LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

Publié le mardi 6 juin 2023 à 22h25min

PARTAGER :                          
Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

Ce n’est pas la première fois qu’il prône cette solution pour gagner la lutte contre le terrorisme au Burkina Faso. Pour l’ancien ministre des affaires étrangères, Djibrill Bassolé, c’est clair et net, seul le dialogue est le remède miracle. « Je persiste, il nous faut aujourd’hui trouver des voies de dialogue parce que le phénomène a profondément évolué », estime-t-il. L’ancien diplomate burkinabè s’exprimait à l’occasion de la célébration du centenaire de l’Académie des sciences d’outre-mer le vendredi 26 mai 2023, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, depuis la France.

Ancien ministre de la sécurité de 2000 à 2007, Dibrill Bassolé confie que les attaques terroristes ne sont plus le fait d’incursion de groupes djihadistes venus de loin pour imposer une idéologie islamiste. Mais qu’il s’agit plutôt de jeunes burkinabè qui de plus en plus face à la misère et la désespérance adhèrent malheureusement à ces mouvements djihadistes.

« Les mouvements djihadistes recrutent de plus en plus de jeunes dans nos populations », révèle-t-il. Avant de proposer qu’il sied de faire une rétrospection en se posant la question de savoir pourquoi ce phénomène prend-il autant d’ampleur ? « Pourquoi nos jeunes se mobilisent de plus en plus aux côtés des djihadistes pour combattre l’État ? », s’interroge-t-il.

« Nous devons nous remettre en cause ! », poursuit Djibrill Bassolé. De son avis, la faute ne vient pas forcément de l’extérieur car le Burkina Faso traîne des problèmes de gouvernance, de répartition des richesses des régions auxquels s’ajoute l’instabilité.

Par conséquent, Djibrill Bassolé croit dur comme fer que ce n’est que par le dialogue que les autorités pourront amener ces populations à adhérer à l’État en se désolidarisant des « vendeurs d’illusion ».

Pour rappel, la célébration du centenaire de l’Académie des sciences d’outre-mer s’est tenue en présence de responsables politiques dont des chefs d’État en exercice ou anciennement en fonction, des intellectuels et des chercheurs, des dirigeants économiques, des artistes ou des acteurs des sociétés civiles.

Au cours de cet évènement, de grands enjeux environnementaux, démographiques, éducatifs, scientifiques, technologiques, culturels et sociétaux ont fait l’objet de discussions.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 6 juin 2023 à 20:21, par Patriote En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    C’est parce qu’on t’a laissé en liberté que tu parles au hasard. T’es vraiment un débile toi. T’as pas honte de débité de tes inepties ?
    T’es vraiment dégoûtant

  • Le 6 juin 2023 à 20:22, par Aol En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Les partisans du tout militaire ou les gens qui pensent que la guerre est un match de football plus ont tue l’ennemi qu’on gagne la guerre Viendront insulter M. Bassolet sans lire sa pensée.

  • Le 6 juin 2023 à 20:30, par L’indigné En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Enfin, il sort du bois. Du moins après son échec à détruire Aribinda par des véhicules bourrés d’explosifs et de toutes sortes de cabales contre la transition, ils sortent un à un du bois.

    Oui, pourquoi pas le dialogue qui permettrait à ceux qui ont introduit les terroristes dans notre pays en en faisant leur base arrière, d’accéder à la réhabilitation et la gloire.

    Ce monsieur préférera humilier la patrie dans un simulacre de dialogue avec des bandits armés et des renégats et s’élever en tant que médiateur.

    Revenons à nos moutons. il n’y a qu’une destination possible après tout le mal que ce monsieur continue à faire à ce pays : la perpèt...

    Et ils ont le culot de nous demander de ne pas les traiter d’apatrides !

  • Le 6 juin 2023 à 20:34, par Substance Grise En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    MR Bassolet Djibril
    A qui la faute de tout ça ?
    C’est bien à vous les generations des années 30 ;40 ;50 ;60 ;65
    Mais personne ne veut venir reconnaitre son tord et la jeunesse est perdue sans reperes

  • Le 6 juin 2023 à 20:44, par HUG En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Voila un prisonnier qui nous donne des leçons.Gardez votre leçon pour vous car le pion de blaise compaoré damiba n est plus au pouvoir. Tout cela a cause d un pouvoir mouta mouta appelé qui a permis à ce prisonnier d echapper a la justice.Ah j oublais que les tenors du mpp ont ete tous moulés par blaise compaoré. Venez purger votre peine de prison car nous n avons pas lecon a prendre chez un.prisonnier.

  • Le 6 juin 2023 à 20:56, par Nabayouga En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Le général d’opérette en agonie est comme par hasard bien portant et nous donne des leçons alors que lui et son.mentor kouassi blaise compaoré sont responsable de la situation du pays. Honte a toi qu’on disait en agonie. Roch est responsable de ta fuite.

  • Le 6 juin 2023 à 21:02, par TANGA En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    ’’...IL NOUS FAUT TROUVER DES VOIES DE DIALOGUE..’’ Toi et puis qui ?
    Il faut venir dialoguer avec la justice d’abord.
    Ce n’est pas par ce que le grand nombre de morts c’est maintenant des deux côtés que il va dire des choses pareilles. Quand on tuait des innocents, c’était silence radio. Maintenant, les terroristes sont tués aussi et beaucoup. Même si les terroristes sont BEAUCOUP, on va les finir. La jeunesse comprend maintenant qu’il ne faut pas s’y hasarder. Il y a donc de moins en moins de terroristes. C’est ça qui nous vaut la proposition de négocier ?
    Et puis, avec qui ?

