LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Ce n’est pas la montagne à gravir qui vous fera abandonner, c’est le caillou dans votre chaussure” Mohamed Ali

« Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

Publié le mercredi 29 mars 2023 à 23h00min

PARTAGER :                          
« Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

« Les groupes armés sont nos ennemis à nous tous. La preuve est que nous ne pouvons pas aller à Dori, Djibo… ce n’est pas très juste de penser qu’un activiste, que ce soit au nom d’une organisation internationale ou d’une association locale, peut ne pas choisir de condamner les actions de ces groupes terroristes ». Ce sont là, les mots du directeur exécutif d’Amnesty international au Burkina, Yves Boukari Traoré. Il répondait aux questions des journalistes, à l’issue de la conférence de presse sur la présentation du rapport 2022-2023 de son organisation sur les droits de l’homme.

Yves Boukari Traoré a tenu à clarifier les choses. Pour lui, il est inadmissible de demander à des terroristes de respecter les droits humains. « Qui peut parler à ces groupes terroristes ? Ce sont des terroristes et on ne peut que supporter l’action des FDS et du gouvernement pour éradiquer la menace. Il faut que les choses soient claires. Seulement, nous demandons à ce que les FDS et le gouvernement ne fassent pas comme ces terroristes. Ce sont des professionnels, des braves qui ne doivent pas faire comme ces monstres qui détruisent tout et s’en vantent », a plaidé le directeur exécutif d’Amnesty international.

A l’en croire, ce n’est pas du ressort d’Amnesty international de traduire qui que ce soit en justice. « Nous faisons des recommandations sur la base d’observation, de rapports que nous faisons. Ces rapports sont l’objet d’enquêtes sur le terrain, autant que faire se peut. Quand on parle de recherche à Amnesty, on touche tout le monde à commencer par les autorités. Ce ne sont pas des rapports faits sous le manteau. On prévient les autorités qu’on doit faire des enquêtes par rapport à un point précis. C’est important. Nous avons des méthodes que nous croyons assez objectives », pense Yves Boukari Traoré.

Pour Amnesty international, il faut faire la différence entre un rapport et un communiqué de presse. « Les communiqués de presse, on en fait constamment. Tant qu’il y a des violations massives, en temps X, on a un communiqué de presse. Ce communiqué s’appuie sur des faits reconnus par le procureur, pour revenir sur ce qui s’est passé à Nouna . Donc, nous n’inventons pas », rappelle Yves Boukari Traoré.

Il poursuit en précisant qu’avant de lancer un rapport définitif sur le Burkina Faso, une copie est soumise aux autorités. « Celles-ci peuvent dire qu’elles ne sont pas d’accord avec telle page. On fait un erratum. On met une page dans le rapport pour dire que les autorités burkinabè sont foncièrement opposées à tel point […] Nous sommes clairs et ouverts. Nous contribuons à notre manière au respect des droits humains, donc au développement du Burkina Faso. Tant qu’on ne respecte pas les droits humains, quelque part, les autres droits sont affaissés », conclut le directeur exécutif d’Amnesty international Burkina Faso.

LeFaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 29 mars 2023 à 13:50, par Bob En réponse à : « Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

    Merci pour ces précisions. Personne ne devrait remettre en cause la légitimité et la conduite de la guerre si ce n’est pas pour proposer des des améliorations et des solutions. Toute œuvre humaine doit se perfectionner, mais chercher toujours la petite bête pour raconter tout et n’importe quoi nuit gravement à nos armes. Ceci dit le gouvernement a l’obligation d’enquêter sur les exactions documentées. S’il n’y avait pas eu des massacres comme à Yirgou, le développement du terrorisme aurait été moins rapide. L’attitude inqualifiable de Roch et de son gouvernement à cette occasion est une forfaiture et une véritable complicité du crime. IB doit se saisir de tous ces dossiers et rendre justice à tous ces innocents qui ont été massacrer. Je suis sûr que cela apaisera des cœurs et attirera sur nous la miséricorde divine.

  • Le 29 mars 2023 à 14:00, par TANGA En réponse à : « Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

    Donc pour vous ’’il est inadmissible de demander aux terroristes de respecter les droits humains’’. Nous on croyait que vous aviez plutôt des difficultés pour le leur demander où leur faire appliquer.
    Aussi, vous faites ’’un erratum’’ quand nos autorités ne sont pas d’accord avec certaines de vos affirmations.
    Mais vous savez que de l’autre côté sur le plan international, ceux qui réagissent ’’aux infra tuons sur les droits humains’’ vous croient et prendront vos erratum pour argent comptant N’esyni’ donc pas préférable de laisser tomber ces erratum ?
    Toutes les localités ont des radios donc vous pouvez sensibiliser les populations et c’est sûr que ça arrivera aux terroristes. Pourquoi vous ne faites pas ?
    Mon très cher, va faire ton travail normalement en Ukraine et ce sont les mêmes pays (Allemagne, france...qui te tomberont dessus.

  • Le 29 mars 2023 à 18:46, par XYZ En réponse à : « Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

    Les mandats dans des organisations comme Amnesty sont de quelles durées ?
    Les leçons de démocratie et d’alternance se sont - elles pas de mises dans ces organisations ?
    Il me semble que ce Monsieur est en poste depuis le temps de Norbert ZONGO

  • Le 29 mars 2023 à 19:16, par Sidsomde En réponse à : « Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

    Voici un monsieur qui parle bien. Il sait ne pas aller à contre courant de la communication de guerre actuelle.
    Quant aux faux chantres de soit liberté d’expression, laquelle liberté était devenue libertinage et a conduit le pays au gouffre, je dis que la rigueur des dirigeants du pays s’abatte sur eux !!

  • Le 29 mars 2023 à 19:38, par Emma En réponse à : « Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

    Dommage, que le monde encourage la tuerie des populations au nom du droit. Monde à l’envers. Cessons un jour d’encourager les crimes

  • Le 30 mars 2023 à 10:19, par Yovis En réponse à : « Les groupes armés sont nos ennemis à tous », rappelle Yves Boukari Traoré d’Amnesty international Burkina Faso

    @Bob "S’il n’y avait pas eu des massacres comme à Yirgou, le développement du terrorisme aurait été moins rapide. L’attitude inqualifiable de Roch et de son gouvernement à cette occasion est une forfaiture et une véritable complicité du crime."
    Mais il y a eu par la suite Solhan, Inata, Nouna, et il n’y a rien eu. Les régimes successifs jusqu’au MPSR2 sont aussi fautifs les uns que les autres.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Loroum : Titao ravitaillé en produits de premières nécessités