LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Insécurité au Burkina (Centre-est) : Les ressortissants du Koulpélogo tirent la sonnette d’alarme

Lefaso.net

Publié le mardi 14 mars 2023 à 21h40min

PARTAGER :                          
Insécurité au Burkina (Centre-est) : Les ressortissants du Koulpélogo tirent la sonnette d’alarme

Les responsables de l’Initiative urgence Koulpélogo (IUK) ont animé une conférence de presse, ce mardi 14 mars 2023 à Ouagadougou, sur la situation sécuritaire et humanitaire dans la province du Koulpélogo, région du Centre-est.

« La région du Centre-est connaît une situation d’insécurité consécutive à des attaques récurrentes de groupes terroristes. Sur les trois provinces qui composent la région, la province du Koulpélogo est la plus durement touchée ». C’est le message livré par le président de l’Initiative urgence Koulpélogo (IUK), Raphaël Salambéré.
A en croire les conférenciers, la province du Koulpélogo s’avère être l’épicentre des attaques, avec ses victimes et son lot de déplacés internes. Les actes sont, entre autres, les attaques mortelles, les assassinats, les prises d’otages, la violence envers les femmes, les destructions d’infrastructures et le vol de bétails.

En plus de ces conséquences, Raphaël Salambéré et ses frères du Koulpélogo ont fait cas de l’inexistence de postes de commissariat et de gendarmerie dans certaines communes de la province et l’absence d’un détachement militaire sur l’axe Tenkodogo-Ouargaye.

« Aucune voie bitumée ne relie le Koulpélogo au chef-lieu de la région du Centre-est et au reste du pays « , a indiqué Raphaël Salembéré.

Les ressortissants de cette province vivent constamment avec la peur de menaces terroristes. Koulpélogo, à en croire les conférenciers, est de plus en plus isolée de la ville de Tenkodogo, chef-lieu de la région du Centre-est, ont confié les conférenciers.
Pour ce qui concerne l’urgence sociale et humanitaire, l’IUK a soulevé la fermeture des services publics, le départ de l’administration et des nombreux fonctionnaires, et le nombre croissant des personnes déplacées internes (PDI) dans les communes de Ouargaye, Sangha, Soudougoui, Comin-Yanga et Yargatenga. « Le nombre croissant de PDI est estimé à 26 679 sur l’ensemble des 8 communes dans la province du Koulpélogo », a informé le président de l’IUK, Raphaël Salembéré.

En tirant sur la sonnette d’alarme au cours de cette conférence de presse, les conférenciers ont appelé les ressortissants de cette province et de sa diaspora à s’organiser, à fédérer leurs énergies en vue de mener des actions beaucoup plus convergentes.

Il faut signaler que l’Initiatives urgence Koulpélogo (IUK) est un regroupement des ressortissants de la province de Koulpélogo. L’initiative regroupe les filles et les fils des huit huit communes de la province du Koulpélogo . Il s’agit de Comin-Yanga, Dourtenga, Lalgaye, Ouargaye, Sangha, Soudougoui, Yargatenga et Yondé.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Le Burkina est un et indivisible. Si vous êtes à part allez défendre votre région. Prenez les armes pour aller vous défendre. Ou faites votre coup d’état comme DAMIBA Pour mettre le président que vous voulez. C’est quoi ?

    • Il m’à l’air que tu reviens de Zogona dans le cabaret de dame Marcelline ou tu t’es bien saoulé. Donne nous le passage où les conférenciers ont parlé de division du Burkina-Faso . Quand on n’est pas à la hauteur d’un débat on se tait au lieu de sauter pieds et mains joints dans le sujet pour raconter du n’importe quoi. Moi qui te parle je connais très bien ces 8 communes et je sais ce que vivent leurs populations , donc fais attention à ne pas verser tes vomissures sur des gens dejas en detresse .