  • Le 6 juin 2023 à 21:04, par Nabiiga En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    DIALOGUE D’ACCORD MAIS DIALOGUER SUR QUOI ?

    Lorsque tu parles de dialoguer, refères-tu à ta fuite de la MACA ou dialoguer avec les terroristes dont tu fus l’un des piliers de Blaise Compaoré dans les relations avec les terroristes qui nous terrorissent aujourd’hui.

    Rien ne m’agace plus que cette question de dialogue, de réconcilier et que sais-je. Dialoguer et/ou réconcilier avec qui. Quel sujet fera l’objet de notre dialogue, encore faut-il avoir quelqu’un en face pour dialoguer. Une fois la personne en face, haya, dialoguons mais quel sujet ?

    Toi Djibril, tu t’es crois le plus futé de tous les Burkinabè. Manipulateur par excellence de ton état, profiteur éhonté de tout temps, au lieu de te cacher, faire profile bas pour t’effacer, te voilà en train de monter des podiums par ci par là en qualité de donneur de leçon. Mais, enfin, là encore, pourquoi faut-il s’étonner que tu ne fasses bas profile bas car tu es, après tout cadre de CDP. Trouve-moi le pays le plus terrorisé au monde, et je te dirai le nom du Parti politique de ce pays qui les a invités à terroriser ce pays-là.

    Quelle honte

  • Le 6 juin 2023 à 21:06, par Jeunedame seret En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Djibril veut frapper où ? « « Je persiste, il nous faut aujourd’hui trouver des voies de dialogue... » Peux-tu aussi PERSITER sur l’essentiel de ce dialogue ? Et les interlocuteurs de ce dialogue, peux-tu nous les afficher, ou bien toi même tu es premier partant pour le camp ennemi ? Veux tu dialogue ou conversation ? Dialogue polémique, didactique, dialectique ? Et à quelles fins avec garantie ? Peut-on dialoguer sans sagesse et courage de renoncer d’abord à l’agressivité ? As tu déjà reçu l’avis et la confirmation des agresseurs de déposer les armes pour le dialogue ? Sont-ils aussi prêts à écouter ? Héééiiii...DJIBRINA... viens ici devant tout le monde pour ta politique de dissuasion. Ce qui est bizarre... c’est que tu ne précises même pas où on peut évacuer fermer et éviter les djiadistes après ton dialogue. Ou bien tu réclames au gouvernement désappointement acceptation de défaite ou rendre vite les armes à tes Djiadistes !!!!

  • Le 6 juin 2023 à 21:27, par Souk En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Cela gêne certains de devoir reconnaître que les voyous qui terrorisent le pays sont en majorité un problème interne au Burkina.
    Si on est responsable de ce qui se passe chez nous, on doit cesser de dire qu’on est des victimes de l’étranger.
    C’est le début de la responsabilité et la meilleure voie pour s’en sortir.

  • Le 6 juin 2023 à 21:40, par Lom-Lom En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Ce Monsieur peut continuer d’insulter l’intelligence des Burkinabe. S’il est courageux et honnête, qu’il rentre au pays pour tenir ce discours. En attendant, les Burkinabe ne sont pas nés dans la cour de son père et vont se battre pour netroyer les terroristes et leurs commanditaires ! Si ce Mr Bssollet savait ce que c’était la honte, il disparaîtrait sans demander son reste. Heureusement que Dieu n’est la propriété de personne !

  • Le 6 juin 2023 à 21:46, par Burkimbila En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Le chef terroriste a parlé. Le Parrain djibril. On a écouté ce mec pendant 27 ans, donc on ne veut plus l’écouter.

  • Le 6 juin 2023 à 22:03, par A qui la faute ? En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    C’est le terrain qui dicte la manœuvre.Dieu te voit Général Felon

  • Le 6 juin 2023 à 22:03, par Jus En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Il veut coût que coût devenir le portparol des terros.

  • Le 7 juin 2023 à 00:05, par Le GNOME En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Que faut-il faire selon vous ?( Je m’adresse au détracteur de M.BASSOLET
    Toute guerre fini autour d’une table de négociation seule les personnes insensé vont imaginer le contraire.
    Ce sont des vies humaines qui sont en jeux. Et ce n’est pas un film de Hollywood ou de Idrissa Ouedraogo.
    Jusqu’à quand vous allez vous rendre compte que la situation est devenu catastrophique avec plus de 8300 morts depuis le début et le 2eme pays au Monde à être touché par le terrorisme juste derrière l’Afghanistan.
    LA SOLUTION C’EST LA NÉGOCIATION !

  • Le 7 juin 2023 à 00:12, par M ba yéee En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Voilà un qui n’arrive pas à se rendre compte qu’il est dépassé... usuré...
    Du n’importe quoi vraiment tout ce tintamare...
    Vous n’allez pas nous préserver un peu de ces débilités ?

