LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Soyez un repère de qualité. Certaines personnes ne sont pas habituées à un environnement où on s’attend à l’excellence.” Steve jobs

Boucle du Mouhoun : La province de la Kossi dans les tourments de l’insécurité

Publié le mardi 23 mai 2023 à 22h24min

PARTAGER :                          
Boucle du Mouhoun : La province de la Kossi dans les tourments de l’insécurité

La province de la Kossi, dans la région de la Boucle du Mouhoun, subit de plein fouet les affres de l’insécurité, ces dernières semaines. Une vingtaine de civils tués en l’espace de quelques jours, selon des sources locales. Face à cette situation difficile, les forces vives de la province multiplient des actions et donnent de plus en plus de la voix pour réclamer plus de protection.

Au-delà des massacres des populations civiles, la recrudescence de l’insécurité dans la province se manifeste par le contrôle quasi permanent des axes routiers par les groupes armés terroristes. En effet, la voie reliant Nouna, chef-lieu de la province, à Dédougou, capitale de la région de la Boucle du Mouhoun, est presque impraticable par ces temps qui courent.

Les terroristes y opèrent des fouilles quasi-quotidiennes. Certains des passagers sont enlevés et d’autres, malheureusement, exécutés, selon des témoignages. Des sources rapportent que sur l’axe Nouna-Djibasso, des scènes de terreur ont également lieu. Toute chose qui a entraîné l’arrêt de la circulation de certaines compagnies de transport en commun sur ces deux axes routiers. A ce tableau sombre, il faut ajouter le déguerpissement continu de villages et les exactions que les villages restés sur place subissent dans leur chair.

Pour faire entendre aux autorités nationales le martyr de la population de la province, les forces vives multiplient des actions. Déjà, le 16 mai 2023, une marche a été organisée à Nouna en guise de soutien à la transition dans sa dynamique ainsi que les efforts consentis pour la libération du territoire national de ces hordes de bandits de tous genres. A l’occasion, les manifestants ont sollicité auprès des autorités, l’accentuation des actions entreprises sur le terrain afin de « protéger les populations de la Kossi pour leur permettre de vaquer à leurs activités socio-économiques ».

Face aux tueries en série, la population réclame plus de protection

Quelques jours après cette manifestation, est intervenue la tuerie de six jeunes de Nouna, à en croire certaines sources et sept, rapportent d’autres. Elle a suscité une indignation générale et poussé les populations à redescendre dans la rue. Cette fois-ci, elles se sont rendues devant la gendarmerie de la ville de Nouna, le 18 mai, pour, disent-elles, plaider auprès des forces de défense et de sécurité (FDS) et des volontaires pour la défense de la patrie (VDP) « le renforcement des actions engagées sur le terrain pour éviter le massacre des civils et favoriser le retour des personnes déplacées internes pour la saison pluvieuse » qui s’ouvre. « Le malheur ne vient jamais seul », a-t-on coutume de dire. Les larmes provoquées par ce drame n’auront pas le temps de sécher qu’un autre plus alarmiste s’est abattu sur la province.

Dans la nuit du 19 mai 2023, plus d’une dizaine d’habitants du village de Kié, dans la commune rurale de Djibasso située à une soixantaine de kilomètres de Nouna, ont été froidement abattus par des hommes armés. Et pour dénoncer cette énième barbarie et interpeller les autorités sur l’urgence de la situation sécuritaire dans la province de la Kossi, les forces vives ont organisé une conférence de presse le samedi 20 mai 2023. Selon les conférenciers, « la situation sécuritaire dans la Kossi va de mal en pis ».

Le principal animateur de la conférence, Séraphin Simboro, a invité le gouvernement de la transition à prendre « des mesures urgentes pour éviter le pire ». Ses camarades et lui ont aussi échangé, au cours de leur point de presse, sur les possibilités de contribution des populations à la lutte contre le terrorisme. « La dénonciation des complices internes et une franche collaboration avec les forces combattantes » sont entre autres propositions avancées par les organisateurs de la conférence de presse.

Yacouba SAMA

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 24 mai 2023 à 07:31, par caca En réponse à : Boucle du Mouhoun : La province de la Kossi dans les tourments de l’insécurité

    Pourtant, nous avons eut droit à des chants de louanges et les montés de couleurs pour la libération de cette région trois après le MPRS2. Et aujourd’hui, vous nous parlez du tourment de la population. Qui croire ?
    Les terroristes y opèrent des fouilles quasi-quotidiennes. Certains des passagers sont enlevés et d’autres, malheureusement, exécutés, selon des témoignages. Des sources rapportent que sur l’axe Nouna-Djibasso, des scènes de terreur ont également lieu. Toute chose qui a entraîné l’arrêt de la circulation de certaines compagnies de transport en commun sur ces deux axes routiers. A ce tableau sombre, il faut ajouter le déguerpissement continu de villages et les exactions que les villages restés sur place subissent dans leur chair.

  • Le 24 mai 2023 à 13:09, par Le Sage En réponse à : Boucle du Mouhoun : La province de la Kossi dans les tourments de l’insécurité

    C’est vraiment triste et grave. Le problème, c’est qu’on ne sait plus qui croire. Le Gouvernement assure que ça va (après l’opération Kapidgou) et les populations disent le contraire !
    Dieu sauve le Burkina !

  • Le 24 mai 2023 à 19:19, par Souk En réponse à : Boucle du Mouhoun : La province de la Kossi dans les tourments de l’insécurité

    Le gouvernement devrait aller voir sur place. Il ne dirait plus que ça va.
    Grâce aux échanges par WhatsApp, on peut encore savoir ce que vivent les populations. La brousse est infectée par les hommes armées qui ont perdu leur raison, volent et tuent sans pitié, sous l’emprise de la drogue. Ils n’ont aucun objectif politique.
    Quand on suit les infos, on a l’impression qu’il y a 2 Burkina, celui de Ouaga qui continue à vaquer tranquillement à ses occupations et le Burkina de la campagne qui tente de survivre.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique