajoute quand même.

    Le capitaine Ibrahim Traoré va finir par s’expliquer sur cette affaire. Lui qui d’habitude prend bien la lumière fera une prestation catastrophique. Pourquoi a-t-il parlé ? Pourquoi l’a-t-on envoyé au casse-pipe, s’interroge -t-on toujours ? Les maladresses comme de ne pas avoir condamné les violences contre le quinquagénaire, l’intrusion des militaires, les propos et l’émotion qui le submergeait ont fait de cette vidéo, une communication préjudiciable au pouvoir. Le chef de l’Etat n’est pas encore habité par sa fonction de président de tous les Burkinabè. Il ne doit pas donner l’impression de prendre un parti, un intérêt autre que celui de l’Etat et du pays.

    C’est vrai que cet écrit est une tribune, donc Guy Sana peut dire ce qu’il pense. L’erreur serait de prendre ces opinions pour une lumière universelle. Selon le journaliste, IB Traoré aurait fait une prestation catastrophique. Ce qui est loin d’être vrai. IB Traoré n’a pas la langue de bois d’un président politicien et c’est à son mérite d’ailleurs. Il dit directement ce qu’il pense et beaucoup de gens préfèrent cela à la langue de bois.

    Les magistrats jugent au nom du peuple selon les lois votées par les représentants du peuple. Ils ne peuvent pas ordonner des choses que la loi n’a pas prescrites.

    Il n’a rien de plus faux. Si les acteurs de la justice ne se trompaient pas et si la vérité judiciaire était incontestable, les cours de justice ne seraient pas constituées de plusieurs juges, et le système judiciaire ne serait fait de cour d’appel, etc. Par ailleurs il y a un procureur, un avocat et des juges qui se contredisent alors que tous connaissent la loi. Ce qui prouve qu’il n’y a jamais une seule interprétation du droit encore moins de la justice. Le peuple n’est pas un et la plupart du temps nos lois sont copiées de la France et du système éducatif occidental plutôt qu’inspirées du peuple majoritaire d’ailleurs.

    Vos élucubrations sur les erreurs des conseillers supposent que IB s’est trompé, ce qui n’est pas avéré. Sur le fond de l’affaire, ces mêmes magistrats ont abandonné palais de justice et prison dans les zones menacées, parfois même pas vraiment, malgré leur supposé attachement à la justice et la séparation des pouvoirs. S’il est avéré que la vie d’un prisonnier était menacée ou qu’il y avait une raison de sécurité nationale, c’est bien légitime que l’ANR pare à la menace immédiate, avant de suivre les voies judiciaires pour régulariser la situation.

    Quant au rassemblement sur la lutte antiterroriste, on ne rassemble pas des gens contre leur volonté. IB rassemble la majorité des Burkinabè, notamment les victimes du terrorismes dans les campagnes et provinces qui sont maintenant ravitaillés en nourriture et produits de nécessité au pris d’énormes sacrifices de l’armée.

    La vérité est qu’il y a une catégorie de Burkinabè pour qui la victoire sur les terroristes est un objectif secondaire par rapport à leurs ventres, les injonctions de leurs maîtres et leur avidité d’avoir les gens qui leur plaisent diriger le pays. Pour ces derniers, toutes les occasions sont bonnes pour dénigrer IB, le salir, le discréditer afin de préparer le terrain pour le faire partir. Ces gens là, on ne peut pas les rassembler et on ne peut rien faire pour les plaire.

    Le titre de l’article dit de façon hyperbolique que IB serait en train de se battre contre les institutions du pays (lesquelles d’ailleurs ?). Qui appelle le pouvoir à se battre contre des institutions ? Pourquoi ne pas poser la question inverse : pourquoi certains veulent se battre coûte que coûte contre IB, et que cherchent-ils ?

    Les institutions du pays et ceux qui l’animent sont-ils parfaites ? IB qui s’est attribué l’objectif de réformer le pays, peut-il faire l’économie de s’attaquer aux dysfonctionnements de l’administration ou aux pratiques des groupes d’intérêts ? S’il laissait une prisonnière se faire tuée dans une prison alors qu’il aurait été prévenu, vous serez les premiers à critiquer le pouvoir et l’accuser de tous les maux.