  • Le 7 juin 2023 à 00:19, par looool En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Le monsieur pense sûrement que la situation est toujours comme au moment où lui il était aux affaires.
    Les choses ont bien changés au cours des 10 dernière années et une négociation n’est plus envisageable. La négociation c’est quand ya revendication. Et les revendications c’est normalement au tout début de chaque lutte. Pourtant jusqu’à là, personne n’a revendiqué quoi que ce soit.
    Il s’agit ici d’un plan de déstabilisation complète de la sous région. L’ennemi premier n’est pas burkinabè.
    Actuellement avec la montée en puissance de l’armée,ils tentent de transformer le visage du terrorisme en créant des vidéos comme quoi il y a un groupe de mécontents qui réclament qq chose. Il s’agit ici d’une maneuvre purement dilatoire afin de freiner l’armée dans sa marche.
    Dieu merci les autorités burkinabè savent celà et ne se laissent pas berner par ces hommes sans foi ni loi.

  • Le 7 juin 2023 à 01:19, par Banana Republic En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Tiens, le revoilà, le général Pinochet du Burkina.
    Avec ton maître à penser, vous avez donné gîtes et couverts à ces gens qui instruimentalisent cette jeunesse désœuvrée, fruit de votre gouvernance calamiteuse.
    Vous étiez les champions en négociation de libération d’otages, et ensuite vous vous partagiez les rançons.
    Et ce seul général de gendarmerie, par le fait de son maître à quel diplôme pour aller perorer à cette académie de fromacs

  • Le 7 juin 2023 à 08:51, par Gambazè En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Bonjour à tous.
    Le gouvernement burkinabè doit clarifier la situation de ce monsieur qui parcourt depuis un certain temps le monde pour faire des conférences alors qu’il est sensé être dans une structure sanitaire pour des soins. S’il est guéri, il faut que le gouvernement demande son retour pour qu’il puisse purger sa peine.
    Il nous parle de négocier, pas mauvais de prime à bord. Seulement, les esprits malin qui veulent nous détourner de notre objectif (combat) n’ont rien compris. Le peuple burkinabè qui ne comprenait rien et qui croyait aux vendeurs d’illusions est mort et enterré. Nous avons aujourd’hui une jeunesse consciente et alerte qui comprend les enjeux du moment et qui démasque les valets locaux de l’impérialisme quelque soit la forme de son déguisement. Tient tient quand nous étions sous équipés et que les terroristes se pavanaient dans nos villages et villes pour semer la désolation, on ne vous entendait pas. Les même théories ont été proposé au MPP qui y a cru et la suite on la connait. Des individus machiavéliques se sont sucrés pour zéro résultat. On ne recommencera plus ces bêtises pour rien.
    Dites à ceux qui vous envoient nous divertir que plus rien ne sera comme avant.
    La patrie ou la mort nous vaincrons incontestablement avec fracas.

  • Le 7 juin 2023 à 08:53, par SOME En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Disons nous les 4 vérités’ Déjà commence

    par être honnête envers ce peuple : tu as menti avec la complicité de tes soutiens du réseau de tes frères pour t’exfiltrer avec la complicité de Roch lui même. Tous savaient le stratagème.

    par revenir payer ta dette à ce peuple vient purger ta peine au lieu de courir par ci par là. Pourquoi fuir si tu te sens si fort. Tu es garçon non ? Reviens on va se retrouver entre garçons ! Que la France te renvoie à la justice Burkinabe au lieu de te donner des tribunes…c’est cela respecter le droit international etc.

    Tu mens car tu sais trop bien que cette guerre que tu as creee n’a rien à voir avec le djihâdisme. On n’a pas oublié quand tu te pavanais enturbanné dans le nord, etc

    Tu parles de pauvreté, qui l,à creee cette pauvreté si ce n’est pas toi.
    Tu parles de négocier, est ce aujourd’hui que tu le découvres ? On a dit quoi ? PAS DE NÉGOCIATIONS NO NÉGOCIATION ou peut être il faut le dire en liele. Et même ça, pas sur que tu le parles… pas de négociation
    LÀ PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS by all means necessary. Point barre

    Nous devons nous remettre en cause ! », poursuit Djibrill Bassolé. De son avis, la faute ne vient pas forcément de l’extérieur car le Burkina Faso traîne des problèmes de gouvernance, de répartition des richesses des régions auxquels s’ajoute l’instabilité.
    Voilà ce qu’est ce triste et sinistre personnage. C’est le comble de l’inhumanité. Est il besoin de faire un commentaire ?
    SOME

    • Le 7 juin 2023 à 12:07, par Ka En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

      Mon ami SOME : En opposant la violence à la violence, la haine à la haine, on applique une vieille philosophie qui ne donne pas de bons résultats. Est-ce que tu suis les actualités de ton pays ? As-tu vu la photo piteuse de Djibril Bassolé a la MACA en priant le monde entier de l’aider a aller se soigner en France car aucun médecin au Burkina ne peut le soigner ? Le droit de l’homme s’est mêlé, la CEDEAO, l’UA, l’ONU, tu veux qu’on te sorte ces analyses quand Roch Kaboré tenait le volant des affaires de l’état Burkinabé ? Si Bassolé mourait a la MACA tu seras le premier a accuser Roch Kaboré de criminel. Mon ami cesse ton cinéma et apporte nous des contributions constructives. Roch Kaboré en laissant Djibril Bassolé allé se soigner et qui a vie sauve de nos jours, le président a jouer son rôle. Le reste c’est Dieu qui jugera Djibril Bassolé.