    • Toi tu as traversé la cours de l’école. Si non ton raisonnement n’a rien en avoir avec ce qui est écrit ici. Que Dieu sauve le Burkina

  • Cette guerre nous la gagneront quand on accompagnera les populations qui font preuve de résilience mais qui sont souvent abandonnées à leur sort comme c’est le cas vraissemblablement dans cette provicnce. Comment comprendre que cette route entre deux chefs lieux de province que sont Ouargaye et Tenkodogo ne soit pas mieux controlée alors qu’elle est longue de moins de 100 km ? Je sus sûr que à bas aussi les premiers responsables que sont les haut-commissaires , prefets etc. ont abandonné les populations résilientes. Le pouvoir actuel doit y mettre un accent , à accompagner les populations et en encourageants les agents résilients qui restent malgré l’adversité, par exemple en leur accordant des bonifications exceptionnelles et en en supprimant exceptionellement à ceux qui profitent de la moindre tension pour abandonner les lieux. L’histoire de Solenzo ne doit plus jamais se repeter .
    Plus que le nombre de terroristes éliminés, il est plus important de voir combien de nos populations ne fuient pas et surtout combien des populations déplacées régagnent leurs domiciles. Même s’il faut positionner 1000 soldats dans chaque province, il faudra que nous nous donnons les moyens d’assurer la sécurité de tous les burkinabè.

    Passakziri

  • Merci d’attirer l’attention pour que cette situation soit aussi prise en compte dans la dynamique de libération du territoire national. Chaque campagne, chaque village, chaque ville du Burkina Faso devrait être débarrassé des voyous.

    Cette sortie est très importante et il faudrait absolument maintenir les plaidoiries et les sensibilisations utiles pour avoir les VDP et FDS en nombre et en équipements conséquents pour libérer et sécuriser le Koulpélogo aussi.

    Que le bon Dieu puisse vous bénir abondamment et favoriser un succès rapide des forces patriotes pour le bonheur de nos populations résilientes.

  • Messieurs du koulpelgo, ce sont pas les conférences de presse qui vont changer les données. Mais plutôt vos engagements personnels. Que tous les membres de votre association aillent sur le terrain. Les fds sont débordés, ils sont trop sollicités. Suivez les conseils du chat noir du nayala. Avant que les fds ne viennent , faites quelque chose. Même avec des flèches, des gourdins ou des pilons on peut se défendre. Faites appel à vos forces occultes .Ne restez pas les bras croisés. Du courage à vous

  • C’est vrai, les griefs relevés sont réels. Il faut cependant noter qu’ils ne datent pas d’aujourd’hui. Qu’ont fait les fils de cette région depuis le temps de la politique politicienne pour avoir un changement. On a passé le temps a supporter sauvagement les anciens maîtres et a manger l’immédiat, mettant de côté l’avenir des parents. Nous sommes tous responsables et coupables de notre sort du moment. Tout n’est pas perdu, resserrons les rangs et n’entendons tout des gouvernants, on peut faire beaucoup pour nous même

  • Merci à l’IUK. Il faut que les autorités accompagnent les initiatives locales, notamment le bitumage de la route Tenkodogo-Ouargaye frontière Togo dont le financement a été bouclé. Depuis l’attaque lâche du car de transport qui a couté la vie à 9 personnes, la province du Koulpélogo est coupé du Chef lieu de la Région et les produits de première nécessité ont commencé à se faire rare. Il faut tout faire pour que cette voie soit reconnectée à Tenkodogo. Le bitumage de la voie permettra aux FDS et aux VDP d’opérer plus facilement et renforcera la desserte du pays à partir du Togo. Aucun sacrifice n’est de trop pour le bitumage de cette voie. Espérons le passage du Ministre de la Défense à l’ALT participera le plus rapidement à résoudre ces questions vitales.

  • Si les ressortissants de chaque commune ou de province doivent faire une conférence de presse pour attirer l’attention sur le plan de l’insécurité, on n’est pas sorti de l’auberge avec la moitié du pays occupé ! Tout le monde sait que la situation est très grave et, chacun à son niveau doit travailler plus ou contribuer d’une manière ou d’une autre pour s’en sortir collectivement et, moins de bavardage inutile ! Sur votre banderole, il est écrit pour un Koulpelogo plus résilient. Et, vous que faites-vous pour que ce soit le cas ?

  • Nous compatissons avec vous mais sachez que le mal à atteint un degré qu on ne peut pas venir à bout de ces terroristes en si peu de temps..Nous avons foi que les choses vont commencer à s améliorer. Courage aux fds, vdp et autres qui au prix de leur vie essaient de nous protéger. Courage aux population meutries.Nous allons triompher des forces du mal.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Loroum : Titao ravitaillé en produits de premières nécessités