    Répondre à ce message

  • Le 16 août 2023 à 11:41, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Bonjour Baoyam
    " Les institutions du pays et ceux qui l’animent sont-ils parfaites"

    Non, ils ne sont pas parfaits, voilà pourquoi il faut travailler à les interpeller sur leurs défaillances afin de leur donner une chance de s’approcher de la perfection parce que sous les cieux du Burkina, seul IB est parfait et tout ce qui sort de sa bouche , tout geste naissant de son corps transpire cette perfection oh combien jamais égalée nulle part ailleurs dans l’univers. Les imparfaits peuvent voir cela comme la manifestation d’une certaine suffisance, donc comprenez-nous. Nous ne sommes que des mortels malgré tout .

    Passakziri

    Répondre à ce message

    • Le 18 août 2023 à 16:20, par Baoyam En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Nulle part dans mon propos, je n’ai dit qu’IB est parfait ou qu’il ne doive pas être critiqué. Ta réaction à ma réponse est ce qu’on appelle un "troll" c’est-à-dire, un verbiage pour défendre une position dans un débat sans se soucier de la rigueur dans le raisonnement, ni même d’adresser le point de vue de son contradicteur, dans le seul but de projeter à l’opinion l’idée qu’il y a "beaucoup de gens" qui sont pour ou contre un tel ou une telle position. Si tu adressais les arguments que j’ai présentés, le débat serait plus constructif.

      Généralement, les "trolls" n’ont pas pour objectif de mener des critiques constructives. Leurs seuls objectifs est de salir et combattre leurs cibles. Ils servent des intérêts cachés. Et malheureusement, ils sont de plus en plus nombreux dans le forum.

      Répondre à ce message

      • Le 19 août 2023 à 09:51, par Passakziri En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

        Bonjour Baoyam,
        Merci beaucoup pour ce nouveau qualificatif .
        Comme c est vois qui dites que le seul but des troll c est de salir les autres,pas les arguments constructifs , je me garde bien de vous qualifier de ceci ou cela. Relisez juste votre commentaire et parvenu au dernier paragraphe, il ne vous sera plus difficile de trouver le qualificatif objectif qui vous sied. Le reste ? No comment .

        Passakziri

        Répondre à ce message

  • Le 16 août 2023 à 19:00, par Leduc En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Baoyam,
    ce ne sont pas les arguments qui manquent pour tout justifier. Seulement on peut se tromper, soit de bonne foi, soit de mauvaise foi. Dans tous ces deux cas, c est pas bon.

    Soutenons la transition avec raison et non avec passion. C est seulement à ce prix qu elle réussira. A défaut, nous risquons de faire d elle un monstre qui finira par nous dévorer tous. Il y a qu à se rappeler de Hitler. Parce qu’il a été soutenu aveuglément par la grande majorité des allemands, il a commis les pires exactions qui puissent exister et finalement tous ses proches et collaborateurs en ont payé le prix fort. Même Staline a fini par s en prendre à tous ses proches lorsque, par le fait de ces mêmes proches, qui étaient devenus ses laudateurs, il a cru qu’il était un dieu. On peut multiplier les exemples.

    Pour éviter tout ça, nous devons toujours refuser de cautionner les erreurs de nos leaders, qui qu’il soit, tout en les encourageant lorsqu’ils sont sur le droit chemin. Alors, même si je soutiens jusqu’à présent l actuelle transition, je continue de croire qu aucune raison tangible ne justifiait tant l intrusion des militaires dans l enceinte du tribunal ouaga 2 que la suspension de la radio Oméga. Ça été simplement du brigandage et des dérives dictatoriales. Ce n était donc pas bon.

    Répondre à ce message

    • Le 18 août 2023 à 16:24, par Baoyam En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      @Leduc,
      Dans ta ligne d’idée, j’attends que tu cites ce que IB a fait de positif alors. Cela montrerait que tu sais reconnaître son mérite par moment mais critique ses actions quand elles ne sont pas bonnes.