      Mon ami SOME, tu ne crois pas en Dieu, mais moi je sais qu’il est capable de tout. C’est pourquoi il faut comprendre une fois pour toutes, seul le bien peut lutter contre le mal. Car, le bien est fort, le bien est immortel, alors que le mal est faible et ce ne sont pas Blaise ou Gilbert qui me diront le contraire a l’heure où je t’écris ces mots. Ne cherche jamais à te venger ni à punir, fait preuve de générosité, de noblesse. Il faut pardonner, c’est ainsi que tu grandisses et te renforce dans tous les domaines. Avec le temp, nous verrons, nous verrons qui de toi, Bassolé, Roch, aura la bénédiction de Dieu. Sans rancune et portes toi bien avec ta famille.

      • Le 7 juin 2023 à 15:09, par SOME En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

        Non mon ami Ka, la tu me fais un mauvais proces parce que tu sais que je critique Roch ! Je sais que pour beaucoup sur ce forum SOME incarne la violence, la haine, la frustration etc. C’est leur probleme ! Je me connais mieux qu’eux !

        Mais dans cette affaire de Bassolet, on ne peut pas invoquer une affaire d’humanisme. C’est une affaire de justice ! et non de vengeance ! Je ne cherche pas a punir : Bassolet se punit tout seul car il ne fait que payer les consequences de ses actes. Ce n’ets que justice. Sans justice il n’ya rien d’autre de possible. Pardonner ce n’est pas tout accepter, jusqu’à l’injustice.

        Cette photo piteuse de Bassolet fait bel et bien partie de la manipulation. CEDEAO, l’UA, l’ONU etc tout ca c’est le plan. Bassolet sait-il lui, que le droit existe, encore pire les droits humains ? combien de personnes on a laissé mourir au lieu de les evacuer ? D’ailleurs pourquoi evacue-t-on ma vieille grand mere derriere Gaoua la bas ? Pourquoi n’a-t-on pas construit des infrastructures sur place au lieu de jeter l’argent des populations dans des evacuations a des gens déjà privilegies, etc.

        En realité tu defends Roch. Je ne vois pas pourquoi tu preconises que j’accuserais Roch. Je ne fais pas d’accusations systematiques contre Roch : detrompe toi ! Avant que Dieu juge, les hommes au burkina l’ont jugé. Je ne sais pas sur quoi tu te fondes pour dire que je en crois pas sen Dieu. Je ne parle pas de mes idees religieuses car c’est une question de vie strictement privée et c’est sur cette base que nul absolument ne doit pretendre en imposer aux autres, quitte a egorger en citant le nom de Dieu ! Quel pauvre dieu, qui en n’en point douter, n’est pas Dieu. Car, le bien est fort, le bien est immortel, alors que le mal est faible et ce ne sont pas Blaise ou Gilbert qui me diront le contraire tu oublies d’y adjoindre notre cher Bassolet !
        SOME

        • Le 7 juin 2023 à 17:28, par Ka En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

          Mon ami SOMET tu dis : ’’’’’’’par être honnête envers ce peuple : tu as menti avec la complicité de tes soutiens du réseau de tes frères pour t’exfiltrer avec la complicité de Roch lui-même. Tous savaient le stratagème.’’’’’’’’’

          Je ne te fais aucun procès, simplement pour te dire d’oublier Roch Kaboré et nous apporté des contributions qui transmets aux jeunes une bonne direction, des contributions constructives comme tu sais les faire depuis la nuit des temps qu’on est sur le Forum.
          Sans parti pris, Roch Kaboré a toujours honoré ses paroles données et qui a tout mon respect. Quand à Djibril Bassolé, celui qui a rasé les têtes de ceux qui luttaient pour que le droit soit dit pour Norbert Zongo, et montrer à la télé du soir pour faire plaisir a ses mentors, cet individu ne mérite pas mon indulgence. Mais je suis contre ceux qui ôtent la vie des autres sans la volonté de Dieu. Et ce qu’a fait Roch Kaboré pour Djibril Bassolé rentre dans le cadre des règles des bon humains.

          Mon ami SOME, regarde les internautes de Lefaso.net de 2023 et celles ou ceux du début de ce site dont nous faisions partie, et que le site nous qualifié des internautes de talent, il y a énormément de la différence a l’heure où je t’écris ce message. Beaucoup d’internautes de bonne foi ont déserté le forum a cause des mauvais internautes. Je te pris de se ressaisir pour qu’on puisse transmettre aux jeunes nos vécus et nos présents pour que cette jeunesse puisse faire avancer démocratiquement le Faso que nous aimons toutes et tous.

  • Le 7 juin 2023 à 10:36, par De Vrai En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Les propos de Djibrill Bassolé sur la nécessité de trouver des voies de dialogue avec les terroristes sont non seulement irresponsables, mais aussi insultants pour les victimes du terrorisme au Burkina Faso. Il est temps que Bassolé fasse preuve de retenue et de respect envers ceux qui souffrent des conséquences de l’extrémisme violent, plutôt que de chercher à se mettre en avant politiquement.

  • Le 7 juin 2023 à 11:02, par Paguindsom En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    [« Je persiste, il nous faut aujourd’hui trouver des voies de dialogue parce que le phénomène a profondément évolué », estime-t-il.] Qu’en sait-il ?, lui qui est censé être alité... A moins qu’il ne détienne cela de ses informations de ses contacts… Le dialogue viendra, peut etre, mais en son temps. Mais que M. Bassolet se le tienne pour dit, ça ne sera pas pour lui l’occasion de redorer son blason et de se remettre en scelle. Vous n’êtes pas aussi irremplaçable que vous semblez le penser. Le Burkina regorge de FEMMES et d’hommes, y compris vos "enfants" avec suffisamment de talent. Veuillez donc bien passer à autre chose que de jouer à la vedette, que vous n’êtes plus, car votre temps et a jamais révolu. Si vous avez la nostalgie du pays revenez en bon général, si vous ne l’avez jamais été et si vous l’êtes encore, vous mettre à la disposition de la justice dans l’espoir d’une grâce. Si non VOUS ETES BIEN LOIN D’ETRE AUSSI MALIN QUE VOUS PENSEZ. Bonne inspiration dans vos prises de décision pour votre "avenir".

  • Le 7 juin 2023 à 11:06, par Saksida En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    L’analyse de Mr le diplomate intello laisse à désirer.
    Le Burkina traine des problèmes de gouvernance qui constituent pour lui la cause principale du djihadisme au Faso : ma question est de savoir si au Mali, au Niger, au Nigeria et partout ailleurs ou sévi le terrorisme, ce sont les mêmes problèmes de gouvernance ? Et même si c’était le cas, qui sont ceux qui ont créer ces problèmes de gouvernance au Burkina Faso. Lui même Mr Djibril BASSOLE fait partie de ceux qui ont gouverner le Faso depuis la rectification jusqu’au 31 Octobre 2014.
    Qu’il ne vienne pas nous dire aujourd’hui de négocier après avoir fui lâchement son pays. A ma connaissance c’est par esprit d’humanisme que l’ancien président RMCK lui a permis d’aller se soigner.
    Si vous êtes guéris Mr revenez au pays, ca sera votre acte de remerciement.

  • Le 7 juin 2023 à 11:20, par Ka En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Encore un de nos politiciens qui a échoué sa fin de carrière ! Respecte le peuple Burkinabé et sa justice en revenez purger le reste de votre peine au lieu d’être a l’extérieur en fugitif et vomir des salades. Vous pouvez jurer que vous ne ne connaissez pas ceux qui nous tuent comme des mouches ? Si vous suivez les actualité de votre pays, vous deviez savoir que le président Roch Kaboré au nom du peuple a refuser de négocier avec ces punaises, des purs autruches qu’on ne peut pas avoir confiance : Et le jeune président I.Traoré lui aussi refuse de négocier avec vos amis. Vous nous pompes l’air. Les FDS et les FDP ont décidé d’éradiquer ces punaises, et avec vos salades, vous amusez trop la galerie et il est temps que vous dégagez les rangs, pour laisser les jeunes évoluer !! Vous leur bouchez le chemin !!!! on n’en a marre de nos politiciens aux petits pieds !! L’alternance politique avec démocratie aux jeunes du Faso.

    Monsieur Djibril Bassolé, sans que vous revenez rendre des comptes a la justice Burkinabé, vous serez semblable à un cavalier solitaire et errant qui n’a ni compagnon ni destination et qui, malgré le vent qui lui est défavorable, décide d’entreprendre une aventure hasardeuse. Comment pourrons-nous négocier avec ces punaises ? ’’’’’Le terrorisme est une hydre dont la tête repousse, chaque fois qu’un leader tombe. La seule possibilité est d’utiliser une arme de destruction massive contre ces malades sans foi ni loi qui se prennent pour l’alpha et l’oméga ici-bas, et qu’une certaine opinion appelle abusivement des djihadistes, mais pour moi qui ne sont que des mécréants.’’’’’’

  • Le 7 juin 2023 à 11:24, par SIDNABA En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Et pourtant le Général Djibril Bassolet a raison. Il faut adopter une autre stratégie de lutte au lieu de tuer à tout venant des Burkinabè. Ces terroristes sont des jeunes burkinabè qui se sont révoltés contre l’Etat et sa politique. Pourquoi ne pas les écouter pour que la paix revienne au Burkina si c’est la solution ? Quelle fierté pour une armée de tuer ses compatriotes sans chercher à savoir le pourquoi ces compatriotes se rebellent-ils contre la république ? En résumé, il faut écouter tous les burkinabè pour une solution définitive à cette crise qui endeuille le Burkina depuis plus de 08 années maintenant. Même si vous n’aimez pas le Général, il faut réfléchir sur sa proposition car il a plus d’expérience et de grade que le chef putschiste actuel qui dirige le Burkina par défaut. A bon entendeur, salut.

    • Le 7 juin 2023 à 17:06, par all En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

      Des analphabètes qui se révoltent contre la politique d’un état souverain et tu veux qu’on négocie avec eux ? si c’est ainsi beaucoup de regions allaient se révolter contre l’Etat. Ils sont manipuler par les occidentaux et toi-même tu es ignorant. Que réclament-ils ? Quelle solution proposent-ils si ce n’est que tuer les pauvres populations ? des drogués sans foi ni loi. pardon ne suis pas ce general félon qui voulait devenir le president des vaillants burkinabé.