      Répondre à ce message

    • Le 18 août 2023 à 16:30, par Baoyam En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

      Quant à la passion avec laquelle certaines personnes le défendent, il faut comprendre qu’il y a deux millions de Burkinabè chassés de chez eux. Il y a des Burkinabè qui subissent les crimes les plus terribles dans le fin-fond du pays. Et il y a des gens dont toute l’histoire depuis plusieurs siècles s’est produite à un endroit et on les chassés de cet endroit.
      Ces gens ont vu défiler des dirigeants qui se sont montrés incapables de combattre. Ils ont vu en IB un président combatif malgré les difficultés. Pour ces gens là, une histoire d’un usurpateur qui se fait bastonné est une histoire banale devant les menaces qui pèsent sur le pays. C’est pourquoi ils le soutiennent avec passion.
      Pour d’autres, la situation sécuritaire est secondaire devant d’autres motifs. Ceux-ci ne peuvent pas comprendre la passion des premiers.

      Répondre à ce message

  • Le 17 août 2023 à 13:26, par HUG En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Analyse limpide.J admire votre courage.Allons seulement. Il n y a pas de.mauvais roi mais de.mauvais courtisan. Moi HUG j ai dit depuis que le mpsr 2 a emprunté un chemin dangereux et ses supporters aveuglés me traitent de tous les noms et cela avant ces deux evenements.

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2023 à 01:54, par Salvatore En réponse à : Burkina : Le pouvoir doit résister aux appels à se battre contre les institutions

    Promotion des droits de l’Homme : Le rapport alternatif de la CNDH soumis à des échanges à Ouagadougou

    Abdoul Gani Barry Envoyer un courriel il y a 1 jour0 2 minutes de lecture

    PUBLICITE
    0
    Partages
    Partager
    Twitter
    La Commission nationale des droits humains (CNDH), tient une pré-session nationale, ce jeudi 17 août 2023, à Ouagadougou, afin de partager les résultats de son rapport alternatif, avec les organisations de la société civile et les représentations diplomatiques présentes au Burkina Faso. Il s’agit ici, pour les différents acteurs ayant soumis des contributions, de présenter et discuter le contenu de leur rapport étant donné qu’ils ne prendront pas part à la session prévue du 28 août au 1er septembre 2023. Ce rapport alternatif de la CNDH a été élaboré en prélude au 4ème passage du Burkina Faso devant les droits de l’Homme des Nations unies en novembre 2023.

    LA SUITE APRÈS CETTE PUBLICITÉ

    Dans le cadre de l’Examen Périodique Universel (EPU), le Burkina Faso, pour la 4ème fois, fait son passage en novembre 2023, devant les droits de l’Homme des nations unies. A ce titre la Commission nationale des droits humains (CNDH), et la société civile ont élaboré un rapport alternatif, lequel rapport a été présenté ce jeudi 17 août 2023 à ces même acteurs de la société civile et les représentants diplomatiques.

    L’objectif de cette présentation est selon Gonta Alida Henriette DA, Présidente de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) de créer une occasion pour les différents acteurs ayant soumis des contributions, de présenter et discuter le contenu de leur rapport afin de faire des recommandations. En gros, toujours selon ses dires, c’est pour permettre une meilleure collaboration entre la CNDH avec les acteurs de la société civile pour une meilleure prise en compte des recommandations issues du rapport alternatif.

    « L’objectif ici c’est surtout de porter le plaidoyer auprès des chancelleries et partenaires techniques et financiers du Burkina Faso autour des préoccupations et recommandations majeures afin que celles-ci soient portées à l’attention du pays lors de l’examen. Nous nous sommes attelés à pouvoir remettre ce rapport pour que ces acteurs puissent en discuter », a indiqué la présidente de la CNDH.

    Ce rapport soumis aux échanges, évoque 7 points essentiels, à écouter Gonta Alida Henriette DA. Il s’agit entre autres du renforcement institutionnel, de l’impact de la situation sécuritaire sur les droits humains, de la situation de l’orpaillage sur l’impact de l’environnement, sur les expressions de liberté. Pour les échanges, ils sont présentés par les acteurs de la ligue des consommateurs, de ceux du CISC, etc.

    Gonta Alida Henriette DA, Présidente de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH)
    L’élaboration de ce document a été possible grâce au soutien de HCDH et IDLO. Le mécanisme de l’EPU a été établi par l’Assemblée générale de l’ONU le 15 mars 2006 suivant la résolution 60/251. Depuis sa création, le Burkina Faso a pris part aux différents cycles.

    La CNDH est une institution nationale de promotion, de protection et de défense des droits humains du Burkina Faso, créée par la loi n°001-2016/AN du 24 mars 2016 modifiée par la loi N°002-2021/AN du 30 mars 2021.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"