  • Le 7 juin 2023 à 11:26, par Ka En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Encore un de nos politiciens qui a échoué sa fin de carrière ! Respectez le peuple Burkinabé et sa justice en revenant purger le reste de votre peine au lieu d’être a l’extérieur en fugitif et vomir des salades. Vous pouvez jurer que vous ne ne connaissez pas ceux qui nous tuent comme des mouches ? Si vous suivez les actualité de votre pays, vous deviez savoir que le président Roch Kaboré au nom du peuple a refuser de négocier avec ces punaises, des purs autruches qu’on ne peut pas avoir confiance : Et le jeune président I.Traoré lui aussi refuse de négocier avec vos amis. Vous nous pompez l’air. Les FDS et les FDP ont décidé d’éradiquer ces punaises, et avec vos salades, vous amusez trop la galerie et il est temps que vous dégagez les rangs, pour laisser les jeunes évoluer !! Vous leur bouchez le chemin !!!! on n’en a marre de nos politiciens aux petits pieds !! L’alternance politique avec démocratie aux jeunes du Faso.

    Monsieur Djibril Bassolé, sans que vous revenez rendre des comptes a la justice Burkinabé, vous serez semblable à un cavalier solitaire et errant qui n’a ni compagnon ni destination et qui, malgré le vent qui lui est défavorable, décide d’entreprendre une aventure hasardeuse. Comment pourrons nous négocier avec ces punaises ? ’’’’’Le terrorisme est une hydre dont la tête repousse, chaque fois qu’un leader tombe. La seule possibilité est d’utiliser une arme de destruction massive contre ces malades sans foi ni loi qui se prennent pour l’alpha et l’oméga ici-bas, et qu’une certaine opinion appelle abusivement des djihadistes, mais pour moi qui ne sont que des mécréants.’’’’’’

  • Le 7 juin 2023 à 12:18, par kenfo En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    C’est encore ici, un coup de la France : Pourquoi la France sait bien que Mr Bassolé est un prisonnier fuyard et elle invite ce Monsieur à sa table ? Tant qu’il sera en dehors du Burkina après avoir trompé la justice, il n’a pas droit à la parole. Nous ignorons ce qu’il dit. Il ne mérite aucune attention de notre part. Encore une fois, il joue aux jeux de l’Ennemi

    Kenfo

  • Le 7 juin 2023 à 12:39, par PIONG YANG En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Djibril, envoie ton effort de guerre d’abord. On discutera quant l’ennemie formulera clairement sa demande. Pour le moment, l’ennemie veut combattre et l’état ne réagira qu’en fonction de ça. C’est normale. Toi et tes maîtres n’êtes que des boulangés mal inspirés.

  • Le 7 juin 2023 à 13:44, par FILSDUPAYS En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    UN PRISONNIER NE NOUS DONNE PAS DE LEçON. VIENT D’ABORD PURGER TA PEINE ET ENSUITE TU AURAS MOTS A DIRE AU PAYS DES HOMMES INTEGRES.

    CE MONSIEUR DOIT FAIRE HONTE A TOUS CEUX QUI AVAIENT CRU A SON PATRIOTISME.
    MENTIR POUR FUIR, MEME DANS LA TOMBE C’EST PAYABLE

  • Le 7 juin 2023 à 14:56, par Paguindsom En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    [Ces terroristes sont des jeunes burkinabè qui se sont révoltés contre l’Etat et sa politique]
    M. SIDNABA, vous savez pertinemment que ce que vous dites là n’est pas tout à fait exact ! En tout cas je suis convaincu que vous même ne croyez pas un seul mot de ce vous dites. S’en prendre par les armes à son pays et semer la mort à tout vent avec pour victimes des pauvres paysans pour la plupart n’est pas la seule manière de se révolter. Vous le savez très bien. Alors je vous invite à reconnaitre que la motivation des soi-disant "jeunes Burkina bé est ailleurs. Je propose de joindre de nos voix pour, à l’unisson appeler ces frères à revenir à la république en déposant les armes. Continuer à vouloir justifier leurs actes ne serait ni plus ni moins que de les encourager. Bonne inspiration a nous dans cette situation difficile mais oh combien formateur dont nous sortiront certainement très forts !

  • Le 7 juin 2023 à 14:58, par Passakziri En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Quand on est général et qu’on n’est pas capable de montrer de la dignité en repondant de ses actes , alors on es un général de pacotille et on la ferme d’ou`qu’on soit. L’autre au moins a eu la décence et la droiture de ne pas se soustraire honteusement de la justice. Malgré tout il reste humble en ne faisant pas trop de bruits.

    Passakziri

  • Le 7 juin 2023 à 14:58, par Éric de KOURIA En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Je demande aux compatriotes sincères, honnêtes et soucieux du devenir du Burkina de ne même pas réagir aux propos de Monsieur Djibril BASSOLE. Oublions-le, il essaie tout juste d´exister ! Ne lui donnons pas cette importance ou ce privilège de s´adresser aux Burkinabès. Tout le monde se souviendra de son arrogance à l´endroit de Monsieur Laurent BIGOT, qui avait en son temps vu juste, quand il avait averti que le Burkina risque d´être la prochaine cible des terroristes, vu le rapprochement de ses autorités avec ces mêmes terroristes !
    Qu´il aille d´abord s´excuser auprès de Monsieur Laurent BIGOT ! Quels sont ceux qui ont hébergé les promoteurs du terrorisme à Ouaga 2000 pendant le règne de Blaise COMPAORÉ !?
    Allez dans le net, et fouillez bien, vous verrez des photos de Monsieur Djibril BASSOLE avec les terroristes Maliens, les mêmes là qui nous attaquent aujourd´hui ! Le régime auquel Monsieur Djibril BASSOLE a appartenu a tellement fait de sales affaires avec les Djihadistes que lui-même n´est plus crédible pour donner des leçons aux Burkinabès.
    Cette situation d´insécurité que nous vivons aujourd´hui au Burkina a bel et bien ses origines dans la gouvernance du président Blaise COMPAORÉ. C´est avec lui que la mal gouvernance a pris de l´ampleur ! Où était-il pour subitement s´en rendre compte aujourd´hui !? Il fallait depuis le temps de votre gouvernance vous remettre en cause, pas aujourd´hui ! C´est bien trop tard ! Accompagnons ces jeunes gens qui ont pris le destin du Burkina en main.
    Monsieur Djibril BASSOLE, revenez répondre d´abord à la justice de votre pays, avant de prétendre montrer des voies de sortie de crise.

  • Le 7 juin 2023 à 15:31, par tapsoba_yassiki En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    les foromistes du faso.net, voici l’un des contrexemples . tu viens d’un pays dont la ligne officielle est de ne pas négocier avec les voyous de bas quartiers (toi musulman ,Djibi . si tu savais ce qu’est le djiadisme ( je sais que tu sais vu ton intelligence indéniable) mais tu as choisi de jouer contre ton propre camp . Il est vrai que tes logeurs te flattent, mais tu ne devrais jamais qualifier ces voyous de bas étage de djihadistes. Heureusement qu’ALLAH est Miséricordieux , s’il agissait comme les mânes de nos ancêtres certains auraient déjà quitté ce bas monde . Jusqu’à présent je ne suis pas d’accord avec lui, mais il est citoyen donc il a le droit d ’avoir une opinion contraire mais là où je suis choqué c’est que ce monsieur ose dire "« Nous devons nous remettre en cause ! », poursuit Djibrill Bassolé. De son avis, la faute ne vient pas forcément de l’extérieur car le Burkina Faso traîne des problèmes de gouvernance, de répartition des richesses des régions auxquels s’ajoute l’instabilité. . Venant d’un autre citoyen lambda je peux comprendre mais pas de lui Djibi, non , tu as rasé la tête des gens ici qui luttaient justement pour que les richesses du Burkina soient bien repartis et qu’il ait plus de justice sociale ,et c’est toi qui tient ces propos ??? . ALLAH regarde (SEIGNEUR ai pitié du Burkina ne laisse pas faire ) . Je ne savais pas que l’impérialisme n ’a pas honte à ce point . Djibi que vous appelez à la sorbonne pour parler du déséquilibre du Burkina comme si c’était l’œuvre d’un autre ? Djibi ait honte .Tes contemporains ne sont pas tous morts . DIEU, libère le BURKINA des mains des méchants et de l’étreinte des puissants. ???

  • Le 7 juin 2023 à 17:08, par Kon N’doungtouly En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Quand je vois que les ressortissants du Sanguié de la Kossi sont sortis pour implorer grâce et magnanimité auprès de l’ancien Président Roch afin de te permettre en temps que prisonnier dit "mourant " d’être évacué pour des soins et en retour voici ce que tu les sers , habas ! on en envie de s’en prendre à Roch. Comme tu les connais si bien ,va dialoguer avec eux pour qu’ils nous laisse vivre en paix. C’est ce que vous avez semé pendant votre règne de 27 que nous récoltons tous alors !? C’est pas vos morpions qui s’amusaient avec des millions de francs dans les maquis à Ouagadougou ici ? Toi qui ne crois pas à la justice depuis l’insurrection de 2014 ,ce n’est pas la même justice qui a permis aussi que tu puisse quitter le pays ? Tu as trahi la justice Burkinabè et l’ancien Président Roch et tout le peuple Burkinabè en restant hors du pays.

  • Le 7 juin 2023 à 17:42, par Bigbale En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Merci à Lefaso.net pour l’information ! Djibril Bassolet rt la France ne font que poursuivre leur but qui est de réussir et de faire perdurer l’asservissement des peuples africains jugés comme des demi-etres humains. Et comme la France a toujours trouvé des africains pour l’aider dans sa mission, eh bien, elle.profite bien de la situation ! Sinon, depuis quand un prisonnier évacué pour des soins devient un invité officiel pour des conférences de haut niveau en France ? Mr Djibril BASSOLET, toute honte bue, continue de faire massacrer ses compatriotes pour faire plaisir à des blancs ! Mais l’histoire des peuples bien ecrire et consigner pour toujours ces faits !

  • Le 7 juin 2023 à 17:49, par HUG En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Si le pouvoir du mpp etait serieux ce monsieur serait rentrer pour purger sa peine en prison.Le pouvoir du mpp aurait mis des gardes fous pour que ce monsieur retourne en prison.En guinée, Alpha kondé est parti se soigner mais il est revenu au pays.Mais les tenors du mpp sont devenus ce qu ils son grace a blaise compaoré et son clan dont le general fait partie n en deplaise aux supporters aveugles du mpp sous ce forum.

  • Le 7 juin 2023 à 19:52, par all En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Un general félon ne merite pas le titre de burkinabè. oublions ce lache et peureux comédien

  • Le 7 juin 2023 à 20:45, par Welore En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Se moquer du peuple burkinabè indéfiniment, nous regrettons, nous rejetons, nous négligeons et nous ignorons. Les autorités actuelles devront se prononcer. Ça ne doit pas continuer indéfiniment. Si il a été gracié, nous avons droit à l’information. Sinon il faudrait entreprendre toutes les démarches pour qu’il vienne répondre aux griefs qui ont été retenus contre lui.
    Du reste, il a bénéficié d’une part de la confiance de la justice en son temps et d’autres part de la largesse de l’Etat.
    De qui se moque-t-on ?
    Respectez nous !

  • Le 8 juin 2023 à 03:57, par Bagnard Ognouff En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Je n’ arrive pas a comprendre une chose. Chers juristes, pourqupoi Djibril Bassoule ne revient pas au pays apres avoir ete soigne ? La france ne peut pas donner son miucro a ce prisonnier maintenant en cavale. Un autre, Damiss, un journaliste sans talent est au pays . Il est gueri mais ne repart pas en prison. Pourquoi ? Je ne comnprends pas. President IB, l ’ etat est une continuite. S’ il vous plait faut faire quelque chose pour restaurer l’ autorite de l’ etat. La loi doit s’ appliquer pour tout le monde. Ca me fait mal de voir des prisonniers gonfler leur anus et parler comme ca.

  • Le 8 juin 2023 à 05:16, par Sidpassata Veritas En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Que tous ceux qui sont adepte du dialogue vrai et sincère sache que ce dialogue a déjà commencé. A ce qui ne comprennent que le langage des armes, on leur parle avec des armes bien choisis accompgnè d’un message très claire : ’’déposer les armes ou périr’’.
    Quand ils voudrons s’exprimer d’une autre manière, on trouva la manière adaptée pour les entendre et leur donner une réponse.
    Dans tout dialogue, il le choix du langage pour bien se comprendre.
    Il y a même déjà un centre d’appel pour ceux qui préfèrent le langage téléphonique.

  • Le 8 juin 2023 à 09:47, par Soussé En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Honte à BASSOLE
    Le térrorisme auquel notre pays fait face aujourd’hui est éclos des oeufs que le régime COMPAORE, entretenu par ces diables de BASSOLE, a couvé pendant plusieurs années.
    Monsieur BASSOLE est un apatride. Même son maître Blaise. C qu’il a lâchement trahi s’est repenti et a demandé pardon.
    La solution sera tout militaire tant que les auteurs (Equipe des BASSOLEs Djibril) ne se déclarent et ne disent pas pourquoi et pour qui ils font ça à leur mère patrie.
    Vive la transition

  • Le 10 juin 2023 à 09:01, par J.E. Sonde En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Nombre de commentaires qui précèdent escamotent les vraies questions pour se focaliser sur le messager.
    Peu importe qu’on apprécie ou pas Djibril Bassolé ce n’est pas la question. Qui sont les terroristes, quelle est leur nationalité, quelle est leur projet, pourquoi s’attaquent-ils au Burkina maintenant ? La réponse armée est-elle la seule et unique voie ? Que s’est-il passé à Karma ? Que s’est-il passé à Yargatenga le 3 juin dernier ?
    Savoir ce qu’il se passe requiert du jugement ; savoir agir en conséquence requiert de la sagesse.

  • Le 10 juin 2023 à 16:51, par Le Vigilent En réponse à : Burkina/Terrorisme : « Il nous faut trouver des voies de dialogue », Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères

    Mes chers amis, relisez le commentaire de @Sidpassata Veritas. En fait le Burkina a, depuis longtemps, ouvert le dialogue avec les jeunes burkinabé, qui ignorent tout des buts ultimes de ceux qui, tapis dans l’ombre, les recrutent, les manipulent et les droguent pour semer la mort et la desolation partout au Burkina. Le langage, très clair et sans équivoque, utilisé pour ce dialogue est « DÉPOSER LES ARMES OU PÉRIR ». Vu la tournure actuelle prise par la situation sur le terrain, les grands chefs terroristes, paniqués, ont décidé de jouer la carte « Djibril Bassole » pour faire baisser la pression, le temps de se réorganiser pour reprendre l’avantage sur le terrain et faire aboutir leurs plans de confiscation de notre territoire. Djibril Bassole, sait-il que les burkinabé ne sont pas ces naïfs manipulables qu’il croit ?
    Une question à Bassole, le tout puissant ministre de la sécurité dans le gouvernement de Blaise Compaore : quel a été le langage que tu as utilisé pour « dialoguer » avec les jeunes burkinabé qui, se sentant marginalisés par le système d’alors, s’étaient transformes en coupeurs de routes et autres bandits de grands chemins ? Te souviens-tu des « battues » que tu organisaient contre les présumés auteurs de braquages et autres délits ou crimes dans certaines zones, et que le MBDHP, n’a eu de cesse de dénoncer et et condamner.?
    Djibril Bassole est passé maître de la manipulation, mais il doit savoir que le burkinabé lamda n’est pas un nez percé comme lui et ses amis et anciens collaborateurs « chefs terroristes » le pensent.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"